Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les États-Unis envisageraient de subventionner les concurrents européens de Huawei
L'administration Trump voudrait porter son soutien aux européens Ericsson et Nokia

Le , par Bill Fassinou

235PARTAGES

7  0 
Même si Huawei ne parle presque plus de ses déboires avec l’administration Trump et semble déterminé à survivre après la rupture de ses rapports commerciaux avec les entreprises américaines, Washington n’a peut-être pas encore fini avec sa campagne de boycott qu’il a entamé vis-à-vis de l’entreprise chinoise. Selon des informations rapportées par le média britannique Financial Times, les États-Unis envisageraient de subventionner les concurrents européens de Huawei à l'instar du finlandais Nokia et du suédois Ericsson.

Donald Trump et son administration ont accusé le chinois Huawei de fabriquer des équipements qui pourraient permettre à la Chine d’espionner les autres gouvernements dans le monde et d’autres systèmes sensibles. Résultat, le président américain a signé un décret en mai dernier qui a placé l’entreprise chinoise sur une liste noire. Elle est interdite, du moins jusqu’à nouvel ordre, de nouer des partenariats commerciaux avec les entreprises américaines, une situation qui a eu pour effet de déclencher une guerre commerciale entre Pékin et Washington.

Le président américain a voulu étendre sa campagne de boycott vis-à-vis de Huawei vers le reste du monde, notamment vers l’Europe en prévenant sur les dangers que représente l’utilisation des équipements du chinois, mais plusieurs pays européens comme l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont refusé de suivre les USA dans leur décision. Néanmoins, Trump et son administration semblent déterminés à poursuivre la guerre contre Huawei, cette fois en donnant du soutien et du poids à certaines entreprises européennes qu'ils jugent capables de concurrencer Huawei.

À en croire les récentes informations rapportées par le quotidien londonien Financial Times, l’administration Trump pourrait envisager de subventionner (à travers des crédits) les concurrents de Huawei, à savoir le suédois Ericsson et le finlandais Nokia (qui a avalé le franco-américain Alcatel-Lucent) pour les rendre plus attractifs auprès des opérateurs télécom. Selon les analyses du journal, ce geste revient à admettre que Huawei est clairement le moins cher. Cela pourrait aussi signifier que malgré la position actuelle délicate de Huawei, bon nombre d’opérateurs télécom dans le monde ont tout de même du mal à le concurrencer.


Selon le Financial Times, Washington serait prêt à délivrer des crédits à Ericsson et Nokia pour leur permettre de mieux résister au géant chinois. Parallèlement, les États-Unis tentent de convaincre des sociétés américaines de se lancer sur le marché des équipements 5G. Le Financial Times a expliqué que l'objectif de Washington est de permettre à ces entreprises de s'aligner commercialement avec Huawei qui propose des conditions de financement généreuses (grâce au soutien des banques de Pékin) à ses clients et des délais de paiement plus longs.

Washington s’est-il rendu compte de son échec dans sa campagne de boycott des équipements de Huawei ? Si la démarche annoncée par le Financial Times s’avère être vraie, cela pourrait signifier que les USA n’ont pas pu évincer Huawei de sa position de leader mondial sur le marché des équipements 5G, ce malgré la panoplie de barrières commerciales dirigées contre l’entreprise. Si l’on doit se référer à certaines bouches indiscrètes proches du dossier, cela représente une préoccupation majeure à l’heure actuelle de la Maison-Blanche.

« C’est l’une des grandes préoccupations du gouvernement à l’heure actuelle. Tout le monde, du département de la Défense au département du Commerce en passant par le département de la Sécurité intérieure, examine la question », a déclaré au Financial Times une source proche du dossier. La Maison-Blanche a toutefois refusé de commenter le sujet. D’autres sources ont également indiqué qu’une autre alternative évoquée par Washington serait la création d'un champion local. Mais la tâche s’avère plus compliquée qu’on pourrait le croire.

Pour certains, on ne s'improvise pas équipementier 5G, un domaine ultra-technique et très coûteux, en seulement quelques mois. Il est bien trop tard pour réagir, d'ailleurs d’autres acteurs concernés comme Oracle ou Cisco auraient poliment décliné. Nokia et Ericsson ont refusé de commenter l'article du Financial Times. Par contre, interrogé par BFM Business sur la question, le président de la branche française d’Ericsson a réfuté les dires selon lesquels Huawei aurait deux ans d'avance sur ses concurrents en 5G. Selon lui, il n’y a aucune évidence pour affirmer cela.

« Nous avons signé 47 accords de partenariats avec des opérateurs dont 26 sont déployés ou sont en cours de déploiements et 19 sont allumés sur les quatre continents, ce qui représente la moitié des réseaux 5G ouverts commercialement dans le monde », a déclaré Franck Bouétard, PDG d’Ericsson France. En juillet dernier, Huawei revendiquait 50 accords. Franck Bouétard a aussi ajouté qu'Ericsson est leader en matière de contributions de brevets (49.000), « il n'y a donc pas d'évidence que Huawei a deux ans d'avance sur ses concurrents en 5G ».

Un coup de pouce de l'administration américaine serait-il inutile ? Les opérateurs télécom restent pragmatiques. Le déploiement rapide de la 5G à coûts maîtrisés est stratégique. Une étude a montré cette année que sans les fournisseurs chinois, les déploiements coûteront 62 milliards d'euros de plus et provoquerait un retard de 18 mois en Europe. « Si nous concentrons nos efforts sur deux acteurs, je pense que c'est une position malsaine, non seulement pour nous en tant qu'industrie, mais également pour l'infrastructure nationale du pays », avait déclaré Nick Read, PDG de Vodafone en février dernier.

Sources : BFM Business, Financial Times

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Trump signe un décret pavant le chemin vers le blocage d'Huawei aux USA, la France assure qu'elle n'a pas l'intention de faire la même chose

Abandonner les équipements Huawei retarderait le déploiement de la 5G en Europe « de probablement deux ans », selon le PDG de Vodafone

La 5G européenne coûterait environ 62 milliards $ supplémentaires si les fournisseurs chinois sont bannis, d'après un groupe de lobbying des télécoms

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 7:59
Subventionner Ericsson et Nokia ? Pourquoi pas, à condition que l'argent aille dans la R&D (les ingénieurs) et pas dans la poche des dirigeants et des commerciaux...
8  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:24
Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
Pour une fois, je dirais que Trump est dans la même ligne que ses prédécesseurs. Les lois internationales ne sont valables pour les USA que si ça les arrange.
7  0 
Avatar de pboulanger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 8:58
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
6  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/11/2019 à 14:22
Donc la sécurité nationale soi-disant mise en danger par Huawei, ça peut attendre ?

Ou alors c'était juste un argument bidon, pour faire une guerre commerciale afin de montrer c'est qui qui a la plus grosse ? On s'en doutait. Mais maintenant, on en est sûrs.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:32
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
À en croire les récentes informations rapportées par le quotidien londonien Financial Times, l’administration Trump pourrait envisager de subventionner (à travers des crédits) les concurrents de Huawei, à savoir le suédois Ericsson et le finlandais Nokia (qui a avalé le franco-américain Alcatel-Lucent) pour les rendre plus attractifs auprès des opérateurs télécom. Selon les analyses du journal, ce geste revient à admettre que Huawei est clairement le moins cher. Cela pourrait aussi signifier que malgré la position actuelle délicate de Huawei, bon nombre d’opérateurs télécom dans le monde ont tout de même du mal à le concurrencer.
Si les USA veulent prêter de l'argent à des entreprises européenne c'est très probablement pour les contraindre à installer des backdoors pour la surveillance US.
Les USA veulent espionner les pays européens, mais les pays européens veulent des antennes 5G chinoise, parce que des entreprises chinoises sont en avance dans ce domaine.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Un coup de pouce de l'administration américaine serait-il inutile ? Les opérateurs télécom restent pragmatiques. Le déploiement rapide de la 5G à coûts maîtrisés est stratégique. Une étude a montré cette année que sans les fournisseurs chinois, les déploiements coûteront 62 milliards d'euros de plus et provoquerait un retard de 18 mois en Europe. « Si nous concentrons nos efforts sur deux acteurs, je pense que c'est une position malsaine, non seulement pour nous en tant qu'industrie, mais également pour l'infrastructure nationale du pays », avait déclaré Nick Read, PDG de Vodafone en février dernier.
Le truc chiant c'est que les gouvernements veulent absolument des antennes 5G...
Ils doivent croire que la 5G va miraculeusement relancer la croissance...
1  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/10/2019 à 14:18
La tendance serait plutôt
Enfin avec Trump, la tendance, c'est de ne pas avoir de tendance. Regarde comme après avoir crié sur la Corée du Nord, il l'a embrassé dès qu'elle a montré les muscle. Trump peut très bien retourner sa veste et je crois que Huawei sais pertinemment qu'au final Trump sera peu ou prou obliger de lâcher. Sinon comment justifier que les Chinois achète les film américain ou la NBA... Et puis après Trump, il y aura un autre président...
Tout le monde le sais Trump joue les gros dure mais jamais il ne va au combat. Les Emirats Arabes Unis l'ont appris à leur dépends. Et quand Trump se lance c'est en ordre dispersé, un pas en avant 2 pas en arrière comme il l'a montré avec la Chine...

La vérité c'est que les USA sont en train de reculer sur tous les terrains.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/11/2019 à 9:51
Comme je l'ai déjà dis, si les USA donnent un peu de temps à Huawei c'est grâce à ça :
Huawei, terres rares: les Chinois contre-attaquent face à Trump (mai 2019)
Face à Trump, médias officiels responsables politiques chinois agitent désormais la menace d'une réduction des exportations de terres rares vers les Etats-Unis -- ce qui pourrait priver Washington d'une ressource cruciale pour la haute technologie.

Car la Chine assure plus de 90 % de la production mondiale de cet ensemble de 17 métaux, indispensables aux technologies de pointe et que l'on retrouve dans les smartphones, les écrans plasma, les véhicules électriques mais aussi dans l'armement.
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Pour rappel, invoquant des préoccupations en matière de sécurité nationale l’administration Trump a pris des mesures extrêmes et sans précédent contre Huawei en mai dernier en mettant l’entreprise chinoise sous embargo.
Ça c'est l’hôpital qui se fout de la charité, il n'y aucune preuve d'espionnage de la part d'Huawei, alors qu'on sait que les entreprises US espionnent le monde entier.
Les USA sont dégoûte parce qu'ils sont en train de se faire dépasser technologiquement pas la Chine.
Les smartphones Huawei se vendent mieux que les iPhones et Huawei à le l'avance au niveau des antennes 5G.
2  1 
Avatar de melka one
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 15:53
Un coup de pouce de l'administration américaine serait-il inutile ?
intel avec ces milliards a abandonné la 5g c'est pas une histoire de subvention.
0  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/10/2019 à 23:29
Huawei a clairement de l'avance sur les autres constructeurs.

Ils sont même en train de faire de la R&D sur la 6G en parallèle (je ne sais pas si c'est vrai) alors que les concurrents restent de concentrer sur la 5G pour essayer de faire mieux que Huwei.
De mon point de vue, Huawei a pris un telle avance que j'imagine mal les concurrents pouvoir le rattraper. Si cela se révèle être vrai pour la 6G, j'imagine que le monopole durera également pour la 6G.

L'idée d'aider les entreprises concurrentes est bon selon pour essayer d'avoir une alternative. Quand l'entreprise monopolistique a atteint une certaine taille, il est quasi impossible de la rattraper. Une aide exterieur est quasi indispensable.

A première vue, l'aide de Trump est selon moi la bienevenue après je ne sais pas s'il manigance quelque chose en contre partie de cette aide
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/10/2019 à 8:44
Citation Envoyé par weed Voir le message
Ils sont même en train de faire de la R&D sur la 6G en parallèle (je ne sais pas si c'est vrai)
Ce serait étonnant vu que la 5G n'est pas totalement définie...
Ça m'étonnerait que la technologie suivante soit très avancée...
Quand Trump a demander aux sociétés US de bosser sur le 6G tout le monde s'est foutu de sa gueule.
Trump appelle au déploiement de la technologie 6G dès que possible, alors que la 5G n'est pas encore achevée, une sortie qui n’a pas manqué de faire réagir de nombreux internautes

Citation Envoyé par weed Voir le message
A première vue, l'aide de Trump est selon moi la bienevenue après je ne sais pas s'il manigance quelque chose en contre partie de cette aide
Si les USA veulent prêter de l'argent c'est pour infiltrer le truc afin d'espionner les européens.
Les USA ne sont pas content car les nations européennes veulent des antennes 5G chinoise (elles sont moins cher), les USA ont peur de perdre des informations.
Il est possible que dans le matériel réseau US il y ait des portes dérobées.
Espionnage : introduction des backdoor par la NSA dans les produits de Cisco, l’entreprise exprime son mécontentement et s’engage à protéger ses clients
0  0