Avoir un diplôme d'études supérieures restera-t-il une condition nécessaire dans le recrutement IT ?
Google, Apple et IBM disent ne plus l'exiger

Le , par Michael Guilloux

336PARTAGES

23  0 
L'accès à un emploi qualifié en général, et dans le domaine IT en particulier, a toujours été conditionné à l'obtention d'un diplôme universitaire ou d'études supérieures, parce que les universités et grandes écoles ont pendant longtemps eu le monopole de la formation. Mais ces dernières années, la formation s'est diversifiée avec de nouveaux acteurs proposant des formations intensives ou boot camps et bien d'autres formes de formations non conventionnelles. L'accès à l'Internet a également favorisé le partage de connaissances et développé l'apprentissage en autodidacte qui, même s'il n'est pas facile, permet aux plus courageux et plus passionnés de s'en sortir avec des compétences qui peuvent leur permettre de réussir dans le monde professionnel.

Mais ces nouvelles formes de formations, si elles se multiplient, sont souvent mal vues par les employeurs. Par conséquent, les candidats qui ont recours à ces voies arrivent difficilement à trouver un emploi par rapport à ceux qui sont passés par la voie traditionnelle. Il existe toutefois des « success stories » qui amènent de plus en plus les recruteurs à considérer également les candidats n'ayant pas de diplôme universitaire ou d'études supérieures. Mais d'après le site de recherche d'emploi Glassdor, un nombre croissant d'entreprises offrent des emplois bien rémunérés à ceux qui n’ont pas reçu une éducation traditionnelle ou un diplôme d’études supérieures.

Glassdoor a compilé une liste des 15 meilleurs employeurs qui ont déclaré qu'ils n'exigeaient plus de diplôme universitaire. Et on y trouve des entreprises comme Google, Apple, IBM et EY (Ernst and Young). Cette décision serait liée à un effort visant à améliorer la diversité et à faciliter l'embauche de personnes qui passent par des boot camps ou qui poursuivent des études supérieures non traditionnelles.

« Quand on observe des gens qui n'ont pas fait d'études supérieures et qui font leur chemin dans le monde [professionnel], ce sont des êtres humains exceptionnels », a déclaré Laszlo Bock, ancien vice-président senior de Google, chargé des opérations de personnel. « Et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour trouver ces personnes », a-t-il ajouté.


Un peu dans le même sens, Joanna Daly, vice-présidente d'IBM chargée des talents a déclaré à CNBC en 2017 qu'environ 15 % des employés américains de son entreprise n'avaient pas de diplôme de niveau Bac+4. Elle a expliqué qu'au lieu de regarder exclusivement des candidats qui entraient à l'université, IBM se penche désormais sur les candidats ayant une expérience pratique via un boot camp de codage ou par d'autres voies.

Quoi qu'il en soit, cette tendance, si c'en est vraiment une, semble pour l'instant isolée aux USA où avec la hausse des frais de scolarité, de nombreux Américains n'ont pas le temps ou l'argent pour obtenir un diplôme universitaire. Ils préfèrent donc passer par d'autres voies qui fleurissent d'ailleurs aux USA. On ne peut donc pas dire que ces entreprises utilisent la même politique de recrutement en France ou ailleurs.

Cela dit, le diplôme reste encore important d'après Ernst and Young. « Les qualifications académiques seront toujours prises en compte et resteront un critère important lors de l’évaluation des candidats dans leur ensemble, mais ne constitueront plus un obstacle au recrutement », a déclaré Maggie Stilwell, directrice associée des talents chez Ernst and Young.

Sources : Glassdor, CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Avoir un diplôme d'études supérieures restera-t-il une condition nécessaire dans le recrutement IT ?
Qu'en est-il de la situation en France ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 23/08/2018 à 14:01
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

C'est plus impressionnant une personne qui s'auto motive et qui se forme en autodidacte, que quelqu'un qui a fait des études.
C'est facile l'école, t'as qu'à suivre le programme et voilà...
Seul quelqu'un n'ayant pas fait d'étude peut dire de tels connerie.
25  6 
Avatar de Matthieu76
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/08/2018 à 14:02
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Le top serait un système au mérite : Si t'es bon tu montes.
C'est un peu plus compliqué que ça car un bon développeur de fera forcément pas un bon manager, et puis changer de post un mec qui fait très bien son boulot pour mettre quelqu'un d'autre à la place c'est pas top.
18  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/08/2018 à 9:43
Citation Envoyé par jeremygaultier Voir le message
Comment peux-tu apprendre par ton expérience plus que des personnes qui ont plus d'expérience que toi et qui ont, elles même, reçu des autres ? moi je pense que la théorie est bien plus importante que la pratique, la pratique n'est qu'une mise en pratique de la théorie.
être autodidacte n'empêche pas de se rencarder, hein. Je suis diplômé d'une école d'ingé prestigieuse, mais pas en info. Je me suis farci pas mal de théorie, avec les années. Ca n'est pas aussi utile que tu le prétends, mais ça m'a bien servi quand même. Et je n'ai pas eu besoin de retourner sur les bancs de l'école.

Citation Envoyé par jeremygaultier Voir le message
Une personne qui fait des études est aussi autodidacte, il n'y a qu'une façon de faire. Être autodidacte c'est se mettre des bâtons dans les roues puisque dans tous les cas il faudra faire comme les autres ! Tu parles de chercher de manière efficace, ça l'école te l'apprend, tu l'apprendras pas tout seul, l'école t'apprend aussi à te former et elle te forme dans la vie quotidienne aussi.
uh? une seule façon de faire? Euh, non. Juste, non. Je ne vais même pas perdre mon temps à me justifier. Même dans des métiers moins créatifs comme la plasturgie, il peut y avoir plusieurs manières de faire. Certains pots de yaourt sont thermoformés, d'autres sont extrudés-soufflés, par exemple.

Citation Envoyé par jeremygaultier Voir le message
Le plus important dans les études c'est leur durée et l'obéissance qui en découle, pas leur contenu puisque les étudiants sortent sans connaître les design patterns par exemple. L'obéissance d'apprendre tout ce que tu dois apprendre, sans trier, l'obéissance liée à la durée; c'est ça le plus important.
J'ai sauvé 3 projets, dans ma carrière. 3 projets qui allaient dans le mur. A chaque fois, je les ai sauvés en désobéissant - ou à minima en faisant autrement que prévu. La première fois, je leur ai dit : "ça ne marchera pas comme ça, on ne tiendra jamais les délais, il faut faire autrement". Réponse : "tu est sur de ton coup?". La deuxième fois, ils m'ont dit "on pense que c'est impossible, d'ailleurs aucun interne n'a accepté de le faire, mais puisque tu as l'air confiant, on te laisse essayer". La troisième fois, j'ai eu droit à 20 minutes d'engueulade quand ils ont découvert le pot aux roses. Engueulade suivie d'une longue série d'amélioration demandées sur le composant que je n'aurais jamais du créer(et que j'avais "volé la banque" en le créant, citation mot pour mot), preuve qu'ils en avaient cruellement besoin.

Citation Envoyé par jeremygaultier Voir le message
Le métier de développeur n'a rien d'exaltant si on aime pas les normes et la rigueur.
Mon prof de matériaux disait toujours : "un réponse d'ingénieur, ça commence toujours par 'ça dépend' ".

En l'occurence, ça dépend de ce que tu développes. Tu as probablement raison pour certains parties particulièrement critiques de l'embarqué(genre aérospatial, mais peut-être ceux qui connaissent mieux que moi me corrigeront). Pour nous qui faisons de l'info de gestion hospitalière, et reçevons en mai 2018 des specs via le journal officiel qui sont applicables au premier janvier 2018, je peux te dire que l'adaptabilité, la flexibilité et la réactivité sont bien plus importantes que les normes et la rigueur. Les gens qui font du jeu vidéo ont encore d'autres contraintes. C'était encore différent quand j'étais en bancaire. etc.....
13  0 
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/08/2018 à 14:29
Oui il faut bien sur rester ouvert sur les profils autodidactes, d'autant que certains peuvent avoir un background très enrichissant (reconversion) qui peut amener une autre façon de réfléchir à l'équipe. Il ne faut cependant pas se mettre d'un coup à regarder avec dédain les diplômés comme cela peut être fait parfois. Je pense notamment aux écoles Epitech et 42, qui ont leur intérêt mais qui ont aussi poussé l'idée totalement fausse que les formations classiques étaient dépassés.

Dans mon domaine la majorité des profils sont certes des diplômés en informatique (voire école d'ingé généraliste), mais qui se sont formés en autodidacte en sécurité informatique. Il existe très très peu de formations spécialisées, et elles restent plutôt insuffisantes (un élève n'ayant poussé plus loin en autodidacte n'aura pas un niveau suffisant). La plupart des candidats junior n'ont pas de justification de leur compétences en sécurité informatique (C'était aussi mon cas). Et les recrutements se passent très bien.

PS: Ne soyez pas binaire! Le meilleur candidat ne sera ni l'autodidacte ni le diplômé. Ce sera celui qui aura su identifier les bonnes compétences à développer. Libre à lui de passer par un cursus classique (ou une partie) si il l'estime indispensable, et de compléter par de l'auto apprentissage pour compléter ce que la formation n'a pas apporté.
11  0 
Avatar de valaendra
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 28/08/2018 à 12:00
Citation Envoyé par jeremygaultier Voir le message
Moi je suis contre cette glorification de l'auto didacte car c'est nul d'être auto didacte et faux, on apprend toujours de quelqu'un ! avec l'école, on est sûr d'apprendre des bonnes personnes et nos connaissances sont validées par des mentors. Ne pas avoir fait d'études ne rapporte rien.
Bien des profils autodidactes contredisent votre vision des choses.

Bien des professeurs sont moins compétents que leurs élèves et se contentent de lire du powerpoint prémaché et non mis à jour depuis 10ans (je milite contre ce genre de pratique depuis que je suis dans l'enseignement).

De plus, tu bosses sur des exercices sans intérêt, sans finalité, sans possibilité d’approfondir...

Bon nombre de diplômés se la pètent plus haut que leur c*l et ne savent pas aligner 3 lignes de code s'ils n'ont pas la doc à côté d'eux.

Je pense en tout cas qu'il y a une très mauvaise image du métier de développeur, une image extrêmement "bas de gamme", qui est très ancrée dans l'imagerie populaire... alors que si on regarde les choses par la réalité, il faut au moins 10 ans d'étude après le BAC pour acquérir tout ce qui est nécessaire à un développeur dans son quotidien
Le développeur de base est l'équivalent de l'ouvrier dans le bâtiment (même si beaucoup ont du mal à l'admettre) : un exécutif payé au lance pierre en début de carrière.

Il ne faut pas 10 ans d'études après le BAC, n'importe quoi ! Seule l'expérience sur des projets réels et variés vous permet d'acquérir (et de corriger) les compétences liées au métier.
11  0 
Avatar de Watslink62
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 31/08/2018 à 9:43
Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
Le diplôme ne fait certes pas tout... Mais prends le cas des écoles d'ingénieurs sur concours avec passage presque obligé par les classes prépas:
  • une sélection à l'entrée de la prépa
  • une sélection par le concours
  • une sélection à l'intérieur de l'école

Tu augmentes singulièrement tes chances d'avoir quelqu'un d'efficace en prenant quelqu'un qui vient d'une filière élitiste qu'en prenant quelqu'un qui n'a pas de diplôme....
Maintenant, quand tu as un diplôme, tu as eu une formation avec de la théorie et de la pratique... et la théorie est nécessaire car cela donne des bases solides pour apprendre de nouvelles connaissances: il faut des fondations solides pour construire une maison... On peut très bien apprendre à coder seul, mais connaître les qualités et défauts de chaque méthode (par exemple les méthodes de tri ou l'efficaité relative des conteneurs associatifs) peut être complexes... Je me souviens d'un maître ingénieur (bac+4) sortant d'une université qui ne savait pas faire un parcours récursif d'un arbre: il m'avait trois boucles for imbriquées...
Travaillant en école d’ingénieur, je peux dire que la "sélection" n'est pas gage de qualité, il y a bien sur quelques très bons élèves, mais également beaucoup de mauvais. Les élèves ne sont pas traités comme des apprenants mais comme des clients payant une formation, il y a donc tout intérêt à bien remplir les classes pour faire du chiffre. Pour une classe il faut une certaine moyenne, si le niveau est trop bas, on augmente les notes pour correspondre à cette moyenne, les notes s'adaptent donc au niveau des élèves qui ne cesse de baisser depuis plusieurs années.
Les étudiants sont également très assisté (soutien, réseau, aide pour trouver des stages) par rapport aux universités publics (j'en viens) où on doit être beaucoup plus autonome pour réussir.
Exemples concrets: un étudiant qui écrit sin x/x=x, un autre branchant directement des câbles électriques de montage sur le secteur, ou un autre posant un récipient plastique sur une plaque chauffante... et ces étudiants ont été "sélectionnés".
En école d’ingénieur, tu paye donc tout est fait pour que le diplôme soit obtenu, en fac, tu es mauvais, c'est fini. Les autodidactes prouvent eux qu'ils sont très autonomes et motivés dans l'apprentissage ce qui est vraiment un plus surtout dans le développement qui exige de s'adapter continuellement aux évolutions.
11  0 
Avatar de fredschmidt
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 06/09/2018 à 13:54
Je n'ai pas lu tous les posts, mais ma réponse va sortir un peu du sujet: je ne travaille pas dans l'informatique, mais j'ai déjà travaillé en Amérique du Nord.

Qu'en pensez-vous ?
Je trouve que le raisonnement de Google est logique.
Ayant travaillé au Canada, je constate clairement que le diplôme n'est pas nécessaire en Amérique du Nord, les compétences et la motivation oui. Et c'est là toute la différence avec la France...
On peut très bien être diplômé et incompétent, comme non diplômé et très compétant, et ces 2 conditions arrivent bien plus souvent que l'on imagine.

Qu'en est-il de la situation en France ?
Je pense que la situation ne bougera pas.
Premièrement, les recruteurs français sont rarement spécialisés, ils ne connaissent pas vraiment le domaine, du coup ils trient les candidats suivant les diplômes, et éventuellement l'expérience, et ce n'est qu'après ce 1er tri que les candidats restant ont un échange technique avec la ou les personne(s) techniques. Sauf que ces personnes sans diplômes sont rarement retenues au delà de l'échange avec le recruteur (il est nettement plus simple de trier par diplôme que par compétence). Et puis la boulot du recruteur est de trouver quelqu'un qui correspond au profil, pas quelqu'un de compétent.
En Amérique du Nord, beaucoup de gens sont recrutés par cooptation... Il arrive souvent aux employé de proposer directement une personne compétente sans diplôme, et de s'affranchir des recruteurs dans la sélection du candidat.

Ensuite, nos responsables hiérarchique sont de moins en moins des techniciens/informaticiens, et de plus en plus des manager/commerciaux avec des objectifs de coûts et délais uniquement... la qualité passe de plus en plus à la trappe. Tous les diplômés savent programmer... sauf que certains le font mieux que d'autres... mais comment les reconnaitre si on n'est pas compétent dans le domaine. Et puis celui qui programme bien ou a de l'expérience, il coutera plus cher... Et s'il programme avec les pieds on s'en fout, tant que ça fonctionne et qu'on livre à temps, s'il faut retoucher le code après ... je n'y pense même pas, ça sera le problème de quelqu'un d'autres... autant prendre quelqu'un qui sort de l'école, il coutera moins cher... Il faut juste pondre un truc potable à temps.
C'est ce qu'on observe tous les jours au boulot en France, pourtant la mentalité nord américaine est différente, les gens travaillent pour l'entreprise avant de travailler pour eux même. La qualité fait partie de leur culture, tout comme les Allemands. Et la reconnaissance est présente aussi, les personnes compétentes sont chouchouté, on essayé de les garder autant que possible (il n'y a qu'à regarder le salaire moyen dans le domaine, pourtant le salaire du débutant est environ le même qu'en France). En France, un merci est exceptionnel, mais les critiques fusent...
Aux USA, les gens peuvent facilement évoluer dans leurs fonctions (diplômé ou non), ce sont donc des techniciens/informaticiens avant de devenirs des managers (un peu comme la France des années 70/80), ils savent des quoi ils parlent et savent juger les compétences. Et il est également plus facile de reprendre l’école outre-Atlantique: tous les étudiants travaillent, les horaires de cours sont adaptés, on peut facilement se former en cours du soir, même à la campagne (plus de 25% des universitaires ont plus de 30 ans).

Et dernièrement, la France fonctionne beaucoup avec des grilles salariales, la reconnaissance des personnes compétentes est de plus en plus rare, que ce soit dans son travail comme lors d'une embauche. Une personne non diplômé ne rentre pas dans la grille, du coup si une embauche aboutie, elle sera souvent sous payé par rapport à un diplômé. Et une personne compétente ayant le même diplôme qu'une qui ne l'est pas, pourquoi faudrait il la payer plus cher?
Et là ou c'est vraiment problématique: la personne compétente et motivé sans reconnaissance va perdre en confiance en soi, pour au final se démotiver de son travail, de son domaine, etc. et finir dégouté de son boulot.

Une grosse différence vient également du marché du travail... En France, il est très difficile de licencier quelqu'un, même incompétent (regardez autour de vous), on ne prend donc pas de risque à l'embauche, et le diplôme est une "valeur sure" . Dans d'autres pays, il est plus facile de licencier, si une personne se dit compétente et ne l'est pas, elle ne fera pas long feux dans l'entreprise...

Quand j'ai été diplômé, le directeur de ma formation nous avait dit que le diplôme n'est qu'un bout de papier, et que c'est nous qui allons écrire notre route avec nos compétences, et que dans 10 ans le diplôme ne servira plus à rien, vos expériences feront fois. Pourtant, je suis diplômé depuis 8 ans maintenant, et pour plus de 80% des entretiens que je passe en France, la première chose qu'on me demande est mon niveau d'étude...
11  0 
Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 23/08/2018 à 16:46
Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
On parle beaucoup de diplômés, de non diplômés... mais on devrait surtout parler de projets personnels.
Je vois tellement de jeunes diplômés qui n'ont jamais rien fait d'eux même, c'est triste, et ça ne donne absolument aucune confiance en leurs compétences ni en leur ambitions.
peut être que après le boulot ils ont d'autres priorité que de encore passer leurs soiré/week end à coder ?

la vie de famille, sortir....etc.
10  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/08/2018 à 11:45
Citation Envoyé par Mat_MAT_BI Voir le message
(.../...)
Après c'est un défaut de scientifique de vouloir tout théoriser je pense à part que la vie ne marche pas comme une base de données lol
Mais ou est donc Neckara quand on a besoin de lui???

Plus sérieusement, le défaut inverse est un problème aussi. J'ai vu, pas très souvent, mais j'ai vu des gens volontaires actifs, acteurs, proactifs, toujours prêts à mettre les mains dans le cambouis - et qui ne pigeaient rien à rien. Ceux-là sont encore plus dangereux que les théoriciens. Parce qu'ils font des dégâts, et ne s'arrêtent jamais. Un seul exemple : sur la partie ETL, on demande à un prestataire(qui plus tard démissionnera pour passer indépendant, la bonne blague) de changer l'alimentation d'un champ dans un table. Basique. Le gars se gourre de table. Bon, ça arrive, hein, moi aussi je l'ai faite, celle-là. Il ne trouve pas le champ, fatalement. Moi, ça m'aurai mis la puce à l'oreille, et j'aurais conclu à ma grande stupidité, comme tout professionnel qui se respecte, et j'aurais fini par retrouver la vraie table. Lui, non. Il a pris un champ au hasard, l'a renommé pour coller à la spec, a changé son alimentation(en faisant deux erreurs sur une ligne par rapport à la spec), a déclaré l'ensemble "testé", et l'a fait installer sur les environnements d'intégration mais aussi de recette(on est en bancaire, ce sont des environnements fragiles). Le gars n'en était pas à son coup d'essai pour tout démolir.

L'interne(compétente, elle) a mis une semaine à réparer les dégâts sur les environnements(heureusement qu'elle a senti le coup et empêche la mise en prod, qu'il avait déjà demandée). Le gars s'est fait virer de la mission avant même la fin de son préavis SSII, et n'a toujours pas compris pourquoi. Il n'a même pas compris qu'on lui reprochait quelque chose, sans même parler du quoi. Volontaire, bosseur, motivé, déterminé. Et catastrophique. Il est aujourd'hui "chef de projet décisionnel", d'après son profil linkedin. La lose pour les gens en dessous de lui. Quoiqu'éloigné de la technique, il est peut-être moins catastrophique. A vérifier. Mais j'ai comme un doute.
10  0 
Avatar de fredoche
Membre expert https://www.developpez.com
Le 03/09/2018 à 11:52
le baccalauréat est à la base le premier des diplomes universitaires. Il permet l'accès à l'université, quelle que soit la faculté envisagée
je ne sais pas si ça se fait encore aujourd'hui mais pendant longtemps les jurys du bac étaient présidés par un prof d'université, en vertu de ce coté universitaire.

Arrêtez avec les maths, c'est juste inutile dans la plupart des situations, et je suis à peu près sur que les seules vraies applications mathématiques liées aux opérations binaires et à la base hexadécimale échappent à la plupart des informaticiens. Il n'y a qu'à voir de ceux qui se prétendent bon en maths combien seront capables de déduire des adresses de réseaux ou de broadcast d'une IP et de son masque, si tant est même que tous ces informaticiens sachent ce que c'est. Diplômés ou non.
Combien il y en a qui utilisent vraiment les maths dans leurs jobs, combien il y en a qui utilisent les bitwise operators, les opérateurs binaires ?
La logique n'est pas une compétence mathématique, l'intelligence n'est pas une compétence mathématique.

J'ai connu des 'cracks' en maths qui étaient cons comme des boulons, passez-moi l'expression.

Et l'informatique, c'est des technologies, des techniques appliquées dans des environnements professionnels, c'est extrêmement vaste et diversifié. C'est beaucoup de pratique, du real life, pas de l’évanescence littéraire et théorique appuyée sur des mathématiques complexes, dans la plupart des cas.
10  0 
Google avertit que des dizaines de millions de téléphones Android sont préchargés avec des logiciels malveillants dangereux
L'immobilisation du 737 MAX est un tel désastre que les compagnies aériennes louent des 737-200 de 30 ans d'âge
Voitures autonomes : « Tous ceux qui comptent sur le lidar sont condamnés »
Mise à jour de la page Cours et Tutoriels pour apprendre la programmation avec Delphi, dix nouveaux tutoriels sur FireMonkey (FMX)
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web