Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les actionnaires demandent le démantèlement de la société mère de Google
Invoquant des préoccupations relatives aux violations des droits de l'homme

Le , par Stan Adkens

289PARTAGES

15  0 
La gouvernance des géants du numérique est beaucoup contestée depuis un certain temps. Les actionnaires de Facebook attendent leur assemblée annuelle du 30 mai pour procéder à un vote et tenter à nouveau de démettre Zuckerberg du poste de président du groupe, renverser la structure à deux catégories d'actions de Facebook et imposer une nouvelle gouvernance sur le réseau social. A l'approche de l'assemblée annuelle des actionnaires d'Alphabet en juin, les actionnaires de la société mère de Google ont aussi appelé au démantèlement d’Alphabet, invoquant des préoccupations concernant les violations des droits de l'homme et la possibilité de nouvelles mesures réglementaires, selon Yahoo News.

Dans une motion qui sera présentée à l'assemblée générale des actionnaires, les actionnaires d'Alphabet ont soutenu que la société est « trop grande et trop complexe pour être gérée efficacement » et ont demandé la mise en place d'un comité d'administrateurs indépendant pour restructurer l'entreprise. La proposition a été soumise aux actionnaires par le groupe international de consommateurs SumOfUs au nom des actionnaires du groupe, demandant la dissolution d’Alphabet. SumOfUs représent un total de 131 actions.


La résolution présentée par quatre membres individuels de SumOfUs propose qu'Alphabet trouve des alternatives à sa structure actuelle qui rendraient l'entreprise plus gérable, en citant les préoccupations de regroupement de centaines d'entreprises et les violations des droits humains. Lisa Lindsey, conseillère en marchés des capitaux chez SumOfUs, a écrit dans un courriel envoyé à Search Marketing Daily :

« Nous pensons que le conseil d'administration de Google devrait évaluer si une rupture est dans le meilleur intérêt des actionnaires, mais il ne fait aucun doute qu'une rupture serait bonne pour les annonceurs ». « Il y a un an, Google et ses sociétés affiliées détenaient une part de marché de 88 % dans la publicité de recherche, ce qui constitue un monopole effectif. La part de marché de Google est probablement encore plus élevée aujourd'hui. Lorsqu'il n'y a qu'un seul vendeur d'un service tel que la publicité par moteur de recherche, il n'y a pas de concurrence effective pour réguler les prix et Google peut faire payer ce qu'il veut aux annonceurs », a-t-elle ajouté.

Google et les autres géants de la Silicon Valley font déjà l’objet de plusieurs menaces de démantèlement. L’une des menaces de démantèlement à l’encontre de Google a été évoquée par Margrethe Vestager, la commissaire européenne, selon le journal britannique The Telegraph. La déclaration est survenue après que le géant de la recherche a été condamné à payer une amende record de 2,42 milliards d’euros pour abus de position dominante sur le marché des moteurs de recherche. La Commission européenne reprochait à Google d’avoir systématiquement favorisé son propre service de comparaison de prix et rétrogradé ceux de ses concurrents.

La taille des entreprises pose parfois un sérieux problème lorsqu’elle est très importante. En effet, certaines peuvent alors manipuler le marché pour peser de tout leur poids et laisser peu de chance pour une concurrence loyale. C’est ainsi qu’en novembre dernier, Tim Berners-Lee, le père du World Wide Web a estimé que les géants de la technologie de la Silicon Valley tels que Facebook et Google étaient devenus tellement dominants qu’ils ont peut-être besoin d’être démantelés, à moins que des challengers ou des changements de goût ne réduisent leur influence.

Un autre appel au démantèlement des géants de la Silicon Valley a été lancé par la sénatrice Elizabeth Warren, candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine 2020. En mars dernier, pendant qu’elle était en campagne dans le Queens aux Etats-Unis, la candidate a fait la promesse de démanteler des géants de la technologie comme Amazon, Google et Facebook si elle était élue présidente des États-Unis afin de promouvoir la concurrence dans le secteur technologique. Selon elle, il est grand temps de s'attaquer à la domination croissante des plus grandes entreprises technologiques des États-Unis qui ne permettent pas aux petites et aux nouvelles entreprises de s’épanouir sur un marché déjà conditionné par leur influence.

La motion des actionnaires d’Alphabet a mentionné :

« Les fonctionnaires des États-Unis et de l'UE continuent d'être préoccupés par le pouvoir de marché d'Alphabet en raison des restrictions imposées aux monopoles. Nous croyons que les actionnaires pourraient tirer plus de valeur d'une réduction stratégique volontaire de la taille de l'entreprise que des ventes d'actifs imposées par les organismes de réglementation. »


La proposition des actionnaires demande que « le conseil d'administration amorce un processus ordonné pour retenir les services de conseillers afin d'étudier les solutions de rechange stratégiques et habilite un comité d'administrateurs indépendants pour évaluer ces solutions dans l'exercice de leurs responsabilités fiduciaires afin de maximiser la valeur pour les actionnaires ».

Selon Yahoo, les raisons qui ont poussé le groupe d’actionnaires à proposer cette motion sont, entre autres, les pratiques anticoncurrentielles, les atteintes à la vie privée, les fuites de données et le tracking illégal d'Alphabet, ainsi que les milliards de dollars d'amendes.

La proposition voudrait que le conseil d’administration envisage l'unification des actions des catégories A et B d'Alphabet comme une option de changement stratégique. En effet, Alphabet est toujours contrôlé par deux de ses fondateurs, Sergey Brin et Larry Page, bien qu'ils ne détiennent pas d'actions de catégorie A, qui représentent 86 % des actions en circulation au 29 mars 2018, selon les actionnaires.

Une autre préoccupation soulevée par le groupe représentant les actionnaires est le travail de Google avec le gouvernement chinois sur le projet Dragonfly. En août dernier, une fuite d’information a permis à The Intercept de découvrir que Google travaillait sur une version censurée de son navigateur qu’il adaptait au bon vouloir des dirigeants communistes chinois. Mais, le 11 décembre dernier, face à un panel du Congrès américain et sous la pression de ses employés et des organismes des droits de l’homme, le PDG de Google, Sundar Pichai a déclaré que la firme n'avait pas l'intention de relancer un moteur de recherche en Chine.

Cependant, selon un article publié par The Intercet en mars, un groupe d'employés qui a continué à surveiller de près les systèmes internes de l'entreprise a découvert que la firme travaillait toujours sur son moteur de recherche censuré pour la Chine, même si Google a nié tout en bloc. SumOfUs, à l’origine de la motion, a déclaré a ce propos que Google doit être encadré et prendre la responsabilité de ses mauvais actes – de la collusion avec des régimes répressifs à la diffusion de contenus haineux et extrémistes.

Selon les actionnaires, la gouvernance actuelle influence également les bénéfices d’Alphabet. En effet, le groupe a annoncé en début de semaine un bénéfice net trimestriel de 6,7 milliards de dollars US, contre 9,4 milliards de dollars US il y a un an. Le bénéfice net est en baisse malgré des revenus en hausse à 36,3 milliards de dollars. Cette baisse serait en partie due à l'amende de 1,5 milliard d'euros infligée par la Commission européenne à Google en mars, lorsque son réseau publicitaire AdSense s'est révélé contraire aux règles de concurrence de l'UE.

Il faut noter aussi que les revenus ont augmenté de 17 %, un rythme plus lent que celui auquel les investisseurs s'étaient habitués, d’après Yahoo. Dans la même période l'an dernier, ils étaient en hausse de 26 %.

Facebook, Google et les autres géants du numérique demeurent sous le coup des menaces de démantèlement à cause de leur taille. La grande taille d’une entreprise serait-elle synonyme de la mauvaise gouvernance ?

Source : Yahoo News, MediaPost

Et vous ?

Que pensez-vous de la proposition des actionnaires d’Alphabet ?
Pensez-vous que la mauvaise gouvernance et les mauvaises décisions des géants du numérique sont dues à leur grande taille ?
Pensez-vous que cette proposition aboutira à la dissolution d’Alphabet ?

Lire aussi

La Commissaire européenne à la Concurrence menace de démanteler Google, si la société américaine continue d'abuser de sa position dominante
Tim Berners-Lee estime à son tour que le démantèlement des sociétés comme Facebook et Google, devrait être envisagé face à leur ultra-domination
Le nouveau plan d'Elizabeth Warren : démanteler les géants Amazon, Google et Facebook, pour promouvoir la concurrence dans le secteur technologique
Google aurait décidé d'avorter « au moins à court terme » son projet de moteur de recherche censuré en Chine, face à la protestation de ses employés
Google travaillerait toujours sur son moteur de recherche censuré pour la Chine selon des employés, mais l'entreprise nie tout en bloc

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 09/05/2019 à 10:17
Bonjour,

Citation Envoyé par weed Voir le message
Bien sur, je suis à 1000% pour un démantèlement.
Ils ont donc réussi leur campagne de désinformation (n'y vois pas une attaque personnelle) : couper Alphabet en N entreprises ne sera jamais un démantèlement, mais un moyen de contourner les lois antitrust, anti-position-dominantes, et donc contourner les amendes qui, même si elles ne sont pas encore très chères, commencent à coûter.

Comme le dit celle qui demande de couper Alphabet (Lisa Lindsey) : "il ne fait aucun doute qu'une rupture serait bonne pour les annonceurs"

Techniquement, il y aura plusieurs entreprises, donc plus d'obfuscation pour les contrôleurs, donc plus de difficultés à vraiment vérifier s'il y a des abus de position dominante.
4  1 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/05/2019 à 10:25
Citation Envoyé par weed Voir le message
Dans ce cas là, que faudrait il faire pour essayer de mettre sur un pied d'égalité la concurrence et Google ?
Question difficile, qui n'a pas de réponse évidente.

Le mieux, selon moi, est de ne plus utiliser les services de Google, mais des concurrents. Pour Android c'est encore compliqué, mais pour les autres services, il y a de plus en plus de concurrents respectueux de la vie privée et qui ne sont pas des régies publicitaires.
2  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/05/2019 à 17:56
À moins qu'un actionnaire interne le décide, les actionnaires auront du mal à démanteler Alphabet.
1  0 
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/05/2019 à 20:16
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

Pensez-vous que la mauvaise gouvernance et les mauvaises décisions des géants du numérique sont dues à leur grande taille ?
quelque part oui.
Tout le monde le sait bien et l'a appris en cours d'Histoire, les grands empires ( romain,napoléonien...) s'effondrèrent car trop vastes à gérer géographiquement et politiquement.
C'est évident qu'on ne peut pas comparer l'empire de Google avec les grands empires politiques car Google est une entité d'abord économique.
Mais elle peut avoir une petite influence politique tout de même.
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/05/2019 à 21:41
Bonsoir ,

Que pensez-vous de la proposition des actionnaires d’Alphabet ?

C'est reculer pour mieux sauter. Google est déjà un mammouth . C'est pour se retrouver à fusionner avec un autre mastodonte.

Pensez-vous que la mauvaise gouvernance et les mauvaises décisions des géants du numérique sont dues à leur grande taille ?

Il n'y a aucune mauvaise gouvernance . Du moment que c'est une machine à cash .

Pensez-vous que cette proposition aboutira à la dissolution d’Alphabet ?

Partiellement oui au moins. Rachat par Tencent ou Alibaba ou Baidoo ? Encore mieux des Russes !
1  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/05/2019 à 21:49
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Bonjour,
Ils ont donc réussi leur campagne de désinformation (n'y vois pas une attaque personnelle) : couper Alphabet en N entreprises ne sera jamais un démantèlement, mais un moyen de contourner les lois antitrust, anti-position-dominantes, et donc contourner les amendes qui, même si elles ne sont pas encore très chères, commencent à coûter.
Okay, je comprends ton point de vue. L'entitée Chrome pourra toujours demandé aux entreprises Google Search et Android de faire un max de pub pour lui même s'il ne sont sous la même entité.

Pire, on ne pourra plus dire que Google abuse de sa position sur un marché (moteur de recherche, OS mobile) pour s'imposer sur un autre marché (les navigateurs).

Dans ce cas là, que faudrait il faire pour essayer de mettre sur un pied d'égalité la concurrence et Google ?
1  0 
Avatar de saturn1
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 02/05/2019 à 18:02
J'espère que çà se fera.
Dèjà 'Alphabet' c'est un nom de compagnie un peu présomptueux pour une société de cette taille.
2  2 
Avatar de Citrax
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/05/2019 à 5:57
Ce qui a produit leur puissance provoquera leur perte...
0  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/05/2019 à 19:55
Je suis très surpris que les actionnaires demandent un démantèlement !

Bien sur, je suis à 1000% pour un démantèlement. Google est partout, aussi bien sur les nouveaux poste TV avec Android TV, que sur le téléphone ou sur le PC et peut ainsi établir des profiles extrèment précis sur chaque individu à notre insu.

De plus du fait des moyens financiers colossaux, il est absolument impossible de faire face. Je pense notamment Firefox qui peut se révéler plus efficace techniquement ne pourra jamais faire face à Chrome. La visibilité de Google est tel que les alternatives sont dans l'ombre total du grand public.

Malheureusement je pense que pour relancer la concurrence, il va falloir donner un coup de pouce aux marchés en démantelant l'entreprise.
0  2 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web