Le mouvement des Gilets Jaunes récupéré dans des campagnes de fake news pour inciter à la violence ?
Un chercheur appelle à la prudence

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Comme beaucoup de mouvements sociaux de nos jours, celui des Gilets Jaunes a commencé en ligne. Les revendications ont commencé de manière pacifique contre l'augmentation de la taxe sur l'essence et, soudain, la violence s’en est mêlé. Le chercheur en sécurité répondant au pseudonyme de x0rz y est allé de son analyse.

Tout d'abord, il demande de jeter un coup d’œil au compte twitter @Pascal66616113, avec les fameux 8 chiffres souvent caractéristiques des bots. Il remarque que le compte a été créé en décembre 2018 et, qu'à partir de l'API, nous pouvons remarquer que son interface est configurée en anglais (en). « Comme c'est curieux, pour ce qui semble être un patriote français ! », ironise-t-il. De plus, son activité est uniquement en semaine du lundi au jeudi et elle consiste qu'à relayer des images anti-Macron, du moins au moment de la rédaction du billet de x0rz puisque désormais il y a déjà d'autres images, bien qu'elles restent uniquement sur le thème des gilets jaunes. « À ce stade, il n’y a aucun moyen de savoir s’il s’agit d’un gilet jaune français légitime ou simplement d’un faux profil contrôlé depuis un lieu éloigné, mais cela y ressemble ».


En fait, x0rz estime qu'il y a beaucoup de comptes « jetables » qui tentent de polariser et d'inciter à la violence dans toute la France, et le plus difficile est de tout mettre en ordre. Dans quelle mesure sommes-nous manipulés ici ? Quel pourcentage de ces comptes sont de vrais manifestants ? Autant de questions que x0rz se pose.

Faux comptes de médias

x0rz porte son analyse sur «Happening Now» (@ 1Happeningnow), qui, pour lui, ressemble faussement à un média d’information. Le compte est relativement récent (créé il y a un mois) et dispose de très peu d’adhérents. L’auteur note qu’il ne semble pas appartenir à une véritable société de médias (aucun site Web ne lui est associé) et, bien sûr, son auteur est anonyme.

« Il tente de dépeindre un Paris en feu comme sur le point de non-retour pour Macron (alors que, je peux vous l’assurer, les choses sont corsées uniquement près du point de protestation mais le reste de Paris se porte bien). Les sujets abordés ici sont également frappants: France, Ukraine, Russie, Afghanistan (hashtags les plus utilisés: #Paris, #Russia, #YellowVests, #Ukraine, #Macron). Encore une fois, on peut se demander qui est l'auteur de ces tweets et à quelles fins », avance x0rz.

En regardant la répartition des activités, il lui a semblé qu’au moins) deux personnes passent de 04h00 UTC à 20h00 UTC. Il est même allé plus loin en parlant d’une équipe du matin et d’une équipe qui prend la relève l’après-midi / nuit quelque part à l’est.


« Et il y a beaucoup plus de “petits comptes” comme celui-ci qui peuvent atteindre un public plus large grâce aux retweets et à l'utilisation subtile des hashtags », indique-t-il.

Événements factices

Ici, x0rz met en garde contre la portée de ces éléments en ligne : « Nous avons déjà vu des agents étrangers organiser des événements pour provoquer le chaos à l’étranger. Tout le monde a en tête le printemps arabe. Internet peut renverser un pays, même parmi les plus stables. Permettez-moi également de vous rappeler que la Russie a organisé 129 événements sur Facebook lors de la campagne électorale américaine de 2016 afin de s'immiscer dans les médias. Il semble que la même chose pourrait se passer ici en France ».

Pour l’illustrer, il publie la capture ci-dessous où un internaute indique : « Il y a quelques heures, existait sur Facebook un évènement programmé pour le 8 décembre et appelant à aller prendre la bastille. Prés de 100K personnes étaient inscrites ».


« Des événements suspects apparaissent sur Facebook, créés par des inconnus qui semblent liés à l'influence étrangère », souligne x0rz.

Cartographie des communautés

En construisant un ensemble de données en se servant de Twarc, x0rz a pu visualiser les différentes communautés avec Gephi. Voici le résultat de quelques heures d'interactions sur le hashtag #YellowVests:


La visualisation des données est assez intéressante pour avoir une meilleure image de ce qui se passe. x0rz note que ce qui est remarquable ici, c’est que les principaux influenceurs ne font pas partie des médias traditionnels, mais appartiennent à des comptes individuels.

Il y a un étrange mélange de personnes, le premier étant le groupe MAGA / WWG1WGA / QAnon.


« Ensuite, vous avez le compte pro-Assad @PartisanGirl, et enfin @RT_com. Je laisserai le lecteur réfléchir à ce que tous ces comptes peuvent avoir en commun ».

Infox

x0rz remarque que ces comptes, qui prétendent « se battre pour la vérité », répandent en fait de la désinformation et des infox. À titre d’illustration, il a montré un tweet vidéo de @ buzzman888 sur les pompiers faisant face à la police. « Mais cette vidéo a été prise quelque part entre 2010 et 2013 - vous pouvez remarquer qu'il n'y a pas un seul gilet jaune à voir dans la vidéo. Et les commentaires dans le fil de ce tweet accusent les “médias traditionnels” de ne pas avoir rendu compte de ces événements… qui sont en réalité des événements passés totalement indépendants du mouvement actuel des gilets jaunes ». Il faut noter que l’information a été retweetée une centaine de fois et a obtenu plus de 200 J’aime.


Conclusion

Citation Envoyé par x0rz
Dans un monde où un clic est plus précieux que la vérité (il faut garder ce modèle de paiement au clic), même les médias français sont tentés de s'abandonner à des histoires sensationnalistes qui apparaissent sur Internet. J'aimerais voir plus de gens utiliser leur bon sens lors de moments comme celui-ci. Les théories du complot se déchaînent sur les réseaux sociaux et il est de notre devoir de mettre fin à la désinformation: vérifiez les informations à l'aide d'outils tels que factcheck.afp.com de l'AFP.

C’est triste de voir la France devenir un nouveau terrain de jeu pour les idéologues qui diffusent de fausses informations afin d’irriter encore plus les gens. Paris n’est pas en feu, la France va bien. Mais des temps difficiles arrive
Source : billet x0rz

Et vous ?

Théories du complot ou craintes justifiées ?
Les fake news sont elles susceptibles d'avoir autant d'impact que ne le suppose x0rz ?
Une raison de plus pour relancer le débat autour de la loi contre les fake news ?

Voir aussi :

AnonymousFR enfile son gilet jaune et lance des attaques contre cinq sites institutionnels, le collectif prévient qu'il va attaquer de nouveau demain
Pour certains, Facebook aurait contribué à renforcer le mouvement des gilets jaunes en France, doit-on craindre une telle influence du réseau ?
Loi contre les fake news : des députés de gauche saisissent le Conseil constitutionnel, et dénoncent une "proposition de loi, téléguidée par l'Elysée"
Le fake news as-a-service fait de plus en plus d'adeptes parmi les cybercriminels, qui exploitent désormais les infox à des fins commerciales
Ne dites plus « fake news » mais « information fallacieuse » ou « infox » ! La commission espère que ce néologisme va « plaire au grand public »


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 08/12/2018 à 10:40
c'est tout ce que tu retiens dans la contestation populaire des gilets jaunes ?

je pense que les réseaux sociaux (Facebook en particulier) ont permis de déclencher une mobilisation populaire totalement justifiée - ce qui donne une lecture assez intéressante de la collaboration entre Macron et Zuckerberg .

Internet est plein de fakenews, mais les internautes en ont pleinement conscience, et ils n'ont pas attendu que les politiques s'y intéressent pour créer des sites comme hoaxBuster.

Par ailleurs quand on voit les échanges quotidiens entre les politiques on ne peut que constater que chacun y vas de ses affirmations contradictoires sans qu'il n'y ait jamais de débat ou d’éclaircissement pour mettre de l'ordre ces déclarations qui ne peuvent être toutes vrais. Au lieu de faire des promesses d'un avenir meilleurs, les politiques feraient mieux d'expliquer leur vision de la société.

Le gouvernement actuel nous explique que nous devons choisir entre plus d'impôt ou moins de prestations sociales, il me semble pourtant qu'une troisième voie est possible avec une meilleure répartition des richesses qui permettrait à la fois d'améliorer le pouvoir d'achat tout en bénéficiant de prestations sociales de qualité.

C'est à mon avis la revendication principale des gilets jaunes, ce qui n'en fait pas un programme politique puisque pour atteindre cet objectif il y a plusieurs chemins possibles. A l’extrême droite on voudra taxer les importations, réduire l'aide aux réfugiés, à gauche on voudra nationaliser les entreprises réduire les gros salaires, et entre les deux tout un tas de variantes que l'on va pouvoir retrouver dans les revendications des gilets jaunes. Ce pluralisme ne permettra pas à mon avis d'avoir des représentants reconnus des gilets jaunes. Dès lors, si le gouvernement veux calmer la gronde populaire, il doit d'abord répondre à cette double revendication qui consiste à préserver les prestations sociales tout en augmentant les revenus...ce qu'il refuse de faire aujourd'hui.
Avatar de JeanBond JeanBond - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 08/12/2018 à 13:35
Citation Envoyé par Paul TOTH Voir le message
Le gouvernement actuel nous explique que nous devons choisir entre plus d'impôt ou moins de prestations sociales, il me semble pourtant qu'une troisième voie est possible avec une meilleure répartition des richesses qui permettrait à la fois d'améliorer le pouvoir d'achat tout en bénéficiant de prestations sociales de qualité.
C'est beau.

Ça fait des années qu'on a déjà essayé votre modèle pour le "bien commun" et une meilleur "répartition des richesses". On voit le résultat de nombreux pays. On entend souvent de la part des gauchistes : "répartitions de richesses" "Oxfam dirigé par Cécile Duflot : 1% les plus riches... etc..", mais on entend jamais parler de création de richesses !
Avatar de Cassoulatine Cassoulatine - Membre régulier https://www.developpez.com
le 08/12/2018 à 15:05
mOi jE lIS les DéCOdeUrs du mOnDe, jE SuIs bIEn iNfOrMé cOnTrE lEs fAkEs nEwS
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 08/12/2018 à 16:27
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 08/12/2018 à 16:30
Citation Envoyé par JeanBond Voir le message
C'est beau.

Ça fait des années qu'on a déjà essayé votre modèle pour le "bien commun" et une meilleur "répartition des richesses". On voit le résultat de nombreux pays. On entend souvent de la part des gauchistes : "répartitions de richesses" "Oxfam dirigé par Cécile Duflot : 1% les plus riches... etc..", mais on entend jamais parler de création de richesses !
bien, plaçons nous sur le plan purement comptable...vouloir réduire la dette publique ou financer la transition écologique avec des taxes sur des gens qui sont à découvert le 15 du mois, ça ne tient pas la route

et créer de la richesse pour les 1% ça ne m'intéresse pas.

et puis il faut pas oublier que quand tu donnes 100€ à un pauvre, il les dépenses le con, genre pour payer ses factures, ses impôts et le reste pour ses besoins immédiats, une nouvelle voiture (tout cela avec de la TVA) et au final tout est réinjecté dans le système au lieu d'aller garnir un compte dans un paradis fiscal.
Avatar de adrien239 adrien239 - Membre averti https://www.developpez.com
le 08/12/2018 à 17:29
Allez une petite théorie perso

1. faut pas se leurrer : on est juste passé d'un moratoire de 6 mois à un moratoire... de 12 mois (ils ont assez répété que la hausse des taxes était supprimée dans le .... BUDGET 2019, point barre) et je trouve fou que personne (dans les médias) ne le présente comme cela, mais bon bref

2. cela ne résoud RIEN car le problème ce ne sont PAS LES TAXES, le problème c'est le PRIX À LA POMPE pour les consommateurs particuliers et professionnels.

Si il n'y avait AUCUNE taxe sur le litre de carburant mais que le litre de carburant était à 2€ les gens seraient pris à la gorge de la MÊME MANIÈRE.
Inversement s'il y avait 90% de taxes mais que le litre de carburant valait 80 centimes d'€ tout le monde s'en foutrait

3. un peu d'histoire : pourquoi ça a pété SUR LE PRIX DES CARBURANTS (j'élimine les autres débats sinon on s'en sort pas ri2 )

En 2008 on a déjà atteint les 1.50€/l mais uniquement durant une courte période estivale d'un mois en juillet
En 2018 on est à 1.50€/l DEPUIS LE MOIS DE MAI : conséquence, les consommateurs ont encaissé pendant 6 mois et à l'automne ils ont craqué

4. On peut s'attendre au pire : le risque existe.

Je n'ai trouvé nulle part le calcul que vous allez voir dessous, en l'occurrence je me suis penché sur les chiffres.

Les 1€50/l avait déjà été atteint en juillet 2008.
Or à ce moment là le prix du baril de brent était grosso modo aux alentours des ........... 130$

Aujourd'hui le prix du litre de carburant est TOUJOURS aux alentours des 1€50/l
EN REVANCHE le prix du baril de brent est à 61$

Et en mai 2009 le baril était (comme aujourd'hui) à 60$ et le prix du litre de gasoil à ...... 0.97€

MAIS

La parité €/$

En juillet 2008 la parité €/$ était à son plus haut niveau depuis 20 ANS.... soit 1.56 (un € fort nous protège)
En mai 2009 la parité €/$ était encore au niveau confortable des 1.37 (l'€ était encore fort)

En décembre 2018 la parité €/$ est à 1.13 (l'€ baisse par rapport au $ et donc on déguste plus)

Juste pour info la part des taxes par rapport à 2008 l'augmentation n'est pas violente mais elle est réelle

raffinage et marges +0.04€
TICPE +0.18€
TVA +0.03€
Total + 0.25€

Conclusion 1

Ce qui signifie que si en 2008 avec un baril à 130$ le litre était à 1.50€ et qu'aujourd'hui avec un baril à 61$ (moins de la moitié de 2008) le litre est DÉJÀ à 1.50€, la situation pourrait devenir TRÈS GRAVE si jamais le baril se mettait à remonter.

Dans tous les cas puisque 1.50€/l semble être le seuil maxi de tolérance des consommateurs alors aujourd'hui la marge de manoeuvre est ...... NULLE.

Seul espoirs pour tout le monde (gouvernement et consommateurs) : une baisse du baril et une remontée de la parité €/$ en faveur de l'€.

Conclusion 2

La demande d'un gel des taxes n'est pas la bonne demande sur le fond (même si les taxes influent bien évidemment sur le prix final à la pompe) : car si le pétrole augmente l'administration aura beau jeu de dire : «c'est pas ma faute et on payera le litre 1.80€».

Alors que je vous rappelle que la grogne pour ne pas dire la révolte s'est déclenchée à 1.50€/l alors à 1.8€/l je ne vous dis pas.

Donc ce que les consommateurs (particuliers et professionnels qui s'en prennent aussi plein la tête) doivent demander c'est un PLAFONNEMENT du prix des carburants (et pas une annulation des taxes ou un moratoire ou n'importe quoi d'autre).

Encore une fois LE PROBLÈME C'EST PAS LES TAXES C'EST LE PRIX FINAL À LA POMPE POUR LES CONSOMMATEURS

Voiilà je ne comprends pas pourquoi personne n'a encore fait ce calcul simple c'est totalement incompréhensible.... car c'est le seul qui dresse un tableau réel de la situation et tout le monde est vraiment sur la corde raide.

Sachant en plus qu'un plafonnement est une mesure qui peut se négocier et cela les partenaires sont en général preneurs.
Ils pourraient ainsi jouer sur un différentiel essence / gas oil en faveur de l'essence ... etc
Bref l'honneur de l'écologie serait sauf tandis que les consommateurs seraient PROTÉGÉS : comme on dit Gagnant Gagnant

En dehors d'une baisse du baril et/ou d'un € plus fort la seule variable d'ajustement serait une acceptation par les consommateurs d'un prix du litre durablement plus élevée : et à ce jour c'est pas gagné.

Suivre le cours du baril
https://www.boursorama.com/bourse/ma...s/cours/8xBRN/

Les dernières infos sont cependant plutôt rassurantes pour les 6 prochains mois MAIS avec les marché et la géopolitique on ne sait jamais
https://www.boursorama.com/actualite...d29b5068c4ec15

Suivre la parité €/$
https://www.boursorama.com/bourse/de...ollar-EUR-USD/

Et bien entendu si j'ai fait une erreur n'hésitez pas à me le dire.
Idem si vous avez déja lu cela ailleurs.

En fait la question de fond, de société, d'avenir, de survie... etc que pose ce mouvement c'est : À PARTIR DE QUEL PRIX AU LITRE DU CARBURANT LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE COMMENCE À CAPOTER???

Moi je pensais que cette contestation n'interviendrait que dans 20 voire 30 ans.

Mais si la société commence à dysfonctionner à partir de 1.50€/l de carburant alors il y a vraiment du soucis à se faire...

Ou au moins se mettre tous autour d'une table, profiter du répit de X mois des cours du pétrole et de la parité €/$ et se dire : on fait QUOI si les cours remontent et que le litre atteint les 1.80€ ou les 2€ le litre : la société explose, s'arrête de tourner, les prix des services liés au transport vont flamber??? etc etc etc chacun peut envisager le cycle infernal du truc....

Bon week end
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 08/12/2018 à 22:49
Citation Envoyé par adrien239 Voir le message
Allez une petite théorie perso...
en fait je crois que tout le monde s'en fiche du prix de litre d'essence, ce que veulent les gens c'est de quoi le payer.

donc supprimer la taxe, la prime de noël et tout ça, ce sont des conneries qui ne change pas le problème premier: les revenus sont insuffisants !
Avatar de AlexRutny AlexRutny - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 09/12/2018 à 1:38
> les revenus sont insuffisants !

Si vous connaissez des gens qui trouvent qu'ils sont trop payés, vous me faites signe
Le problème c'est qu'une bonne partie des français veut tout et son contraire.
Moins d'impôts, mais plus de services publics...
Moins de cotisations sociales, mais une meilleur retraite...
Moins de flics , mais plus de sécurité...
Et en plus la plupart imagine qu'ils sont contributeurs nets au Pays (ie. qu'ils donnent plus que ce qu'ils ne reçoivent) alors qu'ils ne sont que 60% dans ce cas.

Evidemment tout cela doit/peut se faire avec l'argent des autres. Surtout celui des "ultra-riches" qui bien entendu vont les attendre sur le bord de la route pour se faire plumer. On peut toujours rêver
Ou encore, taxer les GAFAs. Super. Mais oui toutes ces boites bien françaises développées grâce à notre intelligence... euh presque... M*rde alors. c'est plus facile de casser les péages que faire payer Facebook ou de créer Google.

Si cela s'aggrave, les français les plus bankables (et un donc peu plus riche que la moyenne) vont se barrer (y'en a déjà pas mal aux US et au RU), et les autres vont se coltiner la fille du borgne et le copain de Maduro. Deux fervents défenseurs de la démocratie. Aller direct assuré pour le grand plongeon en eau trouble.

Bref c'est pas gagné. , mais restons positifs : vive la France! vive la république
Avatar de mm_71 mm_71 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 09/12/2018 à 6:44
bien, plaçons nous sur le plan purement comptable...vouloir réduire la dette publique ou financer la transition écologique avec des taxes sur des gens qui sont à découvert le 15 du mois, ça ne tient pas la route
Si on se place sur le plan purement comptable le résultat est édifiant:

https://www.challenges.fr/france/gil...e-paris_629868
http://www.lefigaro.fr/actualite-fra...-commerces.php
https://objectif-languedoc-roussillo...es-799461.html

( Non exhaustif ) On dit que gouverner c'est prévoir, si on était vraiment gouvernés cette masse monétaire gaspillée en pertes et profits aurait pu être utilisée pour éviter cette explosion du mécontentement.
1. faut pas se leurrer : on est juste passé d'un moratoire de 6 mois à un moratoire... de 12 mois
Comme d'habitude le gouvernement est nul en communication, il s'imagine avoir affaire aux syndicats alors qu'il ont maille à partir avec des indépendants qui se foutent comme d'une guigne du langage rituel en négociations. En matière de dialogue syndical "moratoire" est une expression pour sauver les apparences et ne pas laisser trop voir que l'état à le slip sur les chevilles. Dans ce contexte le mot signifie que le projet passe purement et simplement à la poubelle ce qui est maintenant le cas:

https://www.francetvinfo.fr/economie...s_3087193.html

Donc ce que les consommateurs (particuliers et professionnels qui s'en prennent aussi plein la tête) doivent demander c'est un PLAFONNEMENT du prix des carburants (et pas une annulation des taxes ou un moratoire ou n'importe quoi d'autre).

Encore une fois LE PROBLÈME C'EST PAS LES TAXES C'EST LE PRIX FINAL À LA POMPE POUR LES CONSOMMATEURS
Oui, mais si le prix de base du brut monte au point de dépasser le plafond le seul moyen de ne pas le percer sera de baisser les taxes.

En fait la question de fond, de société, d'avenir, de survie... etc que pose ce mouvement c'est : À PARTIR DE QUEL PRIX AU LITRE DU CARBURANT LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE COMMENCE À CAPOTER???
Comme dit et répété partout ça n'a été que le point d'orgue des conneries étatiques, faire à peu après la merveilleuse pompe à fric des 80 Km/h ( Sera possiblement annulée dans l'avenir ) était la bouse la plus remarquable qui pouvait être faite.

Il n'ont jamais pensé que les problèmes liés à l'automobile dépassaient de loin les corporatismes et clivages politiques et que c'est peut-être le seul point ou tous peuvent se retrouver dans une action plus ou moins commune ou chaque tendance exprime les problèmes qui lui sont propres bien au delà du prix des carburants.

Et ils osent s'auto-proclamer "élites"...
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 09/12/2018 à 21:37
Citation Envoyé par AlexRutny Voir le message
> les revenus sont insuffisants !

Si vous connaissez des gens qui trouvent qu'ils sont trop payés, vous me faites signe
Le problème c'est qu'une bonne partie des français veut tout et son contraire.
Moins d'impôts, mais plus de services publics...
Moins de cotisations sociales, mais une meilleur retraite...
Moins de flics , mais plus de sécurité...
je pense au contraire que les français sont pour la plupart attachés aux services publiques, et la répartition par l'impôt, il n'est simplement pas possible de concentrer la pression fiscale sur les ménages les plus modestes.

c'est le gouvernement Macron qui est en train de supprimer les cotisations sociales pour soit disant augmenter les salaires, il ne fait que réduire les recettes de l'état et inévitablement réduire les prestations sociales.

Citation Envoyé par AlexRutny Voir le message
Et en plus la plupart imagine qu'ils sont contributeurs nets au Pays (ie. qu'ils donnent plus que ce qu'ils ne reçoivent) alors qu'ils ne sont que 60% dans ce cas.
ce n'est pas une question de %, c'est une question de ne pas finir le mois à découvert.

Citation Envoyé par AlexRutny Voir le message
Evidemment tout cela doit/peut se faire avec l'argent des autres. Surtout celui des "ultra-riches" qui bien entendu vont les attendre sur le bord de la route pour se faire plumer. On peut toujours rêver
Ou encore, taxer les GAFAs. Super. Mais oui toutes ces boites bien françaises développées grâce à notre intelligence... euh presque... M*rde alors. c'est plus facile de casser les péages que faire payer Facebook ou de créer Google.
quand une PME est taxée à 50% et les GAFAs à 18% oui c'est un problème...mais ce n'est pas que les GAFAs.

Citation Envoyé par AlexRutny Voir le message
Si cela s'aggrave, les français les plus bankables (et un donc peu plus riche que la moyenne) vont se barrer (y'en a déjà pas mal aux US et au RU), et les autres vont se coltiner la fille du borgne et le copain de Maduro. Deux fervents défenseurs de la démocratie. Aller direct assuré pour le grand plongeon en eau trouble.
et oui, les plus pauvres ne peuvent pas quitter le pays, c'est plus facile de les taxer...mais quand la coupe est pleine, au lieu de s'expatrier ils sont dans la rue, rien d'étonnant.

Citation Envoyé par AlexRutny Voir le message
Bref c'est pas gagné. , mais restons positifs : vive la France! vive la république
c'est un mouvement qui n'est pas que français, il a même commencé plus tôt en Belgique où il dénonce exactement les mêmes problèmes. Ayant vécu longtemps à une centaine de mètres de la frontière belge, j'ai toujours aimé voir la France à travers les yeux belges, et c'est particulièrement intéressant en ce moment.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil