Project Maven : Google a fait appel aux travailleurs de la gig economy pour entraîner son IA
Dont l'usage est militaire

Le , par Stéphane le calme

101PARTAGES

12  0 
Des millions de travailleurs de la gig economy du monde entier vivent maintenant de ce qu’on appelle des sites Web de crowdfunding - un travail qui relève du crowdsourcing ou de la division de tâches en minuscules portions à répartir sur un grand nombre de personnes. Les sites paient à peine 1 dollar de l’heure pour permettre aux utilisateurs d’accomplir des tâches brèves et répétitives, telles que l’identification de motifs sur des images et la production de critiques de produits.

La gig economy signifie, littéralement, l’économie des petits boulots. Le terme, très populaire aux États-Unis, désigne principalement les plateformes collaboratives comme Uber ou Deliveroo qui n’emploient pas des salariés, mais travaillent avec des micro-entrepreneurs (anciennement autoentrepreneurs, qui exercent une entreprise individuelle sous le régime fiscal de la microentreprise.)

Selon un nouveau rapport publié par The Intercept, Google a embauché des employés de la gig economy pour l'aider à mettre en place un programme controversé d'intelligence artificielle que la société avait associé au Pentagone.

Citation Envoyé par The Intercept
Certains de ces travailleurs de la gig economy aidaient inconsciemment à renforcer les capacités de drones sur les champs de bataille du Pentagone.

Le travail a été effectué dans le cadre d'une initiative du ministère de la Défense appelée Project Maven. L'année dernière, The Intercept a annoncé que le Pentagone avait discrètement fait appel à Google dans le cadre du projet de développement d'un programme d'intelligence artificielle destiné à aider les analystes de la Force aérienne à trier rapidement les milliers d'heures de vidéo de drones et à choisir des cibles sur le champ de bataille.

Cependant, le programme d'intelligence artificielle doit apprendre à être capable de distinguer les objets sur les vidéos - et pour que le programme puisse apprendre, il faut que quelqu'un l'enseigne. C’est ici qu’entrent sur scène les travailleurs de la gig economy, chargez de fournir le libellé initial des données d’image - identifiant correctement les parties d’une image - permettant au programme d’intelligence artificielle de Google de distinguer les bâtiments, les images, les arbres et d’autres objets. Le rôle des travailleurs de la gig economy a suscité peu d'attention.

The Intercept affirme avoir obtenus des courriels qui montrent que peu après que Google eût signé l'accord avec l'armée, le géant de la technologie a commencé à travailler pour étiqueter un ensemble d'images satellites capturées par une technologie connue sous le nom d'imagerie animée à grande échelle. En octobre 2017, Google a envoyé à une société appelée CrowdFlower - qui a ensuite pris le nom de Figure Eight - des images brutes contenant des instructions relatives à l'étiquetage des données. Le projet d’étiquetage des données a commencé à montrer des résultats rapidement au cours du mois suivant, alors que les ingénieurs élaboraient de meilleures directives à l’intention des travailleurs de la gig economy pour enseigner à l’intelligence artificielle l’identification des objets.

Le projet Maven, avec l'aide des travailleurs de la gig economy, a été conçu pour permettre aux responsables du Pentagone de procéder à une « analyse en temps quasi réel » et de « cliquer sur un bâtiment pour voir tout ce qui lui est associé », y compris des personnes et des véhicules, selon des documents obtenus par The Intercept.


Selon The Intercept, ces travailleurs ne savaient pas à qui leur travail était destiné ni ce à quoi ils contribuaient.

Citation Envoyé par The Intercept
Will Pleskow, responsable de compte chez Figure Eight, a confirmé le rôle de sa société dans l’initiative Project Maven lors d’un entretien avec The Intercept lors du AI Summit, un salon destiné aux entreprises du secteur de l’apprentissage automatique. Pleskow a déclaré que les travailleurs effectuant l'étiquetage des données, appelés « contributeurs », ne savaient pas qu'ils travaillaient pour Google ou pour l'armée, ce qui n'est pas un arrangement inhabituel.

« Nos clients ont la possibilité de montrer qui ils sont. La plupart du temps, cela reste anonyme », a déclaré Pleskow. Il a ajouté que son entreprise effectuait des tâches d'étiquetage d'image similaires pour améliorer la qualité de la technologie des véhicules autonomes, tels que les voitures sans conducteur.

Plusieurs travailleurs de Figure Eight ont déclaré à The Intercept qu'il n'était pas inhabituel de laisser les travailleurs dans l'ignorance à propos de la manière dont les résultats de leur chaîne de montage de données sont utilisés.

« Les contributeurs à la plateforme Figure Eight ne sont pas informés des destinataires des données », a déclaré un ancien animateur de groupe, qui utilisait son pseudonyme lorsque The Intercept a contacté des médias sociaux. « Habituellement, on leur donne une raison pour laquelle ils effectuent une tâche, telle que "Dessinez des boîtes autour d’un certain produit pour aider les machines à le reconnaître", mais ils ne savent rien de la société qui reçoit les données ».
En juin dernier, Google avait annoncé sa décision de ne pas renouveler son contrat avec le ministère de la Défense, car il concernait le projet Maven après que plus de 3 000 employés eurent signé une pétition pour protester contre son implication dans cette initiative. L'accord devrait se terminer en mars 2019.

Source : The Intercept

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Google lance Cloud Firestore, une base de données de documents NoSQL sans serveur, serait-elle meilleure que Firebase ?
Après Facebook, c'est Google qui fait aussi passer Screenwise Meter, une application de collecte de données, sur les périphériques iOS
La fermeture de Google+ pour les comptes grand public est prévue le 2 avril 2019, Google révèle aussi quand les données seront supprimées
Google fait ses premiers pas vers la suppression des URL telles qu'on les connait sur le web avec déjà 2 projets en cours d'élaboration
Google Chrome 72 est disponible pour Windows, macOS, Linux et Android : zoom sur les nouveautés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tmcuh
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/02/2019 à 13:09
Idée intéressante d'utiliser des petites mains pour faire avancer la reconnaissance d'objets... parler d'intelligence serait quand même un gros mot qui fait toujours débat.

Dommage que Google ne veut pas prendre parti à celà car je pense qu'il a beaucoup à y gagner tant sur le plan technologique, que de reconnaissance "The Brand".
Ce qui est rigolo c'est que les chinois n'ont aucune éthique de ce genre et donc seront les plus avancés d'ici peu et c'est là que les choses sérieuse commenceront
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/02/2019 à 13:52
Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
Idée intéressante d'utiliser des petites mains pour faire avancer la reconnaissance d'objets...
Perso ça me fait penser aux clodos utilisé par Aperture Science dans Portal 2.
Test Subject
According to GLaDOS, Aperture Science's annual bring-your-daughter-to-work day "is the perfect time to have [one's daughter] tested", suggesting Test Subjects are (at least partially) chosen among daughters of Aperture employees. Other popular Aperture Science Test Subject gathering methods include paying homeless people insignificant wages, forcing employees to participate in tests, picking up orphans from orphanages or transferring psychiatric patients from Aperture-branded mental institutions. Compared to early testing phases, when Aperture seems to have hired the best of the best (such as "astronauts" "war heroes" and "olympians", Aperture later shows both increasing issues with test subject quality and apparent investigations into the whereabouts of failed test subjects.
Parfois on retrouve de la science-fiction dystopique dans la réalité.

Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
Dommage que Google ne veut pas prendre parti à celà
Google était très content de collaborer avec le gouvernement (ça devait être bien payé), mais quelques employés ont protesté, démissionné, et tout ça, du coup Google a fait marche arrière. (c'est possible que le programme continu en secret, c'est juste que l'image publique de Google était grillé, alors il fallait essayer de redorer le blason).

Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
Ce qui est rigolo c'est que les chinois n'ont aucune éthique de ce genre et donc seront les plus avancés d'ici peu et c'est là que les choses sérieuse commenceront
Ouais il parait que l'IA va jouer un grand rôle dans la prochaine guerre mondiale qui arrive.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le projet Maven, avec l'aide des travailleurs de la gig economy, a été conçu pour permettre aux responsables du Pentagone de procéder à une « analyse en temps quasi réel » et de « cliquer sur un bâtiment pour voir tout ce qui lui est associé », y compris des personnes et des véhicules, selon des documents obtenus par The Intercept.
Ça me fait peur un tel niveau de surveillance. Officiellement ils vont dire que c'est pour lutter contre le terrorisme, ou ce genre de connerie, mais en pratique ce sera peut-être autre chose.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web