Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Orange choisit les Européens Nokia et Ericsson pour déployer son réseau 5G en France
Au détriment du Chinois Huawei

Le , par Stéphane le calme

471PARTAGES

6  0 
En novembre, l’administration Macron a souligné qu'elle n’envisageait pas de retirer Huawei de la liste des fabricants / fournisseurs d’équipements éligibles pour le déploiement de la 5G dans le pays, malgré les avertissements de l'administration Trump. À ce propos, Agnes Pannier-Runacher, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, a expliqué : « ;trois équipementiers sont actifs en France. Huawei détient une part de marché de 25 %, il y a aussi Nokia et Ericsson. Samsung n’est pas encore actif en France, mais s’intéresse à la 5G ;». Assurant que l’État ne compte pas cibler un équipementier en particulier, elle a insisté sur le fait qu’il n’y aura pas d’exclusion et que le gouvernement procèdera « ;au cas par cas ;».

Il faut dire que certains acteurs comme Vodafone, par le biais de son président Nick Read, a déclaré qu'interdire à Huawei de fournir une infrastructure 5G en Europe entraverait la concurrence dans la chaîne d'approvisionnement. Les sociétés chinoises Huawei, Finlandaise Nokia et Suédoise Ericsson sont les trois plus grands fournisseurs d'équipements de télécommunication au monde, représentant plus de la moitié des revenus du marché, selon le cabinet d'études Dell'Oro.

« Si nous concentrons nos efforts sur deux acteurs, je pense que c'est une position malsaine, non seulement pour nous en tant qu'industrie, mais également pour l'infrastructure nationale du pays », a déclaré Read. Il a estimé qu'il serait « extrêmement coûteux » pour les opérateurs et les consommateurs si les entreprises étaient obligées d'échanger leurs équipements Huawei pour se tourner vers les offres concurrentes, ajoutant que cela retarderait le déploiement de la 5G en Europe « de probablement deux ans ».

« Cela désavantage structurellement l'Europe », a-t-il souligné. « Bien sûr, les États-Unis ne rencontrent pas ce problème, car ils ne se servent pas d'équipement Huawei »


Il faut noter que, lors de la présentation de ses vœux à la presse le 23 janvier à Paris, Stéphane Richard, PDG d'Orange,a fait écho à ces propos. « Je suis contre l'exclusion de Huawei », a fermement affirmé Stéphane Richard. Cette déclaration semble être une réponse à Thierry Breton, Commissaire européen au Marché intérieur, qui avait dit que le déploiement de la 5G ne serait pas retardé si les équipementiers européens sont privilégiés. « J'espère que nous n'irons pas vers une exclusion de fait, qui ne serait pas dans l'intérêt de l'Europe. Je peux parfaitement admettre que l'on fasse jouer une préférence européenne [Ericsson et Nokia], d'autres privilégient leurs entreprises. Mais doit-on écarter Huawei ? C'est un pas que je ne franchis pas », réagit alors Stéphane Richard.

Mais cela n'a pas empêché Orange, la plus grande entreprise de télécommunications de France, de choisir Nokia et Ericsson pour déployer son réseau 5G en France métropolitaine.

La décision du champion plaira probablement aux autorités américaines, qui cherchent depuis des mois à convaincre ses alliés européens de bannir Huawei de leurs réseaux de télécommunications, craignant que l'entreprise chinoise ne soit utilisée par la Chine à des fins d'espionnage, affirmations qu'Huawei nie fermement.

Orange, considéré comme un actif stratégique par le gouvernement français utilise le finlandais Nokia et le suédois Ericsson pour ses réseaux mobiles actuels, sur lesquels une partie de la prochaine technologie mobile sera construite.

« Pour Orange France, c'était la solution la plus simple », a expliqué une source proche de l'opérateur, ajoutant qu'elle avait suivi des négociations et des expériences avec les produits Nokia, Ericsson et Huawei.


Des alliés qui n'ont pas tous cédé

Notons que certains partenaires des États-Unis, comme le Japon, l’Australie, et la Nouvelle-Zélande, ont déjà cédé à la pression américaine et ont déjà écarté le géant chinois de la 5G. Mais d'autres comme l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont refusé de céder à la pression.

Allemagne

L’Allemagne a exprimé son scepticisme concernant cette affaire, affirmant n'avoir trouvé aucune preuve que la société pourrait utiliser son équipement pour l’espionnage. Spiegel Arne Schoenbohm, chef de l'Office fédéral allemand de la sécurité de l'information (BSI) a déclaré que pour des décisions aussi sérieuses qu'une interdiction, il faut des preuves, ajoutant que son agence ne disposait pas de telles preuves. Il fait également savoir que les experts du BSI avaient examiné les produits et composants Huawei du monde entier avant de se prononcer.

Cette décision du BSI n’a pas enchanté tout le monde et certains se sont exprimés. C’est le cas de Ronja Kniep, experte en sécurité dans le secteur des télécommunications qui a déclaré à l’AFP ceci : « Je pense qu'il est faux de laisser entendre que les préoccupations relatives à l'espionnage chinois sont infondées et faciles à détecter. Même si Huawei n’a aucune relation officielle avec le gouvernement chinois, cela ne signifie pas pour autant que les services chinois n’utilisent pas la société et sa technologie comme vecteurs d’espionnage ».

Grande-Bretagne

Par la voix de Ciaran Martin, directeur du National Cyber Security Centre (NCSC), la Grande-Bretagne a affirmé qu’aucun élément de preuve susceptible de confirmer une quelconque activité malveillante de la part de l’entreprise technologique Huawei n’existe et qu’elle est en mesure de gérer les risques de sécurité liés à l’utilisation des équipements de télécommunications fournis par ladite entreprise.

Précisons que le NCSC fait partie de l’agence de renseignement britannique du GCHQ et que Huawei est considéré à l’heure actuelle comme le plus grand fabricant mondial d’équipements de télécommunications. Mais le géant chinois traverserait une période trouble en Grande-Bretagne depuis qu’un rapport du gouvernement de juillet 2018 a constaté que des problèmes techniques et affectant la chaîne d’approvisionnement de ses équipements avaient exposé les réseaux de télécoms nationaux à de nouveaux risques de sécurité.

Toutefois, si Huawei n’est encore banni par aucun pays européen, la Commission européenne a déjà lancé un plan pour sécuriser la 5G qui ne mentionne pas Huawei.

« La meilleure façon d’y répondre, ce n’est pas de désigner un acteur parce qu’il aurait telle ou telle nationalité. Sans être ni naïf ni paranoïaque, il faut conduire une proposition de loi qui est de nature à rassembler tous les éléments qui permettent de sécuriser les réseaux, et qui s’appliquent à tous. C’est la meilleure façon de ne pas succomber à des logiques géopolitiques », a estimé le député Bothorel. Le rapporteur de la loi a également réfuté l’appellation « loi Huawei » que la presse française a adoptée, et parle plutôt d’une « réponse technique et technologique à un problème technique et technologique ».

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 11/05/2020 à 23:23
Les députés veulent en savoir plus sur les impacts de la 5G alors que le mouvement anti-5G reste actif un peu partout dans le monde. Par exemple, sur les réseaux sociaux, les forums et les blogs en ligne, les activistes anti-5G attribuent à la 5G un large éventail de maladies notamment le cancer, la stérilité, l'autisme, l’hypersensibilité et la maladie d'Alzheimer. Vers la fin de l’année 2018, un message viral sur Facebook attribuait à un mât de test 5G la mort mystérieuse de 300 oiseaux aux Pays-Bas (le test avait pourtant eu lieu plusieurs mois auparavant).
Pour mettre en place une mesure de sécurité, on évoque toujours la sainte trinité : "terrorisme", "pédophilie", et "nazisme".

Pour les choses touchant à la santé, c'est "autisme", "stérilité", et "cancer". Et si ça touche l'écologie, on rajoute les oiseaux.

Bon on notera qu'ils ne semblent pas avoir osé rajouté "Coronavirus" à leur liste.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 12/05/2020 à 9:43
Plus une fréquence électromagnétique est élevée, plus elle est potentiellement dangereuse, et plus la source est puissante, plus on est en danger. Le danger diminue également avec la distance.

Les études ne semblent pas démontrer un danger immédiat. Ca ne veut pas dire qu'il n'y en a pas du tout, tout comme une exposition à l'amiante qui a été utilisé pendant des années. Là encore, le danger dépend de la durée d'exposition, de la quantité inhalée, mais il est maintenant interdit de l'utiliser. L'utilisation massive des ondes dans les plages de fréquence wifi/3g-5g est relativement récente pour avoir des études à long terme valables.

Il est recommandé d'utiliser un kit main libre, c'est pas pour rien.

La norme admise actuellement est le DAS (Débit d'Absorption Spécifique). Cette norme évoluera certainement vers du plus draconien.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/02/2020 à 8:56
Je pense que c'est une bonne décision.
Probablement que ça coûtera plus cher et que ça mettra plus de temps, mais ce n'est pas grave, ce n'est pas urgent.

Tout le monde a peur que la Chine agisse exactement comme les USA (surveillance de masse). Snowden a montré que la NSA avait accès à toutes les infos de tout le monde.
Avec Nokia et Ericsson on peut se dire que peut-être ni les USA ni la Chine ne surveille les données qui passent.
0  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 03/02/2020 à 15:29
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense que c'est une bonne décision.
Probablement que ça coûtera plus cher et que ça mettra plus de temps, mais ce n'est pas grave, ce n'est pas urgent.

Tout le monde a peur que la Chine agisse exactement comme les USA (surveillance de masse). Snowden a montré que la NSA avait accès à toutes les infos de tout le monde.
Avec Nokia et Ericsson on peut se dire que peut-être ni les USA ni la Chine ne surveille les données qui passent.
Désolé de casser ta baraque, Nokia et Ericsson ont des accords de partenariat avec China Mobile depuis maintenant 2 ans :

https://www.commsupdate.com/articles...-and-ericsson/

Tiens, celui-là est pas mal non plus :

https://www.telecomstechnews.com/new...mmunist-party/

Collusion Nokia/Ericsson avec le Parti Communiste Chinois...

Je serais même pas surpris que certains devices 5G soient partiellement assemblés en Chine pour être déployés aux US...

Dans le business, y a pas de sentiments, y a que des chiffres

-VX
1  1 
Avatar de Leruas
Membre actif https://www.developpez.com
Le 03/02/2020 à 19:48
La question la plus importante c'est plutôt de savoir si les antennes sont créées en Europe ou en Chine.
Car même avec Huawei, tu peux leur imposer de construire en Europe et de fournir le code source.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 8:59
Citation Envoyé par Leruas Voir le message
Car même avec Huawei, tu peux leur imposer de construire en Europe et de fournir le code source.
Je ne sais pas. Mais de toute façon il y a probablement moyen de mettre des backdoors dans des composants (un peu dans le style des failles dans les processeurs, sauf que là ce n'était probablement pas fait exprès).

Bon sinon pour en revenir à l'espionnage, il ne faut pas oublier la base :
Espionnage : introduction des backdoor par la NSA dans les produits de Cisco
Citation Envoyé par Francis Walter Voir le message
Pour dire que personne n’échappe à la NSA, c’est au tour d’Apple, Dell, Cisco et Huawei d’exprimer leur mécontentement vis-à-vis de la NSA. En effet, Der Spiegel parle d’un catalogue de 50 pages découvert il y a quelques années, révélant qu’une division de la NSA appelée ANT, pouvant infiltrer toute sorte de systèmes informatiques, fournit des techniques d’infiltration à un département spécial de la NSA dénommé TAO pour Tailored Access Operation. Cette division serait chargée d’installer des backdoor dans les appareils de nombreux constructeurs tels que Samsung, Apple, Western Digital, Seagate, Cisco System, Huawei, Dell pour ne citer que ceux-là.
La NSA semble vouloir se rapprocher de Nokia/Ericsson :
Les États-Unis envisageraient de subventionner les concurrents européens de Huawei, le pays aurait envisagé de porter son soutien aux européens Ericsson ou Nokia
Si ça se trouve il y a des backdoors de la NSA partout, dans Windows, dans Android, dans Chrome, etc.
0  0 
Avatar de john94
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 05/02/2020 à 15:30
le problème des ondes électromagnétiques supplémentaires de la 5G, c’est qu’ elles se rajoutent à toutes celles déjà émises à la maison (wi-fi, multiplications des objets connectés, …) , avec des risques potentiels donc majorés par ces effets cumulatifs de « brouillard électromagnétique » pernicieux : La prévention des risques des champs électromagnétiques est prise en compte par les professionnels exposés : http://www.officiel-prevention.com/p...amp;dossid=338
0  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/02/2020 à 17:00
Citation Envoyé par john94 Voir le message
le problème des ondes électromagnétiques supplémentaires de la 5G, c’est qu’ elles se rajoutent à toutes celles déjà émises à la maison (wi-fi, multiplications des objets connectés, …) , avec des risques potentiels donc majorés par ces effets cumulatifs de « brouillard électromagnétique » pernicieux : La prévention des risques des champs électromagnétiques est prise en compte par les professionnels exposés : http://www.officiel-prevention.com/p...amp;dossid=338
Les premières lignes de ton lien spécifient qu'il est question d'ondes utilisées dans un contexte professionnels où la puissance peut dépasser les normes. Rien à voir avec des équipements type Wi-Fi, 5G, etc
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/02/2020 à 8:39
5G : Huawei va installer des unités de production en Europe
Le géant chinois des télécommunications souhaite que « la 5G pour l'Europe soit conçue en Europe ». Le groupe espère ainsi convaincre les autorités européennes de le laisser s'implanter sur le marché, ce à quoi Bruxelles a entrouvert la porte la semaine dernière.
0  0 
Avatar de strato35
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/05/2020 à 8:09
Ça me rappel le jour où j'ai rencontré un "électrosensible" qui me soutenais que les ondes des portables étaient mortelles car leurs fréquence pouvais dépasser 5Ghz qui selon lui était la limite mortel pour l'homme.
Ensuite je lui ai expliqué que la lumière visible même celle qu'il pouvais voir enfermé dans sa chambre était bien au delà ce cette limite "mortelle" (~ 10¹⁵ Hz), et que la lumière et une onde radio c'était grosso modo la même chose.

Ben ma conclusion sur cette expérience est simple : les anti ondes sont au même titre que les platistes : des abrutis incapable d'écouter le moindre contre-argument et prenant leurs croyances comme saint évangile et tout autre propos comme blasphème.

Bref ça sert à rien de faire des tests de partout pour les rassurer, ils ne changeront jamais et seront toujours contre quelque soit les résultats de l'étude.
2  2