Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google aurait décidé d'avorter « au moins à court terme » son projet de moteur de recherche censuré en Chine
Face à la protestation de ses employés

Le , par Michael Guilloux

222PARTAGES

15  0 
Google a fait face à une grande vague de contestations internes ces derniers mois à cause de son projet de création d'un moteur de recherche censuré en Chine.

L'information a fait l'objet d'une fuite relayée par The Intercept au début du mois d'août. Selon le quotidien consacré au journalisme d'investigation, Google a mis au point un prototype de moteur de recherche censuré pour la Chine, qui relie les recherches des utilisateurs à leurs numéros de téléphone personnels, facilitant ainsi la surveillance par le gouvernement chinois des requêtes des internautes. Le moteur de recherche, baptisé Dragonfly, a été conçu pour les appareils Android et supprimerait les contenus jugés sensibles par le régime du Parti communiste chinois tels que les informations sur les dissidents politiques, la liberté d’expression, la démocratie, les droits de l’homme et même sur les manifestations pacifiques. The Intercept a affirmé avoir obtenu des détails qui montrent que Google a compilé une liste noire de censure comprenant des termes tels que « droits de l'homme », « protestation des étudiants », etc.

Des sources proches de Dragonfly ont ajouté que la plateforme de recherche semblait également avoir été conçue pour remplacer les données sur la pollution atmosphérique et la météo par des informations fournies directement par une source anonyme à Pékin. Le gouvernement chinois a l'habitude de manipuler des détails sur la pollution dans les villes du pays et une source de Google a déclaré que la société avait mis au point un système intégré à Dragonfly qui était essentiellement codé pour forcer les données fournies par la Chine. Cette source craignait donc que le système de recherche Dragonfly fournisse de fausses données sur la pollution en affichant une quantité de toxines dans l'air inférieure à ce qu’il en est réellement.


Les principaux groupes de défense des droits de l’homme ont critiqué Dragonfly, affirmant que cela pourrait avoir pour conséquence que l'entreprise « contribue directement aux violations des droits de l'homme ou en devienne complice ». Une préoccupation centrale exprimée par les groupes est que, au-delà de la censure, les données des utilisateurs sauvegardées par Google sur le territoire chinois pourraient être accessibles aux autorités chinoises, qui ciblent régulièrement les militants politiques et les journalistes.

Les employés de Google, à travers diverses formes de protestations, sont montés au créneau pour dénoncer le projet qui semble avoir obtenu la bénédiction des dirigeants du géant de la recherche en ligne. Google a également été interpellé par le vice-président américain, Mike Pence, qui a exhorté l'entreprise à renoncer sans attendre à poursuivre la mise en œuvre de Dragonfly.

Face à toute cette pression, Google a commencé à changer de langage concernant son projet de moteur de recherche censuré en Chine. Sundar Pichai, qui avait annoncé au départ que la firme n’allait pas reculer, a déclaré mardi 11 décembre à un panel du Congrès américain que Google n'avait pas l'intention de relancer un moteur de recherche en Chine, bien qu'il continue d'étudier cette idée. Mais d'après un nouveau rapport de The Intercept, citant deux sources anonymes, Google aurait fini par avorter son projet.

Ainsi, après des années d'absence du marché chinois de la recherche en ligne, Google va encore s'en priver. Les vagues de contestations internes et externes auraient en effet incité les dirigeants de l'entreprise à « arrêter au moins à court terme » le projet Dragonfly, moins de cinq mois après que l'information a été rendue publique.

Notons que ce n'est pas la première fois cette année que Google se voir contraint d'abandonner un projet de grande envergure face à la désapprobation de ses employés. Plutôt cette année, l'entreprise a décidé de ne pas renouveler son contrat avec le Département américain de la Défense (DoD) dans un projet baptisé Maven. Ce projet d'IA militaire vise à améliorer les opérations de drones en utilisant des technologies de reconnaissance d'images. Et selon le Pentagone, l'objectif initial de Maven était de fournir à l'armée une vision par ordinateur avancée, permettant la détection et l'identification automatique d'objets, dans pas moins de 38 catégories, capturés par la caméra d'un drone. Il va par conséquent permettre de suivre à la trace certaines cibles. Des intentions qui ont poussé plus de 3000 employés de Google à protester contre cette collaboration avec le Pentagone.

Sources : The Intercept, CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Google décide d'accélérer la fermeture de Google+ après la découverte d'un nouveau bogue, qui affecte les informations de 52 millions d'utilisateurs
Mozilla n'est pas du tout content de l'adoption de Chromium par Microsoft, les navigateurs non basés sur la techno de Google sont-ils en danger ?
Après Google, Mozilla travaille à son tour au portage de son navigateur sur Windows 10 ARM, en collaboration avec Qualcomm
Google propose aux bêta testeurs Waymo One, son service de taxis autonomes, qui sera limité pour le moment à la ville de Phoenix
Google annonce qu'il va arrêter son application de messagerie Google Allo en 2019 pour se concentrer sur Messages

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/03/2019 à 10:00
Citation Envoyé par Jonathan Voir le message
Que pensez-vous de ce moteur de recherche censuré ?
En Chine internet est censuré et Google ne souhaite pas se passer d'un gros marché.
Il doit y avoir plus d'1 milliard de chinois, ils peuvent devenir rentable pour Google. (il y a un paquet de pubs à afficher et d'informations personnelles à récupérer et à exploiter)

Il y a des gens en France qui rêvent de pouvoir censurer internet, mais ce n'est pas dans la culture française, donc ça ne devrait pas arriver.
Christophe Barbier : "Ça se régule aussi Internet... Les Chinois, ils y arrivent bien !"

Citation Envoyé par Jonathan Voir le message
Quelles peuvent être les conséquences de son lancement ?
Des employés de Google vont être un peu déçu par les décisions de leur entreprise, mais pour les chinois ça ne changera pas grand chose, tout est déjà censuré là-bas...

Le truc qui craindrait ce serait que Google remonte au gouvernement chinois la liste des utilisateurs qui ont effectué certaines requêtes (le gouvernement ferait ensuite baisser la note de civilité).
1  0 
Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 06/03/2019 à 19:58
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Le truc qui craindrait ce serait que Google remonte au gouvernement chinois la liste des utilisateurs qui ont effectué certaines requêtes (le gouvernement ferait ensuite baisser la note de civilité).
quel genre de recherche ? quand on vois ou cela nous mene cette "internet" on peu se posé des questyon
genre ceux qui font des recherches sur le fn, les curée sur la pédophilie, les magouille européennes...etc. tous le système européen bâtie est la dessus.
comme qui dirais un typeque je ne nomerais point :
Un coup de pied dans cette baraque pourrie et tout s'écroulera
0  2