Google propose aux bêta testeurs Waymo One, son service de taxis autonomes,
Qui sera limité pour le moment à la ville de Phoenix

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Après dix ans à faire rouler ses voitures autonomes afin de collecter les données au fil de quelques 16 093 440 millions de kilomètres (réels et virtuels), Waymo, la filiale d'Alphabet, lance enfin son service de taxis autonomes au grand public.

Baptisé Waymo One, cette offre commerciale sera dans un premier temps réservée à la ville de Phoenix et sa banlieue, ce qui inclut également les villes de Chandler, Tempe, Mesa et Gilbert. La localité choisie n'est pas une surprise car depuis l’année dernière, des bêta testeurs issus du grand public peuvent y essayer le service.

Depuis avril 2017, les Early Riders (ces bêta testeurs) testent les véhicules autonomes de la société pour se rendre au travail, à l'école et effectuer diverses courses. Certaines de ces personnes vont désormais migrer vers Waymo One, tandis que d'autres resteront dans le programme Early Rider. Ceux qui migrent vers Waymo One continueront à utiliser les minivans autonomes de la société, Chrysler Pacifica, de la même manière qu’ils le faisaient lorsqu’ils étaient inscrits au programme Early Rider (en dehors du fait qu’ils seront désormais facturés).

Waymo One sera disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les clients pourront commander une course depuis une application mobile qui leur indiquera le tarif calculé en fonction de la destination et de la durée du trajet. Si le prix convient, l'utilisateur validera la commande et un taxi autonome viendra le prendre en charge.


L'application Waymo One fonctionne presque exactement comme celles d’Uber ou Lyft. On indique où l’on se trouve, où on veut aller et elle répond avec un tarif et un temps de trajet.
Il y a toutefois quelques différences importantes. Il est plus difficile de préciser où l’on souhaite être pris en charge et déposé. Il faut indiquer de quel côté de la rue on se trouve ou un point exact sur un parking donné, en recommandant même le meilleur accès.

Une fois la voiture arrivée, le passager peut suivre les détails de sa course sur un écran embarqué. Il peut également se contenter de voir ces mêmes informations sur son smartphone. S'il a des questions, Waymo a prévu qu'il puisse contacter un service de support. Le passager pourra demander à être appelé sur son smartphone ou plus simplement chatter avec un employé de Waymo One.

Dans un premier temps, le service sera réservé aux personnes qui ont participé au programme pilote, ce qui représente environ 400 utilisateurs potentiels. Des conducteurs qualifiés seront présents également. Tout d’abord, les premiers testeurs seront probablement plus à l'aise dans une voiture avec un humain à la place du conducteur. Ensuite, bien que Waymo insiste sur le fait que ses voitures se conduiront elles-mêmes la plupart du temps, le conducteur humain peut prendre le contrôle en cas d’un éventuel problème.


En effet, selon un récent rapport paru dans The Information, les véhicules les plus avancés de Waymo peuvent encore parfois confondre certaines situations de circulation, ce qui suggère que la technologie, bien qu’incroyablement avancée, n’est pas encore tout à fait prête pour le monde réel. Ces derniers mois, la société a commencé à réintégrer des chauffeurs qualifiés dans les véhicules. Éliminer les chauffeurs qualifiés fait néanmoins toujours partie de la « vision » ultime de Waymo.

Pour l’heure, jusqu'à trois adultes et un enfant pourront partager une course, mais cette limite pourrait évoluer en fonction du type de véhicule ou si le conducteur humain disparaît. .

Waymo poursuivra un programme de développement en parallèle avec des passagers volontaires afin de tester de nouvelles fonctionnalités avant qu'elles ne soient déployées sur Waymo One.

Waymo travaillera aux différentes technologies nécessaires au déploiement du service dans d'autres villes, où le réseau routier peut être plus complexe et le climat moins clément. Même si, pour l'heure, la filiale d'Alphabet ne communique pas sur ces futures étapes naturelles. Ses voitures autonomes ont encore à s'affranchir de certaines difficultés, comme celle d'être capables de conduire en cas de neige.

Source : Waymo, The Information

Voir aussi :

Le premier projet de loi américain sur les voitures autonomes reçoit un appui de dernière minute du Congrès, au regret d'Advocacy Consumers
Et si la police pouvait conduire à distance votre véhicule autonome volé pour le diriger vers le poste le plus proche ? Bientôt ce scénario ?
La Californie autorise la voiture autonome de Waymo (division Google) à rouler sans conducteur de secours, une première dans le domaine


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil