Google ne supprimera pas l'application du gouvernement saoudien qui suit les femmes,
Car elle n'est pas en violation avec ses conditions de service

Le , par Stan Adkens

169PARTAGES

13  0 
Google refuse de supprimer Absher, l'application controversée du gouvernement saoudien, qu’il héberge dans Google Play, sa boutique en ligne, parce qu’elle n’est pas en violation avec ses conditions de service. Absher est le système informatique qui rend la fuite de l'Arabie Saoudite si difficile pour les femmes qui cherchent à échapper aux conditions difficiles de vie pour trouver exile à l’étranger. Absher est également disponible sur Apple Store. Les deux sociétés, Apple et Google, ont été accusées le mois dernier d’avoir aidé à « faire respecter un système d’apartheid des genres » en Arabie Saoudite, en proposant une application qui permet aux hommes de suivre les femmes et de les empêcher de quitter le pays.

La représentante démocrate Jackie Speier, Ilhan Omar, et Rashida Tlaib, et 11 autres membres du Congrès avaient exigé le 21 février que Google et Apple retirent l'application de leur boutique. Mais, selon un article de Business Insider publié samedi, Google a rejeté les appels visant à supprimer l’application du gouvernement saoudien qui offre un outil permettant aux hommes de contrôler où les femmes voyagent et a déclaré au bureau de Jackie Speier que Absher ne viole pas ses termes de service.

Pour rappel, Insider a rendu compte de l'existence de l’application Absher le mois dernier, en expliquant en détail comment fonctionne l’application Absher. En effet, Absher permet aux hommes saoudiens de suivre les femmes et de contrôler où elles voyagent, au motif qu'elles respectent toutes leurs conditions. Selon Insider, Absher fonctionne avec un système d’alerte SMS qui anéantit tout espoir aux femmes qui souhaiteraient fuir l'Arabie Saoudite, car il prévient leurs tuteurs pendant qu'elles peuvent encore être appréhendées, selon le Dr Taleb al-Abdulmohsen, réfugiée saoudienne qui s'est enfuie en Allemagne.


Selon Insider, en vertu du système de tutelle de l'Arabie saoudite, chaque femme du pays doit avoir un tuteur masculin, généralement un parent, qui doit d’abord accorder la permission à cette dernière avant tout voyage. Une fois que les femmes utilisent leur passeport pour quitter l’Arabie Saoudite, ces hommes sont alertés par des SMS.

Apple et Google avaient été sévèrement critiqués par les organisations de défense des droits de l’homme le mois dernier après les révélations de l’existence de l’application Absher dans leur app store. Rothna Begum de Human Rights Watch avait déclaré à Insider qu’« Apple et Google ont des règles contre les applications qui facilitent les menaces et le harcèlement. Des applications comme celle-ci peuvent faciliter les violations des droits de l'homme, y compris la discrimination à l'égard des femmes. » Le sénateur Ron Wyden avait également écrit aux PDG des deux entreprises, Tim Cook et Sundar Pichai, le 11 février, pour demander que l'application soit « immédiatement retirée » d’Apple Store et de Google Play.

Suite aux accusations des militants des droits de l’homme et au courrier du sénateur, Apple et Google avaient promis examiner en profondeur l'application Adsher. Par ailleurs, la représentante Jackie Speier et 13 autres collègues du Congrès ont écrit à Sundar Pichai et Tim Cook le 21 février dernier, pour réitérer la demande de retrait de l'application qui a suscité tant de critiques.

Google a examiné l'application Absher et a conclu qu'elle ne viole aucun accord – la décision a été communiquée par Google au bureau de la représentante Jackie Speier. Par conséquent, l’application universelle que les Saoudiens utilisent pour interagir avec l'Etat et qui offre des fonctionnalités qui permettent aux hommes saoudiens d'accorder et d'annuler les autorisations de voyage aux femmes peut toujours rester disponible dans le magasin Google Play.

En effet, les conditions de service du développeur de l'application Google Play stipulent que : « Nous n'autorisons pas les applications qui font la promotion de la violence ou qui incitent à la haine contre des personnes ou des groupes en raison de leur race ou de leur origine ethnique, de leur religion, de leur handicap, de leur âge, de leur nationalité, de leur statut d'ancien combattant, de leur orientation sexuelle, de leur sexe, de leur identité sexuelle ou de toute autre caractéristique associée à une discrimination ou marginalisation systématique ». Toutefois, Absher qui permet de soumettre les voyages, le travail, le mariage, etc. des femmes aux seules décisions de leurs tuteurs en Arabie Saoudite ne serait pas en violation avec ces conditions, selon Google.

Speier et ses collègues du Condrès avaient donné jusqu'au jeudi 28 février aux deux entreprises pour expliquer pourquoi l'application est hébergée dans leur boutique. Le jeudi dernier, Apple a déclaré au bureau de Speier qu’il est toujours en train d'examiner Absher, suite aux appels du sénateur Ron Wyden pour que les sociétés « cessent de gagner du temps » et prennent une décision.

Les 14 membres du Congrès qui avaient demandé la suppression de l’application, y compris Ilhan Omar, Rashida Tlaib, Katherine Clark et Jackie Speier, ont déclaré que Google et Apple sont « complices de l'oppression des femmes saoudiennes » pour avoir accueilli l'application dans leur boutique. Les 14 ont déclaré à Insider que « Les réponses reçues jusqu'ici d'Apple et de Google sont profondément insatisfaisantes ». Ils également ont noté qu’« A ce jour, l'application Absher reste disponible dans Apple Store et Google Play Store, même s'ils peuvent facilement la supprimer. »

Selon les 14 membres du congrès, Google et Apple ont la possibilité de retirer l’application du gouvernement saoudien de leur boutique, mais ils ne se décident pas à le faire. En effet, selon la représentante Speier, les deux sociétés avaient déjà par le passé supprimé une autre application – l'application Living Hope Ministries – qui était en violation des droits des personnes.

« Faciliter la détention des femmes qui demandent l'asile et qui fuient les mauvais traitements et le contrôle, leur cause un préjudice sans équivoque. Je vais faire un suivi de cette question avec mes collègues », a déclaré la représentante des Etats-Unis Jackie Speier.

Source : Business Insider

Et vous ?

Google dit que Absher ne viole pas ses termes de service. Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que Apple supprimera Absher ?

Lire aussi

Google supprime 85 applications publicitaires du Play Store, après qu'elles aient été téléchargées 9 millions de fois
Google se cacherait derrière des sociétés-écrans pour bénéficier d'allègements fiscaux, et éviter les déboires d'Amazon avec son projet New-Yorkais
Google ouvre le domaine de premier niveau .dev à tout le monde, et espère créer un écosystème dédié aux développeurs et à la technologie
Apple envisagerait de combiner les applications conçues pour iPhone, iPad et macOS d'ici 2021, selon des sources internes
Apple s'offre PullString, une start-up qui a aidé les entreprises à développer des compétences, et des applications pour Alexa et Google Assistant

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2019 à 17:09
S'ils virent l'application du playstore les saoudiens vont juste la télécharger ailleurs, donc Google ne ferait que perdre du revenu sur la marge énorme qu'il collectent honteusement.


Au QG de Google se cache l'oncle Picsou : "un sou est un sous, pas question de faire un truc qui va nous priver de nos sous..."
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2019 à 17:35
Il est absolument honteux que des sociétés occidentales coopérent de quelque façon que ce soit avec l'Arabie Saoudite, le pays le plus barbare de cette planète. Que ce soit les ventes d'armes ou cette app pour smartphone. Le terme d"apartheid des genres" est très mal choisi mais malgré ça ces représentants ont tout à fait raison de reclamer des comptes à Google et Apple.
Avatar de Cassoulatine
Membre actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2019 à 18:34
C'est comme si le féminisme ne servait qu'à attaquer l'Occident ...
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/03/2019 à 19:03
Citation Envoyé par Cassoulatine Voir le message
C'est comme si le féminisme ne servait qu'à attaquer l'Occident ...
Ou à attaquer leurs homologues Orientales…
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 04/03/2019 à 9:25
C'est un peu facile de remettre la fautes sur Google ou Apple. On se doute bien que si demain l'appli est supprimée des stores , le gouvernement en obligera l'installation sur tous les terminaux vendu dans le pays ou mettra en place une alternative.
Il y'a des règles sur les stores , l'appli les respectent ca s’arrête là. Que ça ne soit pas en accord avec notre culture occidental c'est une chose , mais je suis pas convaincu que ce soit le rôle des gafam de devoir changer la façon de faire de ces pays.

Et puis franchement si une femme veux se barrer elle laisse son smartphone , je doute qu'une simple application soit le véritable problème dans leur situation ...
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/03/2019 à 9:46
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
Il est absolument honteux que des sociétés occidentales coopérent de quelque façon que ce soit avec l'Arabie Saoudite, le pays le plus barbare de cette planète.
S'il vous plait, ouvrez les yeux, arrêter de vivre dans le monde des bisounours.
Voyez la réalité en face, comprenez qu'on vous ment depuis le début avec les mensonge des valeurs républicaines et des droits de l'homme.

Les gouvernements et les entreprises sont prêts à bosser avec n'importe quel dictateur, peu importe ce qu'il fait à son peuple.
Par exemple la France est hyper proche avec l'Arabie Saoudite, le Qatar et Israël.
Ce ne sont pas des exemples au niveau du respect des droits de l'homme et des conventions internationales.

Quand vous aurez compris ça tout ira mieux et vous comprenez aussi qu'à chaque fois qu'un pays a dit "on va intervenir militairement là-bas pour instaurer la démocratie" en fait c'est pour les intérêts de grosses entreprises et pas pour ceux du peuple.

===
L'application n'est pas illégal en Arabie Saoudite donc où est le problème ?
C'est la loi qui fait chier, pas l'application.
Parce qu'application ou pas, c'est toujours pas la fête d'être une femme en Arabie Saoudite.
Avatar de SofEvans
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/03/2019 à 17:01
Citation Envoyé par grunk Voir le message
Et puis franchement si une femme veux se barrer elle laisse son smartphone , je doute qu'une simple application soit le véritable problème dans leur situation ...
... Sérieusement ?
C'est pas le smartphone de la femme qui est tracké, c'est son PASSEPORT !
Avatar de Citrax
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/03/2019 à 18:32
Sujet bien trop sensible pour le commenter a tous va....

Mais si c'etait les nazis qui se servaient d'application et de fichage technologique moderne pour traquer une certaine population, l'humanité en dirait quoi ?????????????????????????
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/03/2019 à 9:07
Citation Envoyé par Citrax Voir le message
?????????????????????????
Perso je suis non interventionniste, si des pays étrangers veulent faire n'importe quoi ce n'est pas mon problème, je n'ai pas à me mêler des affaires des autres. (la France n'a pas a imposer son modèle civilisationnel chez les autres, ça me rappelle Luc Ferry avec "les races supérieures ont le devoir de civiliser les races inférieures")
À la limite la seule chose à faire serait de couper les liens commerciaux et diplomatique.
Mais la France ne souhaite pas arrêter de vendre des armes à l'Arabie Saoudite, donc Macron reste sympa avec le pouvoir Saoudien (et les pouvoirs Qatari, etc).

Parfois ça rapporte d'être proche d'un pouvoir dictatorial.
Vente d’armes : l’Arabie saoudite a passé 11 milliards d’euros de commandes à la France en 9 ans

La meilleure anecdote ça restera Michèle Alliot-Marie qui propose l'aide de la France à Ben Ali
C'était marrant ces ministres français dans des jet privés.
Michèle Alliot-Marie a profité de l'avion d'un proche de Ben Ali
La ministre a reconnu avoir voyagé à titre gracieux, durant ses vacances en Tunisie, dans l'avion privé d'un proche du clan du président tunisien déchu.
Voilà comment le pouvoir Français traite avec une dictature :
« La convention fiscale avec le Qatar fait de la France un paradis fiscal » selon Nathalie Goulet
La sénatrice (UDI-UC) de l’Orne Nathalie Goulet a dénoncé, jeudi 27 octobre, la convention fiscale conclue entre la France et le Qatar qui exonère d'impôt les plus-values immobilières et les gains en capital réalisés en France par l’Etat du Qatar.
Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 26/04/2019 à 15:26
Des sœurs saoudiennes fugitives demandent à Google et Apple de supprimer Absher
L’application « inhumaine » de surveillance des femmes

Les sœurs saoudiennes Maha et Wafa al-Subaie, en attente d’un asile en Géorgie, après avoir échappé à l’étreinte de leur famille en Arabie Saoudite, ont exhorté Apple et Google à retirer de leur boutique en ligne l’application « inhumaine » Absher, qui permet aux hommes saoudiens de surveiller et de contrôler les déplacements des femmes de leur famille, leur permettant ainsi de piéger les filles dans des familles violentes. Les deux sœurs âgées respectivement de 28 et 25 ans ont déclaré que l’application Absher était mauvaise pour les femmes, car elle soutenait le système strict de tutelle masculine de l'Arabie saoudite.

Wafa a déclaré : « Cela donne aux hommes le contrôle sur les femmes ». « Ils doivent la supprimer », a-t-elle ajouté, en faisant référence à Google et Apple. En effet, Absher est disponible dans la version saoudienne des boutiques en ligne de Google et Apple. Les deux géants de la technologie ont été accusés en février dernier d’avoir aidé à « faire respecter un système d’apartheid des genres » en Arabie saoudite, en proposant une application qui permet aux hommes de suivre les femmes et de les empêcher de quitter le pays.

Absher est un système géré par l'État qui contient l'expression en ligne des lois restrictives de l'Arabie saoudite sur la tutelle masculine. C’est un service Web gouvernemental qui permet aux hommes de spécifier quand et comment les femmes peuvent franchir les frontières saoudiennes et en permettant de mettre à jour ou de retirer l'autorisation de voyager à l'étranger pour les femmes de leur famille. L’application gratuite créée par le ministère de l'Intérieur permet également aux tuteurs de recevoir des alertes SMS si les passeports des femmes ont été utilisés, et bien d’autres choses telles que tels que le renouvellement des passeports, la prise de rendez-vous et la consultation des infractions routières.


La tutelle masculine du royaume islamique oblige les femmes saoudiennes à obtenir l'autorisation d'un parent masculin pour travailler, se marier et voyager. Selon le Guardian, ce système ultraconservateur a fait l'objet d'un examen minutieux à la suite de récents cas de femmes saoudiennes cherchant refuge outre-mer.

Depuis la parution de l'article de Insider rendant compte de l'existence d'Absher, Human Rights Watch et Amnesty International ont tous deux exprimé leur inquiétude quant au rôle de Google et d'Apple dans l'hébergement de l'application, qui a été installée sur un smartphone plus d'un million de fois. La représentante démocrate Jackie Speier, Ilhan Omar, et Rashida Tlaib, et 11 autres membres du Congrès avaient exigé le 21 février que Google et Apple retirent l'application de leur boutique.

Le PDG d'Apple, Tim Cook, a déclaré en février qu'il n'avait pas entendu parler d'Absher, mais qu'il s'était engagé à « y jeter un coup d'œil ». Google aussi avait fait la même promesse d’examiner en profondeur l’application. Mais, plus tôt en mars, Google a décidé de ne pas retirer de Google Play Absher, l'application controversée qui rend la fuite de l'Arabie Saoudite si difficile pour les femmes qui cherchent à échapper aux conditions difficiles de vie pour trouver exile à l’étranger, parce qu’elle n’est pas en violation avec ses conditions de service.

Le Guardian rapporte qu’aucune des deux sociétés n'a commenté l’appel des sœurs au moment où il publiait son article le jeudi.

Selon le Guardian, pour échapper à ce système de surveillance les sœurs al-Subaie ont dû voler le téléphone de leur père pour se procurer des passeports et l'autorisation de prendre l'avion pour Istanbul. Les sœurs ont déclaré connaître des dizaines d'autres jeunes femmes qui cherchaient à échapper à des familles violentes. Elles ont dit que Google et Apple pourraient contribuer au changement en Arabie saoudite en retirant Absher de leur boutique et en insistant pour que les femmes puissent organiser leur voyage de manière indépendante - ce qui entraverait considérablement le système gouvernemental de tutelle.

Wafa a déclaré : « Si[ils] retirent cette application, peut-être que le gouvernement fera quelque chose ».

L’appel des sœurs al-Subaie n’est qu’une action parmi tant d’autres entreprises depuis que l’existence de l’application a été rendue publique par Insider en début février. Des groupes de défense des droits, des diplomates et des politiciens américains et européens continuent d’exhorter les deux entreprises pour que l'application soit retirée des magasins en ligne.

Selon le Guardian, la responsable des droits de l'homme des Nations Unies, Michelle Bachelet, a déclaré mercredi qu'elle avait posé, ce mois-ci, aux entreprises technologiques de la Silicon Valley des « questions difficiles » sur les « menaces » posées par des applications comme Absher. Dans un communiqué, elle a déclaré :
« La technologie peut, et doit, être une question de progrès. Mais les pouvoirs extrêmement envahissants qui sont libérés risquent de causer des dommages incalculables s'il n'y a pas suffisamment de contrôles en place pour faire respecter les droits de l'homme ».

Avant les deux sœurs, une adolescente saoudienne avait réussi à s’échapper du royaume islamique. Après que son cas ait fait la une des journaux, elle a finalement reçu une offre d'asile au Canada lorsqu'elle a refusé de quitter un hôtel de l'aéroport thaïlandais en janvier.

Lynn Maalouf, directrice de recherche au Moyen-Orient pour le groupe de défense des droits humains Amnesty International a déclaré : l'augmentation du nombre de femmes fuyant le pays témoigne de la situation des femmes en Arabie saoudite ». « Malgré quelques réformes limitées, [elles] ne sont pas suffisamment protégées contre la violence domestique et la maltraitance et, plus généralement, font l'objet de discrimination », a-t-elle ajouté, en parlant des femmes saoudiennes.

En effet, le Prince héritier Mohammed ben Salman a introduit des réformes, telles que la levée de l'interdiction de conduire pour les femmes, et a indiqué l'année dernière qu'il était favorable à la suppression du système de tutelle, sans avoir vraiment soutenu son annulation.

La déclaration le mois dernier des 11 militantes, selon laquelle elles avaient été torturées alors qu'elles étaient en détention pour des motifs liés au travail en faveur des droits humains et aux contacts avec des journalistes et diplomates étrangers, a renforcé les critiques occidentales à l'égard du royaume islamique.

Selon le Guardian, le procureur a nié les allégations de torture et a déclaré que les femmes avaient été arrêtées parce qu'elles étaient soupçonnées d'avoir porté atteinte aux intérêts saoudiens et d'avoir soutenu des éléments hostiles à l'étranger.

Cependant, supprimer l’application mobile du système gouvernemental persuaderait-il les hommes saoudiens d’arrêter l’utilisation du service en ligne ? L’application pourrait être téléchargée d’une autre source et le système pourrait être également exploité à partir des navigateurs bureau même si cette utilisation n’est pas aussi pratique que sur les téléphones mobiles.

Source : The Guardian

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
A votre avis, la suppression de l’application des boutiques en ligne de Google et Apple améliorerait-elle la situation des femmes en Arabie saoudite ?

Lire aussi

Google ne supprimera pas l'application du gouvernement saoudien qui suit les femmes, car elle n'est pas en violation avec ses conditions de service
Google ouvre le domaine de premier niveau .dev à tout le monde, et espère créer un écosystème dédié aux développeurs et à la technologie
Google supprime 85 applications publicitaires du Play Store, après qu'elles aient été téléchargées 9 millions de fois
Tim Cook dit qu'Apple enquêtera sur l'application qui permet aux hommes saoudiens de suivre et de contrôler les femmes, Google lui emboîte le pas
Google a transféré près de 20 milliards d'euros aux Bermudes en 2017, par l'intermédiaire d'une société écran néerlandaise
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web