Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google, Amazon et Microsoft font face à de nouvelles pressions d'un lobby
Militant pour un meilleur encadrement de la reconnaissance faciale

Le , par Christian Olivier

182PARTAGES

14  0 
Ce mardi, 90 groupes de pression se sont joints à un effort commun visant, entre autres, à empêcher la militarisation et l’instrumentalisation politique des nouvelles technologies en adressant une lettre à Amazon, Google et Microsoft pour demander à ces entreprises technologiques de s’engager à ne pas vendre de technologie de reconnaissance faciale au gouvernement.

L’American Civil Liberties Union (ACLU), le Centre des réfugiés et des immigrants pour l’éducation et les services juridiques (RAICES) et l’Electronic Frontier Foundation (EFF) font partie des groupes de défense qui ont décidé d’interpeller les acteurs les plus influents de la Silicon Valley au vu des efforts qu’ils consentent pour développer des systèmes de reconnaissance faciale et des responsabilités qui leur incombent.


Cette action est en continuité avec la démarche initiée en mai dernier par l’ACLU, une association à but non lucratif de défense des droits numériques, et plusieurs autres organisations similaires qui ont demandé à Amazon d’arrêter de vendre son système de reconnaissance d’image à la police. Pour le lobby, cette technologie pourrait entraîner des dérives ;; par exemple, la police pourrait l’utiliser afin de pister des manifestants ou d’autres personnes que les autorités jugent suspectes, plutôt que de se limiter aux personnes qui commettent effectivement des crimes. Des actionnaires de la société ont même apporté leur soutien aux revendications du lobby pour essayer de faire fléchir le géant du commerce en ligne.

Cependant, en dépit de toute cette forte mobilisation, Amazon a annoncé en octobre puis novembre dernier qu’il poursuivra sa coopération technologique avec le Pentagone et continuera de vendre sa technologie de reconnaissance faciale aux forces de l’ordre.

Nicole Ozer, directrice de la technologie et des libertés civiles à l’ACLU de Californie, a déclaré à ce propos : « ;Nous sommes à la croisée des chemins en matière de surveillance faciale, et les choix faits par ces entreprises détermineront si la prochaine génération devra craindre d’être surveillée par le gouvernement ;» parce qu’il ou elle aura assisté à une manifestation, se sera rendue dans tel ou tel lieu de culte ou vit simplement sa vie.

Google et Microsoft ont depuis reconnu les risques liés aux services de reconnaissance faciale ainsi que l’utilisation abusive potentielle qui peut en découler si cette technologie venait à tomber entre de mauvaises mains.

En décembre dernier, la firme de Mountain View a, par exemple, temporairement renoncé à la vente de sa technologie de reconnaissance faciale tant que d’importantes questions d’ordre technologique, éthique et politique n’auront pas été abordées. Plus tôt dans l’année, le géant Microsoft a appelé à une réglementation de la technologie de reconnaissance faciale et proposé des axes de réflexion afin d’éviter des dérives potentielles. Mais, les groupes de pression réclament des engagements plus forts des deux sociétés et de meilleures garanties de la part d’Amazon.

« ;Les entreprises ne peuvent pas continuer à prétendre que l’approche “break then fix” fonctionne ;», a déclaré Ozer. « ;L’histoire nous a clairement appris que le gouvernement exploiterait des technologies telles que la surveillance du visage pour cibler les communautés de couleur, les minorités religieuses et les immigrants. ;»

Source : ACLU

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Google refuse un contrat de 10 milliards de dollars sur le cloud avec le Pentagone, évoquant des conflits avec ses valeurs
Jeff Bezos confirme qu'il prendra le contrat JEDI Cloud avec le DoD, et défend sa coopération technologique avec le Pentagone
Microsoft : des employés l'exhortent à ne pas soumissionner de proposition pour JEDI qui ambitionne de créer une force militaire « plus meurtrière »
Google ne vendra pas la technologie de reconnaissance faciale pour l'instant, avant d'aborder d'importantes questions de technologie et de politique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/01/2019 à 9:22
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
D'un côté il y a 90 groupes de l'autre il y a le gouvernement, chacun excerce des pressions sur les grandes entreprises.
Le truc c'est que le gouvernement a beaucoup plus de pouvoir sur ces entreprises, déjà, grâce à la NSA, le gouvernement connait tous les scandales secrets des cadres de ces entreprises, il y a moyen de faire une sorte de chantage, ensuite le gouvernement peut proposer un arrangement sur les impôts.
C'est risqué de refuser de collaboré avec le gouvernement, il a le pouvoir de vous aider ou de vous écraser.

Par contre que peuvent faire les 90 groupes ?
0  1 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web