Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

H-1B : Oracle aurait favorisé l'embauche de diplômés étrangers issus des universités américaines
Par rapport aux diplômés nationaux, selon le DoL

Le , par Christian Olivier

205PARTAGES

15  0 
En 2017, la société technologique américaine Oracle a été traduite en justice par le Département du Travail (DoL) des États-Unis qui l’accusait de favoritisme dans sa politique de recrutement et de rémunération. Le DoL alléguait que la firme Redwood Shores avait l’habitude de payer les hommes de race blanche davantage que leurs homologues de couleur, ce qui entraînait une discrimination salariale à l’égard des femmes et des employés noirs et asiatiques. Mais à l’époque, Oracle affirmait que ces allégations étaient sans fondement et que ses décisions en matière de rémunération étaient « ;non discriminatoires et fondées sur des facteurs commerciaux légitimes, y compris l’expérience et le mérite ;».


Le DoL est récemment revenu à la charge en accusant cette fois Oracle de favoriser non seulement l’embauche d’Asiatiques dans des départements clefs, mais également de favoriser le recrutement de diplômés étrangers originaires d’Asie issus des universités américaines par rapport aux diplômés américains. Sur les 500 nouveaux diplômés embauchés dans trois catégories d’emplois chez Oracle entre 2013 et 2016, environ 90 % d’entre eux étaient asiatiques, atteste le DoL.

D’après le DoL, « ;l’immense majorité ;» des personnes recrutées par l’entreprise dans le cadre de son programme de recrutement universitaire étaient des titulaires de titre de séjour originaires de l’Asie, précisant que « ;ces étudiants avaient besoin d’une autorisation de travail pour rester aux États-Unis après l’obtention de leur diplôme ;». Dans le dossier qu’il a remis au tribunal, le DoL assure que cette société embauche massivement des travailleurs qui dépendent d’elle pour rester parrainés aux États-Unis, soulignant que « ;cette préférence pour une main-d’œuvre dépendant d’Oracle pour l’obtention d’une autorisation de travail aux États-Unis se prête bien à la compression des salaires de cette main-d’œuvre ;».

Le DoL affirme par ailleurs que, dans le même temps, les Asiatiques, les Noirs et les femmes étaient « ;systématiquement sous-payés dans la masse salariale de l’entreprise ;», ce qui tend à corroborer les accusations récentes portées contre la société faisant état d’un laisser-aller total dans la politique du groupe en matière d’équité salariale. Selon le DoL, le cas le plus grave serait celui des employées de sexe féminin originaires d’Asie : plus elles restent longtemps en poste chez Oracle, moins bien elles sont payées par rapport aux autres employés. Ce comportement inacceptable aurait déjà coûté aux travailleurs victimes de ce système environ 400 millions USD en termes de salaire perdu.

Le procès a attiré l’attention de Ron Hira, professeur à l’Université Howard et critique de l’utilisation de visas par des travailleurs étrangers. Les ressortissants étrangers ayant récemment décroché leur diplôme au sein d’une institution d’enseignement agréée aux États-Unis et les demandeurs d’emploi qualifiés étrangers vivant hors du territoire étasunien peuvent travailler aux États-Unis de manière temporaire, mais suffisamment longtemps pour pouvoir y faire carrière grâce au visa H-1B. Signalons au passage que l’OPT (Optional Practical Training) est une extension du visa étudiant qui permet de travailler légalement aux États-Unis pendant 1 an (voir 17 mois dans le domaine informatique) après ses études.


Hira a expliqué qu’Oracle n’était pas la seule entreprise technologique américaine à privilégier les travailleurs étrangers qui peuvent être moins bien payés parce qu’ils sont liés à une entreprise par leur visa ou leur permis de travail. D'après lui, « ;le principal argument de l’industrie en faveur d’un plus grand nombre de travailleurs bon marché bénéficiant du H-1B et de l’OPT est qu’il existe une pénurie de talents américains ;», alors qu’en fait, c’est l’exploitation de travailleurs étrangers invités et moins chers qui endommage le réservoir de talents local des USA et exacerbe son bilan déplorable en matière de diversité de la main-d’œuvre.

Compete America, un groupe de pression représentant Oracle, d’autres géants de l’industrie technologique et diverses entreprises et organisations, a qualifié en 2017 les programmes d’immigration hautement qualifiés mis en œuvre aux USA de « ;composants nécessaires pour maintenir le leadership et la compétitivité ;» du pays. Le groupe a déclaré qu’il soutenait « ;des réformes équilibrées du programme H-1B, garantissant que tous les employeurs utilisent ces visas dans l’esprit voulu par le Congrès — pour occuper des postes exigeant des professionnels hautement qualifiés dans des domaines où les travailleurs américains qualifiés sont plus difficiles à trouver ;».

Source : Mercury News

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Les USA veulent refondre le processus d'obtention du visa H-1B pour prioriser les titulaires d'un diplôme supérieur des universités US
USA : le visa H-1B détourné par les entreprises de sous-traitance IT offshore pour embaucher des travailleurs étrangers qu'elles pourront payer moins
Oracle accusé de sous-payer systématiquement des milliers de femmes travaillant aux USA et de laisser-aller dans sa politique d'équité salariale
USA : l'administration Trump prévoit de ne plus rendre éligibles les développeurs informatiques au programme de visa H-1B

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AlexRutny
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/01/2019 à 15:49
Pour pouvoir rester en France les étudiants étrangers doivent rapidement justifier d'un travail (ie. marché de l'emploi sous tension) pour espérer obtenir un visa de travail de plus longue durée auprès des autorités françaises. Durant cette période, ils sont évidemment prêt à faire de grosses concessions salariales... Dernièrement, j'ai eu l'exemple d'un développeur d'origine marocaine qui a quasiment multiplié son salaire par 2 en quittant la boite qui l'avait embauché après son diplôme. Il y était resté 3 ans. C'est clair que les patrons des ESN aiment beaucoup ce genre de travailleur immigré qualifié, travailleur et pas cher...
4  0 
Avatar de kilroyFR
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 28/01/2019 à 20:59
Amusant de constater ce que j'avais constaté sur place dans ma boite (americaine), la plupart des devs sont des indiens expatriés.
L'encadrement par contre (les metiers 'nobles' et bien payés) restant pour le staff US.
Pas surpris de ce que je lis ici; en 2001 c'etait deja comme ca.
1  0 
Avatar de kilroyFR
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 29/01/2019 à 18:07
Citation Envoyé par AlexRutny Voir le message
Pour pouvoir rester en France les étudiants étrangers doivent rapidement justifier d'un travail (ie. marché de l'emploi sous tension) pour espérer obtenir un visa de travail de plus longue durée auprès des autorités françaises. Durant cette période, ils sont évidemment prêt à faire de grosses concessions salariales... Dernièrement, j'ai eu l'exemple d'un développeur d'origine marocaine qui a quasiment multiplié son salaire par 2 en quittant la boite qui l'avait embauché après son diplôme. Il y était resté 3 ans. C'est clair que les patrons des ESN aiment beaucoup ce genre de travailleur immigré qualifié, travailleur et pas cher...
On a que des devs tunisiens/marocains depuis 2 ans (et je connais beaucoup de collegues dans leur boites pour qui c'est pareil - profil souvent similaire). Sinon en dev offshore pour nous c'est ile maurice et bangalore (les fonctionnels sont francophones, les technos sont anglophones). On peut pas lutter face a leur salaire.
Ils sont motivés et bosseurs. Oui leur SSII ne doivent pas les payer comme un salarié francais - jamais osé leur demander non plus.
Par contre ceux sortants d'ecole d'ingé en france ne veulent pas rester comme dev, boulot de grouillot qu'ils ne veulent rapidement plus faire et passer a des postes d'encadrement et le salaire qui va avec. Donc formés mais pour rien car passent a autre chose rapidement.
Ils ont compris que le dev est l'ouvrier du 21eme siecle (le cadre n'est plus l'usine mais plutot une usine a logiciel (build factory, migration factory etc. dans la novlangue) et le salaire plus correct; neanmoins ceux qui se gavent c'est toujours l'encadrement). Seul l'outil a changé - on est passé de la clé a molette sur chaine de fabrication au clavier dans usine a logiciel.
On fait du dev micro service et donc meme des bac+2 sont maintenant pris car suffisants comme dev.
Uberisation du metier de dev, quand la transition numerique sera complete ce sera une realité de partout; faut juste y etre preparé et ne pas tomber des nues lorsque ca arrive (comme souvent on n'y croit pas, ca ne touche que les autres).
1  0 
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/02/2019 à 21:06
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Hypocrisie. Quel jugement de valeur ? Donc sur quel critère ?

Ne pas faire passer un mal pour un bien parce-qu'il y a pire alors qu'il y a mieux.
Dans le domaine de la programmation. Je la mesurais par le nombre de bug par ligne. Et je ne parle pas de faute de frappes, ici. Et par la productivité.

Historiquement l 'homme blanc a démontré une plus grande aptitude à inventer des systèmes complexes que les autres races. Cela donne des boutons à certains. Mais ce n'est pas un accident, si l'Europe est devenu une référence de la modernité. Et non le Moyen-Orient. Donc

Oracle a probablement une très bonne politique de l'emploi.
0  2