Atos est-il un acteur de la fuite des talents IT de l'Afrique vers la France ?
Oui, selon les autorités marocaines

Le , par Bill Fassinou

576PARTAGES

14  2 
C’est une annonce de la multinationale Atos sur un site de recrutement marocain qui a déclenché le débat depuis ce 30 janvier. Atos se serait ainsi retrouvé au centre d’une polémique selon laquelle il organisait la fuite de talents africains dans le domaine IT hors du continent, notamment vers la France. Le site d’emploi Jeune Afrique qui rapport l’événement ce 15 février, écrit que cette situation aurait mis en rogne les autorités marocaines. En effet, la multinationale a publié sur un site de recrutement marocain, Rekrute.com, une offre selon laquelle l’entreprise serait à la recherche de 200 profils expérimentés pour des contrats à durée indéterminée en France.

« La France vous ouvre ses portes. Nouvelle année, nouveau job ! Vous avez pris la résolution de booster votre carrière et de découvrir de nouveaux horizons en 2019 ? Ingénieurs, développeurs et chefs de projets expérimentés, Atos vous propose de participer à notre journée de recrutement … Nous vous offrons l’occasion de partir dès demain avec votre contrat en France… », avait annoncé Atos dans son offre. Le recrutement qui devait normalement comporter une séance d’orientation pour les éventuels candidats a tout de suite été annulé puisqu’il a été fustigé et dénoncé de toute part par certaines personnalités du pays comme Ismaïl Douiri, CEO de Attijariwafa Bank.


En réponse directe à ce que propose Atos aux développeurs et ingénieurs du royaume chérifien, voici ce qu’il écrit : « Est-ce comme cela que le codéveloppement appelé des vœux des dirigeants de part et d'autre de la Méditerranée va se réaliser ? Pour ma part, j'en doute et je déplore cette approche court-termisme de la part d'un grand acteur de l'IT au Maroc ». D’autres témoignages parlent de la très bonne qualité de la main-d’œuvre marocaine. Une raison pour laquelle ce genre d’entreprises basées au Maroc et dans quelques autres pays du continent se cachent derrière des avantages de travail pour faire sortir les talents hors de leur pays et souvent loin de leur famille également.

Selon ce que certains d’entre eux disent, avant leurs installations, ces entreprises signent des accords d'implantation dans le pays concerné en contrepartie du recrutement de la main-d’œuvre locale et des accords d’investissement. Seulement, constat fait, estiment-ils, ces choses-là ne sont pas respectées. Atos a vite fait de retirer son offre et a expliqué qu’il s’agissait d’une erreur d’appréciation du management. Toujours pour se justifier, l’entreprise a décrit que cette initiative locale et isolée allait à l’encontre de la politique de recrutement du groupe. Francis Meston, directeur général en charge de la région Afrique Moyen-Orient et Turquie chez Atos a lui aussi, expliqué que la stratégie de la firme est de recruter pour l’Afrique et de relocaliser les diasporas.

Néanmoins, malgré ces explications du groupe Atos, les critiques n’ont pas cessé pour autant. Un concurrent direct d'Atos au Maroc, annonce le journal, s’est également prononcé sur le sujet. « On a toujours constaté ces pratiques, mais venant d’Atos c’était étonnant. Il y a deux ans, j’étais parmi les premiers à tirer la sonnette d’alarme concernant la chasse de tête de Marocains pour l’Europe », a expliqué Saloua Karkri-Belkeziz, présidente de GFI Afrique. Cependant, se penchant sur la politique de fonctionnement chez Atos, Francis Meston semble indiquer que la mobilité au sein du groupe est inévitable. D’après ce qu’a écrit Jeune Afrique, le groupe emploie plus de 2500 personnes dans onze implantations et pratique partout une politique de mobilité professionnelle.

Cet état de choses amène, explique le journal, les cadres à partir travailler en dehors de leur pays et ceci, plus ou moins temporairement. Cela dit, un autre internaute a écrit dans un commentaire que cette pratique n’est pas toutes les fois la faute des multinationales. Ce qu’il dit c’est que ces entreprises ont trouvé une faille chez les Africains qu'ils ont su exploiter. Il cite : le manque d’une bonne qualité d’éducation pour les enfants de ces travailleurs, de meilleurs soins de santé, etc.

Source : Jeune Afrique

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Emploi IT : encore une forte demande de talents de l'open source en 2018 selon le rapport annuel dédié de la fondation Linux

Emploi IT : Linux et l'open source sont l'eldorado aux USA, qu'en est-il de la France ?

La démocratisation du codage et des formations IT, quel est le but ? Remédier à une pénurie sur le marché de l'emploi ou baisser les salaires ?

Les efforts de Tech pour enseigner le codage aux enfants ne sont-ils qu'en faveur de leur réussite ? Ils viseraient à réduire les salaires

Avoir un diplôme d'études supérieures restera-t-il une condition nécessaire dans le recrutement IT ? Google, Apple et IBM disent ne plus l'exiger

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marc.collin
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 18/02/2019 à 18:06
pour avoir eu des collègues dans cette situation, ils avaient tous des salaires très bas... par rapport aux autres... malgré qu'ils faisaient des tâches similaires...
les SSII s'en mettaient plein les poches
12  0 
Avatar de coolspot
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/02/2019 à 18:28
Pour travailler chez Atos ca permet de "dégraisser" les emplois en France pour délocaliser en Afrique pour leur stratégie "nearshore". Et de l'autre coté remplacer les ingé français par des ingé Africains payer avec des salaire roumains

Bref merci la mondialisation et merci l'UE qui permet cela et qui empeche du protectionnisme de l'emploi et donc de faire augmenter les salaire en diminuant la demande issu du tiers-monde.
9  0 
Avatar de 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/02/2019 à 18:17
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
J'imagine l'argumentaire d'Atos : "Viens en France pour pour être payé une misère par rapport aux USA et surtout payer pleins d'impôts ! Bonus en prime : Par rapport à l'Afrique en France il y a quasiment pas de soleil, il fait souvent très froid, les gens sont inamicaux voir hostiles, les loyer sont hors de prix, tout y est très cher, tu viens ou pas ?
Encore une grande simplification et une mystification des impôts aux USA...
Mais bon, c'est du Mingolito, on ne s'attendait pas à de la nuance.
7  0 
Avatar de Cassoulatine
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 18/02/2019 à 17:50
Plus de chômage et des salaires plus bas en France, moins de talents en Afrique, y a pas à dire la société "ouverte" c'est vraiment bien. En avant vers le magma informe.
6  2 
Avatar de tanaka59
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/02/2019 à 20:14
A Lire le titre je dirai , que la France et d'autres pays siphonnent les spécialistes de l'Afrique et l'Asie. Rétroactivement les USA , le Canada et peut être d'autres pays siphonnent à leur tour nos talents européens ...

C'est le jeu ma pauvre Lucette .

Après les pratiques à bas cela crée des plateformes off shore en Inde , Sri Lanka, Indonésie, Malaisie, Caraïbes ...
4  0 
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/02/2019 à 15:16
Citation Envoyé par coolspot Voir le message
Ben perso je suis aussi outré par ces expat qui vont à Singapour et au USA pour toucher un max en ne payant qu'un minimum d'impot et donc en ne redonnant pas ce qu'ils ont reçu via leur éducation quasi gratuite en France mais qui en plus après quelque années reviennent en France pour toucher les aide et les subvention dès qu'ils y a des gosses.

EN bref je conchie sur l'immigration et l'expatriation qui appauvrit les locaux qui eux restent pour leur pays et leur famille.
Point de vue purement égoïste et qui considère qu'une expatriation/immigration/changement de pays ne se fait que sur le seul critère du salaire.
5  1 
Avatar de coolspot
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 19/02/2019 à 20:26
Citation Envoyé par frayou Voir le message
Puis on s'écarte là...
faut pas confondre des profiteurs et des gens qui viennent travailler honnêtement en payant leurs impôts etc...
Après c'est pas tant ces "travailleurs" qui me font le plus chier vu qu'il participe hélas au nivellement du salaire mais plus les boites de marché à viande comme Atos et du fait que les politicien ne font rien (par exemple appliqué la même chose qu'en Thailande c'est à dire que dès que tu embauche de l'immigré expat t'es obligé d'engager en plus un résident locaux)
3  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/02/2019 à 18:10
C'est l'immigration choisie, marche très bien en Australie, Canada, etc... y compris avec des Français...
Je me demande même s'il y a pas plus de développeurs français qui se cassent aux USA ou au Canada que de développeurs Africains qui viennent travailler en France...

J'imagine l'argumentaire d'Atos : "Viens en France pour pour être payé une misère par rapport aux USA et surtout payer pleins d'impôts ! Bonus en prime : Par rapport à l'Afrique en France il y a quasiment pas de soleil, il fait souvent très froid, les gens sont inamicaux voir hostiles, les loyer sont hors de prix, tout y est très cher, tu viens ou pas ?
6  4 
Avatar de lequebecois79
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/02/2019 à 3:21
Citation Envoyé par Mathieu__ Voir le message
L'un dans l'autre une boîte qui accompagne les candidats à l'expatriation, s'occupent de la paperasse et paie un salaire juste un peu en dessous du marché pour un local elles fournissent un bon service au recruté.
pour les quelques personnes que j'ai connu c'était entre 10K et 15K de moins que les autres pour un dev avec 6 ans d'expérience.... ça fait plus qu'un peu...
2  0 
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/02/2019 à 11:46
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
A Lire le titre je dirai , que la France et d'autres pays siphonnent les spécialistes de l'Afrique et l'Asie. Rétroactivement les USA , le Canada et peut être d'autres pays siphonnent à leur tour nos talents européens ...

C'est le jeu ma pauvre Lucette .

Après les pratiques à bas cela crée des plateformes off shore en Inde , Sri Lanka, Indonésie, Malaisie, Caraïbes ...
Pourquoi les gens oublient systématiquement l'Amérique latine ? C'est moins sexy et vendeur que les pays Afroasiatiques ?

Atos a la même politiquement de recrutement sur le continent américain, ils ont déjà fait venir par charters des ingénieurs fraîchement diplômés du Pérou, du Chili, de Colombie etc vers l'Espagne (plus facile à faire travailler quand on connaît déjà la langue).

Par contre faut croire que les hispaniques négocient mieux, la différence salariale est nettement moins marquée que ce que je lis plus haut (même si elle existe tout de même et ce, malgré la qualité des diplômes délivrés).
2  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web