La Californie autorise la voiture autonome de Waymo (division Google) à rouler sans conducteur de secours
Une première dans le domaine

Le , par Stéphane le calme

61PARTAGES

12  0 
La semaine dernière, l’unité Waymo d’Alphabet est devenue la première entreprise à recevoir un permis de l’État de Californie pour tester des véhicules sans conducteur sur le siège avant et sans conducteur de secours, a annoncé le département des véhicules à moteur de l’État.

La Californie a déclaré que Waymo pouvait utiliser environ trois douzaines de véhicules d’essai sans conducteur au volant dans le comté de Santa Clara, qui fait partie du plus grand centre technologique de la Silicon Valley.

Bien que les véhicules autonomes soient conçus pour éliminer le besoin de conducteur, la plupart des essais ont jusqu’à présent été effectués avec un conducteur de sécurité au volant qui peut prendre la relève en cas d’urgence.

Une soixantaine d’entreprises sont autorisées en Californie à tester des voitures autonomes avec un tel pilote de secours. La nouvelle réglementation adoptée par l'État autorisant les entreprises à effectuer des essais sur la voie publique sans conducteur avec un permis spécial est entrée en vigueur en avril.

Dans le cadre de son approbation, Waymo doit surveiller en permanence le statut des véhicules d’essai et assurer une communication bidirectionnelle avec les passagers, disposer d’une assurance minimale de 5 millions de dollars et informer les communautés locales.

Le permis de Waymo comprend des essais de jour et de nuit dans les rues des villes, des routes rurales et des autoroutes, avec des limites de vitesse affichées pouvant aller à 65 miles par heure (105 km / h). La société a déclaré que ses véhicules peuvent gérer en toute sécurité le brouillard et la pluie légère, et que les essais dans ces conditions sont autorisés.


Point de départ : Silicon Valley

Waymo a déclaré qu'il commencerait les tests sans conducteur dans les rues de la Silicon Valley et allait en faire dans d'autres régions après avoir averti les communautés locales. La société utilisera d’abord les employés de Waymo lors de tests et finira par « créer des opportunités pour le public de faire l’expérience de cette technologie, comme nous l’avons fait en Arizona avec notre premier programme ».

En Arizona, Waymo a effectué des tests sur des véhicules sans chauffeur suppléant et a annoncé son intention de lancer un service commercial autonome dans l'État d'ici fin 2018.

La semaine dernière, la chef des finances d'Alphabet, Ruth Porat, a déclaré annoncé aux investisseurs que les clients commençaient à payer pour effectuer des trajets en Arizona et que la société testait des modèles de tarification.

Waymo est considéré comme étant à la pointe de la conduite autonome, en raison de sa décennie d’essais et de millions de kilomètres parcourus. La semaine dernière, Frank Witter, directeur financier de Volkswagen, a cité Waymo comme étant un leader du secteur et a déclaré que le constructeur allemand serait ouvert à de plus profondes alliances avec d'autres.

Les nouvelles exigences de la Californie font appel à la technologie de contrôle à distance, qui permet à un opérateur distant de prendre le contrôle d’un véhicule si le système autonome sous-jacent à l’intérieur de la voiture rencontre des problèmes. Des entreprises telles que Waymo, Nissan Motor et les startups Zoox, Phantom Auto et Starsky Robotics travaillent sur cette technologie.

La National Highway Traffic Safety Administration a réaffirmé plus tôt le mois dernier que, tant que les véhicules sans conducteur sont équipés de roues directrices et de pédales, ils n'ont pas besoin de l'approbation préalable de l'agence pour effectuer des essais sur les routes. Rappelons que la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) est une agence fédérale américaine des États-Unis chargée de la sécurité routière. Elle dépend du Département des Transports des États-Unis. Elle est plus particulièrement chargée de définir et de faire appliquer les standards de construction des infrastructures routières et des véhicules routiers.

Source : Reuters

Voir aussi :

La France va demander aux constructeurs automobiles de soutenir un programme de financement pour booster la vente de véhicules autonomes écologiques
Si une voiture autonome devait faire un accident inévitable, qui faudrait-il sacrifier en priorité ? Le MIT livre les résultats de son étude éthique
L'armée américaine va déployer des dizaines de camions autonomes l'année prochaine, qui seront testés dans des conditions de mission
Rolls-Royce veut remplir les mers avec des navires autonomes, grâce à son système « Intelligent Awareness »
EU : les données de télémétrie générées par les voitures autonomes pourraient être protégées par le droit d'auteur, la commission JURI favorable

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Matthieu76
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/11/2018 à 11:45
C'est une bonne nouvelle.
Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 15/11/2018 à 17:20
Waymo lance son premier service commercial de voiture sans conducteur le mois prochain
Marquant un grand pas en avant pour les voitures autonomes

Les spéculations autour du temps qu'il faudra pour que les voitures autonomes s’auto-conduisent seraient-elles à leurs termes ? Il ne faudra plus longtemps, à peine quelques semaines, selon un rapport de Bloomberg, pour que Waymo, la filiale d’Alphabet, lance son premier service commercial de voiture autonome sans pilote de secours, le tout premier de l’histoire du secteur des véhicules autonome. Le nouveau service commercial de Waymo sera lancé sous une nouvelle marque dont le nom ne sera dévoilé qu’au lancement officiel du service des voyages payants car les plans n’ont pas encore été rendus publics.

Selon le rapport, une personne proche du projet a confié à Bloomberg que le lancement de la marque, qui fera de Waymo un concurrent direct d’Uber et de Lyft, sera pour le début du mois de décembre prochain.

Pas plus tard qu’en fin du mois d’octobre, Waymo a obtenu le tout premier permis de l’Etat de la Californie, pour tester des véhicules sans conducteur sur le siège avant et sans pilote de secours, selon une annonce du département des véhicules à moteurs de l’Etat. Le permis de Waymo lui donne l’autorisation de faire des essais de jour et de nuit dans les rues des villes, des routes rurales et des autoroutes, avec une vitesse maximum affichée de 65 miles par heure (105 km / h), avec environ trois douzaines de véhicules d’essai sans conducteur au volant dans le comté de Santa Clara.


Selon Bloomberg, Waymo prévoit ses premiers voyages commerciaux pour le début du mois prochain en commençant le programme avec des conducteurs de secours dans certains véhicules pour aider les clients à accéder au service. « Waymo travaille sur la technologie de conduite autonome depuis près de 10 ans, la sécurité étant au cœur de toutes nos activités », a déclaré la société dans un communiqué.

Ce démarrage constitue une avancée considérable pour le secteur des véhicules autonomes, selon le rapport, même si Waymo ne prévoit pas d’événement médiatique de grande envergure pour l’occasion et le service n’apparaîtra pas dans un magasin d’applications avant un certain temps. La filiale d’Alphabet a choisi de mettre en place méthodiquement et avec modestie son programme commercial de voitures autonomes en commençant par des dizaines voire des centaines de voitures autour de Phoenix sur environ 100 miles carrés.

Selon Bloomberg, les premiers clients seront constitués des 400 familles de bénévoles qui font partir du programme test de Waymo depuis plus d’un an. Waymo ajoutera au fur et à mesure de nouveau clients en fonction de la demande. Une fois les plans de véhicule autonomes de Waymo rendus public, les bénévoles passés au nouveau service commercial pourront être libres de parler du programme car libérés de leurs accords de non-divulgation des secrets qui entourent les plans et les recherches de 10 ans de Waymo, selon Boomberg.

« Cela place Waymo vraiment loin devant tout le monde », a déclaré Nick Albanese, analyste de la mobilité chez Bloomberg. « General Motor est un autre leader, et il se passera probablement plus d’un an avant qu’ils ne fasse cela. C’est très impressionnant. »

Préparation au lancement des voitures sans conducteur de Waymo


Waymo prépare ce lancement depuis plusieurs années sur des routes avec un accent particulier mis sur l’année 2018 où Waymo a ajouté plus de 5 millions de miles sur la distance déjà parcourue.

Selon Bloomberg, en lançant en premier son service commercial de voiture autonome, Waymo accumulera certains avantages tels que la crédibilité. Il aura également une longueur d’avance sur ses concurrents Uber et de Lyft en déployant un réseau de véhicules, des centres de maintenance et des services de support qui lui permettront de se procurer une importante part de marché.

Bien que Waymo ait une avance commerciale avec ce lancement, il pourrait se faire rattraper par ses concurrents qui prévoient pareil programme dans les années à venir. Selon Bloomberg, General Motor prévoit de lancer pareil service de portage en fin d’année 2019, tandis que Tesla, Daimler, Volkswagen, qui font tous des tests en ce moment sur des routes, pourraient annoncer leur propre programme commercial d’un moment à l’autre.

Modeste approche de Waymo au lancement de son service commercial de voiture autonome

Selon Bloomberg, pour le lancement de son programme commercial de voiture autonome, Waymo a adopté une stratégie de modestie avec des dizaines voire quelques centaines de véhicules dans lesquels il commencera par installer des conducteurs de secours. Ces derniers auront pour rôle d’aider les clients à accéder au service. Ils pourront également prendre le contrôle de la voiture quelques rares fois quand il sera nécessaire car selon les données du programme d’essais de Waymo soumis aux autorités de réglementation de la Californie, les véhicules modifiés de Waymo s’auto-conduisent à plus de 99,9 % du temps.

Selon une personne proche du projet, bien que le service commercial soit lancé, Waymo prévoit maintenir certains volontaires de son programme « Early Rider » toujours en tant que bénévoles qui continueront à tester de nouvelles fonctionnalités et à apporter des observations, par exemple, sur des voitures sans pilote de secours.

Ce programme de Waymo contraste fortement avec celui de son concurrent Tesla Inc. d’Elon Musk, qui travaille sur une flotte de voitures autonomes s’étendant simultanément à l’échelle nationale. Par contre, Waymo part d’un programme à dimension réduite depuis les différentes régions métropolitaines des États-Unis pour s’étendre progressivement à l’ensemble du pays. C’est un programme qui paraît lent mais prudent et qui est destiné à éviter les mauvaises expériences des clients et les accidents évitables qui pourraient retarder le programme de plusieurs années, selon Bloomberg. Pour rappel, en mai dernier, Uber a du interrompre momentanément son programme de voiture autonome à l’échelle national à cause des accidents répétés. L’objectif de Waymo étant aussi d’achever la cartographie et des tests sur des routes dans les moindres détails au moment où le programme finira de s’étendre à l’ensemble du pays.

Waymo fourni déjà un service de taxi aux employés d’Alphabet à Mountain View pendant la journée et procédera bientôt au lancement d’un programme Early Rider en Californie dans la Silicon Valley. Il prévoit y démarrer ensuite un service commercial comme il l’a fait à Phoenix, rapporte Bloomberg.

Modèle progressif et compétitif de tarification du service de voiture autonome de Waymo

Selon Bloomberg, Waymo fixera des tarifs simples et compétitifs par rapport aux concurrents Uber et Lyft lors du lancement du service commercial, car son objectif n’est pas pour l’instant de se faire de l’argent mais de faire accéder les clients à son service en toute sécurité.

Le tarif pourrait varier à mesure que Waymo collecte plus de données et avance dans la cartographie des routes et dans des tests. Selon des analystes, une fois que les pilotes de secours seront retirés et que Waymo déterminera la manière de facturer le divertissement et la publicité à bord de ses véhicules, les tarifs de base devraient baisser.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Le propriétaire d'une Tesla affirme que son véhicule autonome lui a sauvé la vie, et publie une vidéo de l'incident pour étayer ses propos
Les habitants de Phoenix seraient frustrés par les voitures autonomes d'Alphabet, à cause de leur incapacité à gérer certaines situations
Uber arrête définitivement son activité de voiture autonome en Arizona après l'accident mortel de mars, et amorce une procédure de licenciements
Véhicule autonome et IA : Macron pense encore à un duo franco-allemand pour définir les règles à l'échelle européenne, et contrer les géants US
Le véhicule autonome d'Uber impliqué dans l'accident mortel aurait vu sa victime, mais l'a ignorée, à cause d'une défaillance de son système
Avatar de Eric80
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/11/2018 à 17:51
Cela va être intéressant de suivre l ouverture du marché: le + dur sera de passer le scepticisme des gens pour prendre son envol. J imagine qu un tel scepticisme existait déjà lors des 1ers voitures motorisés faces aux chevaux et diligences qu elles remplaçaient!

L approche de Waymo de commencer petit semble pertinent, car s appuie sur la cartographie Google Maps: on peut imaginer que seules les régions parfaitement couvertes par Maps seront autorisées à être utilisées par Waymo.
Et comme Waymo et Google Maps appartiennent à Alphabet, on peut imaginer une collaboration pour l'évaluation de la qualité de Maps utilisable par Waymo.
De là un potentiel problème de monopole: les compagnies concurrentes à Waymo utilisant Google Maps attendront la validation de Maps pour se mettre sur le marché, et donc ne pourraient ouvrir leur services qu'après Waymo!

D'où l importance stratégique de développer des cartographies concurrentes à Google Maps. C est d ailleurs aussi pour cela que Audi, BMW et Mercedes avaient racheter Here Maps (ex Navteq) à Nokia!
Avatar de Olivier Famien
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 0:01
Arizona : des chauffeurs hués, des menaces avec arme à feu et d’autres incidents rapportés contre les voitures autonomes de Waymo,
la crainte de se retrouver au chômage serait à la base de ces incidents

Depuis le mois d’octobre dernier, Waymo, la filiale d’Alphabet (l’entreprise mère de Google), a reçu les agréments pour mettre ses voitures autonomes en circulation sans la présence obligatoire d’un conducteur sur le siège avant et sans le recours à un conducteur de secours. Waymo a déclaré qu’il commencerait les tests sans conducteur dans les rues de la Silicon Valley et allait en faire dans d’autres régions après avoir averti les communautés locales. Quelques semaines après avoir reçu cette autorisation, Bloomberg a annoncé que l’entreprise entend déployer sa flotte de voitures autonomes commerciales destinées au grand public dans un proche délai. Pour l’entreprise et aussi les consommateurs, cela marque un tournant décisif dans les habitudes de vie.

Alors que l’entreprise avance pas après pas dans son projet de changer les habitudes de voyager en voitures, il est rapporté que les choses pour Waymo ne se font pas sans coup férir en Arizona. En effet, depuis 2016, Waymo effectue des tests avec ses voitures autonomes EN Arizona. Après avoir atteint un niveau de sécurité excellent avec ces véhicules dans cet État, Waymo est passé à la phase supérieure en effectuant des tests sans chauffeur suppléant dans ses véhicules autonomes. Et depuis le mois d’octobre, la chef des finances d’Alphabet, Ruth Porat, a déclaré que les clients commençaient à payer pour effectuer des trajets en Arizona et que la société testait des modèles de tarification.

Même si les choses semblent bien aller pour Waymo, plusieurs incidents rappellent que le projet de véhicules autonomes n’est pas favorablement accueilli par tout le monde. Selon le rapport de la police locale en Arizona, pas moins de 21 incidents ont été consignés par les agents de police au sujet des interactions entre les résidents d’Arizona et les véhicules autonomes de Waymo. Comme faits signalés, nous avons par exemple Michael Palos, un conducteur suppléant d’une voiture autonome de Waymo, qui rapporte que le 1er août dernier, alors qu’il était au volant d’une voiture autonome, un homme barbu sur le trottoir a dirigé une arme de poing vers son allée. Après l’arrestation de Roy Leonard Haselton, celui qui a pointé l’arme sur la voiture, ce dernier aurait déclaré « ;qu’il avait l’intention de faire peur au conducteur ;». Selon le détective Cameron Jacobs, Haselton aurait ajouté « ;qu’il méprisait et détestait ces voitures (Waymo) et a raconté comment Uber avait tué quelqu’un ;». Mais sa femme aurait précisé à la police que son époux était atteint de démence.


Un autre rapport de la police soutient que le 19 août dernier, un homme de 37 ans « ;fortement en état d’ébriété ;» se tenait devant un véhicule Waymo et empêchait la voiture d’avancer. L’agent Richard Rimbach qui a consigné les faits explique que l’homme a déclaré « ;qu’il en avait marre des véhicules Waymo qui circulaient dans son quartier et qu’il pensait apparemment que la meilleure idée pour résoudre ce problème était de se tenir devant l’un de ces véhicules ;». D’autres chauffeurs rapportent que lorsqu’ils conduisaient ces voitures, des personnes ont hué et même jeté des pierres contre ces véhicules. Un autre encore rapporte également que le pneu de son véhicule a été tranché alors qu’il était dans la circulation. En outre, une Jeep aurait forcé les véhicules autonomes à quitter la route à six reprises. Selon le quotidien USA Today, de nombreuses personnes harcelant les chauffeurs de véhicules de Waymo semblent en vouloir à la société.

Pour ce qui concerne ces incidents, le nombre d’incidents rapporté n’est qu’une fraction du nombre total des incidents survenus, soulignent les rapports de police. En effet, en général, au lieu d’appeler la police, les conducteurs de Waymo contactent directement leur entreprise lorsqu’ils sont menacés ou harcelés en utilisant un système de communication embarqué qui leur permet de parler sans tenir le téléphone. Du côté de Waymo, les responsables auraient déclaré que les chauffeurs sont formés pour gérer les menaces. Ils ajoutent que « ;la sécurité est au cœur de tout ce que nous faisons, ce qui signifie que la sécurité de nos conducteurs, de nos cyclistes et du public est notre priorité numéro un ;».

Il faut souligner que même si ces incidents sont assez répétés, les responsables précisent qu’au cours des deux dernières années, ils ont constaté que « ;les habitants de l’Arizona étaient accueillants et enthousiastes à l’idée du potentiel de cette technologie pour rendre nos routes plus sûres ;». Mais pour Phil Simon, conférencier en systèmes d’information à l’Arizona State University, si cet enthousiasme a changé, cela ne serait pas dû à la conduite des chauffeurs, mais plutôt à ce que l’entreprise représente. Il avance que « ;beaucoup de gens craignent que la technologie leur fasse perdre leur emploi ;». « ;Ce sont probablement des personnes qui ont peur et c’est un moyen pour eux de se défendre de manière petite et futile ;», ajoute-t-il.

Source : USA Today

Et vous ?

Quel est votre sentiment vis-à-vis de ces actes d’hostilité manifestés par certains résidents de l’Arizona contre les véhicules Waymo ;?

Pensez-vous que la crainte de perdre son emploi soit la seule explication de ces actions ;?

Pensez-vous que ces voitures autonomes vont effectivement entraîner un chômage au niveau des chauffeurs ;? Leur crainte est-elle justifiée ;?

Voir aussi

La France va demander aux constructeurs automobiles de soutenir un programme de financement pour booster la vente de véhicules autonomes écologiques
Rolls-Royce veut remplir les mers avec des navires autonomes, grâce à son système « ;Intelligent Awareness ;»
Si une voiture autonome devait faire un accident inévitable, qui faudrait-il sacrifier en priorité ;? Le MIT livre les résultats de son étude éthique
Google propose aux bêta testeurs Waymo One, son service de taxis autonomes, qui sera limité pour le moment à la ville de Phoenix
La Californie autorise la voiture autonome de Waymo (division Google) à rouler sans conducteur de secours, une première dans le domaine
Avatar de archqt
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 12:03
Je pense qu'il faudra se mettre dans l'idée que le métier de chauffeur de taxi est amené à disparaître, ou au moins a très fortement évoluer. Il y aura de la "casse" au début, c'est sûr.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 13:03
Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
Pensez-vous que ces voitures autonomes vont effectivement entraîner un chômage au niveau des chauffeurs ;? Leur crainte est-elle justifiée ;?
Les chauffeurs de Taxi ont pris cher, déjà ils se sont fait écraser par Uber (des chauffeurs amateurs qui travaillent 14h/j) et bientôt ce sera carrément des voitures autonomes...
Il y a aura de moins en moins de clients pour les chauffeurs de taxi.

C'est un des premiers métier qui risque de disparaitre à cause de l'automatisation.
Le chômage est déjà élevé.
Avatar de Coriolan
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 01/01/2019 à 16:55
Des voitures autonomes de Waymo attaquées à coups de pierre en Arizona
les habitants estiment qu'elles sont une menace pour la sécurité routière

En 2010, Google a annoncé avoir conçu un système de pilotage automatique pour automobile aidé de radars, caméras vidéo et GPS. Dès lors, la société a multiplié les essais pour peaufiner ce système. La voiture sans conducteur de Google est autorisée à circuler sur la voie publique dans plusieurs États américains, toujours avec un conducteur derrière le volant pour reprendre le contrôle en cas de nécessité. En 2016, le projet Google Car a été modifié pour devenir le projet Waymo.

N’ayant pas eu de plans immédiats pour commercialiser le système, Waymo a continué à multiplier les tests, notamment au Nevada où Google a fait pression pour que deux projets permettent à l’État de devenir le premier à permettre aux véhicules sans conducteur de rouler sur la voie publique. D’ailleurs la première licence aux États-Unis pour une voiture autonome a été livrée à Google par le Nevada Department of Motor Vehicles (DMV). Plus tard, d’autres États américains vont autoriser les tests de voiture autonome sur leur territoire.

Des voitures autonomes de Waymo


Mais c’est en Arizona où le projet de Waymo fait face à de plus en plus de résistance. Durant les deux dernières années, ce sont près de 24 attaques qui ont été menées contre des voitures sans conducteur à Chandler, une ville près de Phoenix où Waymo a mené des tests depuis 2017. Très tôt, les habitants ont pu voir une projection du futur avec des voitures pilotées par intelligence artificielle qui sillonnent les voies publiques. Aussitôt, les habitants de la ville ont commencé à se plaindre auprès des responsables, inquiétés pour leur sécurité, mais aussi par de possibles pertes d’emploi dans le futur.

D’autres ont eu une réaction plus agressive. Ainsi, des véhicules ont été attaqués à coup de pierre. D’autres ont essayé de pousser les véhicules hors de route, à hurler à l’encontre des voitures pour les chasser, et un homme s’est même arrêté près d’une voiture autonome et a menacé l’employé de Waymo avec un tube en PVC. Dans un autre fait plus horrifique, un homme a pointé une arme à feu sur une voiture Waymo et le conducteur d’urgence derrière le volant. Plus tard, il a informé la police qu’il méprise les voitures sans conducteur, en faisant référence à la femme tuée en mars 2017 par une voiture autonome d’Uber, un accident qui a contraint la société à suspendre ses tests de voiture autonome dans plusieurs États américains.

« Il y a d’autres endroits où ils peuvent faire des tests, » a dit Erik O’Polka, un homme de 37 ans qui a reçu un avertissement de la police en novembre après avoir tenté d’évincer à plusieurs reprises des voitures de Waymo hors de route. Une fois, il a forcé l’une des voitures à faire un arrêt brusque après avoir tenté d’y foncer avec sa Jeep Wrangler.

Erik O’polka n’est pas le seul à abhorrer ces voitures. Sa femme Elizabeth a admis dans une interview qu’elle « aurait déjà forcé ces voitures à s’arrêter », pour qu’elle puisse les chasser de son quartier. Le couple a informé que leurs soucis ont commencé lorsque leur fils de 10 ans a failli être heurté par l’un de ces véhicules dans une impasse.


Un véhicule de Waymo suivi par une voiture de police lors de ses premiers tests en Arizona


Une vague de résistance qui est appelée à s’amplifier

En raison des implications colossales que devrait avoir la voiture autonome sur la société américaine, quelques observateurs s’attendent à une vague de résistance similaire plus large au fur et à mesure que l’Amérique adopte cette technologie. Actuellement, le débat tourne autour de la question de l’emploi et la perte de contrôle vis-à-vis de véhicules autonomes.

« Les gens blâment à juste titre, » a dit Douglas Rushkoff, un théoricien des communications à New York et auteur du livre “Throwing Rocks at the Google Bus”. Il a comparé les voitures sans conducteur à l’incarnation robotique des individus sans scrupules qui refusent de rejoindre les grèves ou prennent la place de ceux qui manifestent.

Le mois dernier, Google a lancé le service commercial Waymo One dans la ville et banlieue de Phoenix, une première mondiale même si un conducteur reste toujours présent en cas de souci. Google n'est pas seul sur le projet de développement de voiture autonome : Tesla Motors, BMW AG, Mercedes-Benz, Honda Motor Co., Volkswagen AG et Ford Motor Co.… En tout, onze entreprises ont des autorisations de test aux États-Unis fin 2015. Même Apple aurait un tel projet.

« Il y a de plus en plus un sentiment que les firmes géantes qui perfectionnent les technologies de voiture autonome n’ont pas à cœur nos meilleurs intérêts, » a dit M. Rushkoff. « Juste pensez à ces gens dans ces véhicules, ils sont en train d’entrainer l’intelligence artificielle à les remplacer. »

Bien que ses véhicules ont été attaqués, Waymo a préféré ne pas poursuivre les assaillants en justice. La police a informé que la société a souvent refusé de fournir des vidéos illustrant les attaques. C’est d’ailleurs le cas lorsqu’un employé de Waymo a informé la police qu’ils avaient besoin d’un mandat pour obtenir une vidéo enregistrée par l’une des voitures autonomes. Selon un rapport de police, Waymo a refusé de mener une action en justice par crainte de voir ses tests affectés par les attaques et la mauvaise publicité.

Dans un communiqué, une porte-parole de Waymo a informé que les attaques ont concerné seulement une partie minime des 40 000 km parcourus par les voitures de la société chaque jour en Arizona.

« La sécurité est au centre de ce que nous faisons, cela veut dure qu’assurer la sécurité de nos conducteurs, nos passagers et le public est notre priorité, » a dit Alexis Georgeson, la porte-parole de Waymo. « Lors des deux dernières années, nous nous sommes rendu compte que les habitants de l’Arizona sont accueillants et ravis par le potentiel de la technologie de rendre nos routes plus sûres. »

Georgeson a nié que la société a refusé de mener des poursuites judiciaires de peur d’attirer une mauvaise publicité, et a informé qu’elle prend la sécurité de ses conducteurs d’urgence au sérieux.

Des habitants de plus en plus gênés par les voitures sans conducteur

Les véhicules sans conducteur devraient sûrement affecter le marché de l’emploi, mais pour le moment, les habitants sont plus préoccupés par la sécurité et le comportement de ces véhicules sur la route. Un internaute a informé que les voitures de Waymo sont loin d’être parfaites. Dans les quartiers de Chandler où la société mène ses tests, les voitures propulsées par l’IA sont jugées comme étant « juste terribles ».

« Elles [voitures] sont extrêmement hésitantes, et pour cette raison, elles provoquent des bouchons de circulation et des retards dans des endroits où il y a un manque e sécurité », a écrit un internaute. « Il faudrait espérer ne pas être derrière l'une de ces voitures lorsqu'elles tournent à gauche dans une rue très fréquentée, parce que vous allez probablement attendre un certain temps. Apparemment, elles s'arrêtent dans des situations aléatoires où les conducteurs humains ne s'arrêtent jamais, comme un cycliste qui se tient loin du bord de la route (parlant à quelqu'un) avec son vélo pointé vers la circulation. »

Un autre internaute qui habite à Chandler a connu la même expérience. Il raconte que récemment, il a conduit sa voiture derrière l’un de ces véhicules. Dans moins d’un kilomètre, la voiture de Waymo a réussi à faire 3 erreurs. Il apparait qu’à chaque fois que la voiture de Waymo fait face à un problème, sa décision par défaut est de juste s’arrêter (littéralement) jusqu'à ce que l'ambiguïté soit résolue, a écrit l’internaute.

« Je comprends que Waymo agit prudemment. Mais, on a vraiment l’impression que la technologie a encore du chemin à parcourir. Les gens à Chandler sont furieux parce que cette flotte de voitures constitue une énorme nuisance, et est en fait moins sûre pour les conducteurs humains qui partagent la route. Je n'ai aucun doute que les véhicules autonomes seront un jour plus sûrs que les conducteurs humains, mais ce jour n'est certainement pas aujourd'hui. »

Source : The New York Times

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que la technologie de la voiture autonome est fin prête pour emprunter la voie publique ?
Pensez-vous que la voiture sans conducteur va contribuer à réduire le nombre d'accident dus à une erreur humaine ?

Voir aussi

Uber arrête définitivement son activité de voiture autonome en Arizona après l'accident mortel de mars et amorce une procédure de licenciements
Waymo lance son premier service commercial de voiture sans conducteur le mois prochain, aarquant un grand pas en avant pour les voitures autonomes
Les Américains font moins confiance aux véhicules autonomes suite aux accidents mortels essuyés par Uber et Tesla, d'après des sondages
Avatar de Buffet_froid
Inactif https://www.developpez.com
Le 01/01/2019 à 19:05
Réaction saine de la part de personnes qui ont intuitivement compris que les robots autonomes, ainsi que leurs propriétaires et mécènes, n'étaient pas du tout leurs copains (et ça va bien au-delà de la simple question de la perte d'un emploi).

Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
« ;Ce sont probablement des personnes qui ont peur et c’est un moyen pour eux de se défendre de manière petite et futile ;»
Ce monsieur devrait retenir sa morgue, si les gens s'énervent, c'est lui qui risque de prendre peur.
Quoique, les anglo-saxons ont toujours eu tendance à se laisser faire et à concevoir les dominations comme nécessaires et souhaitables...
Avatar de super_navide
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 01/01/2019 à 19:48
Il faut commencer la résistance, car skynet c'est pour bientôt.
Les machines vont prendre le pouvoir et ça sera pas forcement pire qu'avant, on aura tous un ennemi commun, un bouc émissaire quelque chose que toute l'humanité pourra détester.
De toute façon rien arrête le progrès, il faut s'adapter ou mourir ....
Avatar de singman
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/01/2019 à 11:32
La connerie humaine dans sa plus grande expression. Il est certain qu'il est bien plus amusant de continuer a se tuer entre nous, à coup de non respect du code de la route, que de circuler avec des voitures bien plus intelligentes que la moyenne (très très basse) de l'humain au volant de sa voiture chérie.
Pauvre humanité et son besoin d'auto destruction irrépressible :/
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web