Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google ne vendra pas la technologie de reconnaissance faciale pour l'instant,
Avant d'aborder d'importantes questions de technologie et de politique

Le , par Stan Adkens

202PARTAGES

10  0 
La lutte des groupes de défense de protection de la vie privée, des législateurs et des employés de Google serait en train de porter ses fruits. Google s’est prononcé sur la question de l'éthique liée à la technologie de reconnaissance faciale, jeudi dernier. L’activité cloud computing de Google ne vendrait pas d’API de reconnaissance faciale à usage général avant que la société n’ait fini de résoudre d'importantes questions technologiques et politiques, a déclaré Google.

Le géant du numérique semble avoir renoué avec la morale depuis cette semaine. Sundar Pichai, le PDG de Google, a déclaré le mardi dernier à un panel du Congrès américain que Google n'avait pas l'intention de lancer un moteur de recherche en Chine pour l'heure, bien qu’il n’ait pas renoncé au projet Dragonfly qu’il continue de développer et pour lequel il a également été beaucoup critiqué. Google avait déjà renoncé à un précédent projet d’intelligence artificielle avec le Pentagone après que les employés aient adressé une lettre ouverte à la direction de l’entreprise en signe de protestation contre la participation de leur employeur au projet Maven.



Selon les informations que la société a partagées hier sur son blog, Google tenterait de se démarquer de ses concurrents en renonçant temporairement à la vente de sa technologie de reconnaissance faciale afin de résoudre certaines questions importantes avant. Google a également détaillé ce à quoi pouvait servir sa technologie de reconnaissance faciale ainsi que les limites de son application.

« Comme de nombreuses technologies à usages multiples, la reconnaissance faciale mérite une attention particulière pour que son utilisation soit conforme à nos principes et à nos valeurs, et évite les abus et les conséquences néfastes », a déclaré jeudi Kent Walker, responsable des affaires mondiales de Google. « Contrairement à d'autres entreprises, Google Cloud a choisi de ne pas proposer d'API de reconnaissance faciale à usage général avant de résoudre d'importantes questions technologiques et stratégiques. »

Pour rappelle, l’utilisation de cette technologie par certains de ses concurrents suscite jusqu’à présent des controverse. C’est l’exemple d’Amazon, qui a vendu sa technologie de reconnaissance faciale, Rekognition, à des des forces de l'ordre, affirmant qu’elle permettrait de faciliter les enquêtes criminelles en reconnaissant des suspects dans des photos et des vidéos. Elle a été utilisée dans un premier temps par quelques services comme le département de police d'Orlando en Floride et le bureau du shérif du comté de Washington dans l'Oregon. Ces premiers utilisateurs auraient servi de jauge afin d’encourager d'autres fonctionnaires à y faire appel.

Dans une lettre ouverte au PDG Jeff Bezos, des employés d’Amazon ont mis en garde leur employeur sur le potentiel de Rekognition de devenir un outil de surveillance pour le gouvernement, un outil qui « servirait finalement à nuire aux plus marginalisés ». Amazone a vendu également sa technologie à ICE (United States Immigration and Customs Enforcement). Le partenariat avec ICE de Microsoft a également été décrié par ses employés ces derniers mois, qui lui ont demandé d’y renoncé.

En juillet dernier, Microsoft a appelé à la réglementation de la reconnaissance faciale afin d'éviter des dérives potentielles. La société à même proposé des axes de réflexion tels que l’examen de la question de l’utilisation de la reconnaissance faciale par les forces de l'ordre. Selon Microsoft, cette application devrait faire l'objet d'une surveillance et de contrôles humains, y compris des restrictions sur l'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale sans preuve de culpabilité ou d'innocence. Microsoft a, par ailleurs, renouvelé son appel le 6 décembre dernier dans un billet de blog. Selon la société, une régulation mondiale s’impose avant que cette technologie ne devienne problématique au sein de la société.

Bien que Google n’ait pas révélé jusqu'à quand et comment ses importantes questions auront été résolues, sa déclaration d’intension a bien été accueillie par les défenseurs des droits à la vie privée tels que l’ACLU (Union américaine pour les libertés civiles). Jake Now, avocat spécialisé dans les libertés civiles et la technologie à l’ACLU a repris l’engagement de Google dans un tweet en faisant un clin d’œil à ces concurrents qui disposent de la même technologie.


La directrice de l'ACLU chargée des technologies et des libertés civiles, Nicole Ozer, a également salué cette décision dans une déclaration publique. « C’est un premier pas décisif », a déclaré Ozer. « Aujourd'hui, Google a démontré que, contrairement à d'autres entreprises qui redoublaient d'efforts pour mettre la technologie de surveillance des visages entre les mains des forces de l'ordre et de l'ICE, il dispose d'une boussole morale et est prêt à prendre des mesures pour protéger ses clients et communautés. », a-t-elle ajouté.

Source : Gizmodo, Google Blog

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que Google aurait commencé à privilégié la morale dans ses différents projets ou c’est juste un coup de pub en passant ?

Lire aussi

Annulation du contrat IA entre Google et le DoD : quel est le déclencheur ? Un « groupe de 9 » ingénieurs pour faire la loi à Mountain View ?
Sundar Pichai : « Pour l'heure, il n'est pas prévu de lancer un moteur de recherche en Chine ». Le PDG de Google veut calmer le jeu face au Congrès
Amazon annonce qu'il continuera de vendre sa technologie de reconnaissance faciale aux forces de l'ordre, malgré les protestations
Reconnaissance faciale : Microsoft appelle à une régulation mondiale, avant que cette technologie ne devienne problématique au sein de la société
Microsoft appelle à la réglementation de la reconnaissance faciale afin d'éviter des dérives potentielles, et propose des axes de réflexion

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web