Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

USA : les personnes âgées de plus de 65 ans sont les plus susceptibles de partager des fake news
Selon une étude

Le , par Stéphane le calme

260PARTAGES

15  0 
Selon une nouvelle analyse réalisée par des chercheurs des universités de New York et de Princeton, les Américains plus âgés sont beaucoup plus susceptibles de partager de fake news sur Facebook. Les utilisateurs plus âgés partageaient plus de fake news que les plus jeunes, quels que soient leur éducation, leur sexe, leur race, leur revenu ou le nombre de liens qu’ils partageaient. En fait, l'âge prédisait leur comportement mieux que toute autre caractéristique, y compris l'appartenance à un parti.

Le rôle des fake news dans l'influence du comportement des électeurs a été débattu de manière continue depuis la victoire surprenante de Donald Trump sur Hillary Clinton en 2016.

Selon au moins une étude, les fake news pro-Trump ont pu persuadé certaines personnes de voter pour lui plutôt que Clinton, influençant ainsi les résultats des élections. Une autre étude a trouvé que relativement peu de personnes ont cliqué sur des liens menant à des fake news, bien que leurs gros titres ont probablement voyagé beaucoup plus loin via le fil d'actualité, ce qui rend difficile de quantifier leur portée réelle. La découverte que les personnes âgées sont plus susceptibles de partager de fake news pourrait aider les utilisateurs de réseaux sociaux et les plateformes à concevoir des interventions plus efficaces pour les empêcher d'être induits en erreur.

L’étude actuelle, publiée dans Science Advances, a examiné le comportement des utilisateurs au cours des mois précédant et suivant l’élection présidentielle américaine de 2016. Pour justifier le bien fondé de cette étude, les chercheurs expliquent que

Citation Envoyé par chercheurs
L’un des phénomènes les plus discutés à la suite de l’élection présidentielle américaine de 2016 a été la propagation et l’influence possible de «fake news» - des contenus faux ou trompeurs conçus intentionnellement pour ressembler à des articles de presse, souvent dans le but de générer des revenus publicitaires. Des universitaires et des commentateurs ont exprimé leurs préoccupations concernant les implications des fake news sur la qualité du discours démocratique, ainsi que sur la prévalence de la désinformation en général. Certains sont allés jusqu'à affirmer qu'un tel contenu avait un impact persuasif qui aurait pu influer sur le résultat du scrutin, bien que les meilleures preuves suggèrent que ces affirmations sont farfelues.

Bien que les preuves sur la prévalence, la crédibilité et la résistance aux corrections de fake news pendant la campagne de 2016 soient de plus en plus connues, on en sait moins sur les mécanismes à l'origine de sa propagation. Certains des premiers reportages journalistiques sur les fake news ont souligné leur popularité sur les médias sociaux, notamment Facebook. Les visites sur Facebook semblent être beaucoup plus courantes que les autres plateformes avant les visites sur des fake news dans les données de consommation Web, suggérant un rôle puissant pour le réseau social, mais quel est le rôle de la transmission sociale - en particulier, le partage social - dans la propagation de cette forme pernicieuse de faux contenu politique ? Nous fournissons ici de nouvelles preuves importantes qui complètent le corpus de littérature, petit mais en augmentation, sur le phénomène des fake news.
Les données et la méthode

Début 2016, les universitaires ont commencé à travailler avec le cabinet de recherche YouGov pour réunir un panel de 3 500 personnes, comprenant à la fois des utilisateurs de Facebook et des non-utilisateurs. Le 16 novembre, juste après les élections, ils ont demandé aux utilisateurs de Facebook du panneau d'installer une application leur permettant de partager des données, notamment des champs de profil public, des opinions religieuses et politiques, des publications sur leurs propres chronologies et les pages qu'ils ont suivies. Les utilisateurs pouvaient choisir de ne pas partager certaines catégories de données et les chercheurs n'avaient pas accès aux flux d'actualités ni aux données concernant leurs amis.

Environ 49% des participants à l'étude qui utilisaient Facebook ont ​​accepté de partager leurs données de profil. Les chercheurs ont ensuite vérifié les liens affichés dans leurs chronologies par rapport à une liste de domaines Web qui sont connus pour relayer des fake news. Par la suite, ils ont comparé les liens avec quatre autres listes de fake news (aussi bien des actualités que les domaines) pour voir si les résultats seraient cohérents.

Dans toutes les catégories d'âge, le partage de fake news était une catégorie relativement rare. Seulement 8,5% des utilisateurs de l’étude ont partagé au moins un lien provenant d’un site diffusant des fake news. Les utilisateurs identifiés comme étant conservateurs étaient plus susceptibles que les utilisateurs identifiés comme libéraux de partager des fake news: 18% des républicains ont partagé des liens vers des sites de fake news, contre moins de 4% des démocrates. Les chercheurs ont largement attribué ce résultat à des études montrant qu'en 2016, les fake news avaient largement servi à promouvoir la candidature de Trump.

Mais les utilisateurs plus âgés ont faussé les résultats: 11% des utilisateurs de plus de 65 ans avaient partagé des fake news, contre seulement 3% des utilisateurs de 18 à 29 ans. Les utilisateurs de Facebook âgés d’au moins 65 ans ont partagé plus de deux fois plus de fake news que le second groupe le plus âgé, les 45 à 65 ans, et près de sept fois plus de fake news que le groupe le plus jeune (les 18 à 29 ans).

Citation Envoyé par chercheurs
Notre approche nous permet de fournir un portrait d'observation complet des caractéristiques individuelles liées à la publication d'articles provenant de domaines de diffusion de fausses actualités à des amis sur les médias sociaux. Nous relions une enquête en ligne représentative (N = 3 500) à des données comportementales sur l'historique de partage Facebook des répondants au cours de la campagne, en évitant les biais connus dans les auto-évaluations d'activités en ligne. Les articles contenant des liens vers des sites Web externes renvoient à des listes de faux éditeurs d’informations créées par des journalistes et des universitaires. Ici, nous utilisons principalement des mesures construites en référence à la liste de Silverman, mais dans le matériel supplémentaire, nous montrons que les principaux résultats sont valables lorsque des listes alternatives sont utilisées, telles que celles utilisées par des études révisées par des pairs.

Globalement, le partage d'articles provenant de faux domaines d'actualités était une activité rare. Nous avons trouvé des preuves que les utilisateurs les plus conservateurs étaient plus susceptibles de partager ce contenu (dont la grande majorité était orientée pro-Trump) que les autres utilisateurs de Facebook, bien que cela soit sensible au codage et fondé sur un petit nombre de répondants. Notre conclusion la plus solide est que les Américains les plus âgés, en particulier ceux de plus de 65 ans, étaient plus susceptibles de partager des fake news avec leurs amis Facebook. Cela est vrai même lorsque d’autres caractéristiques - y compris l’éducation, l’idéologie et la partisanerie - sont constantes. Aucune autre caractéristique démographique ne semble avoir un effet constant sur le partage de fake news, ce qui rend notre découverte du facteur âge encore plus notable.
L'étude n'a pas permis de conclure pourquoi les utilisateurs plus âgés sont plus susceptibles de partager des fake news, bien que les chercheurs soulignent deux théories possibles. La première est que les personnes âgées, qui sont venues plus tard sur Internet, n’ont pas les compétences en matière d’alphabétisation numérique de leurs homologues plus jeunes. La seconde est que les gens subissent un déclin cognitif avec l’âge, ce qui les rend plus susceptibles d’être victimes de fake news.

Source : Sciences Advances

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de cette étude ?
Qu'est-ce qui, selon-vous, pourrait expliquer le fait que les personnes les plus âgés du panel ont eu tendance à partager plus de fake news que les plus jeunes du panel ?

Voir aussi :

Fake news : les sites d'au moins 5 millions de visiteurs uniques/mois doivent révéler l'identité des annonceurs pour les campagnes d'au moins 100€
Le Conseil constitutionnel valide les lois contre les fake news en période électorale, en émettant quelques réserves
Le mouvement des Gilets Jaunes récupéré dans des campagnes de fake news pour inciter à la violence ? Un chercheur appelle à la prudence
Loi contre les fake news : des députés de gauche saisissent le Conseil constitutionnel, et dénoncent une "proposition de loi, téléguidée par l'Elysée"
Fake news : Zuckerberg rejette sa demande de comparution devant le parlement britannique, Facebook donne une explication

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cassoulatine
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 10/01/2019 à 13:39
Globalement, le partage d'articles provenant de faux domaines d'actualités était une activité rare. Nous avons trouvé des preuves que les utilisateurs les plus conservateurs étaient plus susceptibles de partager ce contenu (dont la grande majorité était orientée pro-Trump)
Surprise ! Les médias gauchistes identifient comme "fake news" ce qui est pro Trump.

Pas le délire contre la Russie, pas le délire contre le "sexisme" et pseudos viols de Trump, pas la victoire inéluctable de Clinton, pas les guerres au MO, pas le pseudo racisme systémique ...
5  0 
Avatar de tanaka59
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 10/01/2019 à 13:09
Rien d'étonnant dans le titre de l'article.

Quand on voit que des sociétés font des bénéfices plus que scandaleux sur le dos des personnes âgées. Je pense a la société gallia telecom qui fait de démarchage forcé et arrive a chiper des clients à Orange. On reparle des ventes et autres conneries par téléphone ?

Quand une personne n'est plus dans le système ... On se fait vite avoir.
3  0