Les Américains font moins confiance aux véhicules autonomes suite aux accidents mortels essuyés par Uber et Tesla
D'après des sondages

37PARTAGES

8  0 
En mars, un véhicule autonome d’Uber a été impliqué dans un accident qui a coûté la vie à une piétonne dans la ville de Tempe, en Arizona. Aussitôt, l’entreprise a décidé de suspendre son programme de circulation de voitures sans conducteur à Phoenix, à Pittsburgh, à San Francisco et à Toronto, prenant la peine d’assurer qu’il s’agissait là d’une procédure standard.

Quelque temps plus tard, en avril, le conducteur d’une Tesla Model X a été éjecté de son véhicule alors qu’il conduisait avec le pilote automatique, ce qui lui a coûté la vie.

Des accidents qui n’ont pas permis à cette technologie, encore en phase de développement, de gagner des points auprès du public. En effet, d’après les résultats d’un sondage réalisé auprès de plus de 1000 conducteurs dont les résultats ont été publié mardi par l'American Automobile Association (AAA), une association à but non lucratif représentant les automobilistes, 73% des conducteurs américains ont peur de rouler dans un véhicule autonome. Ce chiffre est en hausse de 10% par rapport à la fin de l'année dernière.

Certaines des principales conclusions étaient les suivantes:
  • Un conducteur américain sur cinq (20%) ferait confiance à un véhicule autonome et 7 % ne savent pas s’ils feraient confiance à un véhicule autonome ;
  • Les femmes (83%) ont plus tendance à avoir peur que les hommes (63%) ;
  • Les deux tiers (64%) des conducteurs de la génération millénaire auraient trop peur de disposer d'un véhicule entièrement autonome, contre 49% à la fin de 2017. Cela représente la plus forte augmentation de toute génération interrogée.

« En dépit de leur potentiel à rendre nos routes plus sûres à long terme, les consommateurs ont des attentes élevées en matière de sécurité », a déclaré Greg Brannon, directeur de l'ingénierie automobile et des relations industrielles chez AAA. « Nos résultats montrent que tout incident impliquant un véhicule autonome est susceptible d'ébranler la confiance du consommateur, qui est un élément essentiel à l'acceptation généralisée des véhicules autonomes ».

Étonnamment, la dernière enquête d'AAA a révélé que les Millennials (génération Y - personnes nées entre 1980 et l'an 2000), qui a pour été le groupe qui a le plus rapidement adopté les technologies de véhicules automatisées, ont été les plus touchés par ces incidents.


Pourcentage des conducteurs américains qui seraient effrayés de conduire une voiture totalement autonome

« Alors que les véhicules autonomes sont testés, il y a toujours une chance qu'ils échouent ou qu'ils rencontrent une situation qui défie même le système le plus avancé », a déclaré Megan Foster, directrice des affaires fédérales de l'AAA. « Pour apaiser les craintes, il doit y avoir des mesures de protection en place pour protéger les occupants des véhicules et les automobilistes, les cyclistes et les piétons avec qui ils partagent la route ».

D’autres études parviennent aux mêmes conclusions

Même son de cloche du côté de Morning Consult qui a menée une enquête du 29 mars au 1er avril auprès d'un échantillon national de 2 202 adultes. 27% des répondants ont estimé que les pilotes automatiques des voitures autonomes sont plus sûres que les conducteurs humains, et 50% que ces pilotes automatiques sont moins sûrs. Huit pour cent ont déclaré que les pilotes automatiques sont autant sûres que les conducteurs humains.

Des sondages précédents - du 11 au 16 janvier parmi 2 201 adultes - ont révélé que 33% des Américains considéraient que les véhicules sans conducteur étaient plus sûrs, 36% estimant qu'ils étaient moins sûrs - une variation nette négative de 20 points entre les deux enquêtes.

Jason Levine, directeur exécutif du Center for Auto Safety, un groupe de défense des consommateurs, a déclaré que les récents incidents impliquant les technologies d’Uber et Tesla AV soulignent les craintes que « de nombreux consommateurs ont à l'égard de supprimer le contrôle humain de la conduite ».

« L'idée est que cette technologie rendra la conduite plus sûre et quand il y a une démonstration de la possibilité que ce ne sera pas le cas, cela vient soulever des préoccupations du public », a-t-il déclaré. .


Amitai Bin-Nun, vice-président de la division responsable des véhicules autonomes et de l'innovation en mobilité chez Securing America Future Energy, un groupe d'indépendant pro-énergie qui soutient le développement de voitures autonomes, a déclaré qu'une plus grande familiarité avec les véhicules sans conducteur rendrait les consommateurs plus à l'aise. Cependant, il a précisé que relier l'accident de Tesla à celui d'Uber pourrait inutilement accroître les inquiétudes du public à propos des véhicules autonomes.

« Uber testait son véhicule avec un conducteur de sécurité au volant », a rappelé Bin-Nun. En revanche, a-t-il noté, le système de pilote automatique de Tesla est déjà opérationnel dans certains des véhicules de l'entreprise.

Un autre sondage du site de vente de voitures CarGurus a révélé que les propriétaires de voitures ne sont pas tout à fait prêts à échanger leurs véhicules conventionnels pour des véhicules autonomes. Quelque 84% des 1 873 propriétaires de voitures américains interrogés en avril ont déclaré qu'il était peu probable qu'ils possèdent une voiture autonome au cours des cinq prochaines années. 79% des répondants ont déclaré ne pas être enthousiasmés par cette nouvelle technologie.

Tesla est apparue comme la marque qui a la confiance pour développer une technologie de conduite automatique, avec 24% des voix. Waymo, la société automobile autonome de Google, n'a été approuvée que par 5% des conducteurs interrogés.

Craintes justifiées ou peur de l'inconnue ?

Daniel McGehee, professeur d'ingénierie à l'Université de l'Iowa, directeur du National Advanced Driving Simulator, a déjà vu ce genre de tendances négatives affichées par des résultats d'enquête. Il y a plus de deux décennies, il faisait des recherches sur les systèmes de navigation GPS pour la cartographie. Les premiers commentaires des potentiels utilisateurs étaient : « C'est la chose la plus stupide de la planète », a-t-il rappelé. D'ailleurs, les premières enquêtes indiquaient que les gens ne voulaient pas de système GPS puisqu'ils avaient des cartes sur papier.

Pourtant, nous sommes dans une ère dominée par le GPS où des services comme Google Maps et d'autres services numériques sont préférés à des cartes sur papier. C'est cette situation que McGehee compare à ce que traverse actuellement l'industrie. Selon lui, nous ne sommes pas capables d'imaginer autre chose que ce qui a toujours été.

Pour lui, il est difficile pour les consommateurs d'accepter de nouvelles technologies « jusqu'à ce qu'ils les éprouvent ». « Les perceptions changent » dès lors que les gens en ont déjà fait une utilisation, a-t-il assuré.

Sources : AAA, Morning Consult, CarGurus

Et vous ?

Seriez-vous prêt à essayer un véhicule autonome ?
Partagez-vous l'opinion de Daniel McGehee qui pense que c'est en conduisant des véhicules autonomes que les conducteurs s'en méfieront moins ?

Voir aussi :

La France envisage d'autoriser les voitures autonomes dès 2020, la technologie sera-t-elle suffisamment éprouvée pour franchir ce cap dans deux ans ?
Le véhicule autonome d'Uber impliqué dans l'accident mortel aurait vu sa victime, mais l'a ignorée, à cause d'une défaillance de son système
Voiture autonome : des rapports adressés au DMV californien donnent un état des lieux des circonstances entraînant le retour au mode manuel
Uber suspend son activité de voiture autonome après une collision mortelle aux États-Unis, suite à laquelle une piétonne a perdu la vie
Uber va arrêter les tests de sa voiture autonome « indéfiniment » en Californie, en Pennsylvanie et à Toronto, après l'accident mortel d'Arizona

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de BenoitM
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/05/2018 à 22:18
1) La tesla n'est pas un véhicule autonome
2) Les véhicules autonome sont des prototypes
3) Vive le sondage après un accident
Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 23/05/2018 à 22:24
comme pour les avions.

c'est juste psychologique. Un fait divers (accident de voiture autonome) répété 10 fois restera un fait divers, répété 10000 fois il deviendra une norme inscrit dans ces cerveaux.
Avatar de ngthurel
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/05/2018 à 2:04
Il se pose un problème de cohabitation des véhicules autonomes avec des véhicules non autonomes sur route et il faudra justement résoudre ce problème.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/05/2018 à 8:44
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Seriez-vous prêt à essayer un véhicule autonome ?
Ouais, si dans le futur il y a des taxis sans pilote (remarque j'ai jamais pris le taxi...).
Il y a un côté KITT (Knight Industries Two Thousand) :

On pourra peut être appeler sa voiture pour qu'elle vienne nous chercher Ce sera pratique là où il n'y a pas de bus.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Partagez-vous l'opinion de Daniel McGehee qui pense que c'est en conduisant des véhicules autonomes que les conducteurs s'en méfieront moins ?
Il n'est peut être pas nécessaire de l'utiliser, quand ce sera plus répandu peut être que la confiance augmentera.
Quand il y aura plein de voiture autonomes et quasiment pas d'accident, les gens auront moins peur.
Avatar de stephane1984
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/05/2018 à 9:03
Partagez-vous l'opinion de Daniel McGehee qui pense que c'est en conduisant des véhicules autonomes que les conducteurs s'en méfieront moins ? En ce qui concerne le GPS, on ne craint pas sa vie. Il ne s'agit pas de savoir si on va choisir un appel ou un samsung. Mais de savoir si on est prêt à confier sa vie à une machine. ça n'a rien à voir ...
Avatar de Bono_BX
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/05/2018 à 9:47
Partagez-vous l'opinion de Daniel McGehee qui pense que c'est en conduisant des véhicules autonomes que les conducteurs s'en méfieront moins ?
Non, pas vraiment, comme l'a dit @stephane1984, la question est de confier sa vie.
Ca ramène à cette célèbre expérience de patients de dentistes à qui l'on donne un bouton, en leur disant qu'ils peuvent appuyer dessus s'ils ont mal. Le bouton n'est relié à rien, mais la simple impression d'avoir un contrôle rassure le patient et lui fait accepter la douleur plus facilement. Le problème des véhicules autonome est là : le contrôle.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/05/2018 à 9:54
Citation Envoyé par Bono_BX Voir le message
Le problème des véhicules autonome est là : le contrôle.
Quand tu prends un transport en commun (bus, train, bateau, avion) tu n'as aucun contrôle et ça ne pose pas problème.
Les gens ont déjà pas mal confiance dans les véhicules autonome et ça ne fera qu'augmenter.
Avatar de Bono_BX
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/05/2018 à 10:08
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Quand tu prends un transport en commun (bus, train, bateau, avion) tu n'as aucun contrôle et ça ne pose pas problème.
Les gens ont déjà pas mal confiance dans les véhicules autonome et ça ne fera qu'augmenter.
Pas faux, j'avoue que je n'y avais pas pensé ^^
Avatar de Anselme45
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/05/2018 à 10:22
Tous ces débats entre "pro" et "anti" voiture autonome oublient toujours un point:

Les constructeurs vendent le véhicule autonome en annonçant "Le chauffeur doit rester vigilant pour réagir en cas d'évènement imprévu"

Cela va à l'encontre du fonctionnement de l'être humain: Il est physiquement et psychologiquement impossible pour un être humain de rester vigilant en ne faisant rien d'autre qu'attendre!

Il reste donc que 2 solutions viables:

1. La technologie "autonome" devient suffisamment mature pour ne pas avoir besoin de la vigilance du passager et assurer un contrôle 100% sûr. Ce qui à la vue de mon expérience des systèmes automatiques me semble tout simplement impossible. Il y aura toujours un évènement particulier qui pourra tromper les capteurs (un flocon de neige plus gros que la normale, un reflet du soleil sur une bâche de camion à la surface plus brillante que d'habitude, un journal soufflé par le vent qui passe devant le véhicule, etc.)

2. On inverse le problème: le conducteur continue de "conduire son véhicule" mais la technologie "autonome" corrige ses erreurs (du style: un coup d'oeil au smartphone qui a pour conséquence que la voiture va tout droit dans un virage? Détection du manque d'attention du conducteur et la voiture corrige automatiquement sa trajectoire...)
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/05/2018 à 10:26
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Seriez-vous prêt à essayer un véhicule autonome ?
Sur route fermée, lors d'un salon par exemple, pourquoi pas.

Par contre, sur route réelle, avec mes enfants et ma femme à bord, pas trop, ,non.
En tout cas, pas avant que ces véhicules ne se généralisent et prouvent leur fiabilité sur le long terme et dans toutes les conditions de route et de météo.
==> y a des chances que je sois à la retraite lorsque ça arrive

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Partagez-vous l'opinion de Daniel McGehee qui pense que c'est en conduisant des véhicules autonomes que les conducteurs s'en méfieront moins ?
Je suis surpris de ne pas avoir lu un commentaire ironique sur la formulation de cette question
Si la voiture est autonome, on ne la conduit pas. On voyage à bord, c'est tout.
De plus, les passagers ne peuvent être appelés des conducteurs car ils ne conduisent pas le véhicule.

Sinon, la réponse à cette question est oui.
Plus les véhicules autonomes rouleront et transporteront des passagers, plus les peurs s'atténueront.
Dans ma ville, le métro est autonome et ça ne pose de problème à personne.

Par contre, je trouve que la question et ce sondage interviennent beaucoup trop tôt.
La techno n'est pas du tout au point et tous les véhicules en circulation sur des prototypes en phase de test.
Y a pas un seul constructeur qui prend le risque d'annoncer une date de commercialisation grand publique, même vague.
Les seuls qui parlent sur le sujet sont les pseudo cabinets d'expertises qui s'auto alimentent en buzz et en polémiques creuses (un peu sur le même modèle que la presse people).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web