Au grand regret d'Oracle, le ministère américain de la défense a choisi Microsoft et Amazon
Comme finalistes dans le projet militaire JEDI Cloud

Le , par Stéphane le calme

278PARTAGES

10  0 
Le 15 octobre 2018, Jeff Bezos, PDG d’Amazon, a déclaré que son entreprise va continuer de travailler avec enthousiasme avec l'armée américaine. Malgré l’opposition des employés et des critiques externes, Amazon a affiché son intention de décrocher le contrat JEDI Cloud auquel ont renoncé plusieurs autres géants de la technologie. Le contrat en question concerne le programme JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) qui couvrira toutes les branches de l’Armée US créant un environnement de cloud standard au sein du département de la Défense. Le contrat devrait s’étendre sur une période de 10 ans.

« Si les grandes entreprises de technologie tournent le dos au DoD, notre pays va avoir des problèmes », a déclaré Bezos. « Nous allons continuer à soutenir le DoD, et je pense que nous devrions le faire », a-t-il ajouté. « L'une des tâches de la haute direction est de prendre la bonne décision, même lorsque c'est impopulaire. », a rapporté CNN. Amazon avait donc bel et bien l’intention de décrocher ce contrat de 10 milliards de dollars avec le ministère de la Défense et d’héberger les données du Pentagone sur le cloud, selon CNN.

Google

Début octobre, Google a décidé de se retirer de la course, faisant valoir que le projet pourrait entrer en conflit avec ses valeurs. L’entreprise devait soumettre une offre pour ce projet, qui pourrait s’étendre sur 10 ans, au plus tard le 12 octobre 2018.

Google a publié une déclaration à propos de sa décision :

« Bien que nous travaillions pour aider le gouvernement américain avec notre cloud dans de nombreux domaines, nous n’allons pas soumettre d’offre pour obtenir le contrat JEDI car, tout d’abord, nous n’avons aucune assurance que cela correspondrait à nos principes concernant l’utilisation de l'IA, ensuite, nous avons déterminé qu'il y avait des portions du contrat qui étaient hors de portée avec nos certifications gouvernementales actuelles. Si le contrat de JEDI avait été ouvert à plusieurs fournisseurs, nous aurions présenté une solution convaincante pour certaines parties.


« Google Cloud estime qu'une approche multi-cloud est dans l'intérêt des agences gouvernementales, car elle leur permet de choisir le bon cloud pour la bonne charge de travail. À l'heure où de nouvelles technologies deviennent de plus en plus disponibles, les clients devraient pouvoir tirer parti de cette innovation. Nous poursuivrons nos travaux stratégiques pour aider les clients des États, locaux et fédéraux, à moderniser leur infrastructure et à répondre à leurs exigences essentielles ».

Microsoft

Dans un billet daté du 9 octobre 2018 et intitulé « activation du cloud intelligent et des solutions de pointes intelligentes pour le gouvernement », Julia White Corporate Vice President, Microsoft Azure, a expliqué que :

« Nous assistons à une transformation de la technologie qui ouvre de nouveaux scénarios de mission pour les agences gouvernementales, ce qui n’était tout simplement pas possible auparavant. Les capteurs intelligents et les appareils connectés modifient la façon dont les agences abordent les problèmes, de la maintenance des équipements à la mesure de la qualité de l'air, des villes intelligentes aux postes militaires, tandis que les nouveaux appareils sont de plus en plus connectés au cloud, qu'il s'agisse d'un feu de signalisation ou d'un véhicule de secours.


« En parallèle, le cloud hybride passe de l’intégration d’un datacenter au cloud public pour devenir des unités d’informatique disponibles même dans les destinations les plus éloignées du monde, fonctionnant de concert avec le cloud public. Maintenant, plus que jamais, le gouvernement peut apporter le pouvoir du cloud aux missions du monde entier.

« En associant ces deux tendances technologiques et en intégrant l'intelligence artificielle sur tous les systèmes, nous entrons dans l'ère du cloud intelligent et de l’intelligence de pointe. Et même si nous nous attendons à ce que chaque secteur profite de l'évolution de ces technologies, le travail du gouvernement, en particulier, sera modifié par la capacité de planifier plus loin, de collecter des informations plus efficacement et de fournir des informations là où elles sont le plus nécessaires ».

Même si dans le billet il n’est pas fait une mention explicite de JEDI, certains employés n’ont pas manqué de faire le lien et d’exprimer leur mécontentement dans une lettre ouverte. Néanmoins, cela n’a pas freiné les ardeurs de l’éditeur de Windows qui a proposé une offre au gouvernement.

Les deux finalistes

Le Pentagone a annoncé deux finalistes dans le processus de contrat de cloud JEDI d'un montant de 10 milliards de dollars et Oracle n'en faisait pas partie. En dépit de poursuites judiciaires, de manifestations officielles et même de reproches adressés au président, les deux finalistes sont Microsoft et Amazon.


Satya Nadella, PDG de Microsoft et Jeff Bezzos, PDG d'Amazon

« Après avoir évalué toutes les propositions reçues, le ministère de la Défense a déterminé la portée de la demande de propositions relative au Joint Enterprise Defense Infrastructure Cloud, conformément à toutes les lois et réglementations en vigueur. Les deux entreprises du groupe concurrentiel vont participer davantage au processus d’achat », a déclaré Elissa Smith, porte-parole du Département de la défense pour le Département des affaires publiques. Elle a ajouté que ces deux finalistes étaient en fait Microsoft et Amazon Web Services (AWS, la branche de cloud computing d'Amazon).

Certains pensent que le gagnant pourrait avoir la mainmise sur d’autres contrats du gouvernement. Après tout, si vous développez une infrastructure cloud pour le ministère de la Défense et que vous le préparez pour une approche moderne de l’informatique de manière hautement sécurisée, vous seriez très bien placé pour défendre d’autres contrats aux exigences similaires.

Le Pentagone a estimé que les deux finalistes ont été les plus qualifiés pour répondre aux exigences du contrat. Ils sont les deux principaux fournisseurs d’infrastructure cloud sur le marché, bien que Microsoft soit loin derrière avec une part de marché d’environ 13 ou 14%. Amazon est loin en tête, avec environ 33%, selon certains baromètres.

En occultant les parts de marché, il faut reconnaître que les deux entreprises ont une expérience des contrats gouvernementaux, et les deux apportent des forces et des faiblesses sur la table. Ce sera sans aucun doute une décision difficile.

Source : BI

Voir aussi :

La cyberdéfense de nouvelle génération sera alimentée par l'analyse et l'apprentissage automatique, d'après un sondage
Le procureur spécial qui a accusé 12 militaires russes d'ingérence dans les élections US de 2016 rend son rapport après 22 mois d'enquête
Project Maven : Google a fait appel aux travailleurs de la gig economy pour entraîner son IA, dont l'usage est militaire
« La France emploie et emploiera l'arme cyber dans ses opérations militaires », a déclaré la ministre française de la Défense

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Eric80
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/04/2019 à 12:47
https://www.canalys.com/newsroom/clo...full-year-2018
33% des parts du marché pour Amazon, mais Microsoft, no2 est monté à 16% en 2018.
Donc c était à peu prêt évident qu aucun n autre ne pouvait arriver en finale...

Il sera intéressant de voir l indépendance du Pentagone pour choisir le gagnant.
Bezos étant vraiment pas le copain de Trump, Microsoft a de bonnes chances d'emporter le marché.

Mais au delà, c est surtout lié aux choix technologiques existants: qui a des outils essentiellement Microsoft (Office, .NET) choisira Azure, tandis qu une organisation essentiellement avec des outils Java ira chez Amazon.
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web