Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Réforme du lycée : les maths ne sont-elles utiles que dans les domaines scientifiques et informatiques
Pour être reléguées au rang de spécialité ?

Le , par Michael Guilloux

306PARTAGES

16  0 
À la mi-février, le ministre français de l'Éducation a dévoilé la tant débattue réforme du Bac et du lycée qui, comme on s'y attendait, a marqué la fin des séries au lycée, du moins pour la voie générale. Pour les partisans de cette réforme, il s'agit de repenser le lycée afin de mieux accompagner les élèves dans la conception de leur projet et dans l'acquisition des connaissances et des compétences nécessaires à leur poursuite d'études.

Avec la disparition des filières S, L et ES, les élèves suivront un tronc commun et choisiront trois spécialités en première et deux en terminale. Dans le tronc commun figurent le français, la philo, l’histoire-géographie et l’enseignement moral et civique, deux langues vivantes, le sport et un enseignement scientifique. Mais pas les mathématiques qui deviennent de fait un enseignement de spécialité. Alors que les lycées doivent cette semaine dévoiler aux élèves de seconde les spécialités qu'ils proposeront dans le cadre du nouveau Bac, tous s'interrogent donc sur la place qui sera désormais accordée aux mathématiques.

Jusqu'à présent, les mathématiques étaient obligatoires jusqu'au Bac pour la très grande majorité des lycéens en filière générale. Mais avec la réforme du lycée, la discipline ne figure plus dans le tronc commun après la seconde. Comme l'a expliqué le ministère, « les maths seront toujours présentes hors spécialité » dans un enseignement scientifique global prévu pour tous les élèves. Mais ce seront des maths appliquées à la physique et à la biologie, ce qui ne satisfait pas les professeurs. Après la seconde, la discipline devient donc un enseignement de spécialité que l'élève aura la liberté de choisir ou pas.


Michel Imbert, professeur de maths à Grenoble, regrette cette situation. D'après lui, le risque en faisant des mathématiques une spécialité est « qu’il y ait beaucoup plus d’élèves qu’avant qui ne fassent plus de mathématiques en première et en terminale. » Et il pourrait avoir raison : « Je ne pense pas prendre maths parce que plus tard, je voudrais devenir avocate, donc je n’en aurais pas réellement besoin », affirme une lycéenne même si elle trouve un peu dommage qu’il n’y ait plus les maths. La crainte de Michel Imbert de voir beaucoup plus d'élèves ne plus faire de maths se renforce par le fait que le niveau de la spécialité serait trop relevé, ce qui la rendrait encore difficilement accessible à tous. « C'est quand même incroyable que des élèves qui aient besoin d’être réconciliés avec les maths au lycée n’aient de choix que d’abandonner [les maths] ou de suivre un programme [de maths] où ils risquent d’être complètement noyés », affirme l’enseignant.

Reléguer les maths en spécialité fait croire que la discipline n'est utile que lorsqu'on cible certains domaines spécifiques, par exemple les filières scientifiques et informatiques. Alors, les maths ne sont-elles nécessaires que dans ces filières ? Ou est-ce parce que les enseignants en disent parfois peu sur l'application des connaissances mathématiques dans la vie courante ?

Sources : France Info, Sud Ouest

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée de faire des maths une spécialité en première et terminale ?
Les maths sont-elles vraiment utiles en dehors des filières scientifiques et informatiques ? Si oui, comment ? Sinon, pourquoi ?
Quelles sont les conséquences d'une spécialité de maths avec un niveau relevé sur l'enseignement supérieur en informatique et le secteur IT les années à venir ?

Voir aussi :

Éducation : Python bientôt langage officiel de programmation en France ? Un projet dans le cadre de la réforme du Bac et du lycée
Réussite en licence : le passé scolaire joue plus que l'origine sociale, d'après une étude, qu'en est-il dans les filières informatiques ?
Les professeurs des classes prépas alertent sur le faible niveau en sciences du bac S, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?
Les Français auraient perdu en moyenne 3,8 points de QI en l'espace de 10 ans, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?
France : en 20 ans, le niveau en maths des élèves de terminale S est en baisse de 20 %, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 8:43
Citation Envoyé par Neckara Voir le message

Ce qui est encore plus ridicule quand on laisse dans le tronc commun :
  • le français a.k.a. masturbation intellectuelle sur des textes ;
  • la philo a.k.a. masturbation intellectuelle sans réelle réflexion personnelle ;
  • deux langues vivantes a.k.a. je vais tout oublier de l'espagnol/allemand dès le BAC passé.
Ce que tu écris là est aussi con que de dire que les maths ne servent qu'a compter.
19  4 
Avatar de jopopmk
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 9:19
Je suis assez d'accord avec Neckara sur deux points. Le Français au lycée c'est souvent chercher de petits détails que même l'auteur n'avait pas en tête, des heures à inventer -apprendre, retenir- des choses qui n'ont pas tant d'importance que ça ; et la philosophie (en tout cas mon expérience en tant que lycéen à l'époque) est tout sauf de la réflexion personnelle : on doit apprendre simplement par coeur ce que d'autres ont pensé.

Pour en revenir aux maths, seules sciences exactes, je suis un peu déçu qu'on l'abandonne.
La rigueur, l'analyse, le raisonnement : cette matière possède un paquet de points formateurs (pas juste la mémoire).

Aussi j'ai cru comprendre qu'il y aurait toujours des maths appliquées aux sciences dans le tronc commun. Quand je me rappelle des équations bien velues de physique à mon époque, je me demande comment les étudiants feront sans les bases. Ou alors il est prévu de baisser drastiquement le niveau de connaissance demandé pour la physique également ?

En fait d'un point de vu général je suis déçu par cette refonte du bac.
13  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 13:11
Avant de détailler, ma propre impression(qui n'est qu'une impression et dont la valeur est exactement ce que vous avez payé pour la lire) : la réforme est fait pour optimiser les profs disponibles. Plus on a du mal à trouver des profs, moins on enseigne la matière. J'ai peut-être tort, mais je ne trouve pas d'autre sens à ce foutoir.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Des souvenirs que j'ai eu de l'enseignement de cette matière, cela reste quand même très décevant.
En ce, de la philosophie des sciences auraient été bien plus intéressant et utile.
  1. tu te bases sur tes souvenirs personnels, qui ne sont pas les miens.
  2. et tu te focalise su tes dadas à toit - qui sont aussi les miens, mais d'autres Français peuvent avoir d'autres centres d'interêt.


Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Or, ce qui est attendu et évalué (de manière souvent très opaque), c'est grossièrement notre capacité à sortir des citations.
Ce serait de l'histoire de la philosophie, pourquoi pas.
Vision très réductrice.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Mais là, ne penser qu'à travers d'autres, c'est le niveau 0 de la réflexion, et je maintiens que c'est de la masturbation intellectuelle.
Non, c'est la base. Avant de faire des algos qu'on a soi-même mis au point, on apprend à coder des algos standard.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Le problème, c'est qu'on est très mauvais pour enseigner les langues. L'anglais (LV1), on l'apprend mieux en regardant des séries, qu'en suivant les cours.
La LV2, c'est souvent la matière qui passe à la trappe dans le choix des étudiants, même parmi les plus studieux.
et alors? Il faut améliorer l'enseignement des langues, pas le passer à la trappe sous prétexte qu'on est pas bon!!! Si on supprime le peu qu'on a, ça sera pire encore.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Après, personnellement j'ai fait (en option) du grec et du latin au lycée, et sa me plaisait bien.
L'allemand, c'était une horreur, même en essayant d'y mettre de la bonne volonté.
Sabotage der schöne deutsche Sprache!!! Plus sérieusement, tout le monde n'est pas fait pour la rigueur de l'Allemand, mais je suis surpris que toi, ça t'ai rebuté. Enfin, ça n'empêche pas que c'est parfois utile. Je me souviens, en 1999, je n'étais que stagiaire, et on avait eu une réunion avec un chimiste allemand qui fabriquait un polymère révolutionnaire dont on avait besoin pour notre projet. Le chef de projet était le seul autour de la table à ne pas parler allemand. Il a fait l'introduction de la réunion en Anglais, puis très vite, le reste de la salle, naturellement, s'est mis à l'Allemand. C'était plus pratique. Et il a complètement perdu le contrôle de la réunion. Moi, stagiaire, j'ai eu bien plus d'impact. Parceque je parlais allemand.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Il y a des bons profs de philosophie, mais cela vient plus du prof que du programme.
y-a-t-il des matières ou c'est faux? Je n'ai pas l'impression.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
En ce, cette réflexion personnelle pourrait se faire via une autre matière dédié, e.g. philosophie des sciences, culture scientifique, épistémologie, ou que sais-je encore.
bref, toi, toi, toi et tes petites obsessions.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Au lycée on ne fait plus beaucoup d'orthographe/grammaire et plus de l'analyse délirante de texte.
analyse de texte qui me permet de découper des inepties en morceaux.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Le problème, c'est qu'on te note sans réellement t'apprendre à écrire, sans te donner la manière dont tu seras évalué.
La rédaction, je ne l'ai appris réellement que dans le supérieur en regardant des anales d'examens.
ça, c'est un vrai problème. Mais ce n'est pas en arrêtant le peu qu'il y a qu'on va le résoudre. Faire mieux, pas moins.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Après, on peut remplacer le cours X, par un autre cours au même intitulé. Par exemple, "français", peut regrouper de l'orthographe, comme de la rédaction, ou de l'analyse de texte, etc. Mais ce n'est pas en soit le même programme, le même cours, et même jusqu'à dire stricto-sensu la même matière.
Vrai, mais pas pratique. C'est comme la physique-chimie, déjà, 1h30 pour ces deux matières bien distinctes, c'est compliqué à mettre en place, alors 45 minutes de chaque avec des profs différents, l'angoisse. Le mieux sur le papier se heurte parfois à de bêtes contraintes logistiques.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Par exemple, je ne serais pas contre le remplacement de la philosophie actuelle par des cours de philosophie des sciences, ce ne sera pas du tout la même chose, mais pourra être appelé dans le programme de la même manière.
encore une fois, toi et tes marottes, le centre du monde.
12  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 10:08
C'est n'imp yena 12 fois trop. J'ai fait une formation AFPA durant 10 mois en 2005 et le programme était moins touffu. Et c'était 10 mois fulltime sans vacances suivi de 2 mois de stage. Et franchement c'était du survol. 2 semaines par-ci, 2 semaines par-là, ...

Ils veulent trop en mettre.
9  0 
Avatar de swampsnake
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 9:20
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Sans aller jusque là, il ne faut pas oublier que l'école pré-BAC est là pour former des citoyens. Or les mathématiques sont vitales pour comprendre un certain nombre de ressources, que ce soit des articles scientifiques sur un sujet qui nous intéresse (e.g. vaccination), que ce soit pour comprendre certains rapports, etc. En tant que citoyens, nous avons le devoir de nous renseigner afin de pouvoir prendre des décisions éclairées, et pour cela nous avons besoin des outils nécessaires.
Et tu ne t'es jamais demandé pourquoi toutes les réformes menées ont (comme par hasard) abouti à un effondrement du niveau ? Le but de l'Etat (oserais-je dire "du régime", via l'EN, c'est de former des gens incapables de penser, afin d'en faire de dociles "citoyens" qui avaleront ce qu'on leur dit d'avaler, dans tous les sens du terme.
Cette réforme du bac est dans la continuité de la volonté de former les crétins de demain.
13  5 
Avatar de Tartare2240
Membre averti https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 9:22
Nan, mais t'façon, ça sert à rien les math... On sait tous compter jusqu'à 10, on est pas des animaux, m'voyez ? C'est comme le français, ça sert à rien, on pourrait bien communiquer sans même parler, avec des gestes. Pff ! L'école devrait s'arrêter dès la 6è, le reste est superflu ! Pareil, qui a besoin de connaître l'histoire ? Il suffit de dire qu'on est fier d'être Français et que les autres on les emmerde, c'tout ! Qui a besoin d'apprendre des choses aujourd'hui !?? ON VEUT DE L'IGNORANCE BORDEL !!!

Ahem... Désolé... Mon alter-ego analphabète a pris la main...
8  0 
Avatar de Kulvar
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 10:16
Comme ça dans 50 ans les gens seront incapable de savoir si un changement dans les paliers et taux d'imposition vont leur faire payer plus ou moins d'impôt.
9  1 
Avatar de Helfima
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 14:19
Tous les enseignements sont utiles même si de près cela semble inutile.
quand on apprend aux gens à faire une introduction, des paragraphes, une conclusion, ceci ne sert pas qu'au littéraire ca sert au technique pour faire leurs rapports ou leurs mails et pas un truc au format SMS incompréhensible 5 ans après.

les mathématiques c'est plus ambigus car c'est se faire des noeuds au cerveau quand tu penses que pour faire une dérivé il te faut 1 page au lycée et qu'au niveau supérieur une ligne suffit tu te demandes pourquoi tu as passé 1 an ou 2 avec une méthode obselete, et tu bouffes des math sans savoir trop ou on veut en venir puis en licence tu commences vraiment à en voir l'utilité.

l'histoire/geographie c'est pour savoir situer des événements dans le temps et sur cette fichu planete

de facon global c'est tout le système qui est à revoir et approfondir sur les méthodes, les aboutissants et pas seulement sur le par coeur.
je me souviens de notre prof de francais en seconde, premier jour dictée, deuxieme jour "vous etes nuls, on reprend les bases" et paf en 3 sceances j'ai appris plus que pendant mes années collèges
8  0 
Avatar de Excellion
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/12/2018 à 8:03
Effectivement, maths, français, physique, philo, histoire, géo.... tout cela ne sert à rien. Ces élèves n'ont aucun avenir, alors autant leur filer des cours qui les interessent: PlayStation, et comment devenir Youtuber.

Voilà. Comme ça dans 15 ans on aura une génération d'ingénieurs incapables de comprendre ce qu'ont fait leurs prédécesseurs, mais qui sauront tout des vidéos de Norman et de Squizzie.

Plus sérieusement, en supprimant des matières basiques comme les mathématiques, on enferme les élèves dans des filières avant même le bac. Ils n'auront donc plus réellement le choix des études post-bac, et devront se cantonner au filières qu'ils pourront étudier et non qu'ils voudront.

Un véritable retour au Moyen-Âge et au corporatisme.
8  0 
Avatar de troumad
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 9:53
Comme d'ab! Dans le supérieur où j'enseigne, on nous montre un beau programme. Après, on voit ce qu'il en reste ! Et on adapte notre enseignement à la réalité, mais pas aux textes.
8  0