Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Huawei dans le collimateur de la justice américaine pour vol de secrets commerciaux
Et détournement des technologies de ses partenaires américains

Le , par Stéphane le calme

543PARTAGES

13  0 
Les procureurs fédéraux poursuivent une enquête pénale contre la société de télécommunications chinoise Huawei pour avoir volé des secrets commerciaux et détourné des technologies de ses partenaires américains, dont T-Mobile, selon le Wall Street Journal.

Selon le Journal, cette enquête en est au stade final et résulte de plusieurs poursuites civiles dirigées contre Huawei. Un acte d'accusation pourrait bientôt arriver.

Citant des personnes familières avec le sujet, le Journal a déclaré que l’un des domaines d’investigation était la technologie derrière un appareil que T-Mobile utilisait pour tester les smartphones. T-Mobile aurait intenté une poursuite civile et, en 2017, un jury de Seattle a conclu que Huawei avait mal utilisé la technologie à l'origine du robot de test de smartphone de T-Mobile, «Tappy». À la fin de la bataille juridique, Huawei a déclaré que « la société continue de croire en la valeur de sa défense contre les accusations faite par T-Mobile », et a rejeté la décision du tribunal.

En novembre, le ministère de la Justice a annoncé une nouvelle initiative visant à mettre un terme à l'espionnage chinois et au vol de propriété intellectuelle. Le ministère a déclaré qu'il travaillerait aux côtés du FBI pour mettre un terme à ces vols de secrets commerciaux et engagerait des poursuites au civil pour interdire toute exportation de produits en provenance de Chine créés avec des dessins américains.


Les législateurs américains ont analysé les actions de Huawei au microscope au cours de l’année écoulée. De nouvelles pressions ont été exercées lorsqu'un groupe bipartite de législateurs de la Chambre a proposé un projet de loi qui imposerait les mêmes pénalités sévères à Huawei que celles proposées au nom d'un autre télécom chinois, ZTE, l'été dernier. S'il est approuvé, le projet de loi imposerait des interdictions d'exportation de composants américains aux sociétés chinoises ayant enfreint des sanctions ou des lois sur l'exportation.

« Huawei est effectivement une branche du Parti communiste chinois chargée de recueillir des renseignements, dont le fondateur et PDG était un ingénieur de l’Armée de libération du peuple », a déclaré le sénateur Tom Cotton, co-parrain du projet de loi dans un communiqué de presse. « Il est impératif que nous prenions des mesures décisives pour protéger les intérêts américains et faire respecter nos lois ».

« Si les entreprises chinoises de télécommunications telles que Huawei violent nos lois en matière de sanctions ou de contrôle des exportations, elles ne devraient recevoir rien de moins que la peine de mort, ce que fournirait cet ordre », a-t-il continué.

Huawei a réfuté ces insinuations, affirmant que la société ne travaillait pas aux côtés du gouvernement chinois et ne menaçait pas la sécurité nationale des États-Unis.

Le bras de fer entre la Chine et les USA

Le 1er décembre 2018, Meng Wanzhou, la directrice financière de la société chinoise Huawei Technologies (mais aussi la vice-président du conseil d'administration de la société de technologie chinoise en plus d’être la fille du fondateur de Huawei), est arrêtée au Canada à la demande des États-Unis pour avoir prétendument fraudé plusieurs institutions financières, en violation des interdictions imposées par les États-Unis de traiter avec l'Iran. Elle est remise en liberté, sous caution, le 12 décembre, mais reste en attente d’une éventuelle décision d’extradition, qui sera examinée en février.


Meng Wanzhou, directrice financière de la société chinoise Huawei Technologie

Selon Reuters, l’affaire porterait sur les liens présumés de la société avec deux sociétés « obscures » : l’une d’entre elle est un vendeur d’équipement de télécommunication opérant à Téhéran; l’autre est le propriétaire de cette entreprise, une société de portefeuille enregistrée à Maurice.

Reuters assure que les autorités américaines ont affirmé que Meng Wanzhou avait trompé les banques internationales et les a conduit à valider des transactions avec l'Iran en affirmant que les deux sociétés étaient indépendantes de Huawei, alors qu'Huawei les contrôlait. Huawei a maintenu que les deux société sont indépendantes de lui, il s’agit notamment du vendeur d’équipement Skycom Tech Co Ltd et la société Canicula Holdings Ltd.

Cependant, des dossiers de sociétés et d’autres documents découverts par Reuters en Iran et en Syrie montrent que Huawei, l’un des fournisseurs d’équipements de réseau de télécommunication les plus importants au monde, est plus étroitement lié aux deux entreprises qu’il ne le laisse entendre.

Huawei, affirment les autorités américaines, a conservé le contrôle de Skycom, l’utilisant pour vendre du matériel de télécommunication à l’Iran et transférer de l’argent via le système bancaire international. Selon les autorités américaines, les banques ont effacé involontairement des centaines de millions de dollars de transactions susceptibles de constituer une violation des sanctions économiques prises par Washington à l’époque contre le commerce avec l’Iran.

Étant donné que Meng a été arrêté sous l’initiative américaine, mi-décembre, les autorités chinoises ont menacé les Etats-Unis de « graves conséquences » si l'arrestation « extrêmement choquante » de Meng Wanzhou, l'un des dirigeants de l'une de ses plus grandes sociétés de technologie, n'était pas inversée.

Source : Wall Street Journal, Reuters, NYT

Voir aussi :

La demande mondiale de nouveaux smartphones serait en chute libre, Huawei pourrait en profiter pour devenir le numéro 2 du marché devant Apple
Huawei prévoit une enveloppe de 2 milliards USD sur cinq ans pour la cybersécurité afin de rassurer ses clients occidentaux
Après Huawei, Apple va doter ses smartphones de puces gravées en 7 nm, elles seront embarquées dans les nouveaux iPhone Xs et Xs Max
Huawei a été accusé d'avoir triché sur les tests de plusieurs flagships, en se servant d'un « mode performance » pour booster ses appareils
Huawei réussit également à s'imposer comme second vendeur de smartphones au 2T18 en Europe, malgré un essoufflement dans la région EMEA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Loceka
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/05/2019 à 10:34
Moi ce que je remarque surtout c'est à quel point les USA ont la mainmise sur les technologies.

Si une entreprise déplaît aux USA et qu'ils décident de lui faire du tort, ça peut entraîner des "sanctions" allant de l'impossibilité d'utiliser certains produits (processeurs, ...) au refus de validation de normes (WiFi, ...), en plus de ne pas pouvoir être vendus sur le sol des USA.

Pour le coup je ne m'en fais pas trop pour Huawei qui doit avoir les reins assez solides pour faire face à ça. Mais très peu d'entreprise seraient dans ce cas-là.

Et je trouve que ça devrait surtout faire réfléchir les différents gouvernements et entreprises sur le danger que représentent les USA dans leur monopole sur les produits technologiques, et donc l'urgence de leur retirer ce monopole en "libérant" les organismes de certifications et en créant des alternatives viables à certains constructeurs.

My 2 yuans.
10  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 12:12
La Chine comme les Etats-Unis disposent de différentes cartes à jouer dans ce contexte de guerre économique. L'une de ces cartes est représentée par les terres rares utilisées dans tous les produits de nouvelles technologies. Si la Chine abat cette carte, je ne donne pas cher de l'industrie de la tech dans le reste du monde.
9  1 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 20:42
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
je préfère mourir libre que dans l'enfer du PC
Moi, c'est plutôt le Mac qui me file de l'urticaire
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 14:16
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si tout va bien, la troisième guerre mondiale devrait débuter dans un futur relativement proche.
Comment est-ce possible de souhaiter une troisième guerre mondiale ?
7  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 7:59
Subventionner Ericsson et Nokia ? Pourquoi pas, à condition que l'argent aille dans la R&D (les ingénieurs) et pas dans la poche des dirigeants et des commerciaux...
8  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:24
Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
Pour une fois, je dirais que Trump est dans la même ligne que ses prédécesseurs. Les lois internationales ne sont valables pour les USA que si ça les arrange.
7  0 
Avatar de Refuznik
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 17:52
Et puis bien sur ce n'est pas les USA qui justement avait espionné les téléphones des dirigeants européens comme celui de Merkel ?
6  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 11:58
Pour les Etats Unis, le commerce mondialisé fonctionne que quand ils le dominent. Si une multinationale, quelle que soit son origine, fait un peu d'ombre à leurs grosses structures, on l'accuse de n'importe quoi. Une bonne guerre commerciale bien dégueulasse à l'américaine. Et le pire, c'est qu'ils imposent à l'occident tout entier de suivre leurs prérogatives sous peine de sanctions. On appelle ça une dictature.
7  1 
Avatar de pboulanger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 8:58
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
6  0 
Avatar de NBoulfroy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 17:19
Citation Envoyé par slowsaz Voir le message
Menacer ses "alliés', merci de nous rappeler que le mot allié n'a pas la même définition en politique que dans le dictionnaire ou que les Etats-Unis ne sont pas nos alliés ?
Le meilleur des alliés n'est il pas celui qui est soumis et a juré de servir sans réfléchir ? Oh wait (ceci n'est pas un discours anti USA, juste un fait par rapport à la politique étrangère et le jeu politique mondial depuis l'avènement des USA comme "gendarmes du monde") ...
5  0