Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

De nouveaux documents lieraient Huawei à des sociétés écran présumées en Iran et en Syrie
Le bras de fer entre les USA et la Chine continue

Le , par Stéphane le calme

584PARTAGES

12  0 
Le 1er décembre 2018, Meng Wanzhou, la directrice financière de la société chinoise Huawei Technologies (mais aussi la vice-président du conseil d'administration de la société de technologie chinoise en plus d’être la fille du fondateur de Huawei), est arrêtée au Canada à la demande des États-Unis pour avoir prétendument fraudé plusieurs institutions financières, en violation des interdictions imposées par les États-Unis de traiter avec l'Iran. Elle est remise en liberté, sous caution, le 12 décembre, mais reste en attente d’une éventuelle décision d’extradition, qui sera examinée en février.

Selon Reuters, l’affaire porterait sur les liens présumés de la société avec deux sociétés « obscures » : l’une d’entre elle est un vendeur d’équipement de télécommunication opérant à Téhéran; l’autre est le propriétaire de cette entreprise, une société de portefeuille enregistrée à Maurice.

Reuters assure que les autorités américaines ont affirmé que Meng Wanzhou avait trompé les banques internationales et les a conduit à valider des transactions avec l'Iran en affirmant que les deux sociétés étaient indépendantes de Huawei, alors qu'Huawei les contrôlait. Huawei a maintenu que les deux société sont indépendantes de lui, il s’agit notamment du vendeur d’équipement Skycom Tech Co Ltd et la société Canicula Holdings Ltd.

Cependant, des dossiers de sociétés et d’autres documents découverts par Reuters en Iran et en Syrie montrent que Huawei, l’un des fournisseurs d’équipements de réseau de télécommunication les plus importants au monde, est plus étroitement lié aux deux entreprises qu’il ne le laisse entendre.

Citation Envoyé par Reuters
Les documents révèlent qu’un dirigeant de haut niveau de Huawei semble avoir été nommé responsable iranien de Skycom. Ils montrent également qu'au moins trois individus de noms chinois avaient des droits de signature pour les comptes bancaires de Huawei et de Skycom en Iran. Reuters a également découvert qu'un avocat du Moyen-Orient avait déclaré que Huawei avait mené des opérations en Syrie via Canicula.
Les relations jusque-là inconnues entre Huawei et les deux sociétés pourraient avoir une incidence sur l’affaire américaine contre Meng, fille du fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, en sapant davantage les affirmations de Huawei selon lesquelles Skycom n’était qu’un partenaire commercial sans lien de dépendance.


Meng Wanzhou, directrice financière de la société chinoise Huawei Technologie

Huawei, affirment les autorités américaines, a conservé le contrôle de Skycom, l’utilisant pour vendre du matériel de télécommunication à l’Iran et transférer de l’argent via le système bancaire international. Selon les autorités américaines, les banques ont effacé involontairement des centaines de millions de dollars de transactions susceptibles de constituer une violation des sanctions économiques prises par Washington à l’époque contre le commerce avec l’Iran.

Meng n'a pas répondu à une demande de commentaire de Reuters et Huawei a refusé de répondre aux questions concernant cet article. Les bureaux de Canicula n’ont pas pu être joints. Un porte-parole du département de la justice à Washington a refusé de commenter.

Meng a été libérée sous caution le 10 décembre et a du payer 10 millions de dollars canadiens (6,59 millions d'euros). Elle demeure à Vancouver pendant que Washington tente d’obtenir une extradition pour les États-Unis, Meng ferait l'objet d'accusations liées à un prétendu complot en vue de frauder de multiples institutions financières, avec une peine maximale de 30 ans pour chaque accusation. Les accusations exactes n'ont pas été rendues publiques.


Huawei a déclaré le mois dernier avoir reçu peu d'informations sur les allégations des États-Unis « et n'est au courant d'aucun acte répréhensible de madame Meng ». La société a décrit sa relation avec Skycom comme étant « un partenariat commercial normal ». Elle a déclaré être respectueuse de toutes les lois et tous les règlements et avoir demandé à Skycom de faire de même.

L’arrestation de Meng sur un mandat américain a provoqué un tollé en Chine. Cela survient dans un contexte de tensions commerciales et militaires croissantes entre Washington et Beijing. Parallèlement, les services de renseignements américains ont soulevé des inquiétudes selon lesquelles les équipements de télécommunications de Huawei pourraient contenir des portes dérobées profitant aux services de renseignements chinois. La société a à plusieurs reprises nié de telles revendications. Néanmoins, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont récemment interdit à Huawei de construire sa nouvelle génération de réseaux de téléphonie mobile, et les autorités britanniques ont également exprimé leurs préoccupations.

Citation Envoyé par Reuters
Les articles publiés par Reuters en 2012 ici et 2013 au sujet de Huawei, Skycom et Meng figurent en bonne place dans l’affaire américaine à son encontre. Selon Reuters, Skycom avait proposé de vendre au plus grand opérateur de téléphonie mobile iranien au moins 1,3 million d'euros d'équipement informatique Hewlett-Packard sous embargo en 2010. Au moins 13 pages de la proposition portaient le logo "Huawei confidentiel" et portaient le logo de Huawei. Huawei a déclaré que ni elle ni Skycom n’avaient finalement fourni l’équipement américain.

Reuters a également signalé de nombreux liens financiers et de personnel entre Huawei et Skycom, notamment que Meng avait siégé au conseil d’administration de Skycom entre février 2008 et avril 2009.
Étant donné que Meng a été arrêté sous l’initiative américaine, mi-décembre, les autorités chinoises ont menacé les Etats-Unis de « graves conséquences » si l'arrestation « extrêmement choquante » de Meng Wanzhou, l'un des dirigeants de l'une de ses plus grandes sociétés de technologie, n'était pas inversée.

Source : Reuters

Voir aussi :

Huawei prévoit une enveloppe de 2 milliards USD sur cinq ans pour la cybersécurité afin de rassurer ses clients occidentaux
L'Europe doit se méfier de Huawei, dit un responsable technique européen après l'arrestation d'un dirigeant de Huawei dans le cadre d'une enquête
Après Huawei, Apple va doter ses smartphones de puces gravées en 7 nm, elles seront embarquées dans les nouveaux iPhone Xs et Xs Max
Huawei a été accusé d'avoir triché sur les tests de plusieurs flagships, en se servant d'un « mode performance » pour booster ses appareils
Huawei réussit également à s'imposer comme second vendeur de smartphones au 2T18 en Europe, malgré un essoufflement dans la région EMEA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Loceka
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/05/2019 à 10:34
Moi ce que je remarque surtout c'est à quel point les USA ont la mainmise sur les technologies.

Si une entreprise déplaît aux USA et qu'ils décident de lui faire du tort, ça peut entraîner des "sanctions" allant de l'impossibilité d'utiliser certains produits (processeurs, ...) au refus de validation de normes (WiFi, ...), en plus de ne pas pouvoir être vendus sur le sol des USA.

Pour le coup je ne m'en fais pas trop pour Huawei qui doit avoir les reins assez solides pour faire face à ça. Mais très peu d'entreprise seraient dans ce cas-là.

Et je trouve que ça devrait surtout faire réfléchir les différents gouvernements et entreprises sur le danger que représentent les USA dans leur monopole sur les produits technologiques, et donc l'urgence de leur retirer ce monopole en "libérant" les organismes de certifications et en créant des alternatives viables à certains constructeurs.

My 2 yuans.
10  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 12:12
La Chine comme les Etats-Unis disposent de différentes cartes à jouer dans ce contexte de guerre économique. L'une de ces cartes est représentée par les terres rares utilisées dans tous les produits de nouvelles technologies. Si la Chine abat cette carte, je ne donne pas cher de l'industrie de la tech dans le reste du monde.
9  1 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 20:42
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
je préfère mourir libre que dans l'enfer du PC
Moi, c'est plutôt le Mac qui me file de l'urticaire
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 14:16
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si tout va bien, la troisième guerre mondiale devrait débuter dans un futur relativement proche.
Comment est-ce possible de souhaiter une troisième guerre mondiale ?
7  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 7:59
Subventionner Ericsson et Nokia ? Pourquoi pas, à condition que l'argent aille dans la R&D (les ingénieurs) et pas dans la poche des dirigeants et des commerciaux...
8  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:24
Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
Pour une fois, je dirais que Trump est dans la même ligne que ses prédécesseurs. Les lois internationales ne sont valables pour les USA que si ça les arrange.
7  0 
Avatar de Refuznik
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 17:52
Et puis bien sur ce n'est pas les USA qui justement avait espionné les téléphones des dirigeants européens comme celui de Merkel ?
6  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 11:58
Pour les Etats Unis, le commerce mondialisé fonctionne que quand ils le dominent. Si une multinationale, quelle que soit son origine, fait un peu d'ombre à leurs grosses structures, on l'accuse de n'importe quoi. Une bonne guerre commerciale bien dégueulasse à l'américaine. Et le pire, c'est qu'ils imposent à l'occident tout entier de suivre leurs prérogatives sous peine de sanctions. On appelle ça une dictature.
7  1 
Avatar de pboulanger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 8:58
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
6  0 
Avatar de NBoulfroy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 17:19
Citation Envoyé par slowsaz Voir le message
Menacer ses "alliés', merci de nous rappeler que le mot allié n'a pas la même définition en politique que dans le dictionnaire ou que les Etats-Unis ne sont pas nos alliés ?
Le meilleur des alliés n'est il pas celui qui est soumis et a juré de servir sans réfléchir ? Oh wait (ceci n'est pas un discours anti USA, juste un fait par rapport à la politique étrangère et le jeu politique mondial depuis l'avènement des USA comme "gendarmes du monde") ...
5  0