La France envisage d'autoriser les voitures autonomes dès 2020
La technologie sera-t-elle suffisamment éprouvée pour franchir ce cap dans deux ans ?

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Le lundi 14 mai, la France a dévoilé sa feuille de route dans le cadre de sa stratégie de développement de voitures autonomes, ce qui s'inscrit dans la vision qu'Emmanuel Macron a communiquée il y a quelques mois.

En août dernier, le Président français a en effet déclaré que les voitures autonomes - avec l'intelligence artificielle - font partie de ses priorités dans le domaine du numérique. Macron a d'ailleurs exprimé son souhait de voir la France s’imposer dans ces domaines.

C'est en faisant l'écho du Président français que le Premier ministre Édouard Philippe a également décidé de faire des véhicules autonomes l'une de ses priorités. Il a pour cela confié à Anne-Marie Idrac, ancienne secrétaire d'État aux transports, le poste de haute responsable pour la stratégie nationale de développement des véhicules autonomes. C'est dans le cadre de cette fonction qu'Anne-Marie Idrac a publié hier son rapport sur le développement des voitures autonomes.


Depuis fin 2014, une cinquantaine d'autorisations d’immatriculation pour des expérimentations de véhicules autonomes ont été délivrées en France. Des entreprises comme PSA, Renault et Valeo ont ainsi obtenu des dérogations pour tester leurs véhicules autonomes sur les routes françaises. Ainsi, après une période d'expérimentation, la France envisage de passer la vitesse supérieure et compte autoriser les voitures autonomes dès 2020. C'est ce qui ressort du rapport d'Anne-Marie Idrac qui a été présenté conjointement avec la ministre chargée des Transports Élisabeth Borne, le secrétaire d’État chargé du numérique Mounir Mahjoubi et le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire.

Il est en effet prévu d'autoriser la mise en circulation des véhicules autonomes de niveau 3 (sur une échelle de 5) dès 2020 et ceux de niveau 4 dès 2022. Au niveau 3, le conducteur peut déléguer la conduite, mais doit être capable de reprendre le contrôle à tout moment et au niveau 4, le véhicule peut être totalement autonome, mais seulement sur certaines routes. Au niveau 5, qui correspondant aux ambitions commerciales des constructeurs comme PSA ou Renault, le véhicule peut être totalement autonome sur n'importe quelle route.

Mais avant cela, la France doit adapter son cadre règlementaire actuel. En effet, si de nombreux tests de véhicules autonomes sont déjà menés sur les routes françaises, ils nécessitent cependant des autorisations, sont limités à certaines routes, et la législation impose pour l'instant la présence d'un opérateur à bord.

Bruno Le Maire a donc souhaité l'adoption de la Loi Pacte « avant la fin de l'année 2018 pour que toutes les dispositions soient opérationnelles dès 2019 ». La Loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) « prévoira que les expérimentations sur routes ouvertes soient possibles sur tout le territoire français jusqu'au niveau 5 d'autonomie, c'est à dire en l'absence de tout conducteur », a-t-il déclaré, dans un discours à l'occasion de la présentation de la stratégie du gouvernement sur les véhicules autonomes.

Cette loi devrait être présentée « dans le courant du mois de juin en conseil des ministres », puis « étudiée à partir du mois de juillet à l’Assemblée nationale », explique Bruno Le Maire. Il indique également que la Loi Pacte « va préciser le régime de responsabilité pénale et civile applicable aux expérimentations » et que « ce sont les titulaires des autorisations qui seront responsables en cas d’infraction au Code de la route ou d’accident, lorsque le véhicule circule en mode autonome ».

Le ministre de l’Économie a également évoqué « les questions morales soulevées par les véhicules autonomes » et a annoncé une « nouvelle régulation [qui] va s’imposer pour garantir à chacun le meilleur niveau de sécurité […] et garantir la protection des données personnelles ».

Cela dit, 2020 c'est un futur très proche. Vu l'accident mortel qui s'est produit avec Uber récemment, on peut donc se demander si d'ici là les technologies de voitures autonomes seront suffisamment solides pour être déployées largement. Ce qui peut faire encore douter ce sont les mots qui reviennent dans les déclarations du gouvernement ; lesquels laissent penser que la France est plutôt portée par le désir d'être vue dans le monde comme un leader dans le domaine. C'est ce qu'on ressent d'ailleurs dans les propos de Bruno Le Maire : « Il y a une course mondiale sur le nombre de kilomètres parcourus par les véhicules autonomes. La France et ses acteurs industriels ne doivent pas se laisser distancer », a-t-il déclaré, lui qui veut faire de la France « le pays le plus attractif en Europe pour développer ces transformations technologiques ». Ainsi, s'agit-il d'une simple course à la technologie ou d'une solution pour répondre à un véritable besoin ? La France va-t-elle essayer de respecter un calendrier préétabli plutôt que de s'assurer que ces technologies soient déployées largement en toute sécurité ?

Sources : Le Parisien, Les Échos, Europe 1, Stratégie nationale pour le développement des voitures autonomes

Et vous ?

Que pensez-vous de la feuille de route dévoilée par le gouvernement ?
Croyez-vous que de garanties solides seront mises en place d'ici les dates fixées ?
Êtes-vous optimistes ou pessimistes quant à l'avènement des voitures autonomes de niveau 3 et 4 en France ?

Voir aussi :

Voitures autonomes : la Californie étudie de nouvelles propositions de loi, pour encadrer les essais des voitures entièrement autonomes
Le véhicule autonome d'Uber impliqué dans l'accident mortel aurait vu sa victime, mais l'a ignorée, à cause d'une défaillance de son système
Véhicule autonome et IA : Macron pense encore à un duo franco-allemand pour définir les règles à l'échelle européenne et contrer les géants US
USA : les voitures autonomes pourraient, à terme, supprimer 25 000 emplois par mois, d'après un rapport de Goldman Sachs
Les véhicules autonomes de Nissan pourront être conduits par la pensée, en utilisant discrètement l'IA pour améliorer l'expérience de conduite


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de xelab xelab - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 9:20
Ainsi, s'agit-il d'une simple course à la technologie ou d'une solution pour répondre à un véritable besoin ?
La question mérite d'être posée. La voiture autonome ne répond absolument pas aux questions qui vont inéluctablement se poser (et qui se posent déjà), à savoir l'épuisement des ressources naturelles (pétrole mais aussi métaux rares dont ces voitures sont remplies, une production à grande échelle accélérerait donc leur épuisement) et les émissions de Co2 liées à ce mode de transport. C'est donc une fuite en avant technologique. Le véhicule du futur c'est le vélo (électrique ou non) et les transports en commun, pas la voiture individuelle qui est vouée à disparaître. L'étape intermédiaire pour les adorateurs de ce mode de transport serait déjà de créer des voitures beaucoup plus légères et moins consommatrices d'énergie (donc moins puissantes aussi).
Avatar de sergio_is_back sergio_is_back - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 10:17
Citation Envoyé par xelab Voir le message
La question mérite d'être posée. La voiture autonome ne répond absolument pas aux questions qui vont inéluctablement se poser (et qui se posent déjà), à savoir l'épuisement des ressources naturelles (pétrole mais aussi métaux rares dont ces voitures sont remplies, une production à grande échelle accélérerait donc leur épuisement) et les émissions de Co2 liées à ce mode de transport. C'est donc une fuite en avant technologique. Le véhicule du futur c'est le vélo (électrique ou non) et les transports en commun, pas la voiture individuelle qui est vouée à disparaître. L'étape intermédiaire pour les adorateurs de ce mode de transport serait déjà de créer des voitures beaucoup plus légères et moins consommatrices d'énergie (donc moins puissantes aussi).
D'abord tout le monde ne peut pas circuler en vélo
Parfois la distance est un obstacle

Ensuite les transports en commun posent la question des horaires et la fermeture des petites gares envisagée dans le projet de loi SNCF actuellement en discutions posent également question

La consommation électrique de tous les équipements embarqués dans les voitures autonomes sera aussi un problème... Ces équipements sont alimentés par la batterie du véhicule qui elle est rechargée par l'alternateur entrainé par le moteur thermique, c'est pas neutre. Le fait de rouler avec la clim augmente de 5 à 10% la consommation moyenne sur un trajet (à mon ordinateur de bord, lorsque j'enclenche la clim à fond je passe de 5,1L moyen à 5,4L)

La question des équipements et l'aménagement du territoire se pose aussi avec par exemple le projet de centre commercial EuropaCity en projet au nord de Paris où il n'existe aucune infrastructure de transport en commun, la zone est desservie seulement pas autoroutes (Pas de gare SNCF à proximité, trop loin de Paris pour le métro ou le Tram) ! Quand on monte des projets comme celui-ci, on n'oblige carrément l'utilisation de la voiture !
Avatar de Glutinus Glutinus - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 10:23
Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
D'abord tout le monde ne peut pas circuler en vélo
Parfois la distance est un obstacle
De mon égoïste point de vue germanopratin, vivre à 50 kms de son lieu de travail est une aberration.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 10:35
Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Quelqu'un pour faire un résumé en 3 mots ?
Il dit qu'il qu'à 80km/h on va se faire encore plus chier sur la route, que ça va augmenter la somnolence au volent, que les conducteurs feront encore moins attention à la route, qu'il n'y a pas forcément de lien entre vitesse et accident, qu'à l'époque de la R5 les gens roulaient beaucoup plus vite et que les voitures étaient moins safe qu'aujourd'hui, moins on roule vite moins on est concentré.

Il y a des routes sur lesquelles la plupart des automobilistes sont à 100 km/h au lieu de 90 km/h, ça va être vraiment douloureux de se mettre à 80 km/h...
C'est juste pour taxer encore plus les français, nous sommes des vaches à lait pour le gouvernement.
LREM ne fait que d'ajouter des taxes partout.

Citation Envoyé par Glutinus Voir le message
vivre à 50 kms de son lieu de travail est une aberration.
Je crois qu'aux USA la moyenne est encore plus élevé que ça ^^
Le problème c'est que le travail il y en a pas partout, c'est déjà assez difficile d'en trouver un, après si t'es en couple ça multiplie le problème par 2...

Citation Envoyé par xelab Voir le message
La voiture autonome ne répond absolument pas aux questions qui vont inéluctablement se poser (et qui se posent déjà), à savoir l'épuisement des ressources naturelles (pétrole mais aussi métaux rares dont ces voitures sont remplies, une production à grande échelle accélérerait donc leur épuisement)
On peut faire des moteurs à éthanol ou lieu d'utiliser du pétrole.
Par contre l’électrique ça craint, les batteries ça pollue beaucoup trop...
À moins que de nouvelles technologie apparaisse pour l'instant c'est pas une solution.

Et sinon en autre news il y a ça :
L'État réfléchit à des «taxis amateurs» pour les zones rurales
Avatar de sergio_is_back sergio_is_back - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 10:36
Citation Envoyé par Glutinus Voir le message
De mon égoïste point de vue germanopratin, vivre à 50 kms de son lieu de travail est une aberration.
Faut encore trouver de quoi se loger à proximité à des prix décents, prend Bordeaux depuis l'ouverture de la LGV :

C’est un euphémisme de dire que les prix de l’immobilier ont flambé à Bordeaux. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : +44% en 10 ans et encore +15% en un an. Et, "depuis le début de l’année, nous observons une hausse des prix de plus de 1% par mois", observe Thomas Lefebvre, directeur scientifique de MeilleursAgents.com.
Et les prix à la location suivent la même courbe même si c'est moins rapide : environ 10% à 15% sur deux ans
Pas sur que le salaire de l'employé Girondin suive le même chemin, du coup, les gens s'éloignent de leur lieu de travail pour trouver des prix raisonnables dans zones moins tendues
où bien sur il n'y a que peu de transports en commun
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 10:54
Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
Faut encore trouver de quoi se loger à proximité à des prix décents
Ce qui fait chier c'est que les jobs sont concentré dans les villes, il faudrait faire de la ruralisation (ou de la désurbanisation).
En tout explosé les grandes villes.
Ça ferait chier de devoir partir dans une grande ville comme Paris, Lyon, Grenoble, Montpellier pour trouver du travail.

Les entreprises pourraient s'installer dans des villes plus petites.
Avatar de xelab xelab - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 11:02
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
On peut faire des moteurs à éthanol ou lieu d'utiliser du pétrole.
Ben oui mais tu le produis comment ton éthanol? Ce n'est pas viable comme solution, il y a déjà eu des études là dessus, de mémoire je crois que ça disait qu'il faudrait cultiver la moitié des terres arables sur Terre pour avoir assez de "bio"carburant pour le parc auto actuel (et en plus l'éthanol semble encore pire que les autres biocarburants).

Citation Envoyé par sergio_is_back
Ensuite les transports en commun posent la question des horaires et la fermeture des petites gares envisagée dans le projet de loi SNCF actuellement en discutions posent également question
[...]
Faut encore trouver de quoi se loger à proximité à des prix décents
On est donc d'accord qu'il s'agit de choix politiques, le gouvernement actuel réalise donc des choix totalement contraires: baisse des APL et affaiblissement programmé du rail, le seul bon point finalement, mais a priori pas ouvertement dicté par un impératif écologique, est la limitation à 80km/h qui fera baisser la consommation de pétrole.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 11:20
Citation Envoyé par xelab Voir le message
Ben oui mais tu le produis comment ton éthanol?
Peut être que des nouvelles technologies seront créé et qu'on trouvera une solution pour faire du carburant renouvelable efficacement.

Citation Envoyé par xelab Voir le message
le seul bon point finalement, mais a priori pas ouvertement dicté par un impératif écologique, est la limitation à 80km/h qui fera baisser la consommation de pétrole.
La limitation à 80 km/h un bon point, sérieusement ?
Rien ne dit que la consommation sera diminué, beaucoup d'automobilistes vont accélérer sans faire exprès, freiner pour être en dessous de 80 km/h, en boucle.
Les voitures vendu en France sont optimisé pour être économique à 90 km/h en théorie.
Là peut être que ça n'ira pas assez vite pour passer la 5ième.

Je ne crois pas un seul instant que cette réglementation va faire diminuer la consommation de carburant. (le but c'est de taxer les gens, officiellement c'est pour faire diminuer les accidents...)
C'est dans les villes que tu consommes beaucoup, parce que tu t'arrêtes et tu redémarres sans arrêt.

Carburant, freinage, temps : rouler à 80 km/h, ça change quoi ?
La Sécurité routière, dans un document transmis aux préfets en décembre, mise sur une économie à la pompe de 120 euros en moyenne par an et par automobiliste. Bison futé, de son côté, estime que 10 km/h en moins sur le compteur permet d'économiser 3 à 5 litres de carburant sur 500 km (et de réduire ses émissions de CO2 de 12,5%).

A cette vitesse-là, c'est toutefois peu probable. La consommation de carburant n'est pas une fonction linéaire de la vitesse mais une parabole : en somme, on consomme moins à 80 km/h qu'à 130 km/h ET à 30 km/h, tandis que plus l'on roule vite sur l'autoroute, plus la dépense s'envole rapidement.

Résultat, autour de 80 et 90 km/h, les écarts sont sensiblement réduits, comme le montre une étude de l'Université Lyon 2, et les gains se chiffrent à quelques décilitres au cent, et même moins pour un véhicule diesel.
Les médias disent tous que ça ne fera pas perdre de temps, que ça fera faire des économies de carburants, que ça diminuera beaucoup l'émission de CO2...
Au final ça va surtout faire chier ceux qui empruntent ces routes...
Ce qui risque de ce passer c'est que les excès de vitesse vont explosé et maintenant c'est des sociétés privées qui prennent les mesures
Avatar de sergio_is_back sergio_is_back - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 11:21
Citation Envoyé par xelab Voir le message
.... le seul bon point finalement, mais a priori pas ouvertement dicté par un impératif écologique, est la limitation à 80km/h qui fera baisser la consommation de pétrole.
Il faudra voir à l'usage...

Ma Laguna possède une boite 6, à 90km/h je suis en 5ème (ou plus rarement en sixième si il y une légère descente), mais si je descend à 80 km/h, je dois souvent repasser en 4ème car elle broute (régime moteur trop bas, en dessous de 1300/1400 tours/minute), du coup je remonte le régime moteur et la conso... Pas de beaucoup mais quand même...

La majorité des voitures actuelles (pas les "sportives" mais la berline de M. tout le monde) sont équipés de boîtes étagées en fonction des vitesses moyennes sur route afin d'optimiser la conso aux 100km
Le bilan sera à faire au bout de quelques centaines de kms à vitesse stabilisée pour savoir s'il y a économie ou non...

A mon avis, ça va pas changer le monde coté consommation, peu être une légère baisse pour les voitures les plus légères et une légère augmentation pour les plus lourdes du fait d'une vitesse inférieure engagée et d'un régime moteur un peu plus haut...
Avatar de Darkzinus Darkzinus - Expert éminent https://www.developpez.com
le 16/05/2018 à 11:37
Citation Envoyé par xelab Voir le message
Ben oui mais tu le produis comment ton éthanol? Ce n'est pas viable comme solution, il y a déjà eu des études là dessus, de mémoire je crois que ça disait qu'il faudrait cultiver la moitié des terres arables sur Terre pour avoir assez de "bio"carburant pour le parc auto actuel (et en plus l'éthanol semble encore pire que les autres biocarburants).
+1 La seule production viable de bio carburants c'est celle obtenue à partir de déchets organiques, autant dire une proportion très faible. D'autant qu'à l'échelle mondiale, les terres arables sont en diminution alors que dans le même temps la population augmente. Thanos n'est peut être pas pire que ce que ce que font subir les pays riches au reste de la planète (et donc leurs habitants ...).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil