Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les États-Unis prolongent de 90 jours supplémentaires la période de grâce durant laquelle Huawei est autorisé
à faire des affaires avec les entreprises américaines

Le , par Christian Olivier

134PARTAGES

8  0 
L’administration Trump a publié ce lundi un nouvel arrêté qui prolonge de 90 jours (désormais jusqu'en février 2020) « la période de grâce » durant laquelle elle autorise les entreprises américaines à faire des affaires avec l’entreprise chinoise Huawei Technologies, a récemment rapporté Reuters. Le média précise qu’en parallèle, les régulateurs américains s’attèlent à l’élaboration de nouvelles dispositions réglementaires permettant d’encadrer les entreprises de télécommunications qui présentent des risques de sécurité nationale.


Pour rappel, invoquant des préoccupations en matière de sécurité nationale l’administration Trump a pris des mesures extrêmes et sans précédent contre Huawei en mai dernier en mettant l’entreprise chinoise sous embargo. Ces mesures incluaient l’ajout du géant chinois des télécoms dans une liste noire (comme la société russe de cybersécurité Kaspersky auparavant) qui contraint les entreprises étasuniennes à ne plus faire affaire avec Huawei, à moins d’avoir une autorisation officielle préalable. Cette décision avait poussé de nombreuses entreprises technologiques américaines (Microsoft, Intel, ARM, Google…) à mettre un terme à leurs relations commerciales avec le second fabricant mondial de smartphones qui occupe près du quart du marché dans la zone EMEA.

Par la suite, le département américain du Commerce avait fini par autoriser temporairement Huawei à continuer à faire des affaires avec ses homologues américains. La période de grâce initiale avait été fixée à 90 jours. L’administration Trump vient donc simplement de renouveler le moratoire qu’elle avait accordé au géant technologique chinois, en marge du bras de fer économique qui oppose Pékin à Washington depuis plusieurs mois, un conflit dans lequel la surenchère verbale, l’arrestation de hauts responsables de multinationales de part et d’autre et la manipulation des tarifs douaniers font partie des principaux instruments de cette confrontation économique. Il faut noter que la Maison-Blanche laissait jusque-là entendre qu’elle n’accorderait qu’un sursis supplémentaire de deux semaines au géant chinois à l’expiration du premier délai.

« L’extension de la licence générale temporaire permettra aux opérateurs de continuer à desservir des clients dans certaines des régions les plus reculées des États-Unis, qui seraient autrement laissés pour compte », a expliqué le secrétaire US du Commerce Wilbur Ross. Ce dernier précisera toutefois : « le Département continuera de surveiller rigoureusement les exportations de technologies sensibles pour s’assurer que nos innovations ne sont pas exploitées par ceux qui pourraient menacer notre sécurité nationale ».

Le département du Commerce examine également la possibilité d’octroyer des licences individuelles aux entreprises américaines qui souhaiteraient continuer à faire des affaires avec des entités sur liste noire comme Huawei, en attendant la publication par ses soins du plan d’application réclamé par le président Trump.

Parallèlement à ces annonces, l’entreprise technologique Huawei a souligné que cette prolongation n’aura de toute manière aucun d’impact substantiel sur les affaires du groupe, précisant que « cette décision ne change rien au fait que Huawei continue d’être traité injustement » : malgré la répression américaine, le chiffre d’affaires de l’entreprise chinoise était en hausse de 23 % au premier semestre de 2019. La firme qui serait déjà engagée dans des pourparlers avec un certain nombre d’opérateurs de télécommunications américains au sujet de l’octroi d’une licence pour sa technologie de réseau 5G soutient par ailleurs que la décision de l’inclure dans cette fameuse liste noire a causé plus de tort aux États-Unis qu’à Huawei, notamment un préjudice économique important aux entreprises US avec lesquelles le chinois fait affaire.

En ce qui concerne les smartphones, par exemple, Huawei pourrait très bien se passer de matériels en provenance des USA pour concevoir ses appareils, mais le faire sans logiciel américain serait plus difficile. La société a déjà dû livrer son Mate 30 Pro en Europe sans les applications Google traditionnelles, ce qui en fait l’un des rares smartphones Android du marché à être livré sans Google Maps, Gmail, YouTube, et la Play Store (qui donne accès à 2,8 millions d’applications Android). L’entreprise essaye malgré tout de mettre en avant différentes alternatives pour compenser : Huawei Mobile Services et HarmonyOS en sont de parfaits exemples. Mais il faudra encore du temps au groupe pour que ces solutions soient parfaitement au point et mieux connues des consommateurs.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Les motifs avancés par Trump pour justifier l'embargo contre Huawei sont inacceptables, les USA auraient-ils bluffé depuis le début ?
:fleche: Le chiffre d'affaires de Huawei est en hausse de 23 % au premier semestre de 2019, malgré la répression américaine
Les États-Unis envisageraient de subventionner les concurrents européens de Huawei, l'administration Trump voudrait porter son soutien aux européens Ericsson et Nokia
Huawei affirme que des entreprises américaines ont manifesté leur intérêt pour l'octroi de licence pour sa technologie 5G, alors que la firme demeure sur a liste noire américaine, selon un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de jopopmk
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/02/2020 à 9:05
Ils ont des preuves mais ne veulent pas les diffuser, je vois donc deux possibilités :
- pas de preuve réelle, simple discrimination, ou
- ils peuvent utiliser ces failles pour le propre intérêt.
7  0 
Avatar de defZero
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/02/2020 à 22:56
Qu’en pensez-vous ?

Que Huawei est surement coupable de ce dont l’accuse les USA, mais, et c'est un gros mais, il y a deux choses que je trouve cocasse :
- D'un je ne pense pas que le gouvernement US est la moindre preuve de ce dont il accuse Huawei, sinon ils les auraient volontiers fait "fuité"
- Et de deux, le gouvernement US accuse Huawei et donc la Chine de choses dont il est lui même coupable, par le biais des boites US / Israélienne et autres rachats effectué par leurs services d' "Intelligence" depuis une 30e d’année.

Donc, en suivant le raisonnement du gouvernement US retranscrit dans les plaintes déposés et si la sécurité et véritablement leurs but, alors personnes ne devraient utiliser de technologies US et associés, non ?

Il est schizophrènes le gouvernement US ou bien ?
7  0 
Avatar de Acheumeuneu
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 19:22
Les européens ont compris que Trump est un gros bidon et que les Etats-Unis apparaissent de moins en moins comme un allié fiable en tout cas tant que Moumoutte sera au pouvoir.
8  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/12/2019 à 8:23
Les Américains doivent se demander s'ils sont vraiment gagnants dans cette histoire.
Plutôt qu'une attitude dure envers Huawei, je pense qu'ils auraient pu obtenir plus de transparence et de garanties sur les sujets de sécurité (il reste probable que Huawei ait entrepris des actions qui s'apparente à de l'intelligence, ce ne serait pas la première fois pour une entreprise chinoise), tout en maintenant la dépendance de la firme chinoise aux technologies américaines.

Maintenant, en l'état actuel des choses, ce n'est pas une mauvaise chose pour nous les Européens. Cela créera plus de choix pour tout le monde, des prix sans doute plus compétitif et un rapport de force plus favorable sur les sujets de la tech et avec les GAFAM. Je pense aux sujets liés à l'évasion fiscales, la privacy, ou les abus de position dominante.
5  0 
Avatar de nl.smart
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/02/2020 à 8:00
Bonjour,

Nombreux sont ceux qui ont des preuves que les states peuvent espionner les réseaux de télécommunications, dans le cas présent l’hôpital se moque de la charité.

https://www.developpez.net/forums/d2...dward-snowden/
6  1 
Avatar de LittleWhite
Responsable 2D/3D/Jeux https://www.developpez.com
Le 03/12/2019 à 21:44
Bonjour,

Je viens de l'apprendre (à mes dépends) que Huawei ne fournit plus le code pour déverrouiller le bootloader et ce depuis mi-2018. Donc, avec un Huawei, impossible d'installer un LineageOS ou /e/. Et je trouve que leur modification de ROM Android sont très profondes.
Après, c'est sûr, faut avoir confiance en quelque chose .
4  0 
Avatar de byrautor
Membre averti https://www.developpez.com
Le 06/12/2019 à 12:29
Mes chers collègues sont probablement bien jeunes, j'ai 87 ans, il est bon ici de de leur rappeler que nos amis asiatiques ont pioché tant et plus dans nos recherches et découvertes sans pour autant payer les revenus correspondants.
Il est tout à fait normal qu'une civilisation recherche et utilise les connaissances d'une autre civilisation pour se développer, on ne peut pas reprocher aux Chinois comme aux Japonais de copier ce que nous avons inventé et ce que nous fabriquons.
Peut-être peut-on leur reprocher de ne pas se comporter comme nous dans certains points de notre civilisation (je parle de l'affaire Ghosn qui s'apparente heureusement de très loin au traitement des prisonniers de guerre américains par les troupes japonaises).
Donc la bataille de la découverte et de l'utilisation est ouverte et le reste n'est qu'un fatras de discussions inutiles, (enfin pour moi)
Je pars de mon expérience en 1973, dans le pesage, mes « amis » japonais possédaient à Tokyo toutes les balances fabriquées dans le monde, ils les décortiquaient, les étudiaient et finalement créaient des machines plus perfectionnées que les nôtres.
Chez Testut* (Mon parcours dans le livre Adieu ma PME) où j'étais ingénieur en chef (*vendu à Mettler-Toledo en 1999) tout le monde se refusait à regarder même une machine de la concurrence, croyez-moi c'était ainsi ; j'avais réussi à faire acheter une machine concurrente qu'aucun service n'a voulu regarder et étudier ! Je n'étais pas directeur ! !
Lorsque j'ai débuté (techniquement) avec mes amis, la balance commerciale France Japon était bénéficiaire à la France, c'était en 1973 et ceci nous a permis d'importer leurs machines avec l'assentiment du fisc français et de gagner pas mal d'argent en ne faisant que du commerce (avec quelques obligations techniques que j'avais à surveiller).
Aujourd'hui le problème est identique entre la Chine et les États-Unis ; la position de leur Président semble être la suivante :
je vous interdis d'acheter en Chine ce que vous devez être capable de fabriquer chez vous !
Bien sûr il est plus difficile de fabriquer d'inventer et de produire que d'acheter tout simplement à l'étranger !
En essayant d'être objectif (une illusion) les deux nations se livrent une guerre commerciale presque à armes égales, encore que je soupçonne nos amis asiatiques d'être beaucoup plus futés que les occidentaux dans la découverte des procédés et du comportement de leurs adversaires.
Évidemment mon texte n'a rien de technique, j'en ai assez fait durant ma vie pour me dire qu'aujourd'hui si je n'avais rien fait il en serait de même, l'évolution technique balayant le travail de plusieurs années (Ex : la découverte de l'amplificateur optique dans la Fibre). !
Bon courage à tous nos collègues qui écrivent sur ce forum.
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2020 à 11:00
Citation Envoyé par Depix Voir le message
En plus, on n’a jamais trouvé de preuves que Huawei vends ou supporte le gouvernement chinois, contrairement à d’autre entités a l’autre bout de l’Atlantique.
Ben, si, on le sait puisque c'est écrit en toutes lettres dans les obligations des entreprises chinoises. Donc, on le sait. Si on ne fait rien, c'est qu'on a aucun moyen de se passer des chinois (enfin, on ne veut avoir aucun moyen de se passer des chinois).
5  1 
Avatar de abgech
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 14/02/2020 à 9:21
"Pendant plus de cinquante ans, des gouvernements à travers le monde faisaient confiance à une seule compagnie pour tenir au secret les messages de leurs agents, militaires et diplomates. Mais aucun d'eux ne savait que la société basée en Suisse Crypto AG était en réalité une propriété secrète de la CIA en partenariat secret avec les renseignements allemands (BND). Les renseignements de ces deux pays, en ayant accès aux machines de cryptage de la société, pouvaient facilement pirater les codes utilisés par les pays pour l'envoi de messages cryptés", écrit le Washington Post.

Parmi ses clients – le Pakistan et l'Inde rivaux, des juntes militaires latino-américaines, l'Argentine, l'Arabie saoudite, l'Iran, l'Autriche, la Turquie, la Libye, la Grèce, le Qatar, le Japon, la Corée du Sud et même le Vatican. Et, de facto, ils ont tous payé de l'argent pour que leurs informations secrètes se retrouvent au final entre les mains de la CIA et du BND, qui ont acheté ensemble Crypto AG en 1971 via un fonds du Liechtenstein. Cette opération conjointe a été baptisée Rubicon.

"La CIA pouvait écouter les informations à l'étape même de préparation du putsch au Chili. Les services secrets américains possédaient à l'époque déjà des compétences incroyables en la matière, c'est pourquoi ils pouvaient soutenir et aider le putsch", explique Peter Kornbluh, historien des archives de la sécurité nationale des États-Unis.

Cependant, dans les années 1990, la société Crypto AG a attiré des soupçons : son cofondateur a été pris en flagrant délit de correspondance avec un représentant de la CIA, et son représentant commercial a été arrêté en Iran. Craignant d'être percés à jour, les Allemands se sont retirés de Rubicon en vendant leur part aux Américains, qui continuaient de se camoufler derrière Crypto AG jusqu'en 2018.

Maintenant, les USA menacent de rétorsion les pays qui voudraient acheter du matériel chinois de Huawei sous prétexte que c’est une porte d’entrée pour de l’espionnage. Peut-être, mais cela ne peut pas être pire que l’espionnage US.

En fait, il s’agit simplement pour les USA de vendre leur matériel, c’est une simple affaire de $,

Les Chinois ne sont pas des naïfs, ce scandale de l'espionnage US sort avec un timing parfait, au moment où les USA tente de saboter le marché de Hawei, je suppose que les services de renseignement chinois ne sont pas pour rien dans cette affaire, et, tout bien considéré, on ne peut pas leur donner tort.
4  0 
Avatar de pboulanger
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 8:50
et les US ne font pas pareils sur le matériel américain vendu à l'étranger? La NSA n'espionne pas les alliés des US? Boeing n'a jamais gagné de contrat grâce à de l'espionnage économique faite par la CIA?
5  1