Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Zuckerberg détient plus de données sur les activités en ligne des gens,
Que n'importe qui d'autre dans le monde, selon un ex-cadre de Facebook

Le , par Stan Adkens

306PARTAGES

4  0 
Alex Stamos, ancien haut responsable de Facebook, était à la conférence de Washington Post sur la technologie et les politiques le mercredi soir. En prenant la parole sur scène lors de la conférence, Stamos a déclaré que « Mark Zuckerberg est assis sur plus de données sur ce que les gens veulent faire en ligne que n'importe qui d'autre dans le monde ». Alex Stamos était le plus haut responsable de la sécurité chez Facebook qui a confirmé son départ de l’entreprise en mars 2018.

L’ex-chef de la sécurité a également expliqué comment Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, est capable de prendre des décisions qui n'ont de sens qu'avec le recul. Stamos a cité quelques exemples de décisions qu’a prises son ex-patron qui n’ont pas été très raisonnables au départ, mais qui se sont avérées d’une importance capitale pour la firme par la suite. Il a cité les acquisitions de la messagerie privée WhatsApp en 2014 pour 19 milliards de dollars, et du service de partage de photos Instagram en 2012 pour 1 milliard de dollars, comme exemples de paris « que les gens pensent insensés, mais qui s'avèrent prophétiques parce qu'il connaît la direction que prend le monde », a déclaré Stamos.


Lorsque Facebook achetait l'application de messagerie WhatsApp en 2014, elle ne comptait que 450 millions d'utilisateurs actifs par mois et elle faisait partie avec Viber et iMessage des plus populaires applications de messagerie sur smartphone. Tous les jours, 50 milliards de messages étaient échangés sur l’application au moment de l’acquisition. Et selon Facebook, l'application accueillait un million de nouveaux utilisateurs chaque jour, à l’époque. A cette époque, Zuckerberg voyait dans l’application, un avenir pour son modèle économique, une des raisons qui l’a poussé à la racheter.

En 2015 déjà, l’application comptait dans les 900 millions d’utilisateurs actifs par mois. Aujourd’hui, selon un rapport publié en janvier 2019 par App Annie, une entreprise qui fournit les données d'applications et des informations exploitables permettant à une entreprise de réussir dans le secteur du mobile, le nombre d’utilisateurs actifs par mois de Whatsapp dépasserait celui de la célèbre application Facebook de la firme notamment sur les plateformes iOS et Android, et ce depuis le mois de septembre 2018.

WhatsApp compte plus de 1,5 milliard d'utilisateurs et constituera probablement la base de la nouvelle orientation de l'entreprise vers la messagerie privée, que Zuckerberg a annoncée au début du mois. En effet, Mark Zuckerberg va réorienter Facebook vers le chiffrement et la confidentialité, pour que les utilisateurs communiquent dorénavant en groupe restreint. « Quand je pense à l'avenir d'Internet, je crois qu'une plateforme de communication axée sur la protection de la vie privée deviendra encore plus importante que les plateformes ouvertes d'aujourd'hui », a écrit Zuckerberg en début de ce mois.

Lorsque Facebook acquérait Instagram en 2012, l’application revendiquait 80 millions d'utilisateurs, contre plus de 900 millions pour Facebook à l’époque. Aujourd’hui, Instagram compte maintenant plus d'un milliard d'utilisateurs actifs par mois et est populaire parmi les publics plus jeunes qui se désintéressent de l'application principale de Facbook.

Zuckerberg et son entreprise comptent maintenant fusionner les plateformes WhatsApp, Instagram et Messenger afin d’implémenter le chiffrement de bout en bout sur l’ensemble à l’image de Whatsapp et permettre, par exemple, à un utilisateur de Facebook Messenger d’envoyer un message chiffré de bout en bout à un utilisateur de WhatsApp ou d’Instagram et vice-versa. Ces deux transactions se sont avérées, par conséquent, très précieuses pour l'entreprise.

Néanmoins, l’ex-haut responsable de la sécurité de Facebook a noté que toutes ces données pourraient ne pas permettre à Zuckerberg de sortir de sa situation actuelle. Facebook et d'autres entreprises de technologie gèrent un ensemble épineux de questions qui impliquent l'équilibre entre la vie privée des utilisateurs et la sécurité des utilisateurs. Et selon Stamos, c’est souvent très difficile d’établir cet équilibre, surtout pour une entreprise de l'envergure de Facebook, a-t-il dit lors de son intervention à la conférence.

M. Stamos a également dit qu’il serait très importance que l'industrie de la technologie travaille ensemble pour atteindre des objectifs communs plutôt que de se tirer des coups de feu les uns sur les autres. Pour l’ex-collaborateur de Zuckerberg, il serait mieux pour les responsables des entreprises du numérique de travailler de concert.

« Les gens de Morgan Stanley et Goldman (Sachs) se détestent, mais ils comprennent que leurs bateaux démarrent en même temps », a expliqué Stamos. « Dans la Valley, il y a des conflits de personnalité....et si les PDG (en technologie) s'en prennent aux autres dans les keynotes...il est peu probable qu'ils travaillent bien », a-t-il ajouté.

M. Stamos a ajouté que s'ils n'arrêtent pas de se critiquer les uns les autres, ils ne seront pas en mesure de travailler sur des questions importantes comme la modération du contenu, la réglementation des publicités politiques et la cybersécurité.

Alex Stamos a été l'un des premiers travailleurs de Facebook à découvrir que les Russes utilisaient le réseau social pour interférer avec les élections américaines de 2016. En mars 2018, avant de partir de Facebook, il a envoyé une note de service aux membres du personnel afin de les inciter à assumer la responsabilité des lacunes de l’entreprise. « Nous devons créer une expérience utilisateur qui véhicule l'honnêteté et le respect, et non une solution optimisée pour inciter les gens à cliquer sur “oui” afin de nous donner plus d'accès », a estimé Stamos. « Nous devons collecter le moins de données possible et les conserver seulement aussi longtemps que nous en avons besoin pour servir les gens ».

Facebook traverse une période trouble depuis l’année dernière à cause de sa politique de collecte et de partage des données personnelles de ses utilisateurs. Plusieurs autres collaborateurs ont démissionné à cause de cette politique de données.

Source : CNBC

Et vous ?

Que pensez-vous de ses déclarations de Stamos ?

Lire aussi

WhatsApp est devenue l'application Facebook ayant le plus d'utilisateurs actifs mensuels, selon un rapport
Alex Stamos (Facebook) : « nous devons apprendre à être à l'écoute des autres (même en interne) », les conseils d'un chef de la sécurité sur le départ
Mark Zuckerberg va réorienter Facebook vers le chiffrement et la confidentialité, et les gens communiqueront dorénavant en groupe restreint
USA : un quart des utilisateurs de Facebook ont supprimé l'application en 12 mois, tandis que 74 % ont changé leur relation avec le réseau social
Zuckerberg affirme que la fusion des plateformes WhatsApp, Instagram et Messenger améliorera la sécurité, et créera une expérience de type iMessage

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !