Aucun lien entre les jeux vidéo violents et l'augmentation de l'agressivité chez les adolescents,
Selon des chercheurs de l'Université d'Oxford

Le , par Stan Adkens

870PARTAGES

15  0 
La pratique des jeux vidéo se repend au fil des années avec les jeux, eux-mêmes, qui se diversifient en s’adaptant à de nouveaux concepts souvent très violents. Aujourd’hui, la pratique du jeu vidéo a dépassé le cadre d’une console sur site et s’est étendue à des réseaux à l’échelle mondiale avec la bénédiction de l’Internet, de sorte que les joueurs ne savent même plus qui est leur adversaire de jeu. A cause de l’ampleur qu’a prise le jeu vidéo et à cause de l’âge de son public (public très jeune), ce n’est pas étonnant que plusieurs recherches s’intéressent à ce domaine ces dernières années.

Par ailleurs certains groupes très en vue, comme l'American Psychological Association, réclament des limites au temps que les jeunes passent à jouer à des jeux violents. Toutefois, certains gouvernements comme ceux de l’Australie et de la Suède ont tous deux conclu que les preuves ne sont pas suffisamment claires pour exiger des limites. La crainte que des jeux sanglants comme Grand Theft Auto et Call of Duty puissent faire croire aux jeunes que les comportements à l'écran sont acceptables est une préoccupation majeure pour les parents et les décideurs depuis des années.

Les études menées dans le domaine, depuis lors, ont conduit à des résultats contradictoires. Certains résultats soutiennent qu’il y a une corrélation négative ou positive entre les longs moments que les enfants passent en train de jouer à des jeux vidéo violents et leurs comportements dans la vie réelle, tandis que d’autres ont conclu qu’il n’y a aucun lien. C’est cette dernière conclusion qu’a retenu une dernière étude en date menée par des chercheurs du Oxford Internet Institute de l'Université d'Oxford et leurs collègues de l'Université de Cardiff.

En effet, cette dernière étude, décrite par l'Université d'Oxford comme « l'une des plus définitives à ce jour », a conclu que les adolescents qui jouent à des jeux vidéo violents ne seraient pas plus sujets à des comportements agressifs dans le monde réel que leurs pairs non-joueurs. D’où, pour ces chercheurs, les résultats précédents qui ont conclu à l’existence des effets négatifs auraient été exagérés.


L'an dernier, le président Donald Trump a déclaré que les jeux violents « façonnaient les pensées des jeunes » à la suite de la fusillade de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas à Parklands, en Floride. M. Trump a du rencontré les acteurs de l’industrie, mais ces derniers ont pu convaincre avec les résultats des précédentes études qui prônent l’absence d’effets négatifs des jeux sur les enfants. Une précédente étude menée par les chercheurs de l'université de York, dans une série de tests avec une population de 3000 participants, et dont les résultats ont été publiés en janvier 2018, a trouvé que le fait de s’exposer à des concepts présents dans les jeux vidéo comme la violence n’a pas forcément d’impact sur le comportement.

En revenant à la dernière étude en date dirigée par des chercheurs de l'Université d'Oxford, l’équipe de chercheurs n'a trouvé aucune preuve d'augmentation de l'agressivité chez les adolescents qui avaient passé plus de temps à jouer à des jeux violents au cours du mois dernier. « L'idée que les jeux vidéo violents entraînent des agressions dans le monde réel est populaire, mais elle n'a pas fait ses preuves avec le temps », déclare le professeur Andrew Przybylski, directeur de recherche à l'Oxford Internet Institute et chercheur en chef. « Malgré l'intérêt des parents et des décideurs pour le sujet, la recherche n'a pas démontré qu'il y a lieu de s'inquiéter. », a-t-il ajouté.

Les données ont été tirées d'un échantillon national représentatif de jeunes britanniques de 14 et 15 ans et du même nombre de personnes s'occupant d'eux (au total 2 008 sujets). Les adolescents ont répondu à des questions sur leur personnalité et leur comportement de jeu au cours du dernier mois, tandis que les éducateurs ont répondu à des questions sur les comportements agressifs récents de leur enfant. A la différence de cette dernière étude, les études antérieures, qui ont trouvé un lien de corrélation, ont trop compté sur les joueurs adolescents pour obtenir des informations sur ce qu'ils jouent et leur comportement, selon l'équipe d'Oxford et de l'Université de Cardiff.

« Une partie du problème de la recherche technologique réside dans le fait qu'il existe de nombreuses façons d'analyser les mêmes données, ce qui donnera des résultats différents. Un résultat trié sur le volet peut ajouter un poids indu à la panique morale qui entoure les jeux vidéo. L'approche de l'étude enregistrée est un garde-fou contre cela », dit Przybylski.

Une critique courante à l'égard des recherches antérieures dans ce domaine est la dépendance excessive à l'égard de l'autodéclaration. Toutefois, cette dernière étude a utilisé une combinaison de données subjectives et de données et d'informations provenant des parents et des personnes qui s'occupent des enfants, a rapporté Games Industry.

Ainsi donc, pour minimiser la chance d’aboutir à des résultats influencés par des données autodéclarées, l'équipe du professeur Andrew Przybylski a évalué la violence en jeu contre les systèmes d'évaluation du Royaume-Uni et des États-Unis, afin de fournir une mesure plus objective, et l'équipe a également déclaré la méthode qu'elle avait l'intention d’utilisée pour obtenir ses données avant de commencer l'étude ; c’est l’étude selon le protocole des rapports enregistrés.

« Nos conclusions suggèrent que les préjugés des chercheurs pourraient avoir influencé les études antérieures sur ce sujet et ont faussé notre compréhension des effets des jeux vidéo », déclare le Dr Netta Weinstein de l'Université de Cardiff, co-auteure.

Selon les chercheurs, l’étude selon le protocole des rapports enregistrés devrait être utilisée pour étudier d'autres phénomènes d'effets médiatiques d’actualité, tels que « les médias sociaux entraînent la dépression » et « la dépendance à la technologie nuit à la qualité de vie » qui n'ont tout simplement aucune preuve à l'appui.

Toutefois, bien qu'il n'y ait aucune corrélation entre le jeu vidéo et le comportement agressif chez les adolescents, les chercheurs ont noté que les jeux peuvent provoquer des sentiments ou des réactions de colère « qui pourraient être qualifiées de comportement antisocial », a dit M. Przybylski.

Cette dernière étude intitulée « L'utilisation de jeux vidéo violents n'est pas associée au comportement agressif des adolescents : preuve tirée d'un rapport enregistré », si nous devons nous en tenir à son caractère complet, d’après le professeur Andrew Przybylski, chef d’équipe des chercheurs, tombe à un meilleur moment pour trancher la question en rapport avec les effets des jeux sur les adolescents.

Selon Games Industry, en février, le représentant de l'État du Rhode Island, Robert Nardolillo III, a proposé une taxe sur les jeux vidéo violents, affirmant que « les enfants exposés aux jeux vidéo violents à un jeune âge ont tendance à agir de manière plus agressive que ceux qui ne le sont pas ».

Source : The Royal Society, Games Industry

Et vous ?

Que pensez-vous de la conclusion de cette nouvelle étude ?
A votre avis, une exposition prolongée à des jeux vidéo violents n’aura-t-elle aucun effet évident sur les jeunes joueurs ?
Pensez-vous que les chercheurs, arriveront un jour à des résultats consensuels concernant la présence ou pas de lien entre jeux violents et augmentation de l’agressivité des jeunes joueurs ?

Lire aussi

Il n'existe aucun lien entre les jeux vidéo et le comportement violent, selon une étude de l'université de York
Tueries dans les écoles : Donald Trump accuse les jeux vidéo violents, à l'occasion de sa rencontre avec l'industrie
Les jeunes qui jouent à des jeux vidéo ont de meilleures capacités de raisonnement moral, que les jeunes non-joueurs, selon une étude
Les jeux vidéo d'action développent-ils l'intelligence ? Une étude les associe à une augmentation de la quantité de matière grise dans le cerveau
Plusieurs experts s'insurgent contre la décision de l'OMS qui a classé l'addiction aux jeux vidéo comme une pathologie, quel est votre avis ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Somyx
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 15/02/2019 à 14:10
Pour moi, il n'y a aucune influence de la violence des jeux vidéos sur les adolescents, ils sont assez intelligents pour différencier le virtuel du réel.
Mais toutefois je pense qu'il est nécessaire de mettre en place une limitation de temps de jeu et/ou d'empêché un jeune de jouer à un jeu "non-correcte" pour son âge il y a l’indication "PEGI" pour ça, mais cela est un travail des parents avant tout je dirais.

Toutefois, bien qu'il n'y ait aucune corrélation entre le jeu vidéo et le comportement agressif chez les adolescents, les chercheurs ont noté que les jeux peuvent provoquer des sentiments ou des réactions de colère « qui pourraient être qualifiées de comportement antisocial », a dit M. Przybylski.
Je trouve ça assez logique qu'il y ait un instant de colère de la part du joueur c'est plus une frustration d'avoir perdu dans le jeu l'empêchant donc de gagner ce qui est satisfaisant voir très satisfaisant (Je pense au récent TOP1 des Battle Royal comme Fortnite).

L'an dernier, le président Donald Trump a déclaré que les jeux violents « façonnaient les pensées des jeunes » à la suite de la fusillade de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas à Parklands, en Floride.
Faut-il vraiment écouter ce que cette personne dit ?

Moi même je suis un "gamer" je passe pas mal de temps sur les jeux vidéos, j'en n'ai passé beaucoup à une époque de ma vie, j'ai souvent joué à des jeux violents comme GTA et pourtant aujourd'hui je ne suis pas quelqu'un de violent au contraire.
Donc pour moi il n'y a aucune corrélation entre la violence d'un jeune et les jeux vidéos violents.
1  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web