Apple et Google accusés d'avoir aidé à « faire respecter un système d'apartheid des genres » en AS
Pour avoir hébergé une app qui traque des femmes

Le , par Stéphane le calme

260PARTAGES

19  1 
Apple et Google ont été accusés d’avoir aidé à « faire respecter un système d’apartheid des genres » en Arabie saoudite, en proposant une application qui permet aux hommes de suivre les femmes et de les empêcher de quitter le pays. Pour rappel, l’apartheid (mot afrikaans partiellement dérivé du français, signifiant « séparation, mise à part ») était une politique dite de « développement séparé » (afsonderlike ontwikkeling) affectant des populations selon des critères raciaux ou ethniques dans des zones géographiques déterminées.

Absher signifie « le prédicateur » en arabe. C'est le système géré par l'État qui contient l'expression en ligne des lois restrictives de l'Arabie saoudite sur la tutelle masculine. Absher est un service Web gouvernemental qui permet aux hommes de spécifier quand et comment les femmes peuvent franchir les frontières saoudiennes et de se rapprocher des mises à jour par SMS en temps réel lors de leurs déplacements.

Absher a également des fonctions bénignes, comme payer des amendes de stationnement, mais des activistes et des réfugiés ont identifié ses caractéristiques liées au déplacement comme un facteur majeur de la difficulté persistante des femmes à quitter l’Arabie saoudite.

L'Insider a rendu compte de l'existence d'Absher la semaine dernière, ainsi que de Shahad Al Mohaimeed, une adolescente réfugiée saoudienne qui a échappé au système pour demander l'asile en Suède.

Comment fonctionne Absher ?

Insider s’est entretenu avec des militants et des réfugiés saoudiens à propos d'Absher, le système informatique qui rend la fuite directe de l'Arabie saoudite si difficile. Le quotidien a également obtenu des captures d'écran du site qui montrent comment cela fonctionne.

Absher est en arabe par défaut, mais vous pouvez également y accéder en anglais.

Cette image montre le tableau de bord principal d'Absher où des tuteurs saoudiens masculins ajoutent « personnes à charge », ce qui signifie femmes et enfants:


La page d'accueil Absher, qui indique le nombre de femmes dont vous êtes le tuteur et le nombre d'enfants que vous avez. Elle stocke également une grande partie de vos informations quotidiennes.

« Total des personnes à charge à l'intérieur » fait référence aux femmes (et aux enfants) qui se trouvent en Arabie Saoudite.

« Total des personnes à charge à l'extérieur » désigne les femmes hors d'Arabie Saoudite, comme celles qui étudient à l'étranger à l'université ou sont en vacances.

Une deuxième capture d'écran, plus profondément dans le site Web, montre un écran de gestion des autorisations de voyage.

Les hommes peuvent spécifier de nombreux voyages que les femmes sont autorisées à effectuer ou spécifier une période de temps pendant laquelle elles peuvent voyager.


Sur cette forme, les tuteurs peuvent dire où les femmes peuvent aller, combien de temps et à quels aéroports elles peuvent se rendre
.

Quatre options sont affichées pour les autorisations de voyage:
  • Un seul voyage n'importe où.
  • Un seul voyage entre deux aéroports spécifiques.
  • Voyages multiples.
  • Autorisation de voyager jusqu'à l'expiration du passeport (cinq ans maximum).


Avant Absher, les femmes saoudiennes avaient besoin d'un formulaire de consentement sur papier portant la signature du tuteur, appelé « fiche jaune », pour passer la douane.

Absher a numérisé le système, qui peut donner une lecture détaillée de chaque voyage effectué (les hommes peuvent voir leurs propres voyages ainsi que ceux des enfants et des femmes de leur famille).

Voici une capture d'écran de la section de passeport sur Absher qui affiche le journal de voyage d'un passeport enregistré.


Une liste des voyages effectués sur un passeport, clairement énumérés sur Absher.

Une technologie couplée à un système d’alerte SMS ?

Le système d'alerte est l'une des principales raisons pour lesquelles les femmes qui tentent de fuir l'Arabie saoudite se font prendre, car il prévient leurs tuteurs pendant qu'elles peuvent encore être appréhendées, selon le Dr Taleb al-Abdulmohsen, réfugiée saoudienne qui s'est enfuie en Allemagne.

Adam Coogle, chercheur pour Human Rights Watch au Moyen-Orient, a également informé l'INSIDER des alertes SMS et corroboré l'histoire d'Al-Abdulmohsen.

Lorsque les messages ont été rendus obligatoires en 2012, les Saoudiens les ont critiqués sur les médias sociaux. L’auteur et journaliste saoudien Badriya al-Bishr a déclaré : « Les autorités utilisent la technologie pour surveiller les femmes. C’est une technologie qui sert à maintenir les femmes emprisonnées ». Néanmoins, ils ont continué.

Insider a retrouvé des copies de plusieurs alertes envoyées par le ministère de l'Intérieur, qui ont été partagées en 2012, alors que le système était encore une nouveauté.

Ils sont tous affichés sur les écrans de téléphone comme provenant de MOIJawazat. MOI signifie ministère de l'intérieur et Jawazat est le nom du bureau des passeports et des visas saoudiens.

Celui-ci a alerté un tuteur que Sarah al-Ayed, une femme d'affaires saoudienne, qu’elle avait utilisé son passeport pour quitter l'Arabie saoudite par avion.

Il est écrit « Le numéro de Sarah ##### a quitté l'aéroport du roi Abdulaziz le 12-11-2012 ».

Le tuteur de Sarah a également été alerté d'un autre voyage qu'elle a effectué plus tard en novembre à partir du même aéroport.

Ce message, envoyé à Hassan al-Hashemi à propos de son épouse Muna, et avance que « Muna a quitté l'aéroport du roi Abdul Aziz le 14-11-2012. Numéro **** 3551 ».


En réponse aux critiques publiées sur les médias sociaux, le gouvernement a rendu les alertes SMS facultatives en 2014. Plus tard dans l'année, des responsables ont affirmé les avoir suspendues, mais beaucoup pensent que le système fonctionne toujours.

Coogle, de Human Rights Watch, a déclaré à l’Insider « Les alertes par SMS sont toujours d’actualité » et c'est pourquoi les femmes qui tentent de s’échapper « sont découvertes si rapidement ». Deux autres experts sont allés dans le même sens.

Réinitialiser les mots de passe pour se donner des permissions

Tout le monde connaît Absher en Arabie saoudite, a déclaré al-Abdulmohsen, et les jeunes femmes utilisent maintenant une technique commune pour tenter de s'échapper.

Les femmes saoudiennes volent le téléphone de leur tuteur, réinitialisent le mot de passe et en obtiennent un nouveau en quelques minutes, a-t-il déclaré. Quelques secondes plus tard, elles se sont donné la permission de partir.

« Mais c'est dangereux. Si le tuteur est rigoureux, il vérifiera régulièrement le statut de ses personnes à charge », a-t-elle déclaré.

Yasmine Mohammed, une commentatrice éminente des droits des femmes, a déclaré à Insider que certaines femmes avaient changé le numéro de téléphone lié au compte Absher de leur tuteur afin que le message d'alerte par SMS parvienne à leur numéro à la place.

Google et Apple sur le banc des accusés

Depuis la parution de l'article, Human Rights Watch et Amnesty International ont tous deux exprimé leur inquiétude quant au rôle de Google et d'Apple dans l'hébergement de l'application, qui a été installée sur un smartphone plus d'un million de fois.

Human Rights Watch a déclaré à Insider « Apple et Google ont des règles contre les applications qui facilitent les menaces et le harcèlement. Des applications comme celle-ci peuvent faciliter les violations des droits humains, y compris la discrimination à l'égard des femmes. »

Amnesty International a déclaré à INSIDER que les alertes SMS constituaient « un autre exemple de la manière dont le gouvernement saoudien a mis au point des outils pour limiter les libertés des femmes ».

Elle a invité Apple et Google à accepter de reconnaître que l'application est utilisée pour nuire aux femmes et à exiger des changements pour que cela ne se reproduise plus.

Selon Google Play Store, Absher a été téléchargé sur plus de 1 million de fois sur des appareils Android. Apple n’a pas divulgué les chiffres de téléchargement de l’application.

Rothna Begum, chercheuse pour Human Rights Watch au Moyen-Orient,

Citation Envoyé par Rothna Begum
Apple et Google ont des règles contre les applications qui facilitent les menaces et le harcèlement. Des applications comme celle-ci peuvent faciliter les violations des droits de l'homme, y compris la discrimination à l'égard des femmes.

Pour déterminer si une application devrait être autorisée, les fournisseurs de vitrines de téléchargement d'applications devraient examiner le contexte plus général de l'objectif de l'application, son utilisation dans la pratique et son utilité, ainsi que déterminer si elle facilite les violations graves. Les entreprises doivent examiner de plus près les applications gérées par le gouvernement en particulier.

Même si l’application a un but plus général, le gouvernement pourrait tout simplement supprimer la fonctionnalité de suivi des tutelles de l’application et continuer à offrir le reste de la fonctionnalité. (En d’autres termes, nous ne dirions pas que les gouvernements ne devraient pas pouvoir d'offrir des services gouvernementaux via des applications mobiles, mais pas des services facilitant les abus.)
Dana Ahmed, chercheuse en Arabie Saoudite pour Amnesty International,

Citation Envoyé par Dana Ahmed
Nous appelons ces entreprises à évaluer le risque d'atteintes aux droits humains et à atténuer les dommages que ces applications pourraient avoir pour les femmes.

C’est un autre exemple de la manière dont le gouvernement saoudien a mis au point des outils pour limiter les libertés des femmes.

La recherche des femmes de cette manière limite leur mouvement et met en lumière, une fois encore, le système inquiétant de discrimination régi par les lois sur la tutelle.
Yasmine Mohammed, militante des droits des femmes,

Citation Envoyé par Yasmine Mohammed
Les plateformes les plus avancées sur le plan technologique, Apple et Google, ont provoqué une tragédie qui facilite la misogynie la plus archaïque.

Quelle ironie ! En Occident, ces technologies sont utilisées pour améliorer des vies et en Arabie saoudite, elles sont utilisées pour imposer l'apartheid de genre.
Source : Insider

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Google Play surpris en train d'héberger une application qui vole la cryptomonnaie des utilisateurs, en remplaçant l'adresse de leur portefeuille
Google prévient que les sites d'informations risquent de perdre 45% de leur trafic, si l'UE ratifie sa réforme du droit d'auteur
Google rend disponible en open source ClusterFuzz, une infrastructure de test à données aléatoires fonctionnant sur plus de 25 000 cœurs
Apple s'attaque aux applications qui enregistrent les écrans des utilisateurs à leur insu et menace de les supprimer de l'App Store
Apple retire la fonctionnalité DNT (Ne pas pister) de son navigateur Web Safari, elle ne servait à rien et est désormais obsolète

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 12/02/2019 à 8:20
C'est tout simplement de l'esclavage...
Je ne comprends même pas que cette application soit autorisée dans le store...
Ils ont peur des répercussions politique sans doute.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/02/2019 à 8:48
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Qu'en pensez-vous ?
Je pense qu'en Arabie Saoudite les femmes ne sont pas très libre.
Le gouvernement saoudien met au point des outils qui ne respectent pas les droits de l'homme (là-bas ça n'existe pas).

Citation Envoyé par transgohan Voir le message
Je ne comprends même pas que cette application soit autorisée dans le store...
Je pense que cette application rapporte de l'argent à Google et Apple.
Les mœurs sont différents en Arabie Saoudite...
1  0 
Avatar de NecPlusExtra
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/02/2019 à 9:07
Tiens, aujourd'hui je vais aller faire un tour dans les vestiaires des filles...
Et si je me fais engueuler, je leur dirai "non mais vous comprenez, c'est pour protester contre l'apartheid de genre !"

Sinon c'est beau les militants d'ONG qui découvrent l'eau tiède.
4  9 
Avatar de NecPlusExtra
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/02/2019 à 13:52
On remarquera aussi que "l'apartheid de genre", comme ils disent, est une pratique purement wahhabite, et que les origines du wahhabisme n'ont pas grand chose à voir avec l'islam traditionnel (les curieux vérifieront).
1  0 
Avatar de Cassoulatine
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 12/02/2019 à 14:21
l'occident fait fortune en vendant des armes là bas
Ouais enfin les vendeurs d'armes et leur gouvernements, un groupe très spécifique de l'Occident.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/02/2019 à 14:31
Macron ne critique jamais l'Arabie Saoudite :
Ventes d’armes à l’Arabie saoudite : Macron se dissocie de Merkel
Pour le président, faire de la mort du journaliste Jamal Khashoggi un motif d’embargo est de la « démagogie ».

En déplacement à Bratislava, vendredi 26 octobre, Emmanuel Macron a finalement accepté de justifier son refus de décréter un embargo sur les ventes d’armes à l’Arabie saoudite, prôné par l’Allemagne et l’Autriche. « C’est de la pure démagogie de dire “il faut arrêter de vendre des armes”, ça n’a rien à voir avec l’affaire Khashoggi », a expliqué le président français, qui a été vivement critiqué ces derniers jours pour avoir refusé de s’exprimer sur ce sujet sensible pour l’industrie militaire française.
3  0 
Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 14/02/2019 à 8:31
Tim Cook dit qu'Apple enquêtera sur l'application qui permet aux hommes saoudiens de suivre et de contrôler les femmes
Google lui emboîte le pas

L’application en question, c’est un système gouvernemental saoudien appelé « Absher ». Un service Web gouvernemental qui exploite une base de données tentaculaire qui contient la liste des femmes en Arabie saoudite, le moyen que les hommes utilisent de les empêcher de voyager ou de les surprendre en train de partir sans autorisation. Le PDG d'Apple, Tim Cook, a déclaré que la société allait regarder de près l'application qui pourrait être utilisée pour suivre et limiter la liberté de voyage des femmes en Arabie Saoudite. « Je n'en ai pas entendu parler », a déclaré le PDG dans une interview accordée à la National Public Radio (NPR), mardi dernier. « Mais évidemment, nous y jetterons un coup d'œil si c'est le cas. »

La réaction du PDG d’Apple intervient après que le sénateur Ron Wyden ait écrit à Cook et Sundar Pichai, PDG de Google, le lundi dernier, pour demander que l'application soit « immédiatement retirée » de l'App Store et de Google Play Store. En effet, depuis le 1er février, Insider, un site confrère de Buniness Insider, a fait un rapport pour expliquer en profondeur comment l'application fonctionne, et comment certaines femmes en Arabie Saoudite parviennent à la contourner pour demander l'asile dans d'autres pays. Dans un second rapport, Insider relayait les critiques des militants des droits de l'homme conte Apple et de Google pour avoir permis l'hébergement de telle l'application.

En plus d'accéder aux services gouvernementaux tels que la demande de passeports ou de certificats de naissance, Insider a découvert que l'application inquiétante Absher permet aux tuteurs saoudiens de lister les « personnes à charge » par leur nom et leur numéro de passeport, puis de limiter leur capacité à voyager.


Selon Insider, en vertu du système de tutelle de l'Arabie saoudite, chaque femme du pays doit avoir un tuteur masculin, généralement un parent, qui doit d’abord accorder la permission à cette dernière avant tout voyage. En plus de limiter leur capacité de voyager, les règles de tutelle les empêchent également de prendre d'autres décisions importantes, comme se marier ou accepter un emploi dans une entreprise privée sans l'approbation d'un tuteur masculin. L’application Absher est couplée à un système d’alerte SMS. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les femmes qui tentent de fuir l'Arabie saoudite se font prendre, car il prévient leurs tuteurs pendant qu'elles peuvent encore être appréhendées, selon le Dr Taleb al-Abdulmohsen, réfugiée saoudienne qui s'est enfuie en Allemagne et qui a collaboré avec Insider lors de son enquête.

Lors de l’interview accordée à NPR, Tim Cook s'est engagé à étudier en profondeur l’application du gouvernement saoudien hébergée dans sa boutique en ligne, qui a été qualifiée d'« odieuse » par un sénateur américain pour avoir aidé les hommes saoudiens à contrôler les femmes et à les empêcher de voyager. C'était la première fois qu'Apple parlait de l'application après avoir refusé de répondre aux demandes répétées de commentaires d'Insider, a rapporté Business Insider.

Critiques des militants des droits de l’homme

Les deux géants américains de la technologie, Apple et Google, ont été mis sur le banc des accusés depuis la publication du rapport d’Insider. Rothna Begum de Human Rights Watch a déclaré à Insider qu’« Apple et Google ont des règles contre les applications qui facilitent les menaces et le harcèlement. Des applications comme celle-ci peuvent faciliter les violations des droits de l'homme, y compris la discrimination à l'égard des femmes. »

Amnesty International a déclaré à Insider que les alertes SMS constituaient « un autre exemple de la manière dont le gouvernement saoudien a mis au point des outils pour limiter les libertés des femmes ». L’organisme a invité Apple et Google à accepter que l'application soit utilisée pour nuire aux femmes et à exiger des changements pour que cela ne se reproduise plus. Yasmine Mohammed, ancienne musulmane et critique ouverte de l'Arabie saoudite, a déclaré également que les entreprises « facilitent la misogynie la plus archaïque » et aident le gouvernement saoudien à appliquer l'« apartheid de genre ».

Le sénateur Wyden demande à Apple et Google de prendre des mesures immédiates pour empêcher la surveillance et le contrôle odieux des femmes

A la suite du rapport de Insider et des critiques des organismes des droits de l’homme, le sénateur démocrate Ron Wyden a fait un pas de plus dans une lettre ouverte à Tim Cook et Sundar Pichai, PDG de Google, et leur a demandé de retirer entièrement l'application de leurs boutiques en ligne. On peut lire dans sa lettre :

« Le centre national d'information du ministère de l'Intérieur saoudien exploite Absher, un portail électronique en ligne permettant aux citoyens saoudiens de dialoguer avec leur gouvernement. Toutefois, selon les médias, les hommes saoudiens pourraient également utiliser Absher pour surveiller et suivre les femmes sous leur « tutelle », telles que leurs épouses et leurs filles non mariées. Les hommes saoudiens pourraient également utiliser Absher pour recevoir des alertes par SMS en temps réel chaque fois que ces femmes entrent ou sortent du pays ou pour les empêcher de quitter le pays. », est-il écrit.

La façon dont les hommes donnent à leurs femmes la permission de voyager, et pendant combien de temps sur la version de bureau d'Absher.


« Je vous demande de prendre des mesures immédiates pour empêcher le gouvernement saoudien d'utiliser votre infrastructure technique, y compris vos app stores, pour permettre la surveillance et le contrôle odieux des femmes. Vos employés et vos clients s'attendent à mieux, tout comme des millions et des millions d'Américains qui soutiennent la promotion des droits fondamentaux et de la dignité des Américains dans le monde. », le sénateur a-t-il interpellé.

Les plateformes Absher pour les particuliers et les entreprises comptent plus de 11 millions d'utilisateurs, selon le site Web du ministère saoudien de l'Intérieur. L'application a été téléchargée 4,2 millions de fois sur Apple Store et 5 millions de fois sur Google Play depuis son lancement en mi-2015, selon Apptopia.

Google, qui était resté silencieux après les commentaires du PDG d'Apple, a fini par le rejoindre et promet également d'examiner l'application du gouvernement saoudien hébergée dans sa boutique, pour déterminer si elle est conforme à ses politiques.

Le retard d'Apple et de Google avant d’apporter des commentaires sur l’application Absher hébergée dans sa boutique en ligne est de nature à soulever des interrogations délicates concernant la présence de telle application sur Google Play et Apple Store depuis des années. Business Insider, dans son article publié hier, a par ailleurs rappelé une visite que le prince héritier Mohammed bin Salman d'Arabie saoudite a rendue à Google et Apple. La visité aurait été ponctuée d’une rare tournée à l'intérieur du campus d'Apple Park, en Californie, où le prince a rencontré Cook et d'autres cadres supérieurs.

L'objectif de la visite étant de changer le point de vue des occidentaux sur l'Arabie saoudite en tant que pays arriéré et conservateur dépendant de l'argent du pétrole, où les femmes sont traitées comme des personnes de seconde classe, a rapporté Business Insider.

Source : Business Insider

Et vous ?

Que pensez-vous de la présence de telle application sur Apple Store et Google Play depuis 2015 ?
A votre avis, pourquoi Tim Cook a mis du temps avant de répondre aux demande commentaires et Google reste silencieux ?
Pensez-vous que les deux géants ont-ils une certaine relation particulière avec l’Arabie Saoudite ?

Lire aussi

Après Twitter, c'est au tour de Google d'être condamné en France sur ses clauses abusives, suite à l'action menée par l'UFC-Que Choisir
Google Play surpris en train d'héberger une application qui vole la cryptomonnaie des utilisateurs, en remplaçant l'adresse de leur portefeuille
Google prévient que les sites d'informations risquent de perdre 45% de leur trafic, si l'UE ratifie sa réforme du droit d'auteur
Google paie désormais plus d'argent en amendes européennes qu'en impôts, d'après le dernier rapport de ses résultats financiers
Google Docs s'arme d'une API qui permettra aux développeurs d'automatiser de nombreuses tâches, et propose trois cas d'utilisation
17  0 
Avatar de sebbod
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/02/2019 à 16:17
Quoi !
Google et Apple sont complice de l'esclavage des femmes dans un pays du monde !
Et ces 2 entreprises sont dans les 100 qui font le plus de bénéfice au monde (http://fortune.com/global500/list)
Donc c'est l'exemple a suivre... si on veut gagner de l'argent (beaucoup) il faut écraser les autres, les soumettre, les contraindre, etc...
Et on remarque aussi que dans le top 10 y'a beaucoup d'entreprise en rapport avec le pétrole.

Et moi qui croyait que c'était les femmes qui dirigeait le monde, elle qui donnait de l'énergie au homme.
Je m'aperçois finalement que ce sont les hommes détenant l'énergie qui contrôle les femmes.

Si on veut améliorer la vie de Ses femmes il faut arrêter de consommer du pétrole. (C'est un raccourcie mais c'est pour consommer moins)
D'ailleurs on sauvera peut-être la terre par la même occasion en faisant diminuer l'effet de serre.

Et là Ces femmes pourront voyager [Mode:pet troll]en voiture en avion et consommer plein de pétrole. Ah si on pouvait utiliser le pet de troll comme énergie [/Mode]

Heureusement nous en France on a des idées
"Pas assez cher mon fils"
https://www.google.com/search?q=pas+...=684&dpr=1

Et de belles femmes libres...
1  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/02/2019 à 7:32
Citation Envoyé par sebbod Voir le message
Google et Apple sont complice de l'esclavage des femmes dans un pays du monde !
C'est pas eux qui ont développé l'application non plus...
D'après les règles de l'Arabie Saoudite c'est légal :
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Selon Insider, en vertu du système de tutelle de l'Arabie saoudite, chaque femme du pays doit avoir un tuteur masculin, généralement un parent, qui doit d’abord accorder la permission à cette dernière avant tout voyage. En plus de limiter leur capacité de voyager, les règles de tutelle les empêchent également de prendre d'autres décisions importantes, comme se marier ou accepter un emploi dans une entreprise privée sans l'approbation d'un tuteur masculin.
Citation Envoyé par sebbod Voir le message
Donc c'est l'exemple a suivre... si on veut gagner de l'argent (beaucoup) il faut écraser les autres, les soumettre, les contraindre, etc...
Ce n'est pas cette application qui les a rendue riche.
Mais ouais il y a plein de groupes qui sont sympa avec les pays comme l'Arabie Saoudite, le Qatar, le Bahreïn, parce qu'il existe des arrangements. (on peut aussi se rappeler de Michèle Alliot-Marie qui soutenait Ben Ali jusqu'à la fin)
Par exemple le gouvernement Français évite de critiquer l'Arabie Saoudite parce que ce pays nous achète des armes.
Il y a ça aussi qui est drôle :
« La convention fiscale avec le Qatar fait de la France un paradis fiscal » selon Nathalie Goulet

Il n'y a pas si longtemps il y a une campagne de pub "Les femmes en Arabie Saoudite ont maintenant le droit de conduire, les droits de la femme sont en train de se développer à une vitesse folle, c'est incroyable !" et en fait ce n'est pas vraiment une révolution féministe car il y a toujours le système de tutelle.
ARABIE SAOUDITE : LES FEMMES POURRONT CONDUIRE DÈS DIMANCHE

Les chefs de l'Arabie Saoudite sont pote avec les USA et plein de pays d'Europe, donc personne ne dira jamais "On va intervenir militairement en Arabie Saoudite parce que ce qu'ils font là-bas est contraire au droit de l'homme".
Il faut avoir bien avoir conscience que toutes ces interventions ne sont jamais motivé par l'amélioration des conditions de vies du peuple concerné. (c'est plus une histoire de ressource)
Vous pensez que Sarkozy a fait assassiner Kadhafi pour améliorer la vie des Libyens ?
Vous pensez que les USA veulent intervenir au Venezuela pour améliorer la vie des Vénézuéliens ?
2  2 
Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 03/03/2019 à 15:32
Google ne supprimera pas l'application du gouvernement saoudien qui suit les femmes
Car elle n’est pas en violation avec ses conditions de service

Google refuse de supprimer Absher, l'application controversée du gouvernement saoudien, qu’il héberge dans Google Play, sa boutique en ligne, parce qu’elle n’est pas en violation avec ses conditions de service. Absher est le système informatique qui rend la fuite de l'Arabie Saoudite si difficile pour les femmes qui cherchent à échapper aux conditions difficiles de vie pour trouver exile à l’étranger. Absher est également disponible sur Apple Store. Les deux sociétés, Apple et Google, ont été accusées le mois dernier d’avoir aidé à « faire respecter un système d’apartheid des genres » en Arabie Saoudite, en proposant une application qui permet aux hommes de suivre les femmes et de les empêcher de quitter le pays.

La représentante démocrate Jackie Speier, Ilhan Omar, et Rashida Tlaib, et 11 autres membres du Congrès avaient exigé le 21 février que Google et Apple retirent l'application de leur boutique. Mais, selon un article de Business Insider publié samedi, Google a rejeté les appels visant à supprimer l’application du gouvernement saoudien qui offre un outil permettant aux hommes de contrôler où les femmes voyagent et a déclaré au bureau de Jackie Speier que Absher ne viole pas ses termes de service.

Pour rappel, Insider a rendu compte de l'existence de l’application Absher le mois dernier, en expliquant en détail comment fonctionne l’application Absher. En effet, Absher permet aux hommes saoudiens de suivre les femmes et de contrôler où elles voyagent, au motif qu'elles respectent toutes leurs conditions. Selon Insider, Absher fonctionne avec un système d’alerte SMS qui anéantit tout espoir aux femmes qui souhaiteraient fuir l'Arabie Saoudite, car il prévient leurs tuteurs pendant qu'elles peuvent encore être appréhendées, selon le Dr Taleb al-Abdulmohsen, réfugiée saoudienne qui s'est enfuie en Allemagne.


Selon Insider, en vertu du système de tutelle de l'Arabie saoudite, chaque femme du pays doit avoir un tuteur masculin, généralement un parent, qui doit d’abord accorder la permission à cette dernière avant tout voyage. Une fois que les femmes utilisent leur passeport pour quitter l’Arabie Saoudite, ces hommes sont alertés par des SMS.

Apple et Google avaient été sévèrement critiqués par les organisations de défense des droits de l’homme le mois dernier après les révélations de l’existence de l’application Absher dans leur app store. Rothna Begum de Human Rights Watch avait déclaré à Insider qu’« Apple et Google ont des règles contre les applications qui facilitent les menaces et le harcèlement. Des applications comme celle-ci peuvent faciliter les violations des droits de l'homme, y compris la discrimination à l'égard des femmes. » Le sénateur Ron Wyden avait également écrit aux PDG des deux entreprises, Tim Cook et Sundar Pichai, le 11 février, pour demander que l'application soit « immédiatement retirée » d’Apple Store et de Google Play.

Suite aux accusations des militants des droits de l’homme et au courrier du sénateur, Apple et Google avaient promis examiner en profondeur l'application Adsher. Par ailleurs, la représentante Jackie Speier et 13 autres collègues du Congrès ont écrit à Sundar Pichai et Tim Cook le 21 février dernier, pour réitérer la demande de retrait de l'application qui a suscité tant de critiques.

Google a examiné l'application Absher et a conclu qu'elle ne viole aucun accord – la décision a été communiquée par Google au bureau de la représentante Jackie Speier. Par conséquent, l’application universelle que les Saoudiens utilisent pour interagir avec l'Etat et qui offre des fonctionnalités qui permettent aux hommes saoudiens d'accorder et d'annuler les autorisations de voyage aux femmes peut toujours rester disponible dans le magasin Google Play.

En effet, les conditions de service du développeur de l'application Google Play stipulent que : « Nous n'autorisons pas les applications qui font la promotion de la violence ou qui incitent à la haine contre des personnes ou des groupes en raison de leur race ou de leur origine ethnique, de leur religion, de leur handicap, de leur âge, de leur nationalité, de leur statut d'ancien combattant, de leur orientation sexuelle, de leur sexe, de leur identité sexuelle ou de toute autre caractéristique associée à une discrimination ou marginalisation systématique ». Toutefois, Absher qui permet de soumettre les voyages, le travail, le mariage, etc. des femmes aux seules décisions de leurs tuteurs en Arabie Saoudite ne serait pas en violation avec ces conditions, selon Google.

Speier et ses collègues du Condrès avaient donné jusqu'au jeudi 28 février aux deux entreprises pour expliquer pourquoi l'application est hébergée dans leur boutique. Le jeudi dernier, Apple a déclaré au bureau de Speier qu’il est toujours en train d'examiner Absher, suite aux appels du sénateur Ron Wyden pour que les sociétés « cessent de gagner du temps » et prennent une décision.

Les 14 membres du Congrès qui avaient demandé la suppression de l’application, y compris Ilhan Omar, Rashida Tlaib, Katherine Clark et Jackie Speier, ont déclaré que Google et Apple sont « complices de l'oppression des femmes saoudiennes » pour avoir accueilli l'application dans leur boutique. Les 14 ont déclaré à Insider que « Les réponses reçues jusqu'ici d'Apple et de Google sont profondément insatisfaisantes ». Ils également ont noté qu’« A ce jour, l'application Absher reste disponible dans Apple Store et Google Play Store, même s'ils peuvent facilement la supprimer. »

Selon les 14 membres du congrès, Google et Apple ont la possibilité de retirer l’application du gouvernement saoudien de leur boutique, mais ils ne se décident pas à le faire. En effet, selon la représentante Speier, les deux sociétés avaient déjà par le passé supprimé une autre application – l'application Living Hope Ministries – qui était en violation des droits des personnes.

« Faciliter la détention des femmes qui demandent l'asile et qui fuient les mauvais traitements et le contrôle, leur cause un préjudice sans équivoque. Je vais faire un suivi de cette question avec mes collègues », a déclaré la représentante des Etats-Unis Jackie Speier.

Source : Business Insider

Et vous ?

Google dit que Absher ne viole pas ses termes de service. Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que Apple supprimera Absher ?

Lire aussi

Google supprime 85 applications publicitaires du Play Store, après qu'elles aient été téléchargées 9 millions de fois
Google se cacherait derrière des sociétés-écrans pour bénéficier d'allègements fiscaux, et éviter les déboires d'Amazon avec son projet New-Yorkais
Google ouvre le domaine de premier niveau .dev à tout le monde, et espère créer un écosystème dédié aux développeurs et à la technologie
Apple envisagerait de combiner les applications conçues pour iPhone, iPad et macOS d'ici 2021, selon des sources internes
Apple s'offre PullString, une start-up qui a aidé les entreprises à développer des compétences, et des applications pour Alexa et Google Assistant
14  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web