Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'entreprise Cruise présente Origin, son véhicule électrique entièrement autonome sans volant ni pédales,
Mais sera-t-il suffisamment sûr pour transporter des personnes sans susciter de crainte ?

Le , par Olivier Famien

45PARTAGES

7  0 
Dans l’univers des fabricants de véhicules autonomes, nous avons des entreprises comme Waymo, la filiale de Google, Tesla, l’entreprise d’Elon Musk, Uber, l’entreprise de mise en contact des utilisateurs et des conducteurs, qui se sont lancées depuis plusieurs années dans une course aux véhicules autonomes. À ces entreprises, il va falloir ajouter une autre nommée Cruise. Cruise est une startup qui travaille depuis plus de 3 ans à la fabrication de voitures autonomes. Récemment, l’entreprise s’est livrée à un évènement marketing et a présenté au public son modèle de voitures autonomes baptisé Origin.

Selon l’entreprise, Origin n’est pas une voiture. Un employé l’appelle « la propriété ». Cruise insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une voiture, car une voiture répond à un minimum de standard. Kyle Vogt, le co-fondateur et directeur de la technologie de Cruise explique que « la façon dont les véhicules sont conçus, ils ont normalement un capot à l’avant où se trouve le moteur et un peu de rangement dans le coffre ». « Mais lorsque vous n’avez pas besoin de tout cela... nous pouvons avoir cette énorme cabine spacieuse sans prendre plus de place sur la route qu’une voiture ordinaire ».


Des arguments pour convaincre le marché, mais est-ce suffisant ?

Au niveau extérieur, le véhicule autonome bénéficie d’une taille semblable à celle d’un SUV multisegment, sans aucune vitre côté chauffeur. Il n’y a pas à proprement parler de face avant et arrière, car les deux faces arborent le même design avec les mêmes composants. Mais c’est lorsque vous entrez dans la voiture que la magie s’opère. Vous n’avez ni volant, ni pédales de frein et d’accélération, ni levier de vitesse, ni tableau de bord au sens conventionnel du terme, etc. En somme, il n’existe aucun moyen pour un être humain de prendre le contrôle de la voiture en cas de soucis. Plutôt, vous avez un habitacle spacieux avec 2 banquettes disposées l’une en face de l’autre ainsi qu’un ensemble d’affichages à chaque extrémité et c’est tout. Assez audacieux, dira-t-on. Comme les véhicules autonomes ordinaires, il intègre un radar, des caméras et des capteurs laser LIDAR. Le disque dur stocké dans le coffre abrite le système d’intelligence artificielle et le logiciel de perception. Il est refroidi par le système de batterie du véhicule, ce qui le rend plus silencieux et moins sujet à la surchauffe que les versions précédentes.

Pour l’instant, Origin est en cours de développement. La technologie soutenant Origin n’a pas encore été validée, ce qui sous-entend que la voiture autonome qui n’est pas une voiture selon ses concepteurs n’est pas plus fiable qu’un être humain. Mais selon Vogt, l’entreprise se rapproche de ce niveau. Il précise en outre qu’au « moment où ce véhicule entrera en production, nous pensons que le logiciel de base qui pilote nos véhicules autonomes sera à un niveau de performance surhumain et plus sûr que le conducteur humain moyen ». Il ajoute que « nous fournirons des preuves empiriques solides pour étayer cette affirmation avant de mettre des gens dans une voiture sans personne à l’intérieur ».

Comme atouts pour conquérir le marché, Vogt met en avant « sa modularité » et le fait que la voiture ait été conçue « autour de l’idée de ne pas avoir de chauffeur et d’être spécifiquement utilisée dans une flotte de covoiturage ». « Ce véhicule est conçu pour durer un million de kilomètres et tous les composants intérieurs sont remplaçables. L’informatique est remplaçable, les capteurs sont remplaçables. Et ce que cela fait, c’est que le coût par kilomètre est beaucoup plus bas que ce que vous pourriez atteindre si vous preniez une voiture ordinaire et tentiez de la moderniser. Le coût de remplacement et son entretien ne feraient que vous tuer du point de vue commercial », défend Vogt.


Pour développer ses activités, Cruise a bénéficié du soutien financier de General Motors (GM) qui détient deux tiers du capital de Cruise. En plus de GM, Honda a également investi dans cette société. L’entreprise a par ailleurs levé des fonds auprès du Fonds japonais SoftBank Vision et de T. Rowe Price, et a une valorisation de 19 milliards de dollars. Au niveau technique, Cruise a bénéficié du soutien de GM et Honda. La conception du véhicule de base et le groupe motopropulseur électrique ont été confiés à GM. Honda pour sa part a travaillé sur l’utilisation de l’espace d’intérieur. Enfin, Cruise a géré les technologies de détection et l’informatique embarquée, ainsi que l’aspect conduite du véhicule.

Quelques obstacles à surmonter avant d’espérer conquérir le marché

Bien que Cruise cherche à faire passer sa voiture électrique autonome comme une révolution, il faut savoir qu’Origin n’est pas la première voiture de ce type. En décembre 2016, Google a étonné le monde quand il a révélé qu’il avait mis un aveugle dans l’un de ses véhicules de test autonomes en forme d’œuf et l’a envoyé faire un petit tour autour d’Austin, au Texas. En plus de Waymo qui est déjà très avancé dans la course aux véhicules autonomes, GM, le financier de Cruise, est également en train de développer de son côté un véhicule entièrement autonome sans volant ni pédales nommé Chevy Bolt. Ford aussi travaille dans ce domaine et a annoncé qu’il sortirait un véhicule autonome sans volant ni pédales d’ici 2021. Cruise a donc beaucoup à faire s’il veut se faire une place dans le marché des voitures autonomes.

En plus de la concurrence que Cruise aura à suivre de près, plusieurs obstacles se dressent également devant la mise en circulation du véhicule de l’entreprise. En effet, les habitudes étant ce qu’elles sont, de nombreux utilisateurs n’ont pas encore entièrement confiance aux véhicules autonomes et souhaitent avoir les composants habituels comme le volant, les pédales de frein et d’accélération pour prendre la main en cas de pépin. Cruise devra donc trouver les moyens de convaincre les utilisateurs sur la fiabilité de son véhicule sans volant et sans frein avant que les utilisateurs se décident majoritairement à confier leur sort à une machine. De même, de nombreux pays n’ont pas encore autorisé ce type de voitures entièrement autonomes sur leurs routes, bien évidemment à cause des risques d’accident et des craintes que suscitent ces technologies autonomes qui sont encore au stade de balbutiement. À sa sortie, pensez-vous qu’Origin et les véhicules semblables sans volant ni pédales seront suffisamment surs pour se laisser transporter sans crainte ?

Source : Cruise Origin, Medium

Et vous ?

Quel est votre avis sur cette voiture sans volant ni pédales ? Pourriez-vous vous laisser conduire à sa sortie sans avoir de crainte ?

Pensez-vous qu’elle aura du succès ?

Pensez-vous que ces véhicules sans volant ni pédales pourront remplacer entièrement les hommes au volant dans le futur ?

Voir aussi

Les Américains font moins confiance aux véhicules autonomes suite aux accidents mortels essuyés par Uber et Tesla, d’après des sondages
La France envisage d’autoriser les voitures autonomes dès 2020, la technologie sera-t-elle suffisamment éprouvée pour franchir ce cap dans deux ans ?
La Californie autorise la voiture autonome de Waymo (division Google) à rouler sans conducteur de secours, une première dans le domaine
Dès l’an prochain, les propriétaires de Tesla pourront faire de leur voiture des taxis autonomes, selon Elon Musk
Les véhicules autonomes d’Uber de retour sur les routes publiques de Pennsylvanie, quatre mois après un accident mortel, mais en mode manuel

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SQUAL
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 23/01/2020 à 11:48
Est ce que ça utilise TomTom Cruise ?
4  1 
Avatar de CS FS
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/01/2020 à 14:24
Pensez-vous que ces véhicules sans volant ni pédales pourront remplacer entièrement les hommes au volant dans le futur ?
Vu que la notion de futur est très vague, j'ai envie de dire que oui, à terme, les voitures autonomes feront très certainement partie du quotidien de notre descendance.

Aujourd'hui, je vois la voiture autonome comme une technologie qui n'est pas infaillible, comme tout le monde j'imagine. D'un autre côté, on sait que l'homme est très loin d'être fiable au volant, mais on est tout à fait enclin d'accepter qu'il puisse causer un accident de la route, alors que dans l'inconscient collectif une machine n'a pas le droit à l'erreur. Au delà de ça, on va également y apposer des question d'éthique (notamment sur la prise de décision, en cas d'accident, pour minimiser les pertes humaines).

Je pense qu'outre la technologie qui est encore balbutiante, c'est surtout les mœurs qui ne sont pas encore en accord avec cette perspective de laisser nos vies au bons soins d'algorithmes informatiques. Et j'ai la sensation que la technologie évoluera bien plus vite que nos mœurs.
1  0