France : en 20 ans, le niveau en maths des élèves de terminale S est en baisse de 20 %,
Une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Fin novembre, l’IEA (International Association for the Evaluation of Education Achievement) a publié les résultats de la dernière enquête TIMSS (Trends In Mathematics and Science Study). Cette enquête internationale mesure depuis 1995 les performances des élèves en mathématiques et en sciences par niveau scolaire et s’appuie, pour les évaluer, sur les programmes d’enseignement communs aux pays participants.

Trois niveaux scolaires sont mesurés indépendamment des parcours scolaires :

  • TIMSS 4 : fin de 4e année de scolarité obligatoire (CM1 en France) - évaluation tous les quatre ans depuis 1995 ;
  • TIMSS 8 : fin de la 8e année de scolarité obligatoire (4e en France) - évaluation tous les quatre ans depuis 1995 ;
  • TIMSS Advanced : fin de terminale scientifique - évaluation en 1995, 2008 et 2015

Pour la première fois, les élèves français de CM1 ont participé à cette enquête en mars 2015. Les élèves français de terminale scientifique ont quant à eux participé pour la deuxième fois depuis 1995 à l’enquête.

Par rapport aux autres pays européens et à la moyenne internationale, on retiendra que les résultats des représentants de l’éducation française sont plutôt décevants. Cela confirme une autre enquête internationale selon laquelle la France serait en dessous de la moyenne de l’OCDE, notamment avec un manque d'équité, des élèves et enseignants démotivés.

Au niveau mondial, l’enquête TIMSS 2015 révèle que les pays d’Asie de l'Est – notamment Singapour, Hong Kong, la Corée, Taipei de Chine et le Japon – dominent les autres pays en mathématiques comme en sciences, et ce, quel que soit le niveau. En sciences, on note toutefois que la Russie s’invite parmi ces derniers.

Évaluation des élèves français de CM1

Avec un score de 488 en mathématiques au TIMSS 4, la France obtient de moins bons résultats que la majeure partie des pays participants. Elle se situe en dessous de la moyenne de référence TIMSS qui est fixée à 500, mais également en dessous de la moyenne européenne qui est de 527 points. Le classement est dominé par Singapour qui totalise 618 points.


En sciences, les élèves français ne font pas mieux. La France est toujours en dessous de la moyenne de référence TIMSS avec 487 points, tandis que Singapour domine une fois encore le palmarès avec 590 points. Il faut ajouter que les Français sont une fois de plus en deçà de la moyenne européenne en sciences qui est de 525 points.


Essayant de justifier ces résultats, le ministère de l’Éducation nationale explique qu’après avoir été « interrogés sur leurs pratiques d’enseignement, les enseignants français expriment plus fréquemment que leurs collègues européens un certain malaise face à ces deux disciplines ».

Évaluation des élèves de terminale scientifique

Il semble toutefois que la note de la France est bien meilleure chez les élèves du primaire que chez leurs ainés de la terminale S. L’enquête TIMSS Advanced révèle en effet que ces derniers ont perdu près de 20 % de leurs capacités en 20 ans.

En 1995, la France était la mieux classée des six pays qui ont participé à l’enquête en 1995 et 2015. Avec 569 points en 1995, la France avait donc fait mieux que la Russie (561 points), mais est passée, 20 ans après, à 463 points. Cela représente une baisse d’environ 19 %, soit la plus grosse chute des six pays présents les deux années. En physique pour le niveau de terminale S, la France passe également de 469 points en 1995 à 363 en 2015, soit une baisse d’un peu plus de 20 %.

Au total, neuf pays ont participé à l'étude TIMSS Advanced 2015. Il s’agit de la France, l’Italie, le Liban, la Norvège, le Portugal, la Russie, la Slovénie, la Suède et les États-Unis. Et en physique, la France occupe la dernière place.


Comme l'indique le tableau ci-dessus, 22 % des élèves de la classe d'âge en France étudient les mathématiques avancées et 22 % également la physique. En proportion, la France forme donc beaucoup plus de scientifiques. On voit en effet qu'en Russie et aux États-Unis, seulement 5 % des élèves de cette classe d'âge étudient la physique et respectivement 12 % et 11 % étudient les mathématiques avancées. De manière paradoxale, les résultats de la France sont très moyens et dans les pays où les élèves excellent en maths et physique, on voit en général que la proportion d'élèves dans ces disciplines est plus faible. Peut-on en déduire que le filtre de sélection des élèves dans les filières scientifiques en France est un peu trop large ? Cela constitue-t-il une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?

Sources : Rapport pdf de l’enquête TIMSS 2015, ministère de l’Éducation nationale, TIMSS 4 – Maths et Sciences (2015), TIMSS Advanced – Maths et Sciences (2015)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Les niveaux en maths et sciences sont-ils en baisse en France ? Si oui, quelles en sont les causes ?
Cela constitue-t-il une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?

Voir aussi :

Performance des systèmes éducatifs : la France serait en dessous de la moyenne de l'OCDE, avec un manque d'équité, des élèves et enseignants démotivés


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 12:36
20% vous êtes sur ? c'est pas plutôt 19.54% ?

Comment ils peuvent sortir ce genre de stat sérieux ? j'aimerais bien voir les méthodes qu'ils utilisent pour faire leurs évaluations.

Comment on peut dire à son fils : "tu est 20% moins bon en math que moi".
Pour moi sa n'a aucun sens.

Et honnêtement aller voir les écoles publiques aux state et on en reparlera de la crédibilité de ce classement

Les niveaux en maths et sciences sont-ils en baisse en France ? Si oui, quelles en sont les causes ?
Peut être mais on y gagne avec l'ouverture sur de nouvelles notions fondamentale (l'écologie....)
edit: les bac S font maintenant de l'histoire géo, cette matière à également beaucoup évolué, moins centré sur les guerres et plus sur l'esprit critique et la géopolitique.

Edit2: comme je l'ai dit je remets en doute cette étude, les américains font très peu de math avant l'équivalent du lycée, comment peuvent t'il rattraper leurs retard aussi vite sur les français qui en font depuis la primaire ? en dehors des écoles pour bobo/génie, les écoles publique lambda la bas sont loin d’être une fierté national... pareil pour leurs universités, a part leurs 5-10 prestigieuse universités dont tous le monde parle le reste (que personne ne parle) est loin de former des cadors.

Peut-on en déduire que le filtre de sélection des élèves dans les filières scientifiques en France est un peu trop large ?
Ou qu'en France on laisse le choix à tous le monde de faire ce qu'ils souhaite gratuitement, tandis qu'aux state si t'a pas l'argent faut pas trop compter faire des études... et que le Bac S en France est considéré comme le top du top car il permet de faire tous et n'importe quoi après à l'inverse du Bac L qui offre peu de choix d'études dans le sup.

Bref faut tous remettre en perspective et pas partir sur une analyse simpliste disant "Le niveau régresse et on est encore plus débile que les riquains" ou "c'était mieux avant".

Je ne dis pas que l'école de république est parfaite et irréprochable mais de la à enflammer et à dire qu'elle vaut pas un clou.
Avatar de halaster08 halaster08 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 12:38
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message

Les niveaux en maths et sciences sont-ils en baisse en France ? Si oui, quelles en sont les causes ?
L'étude montre clairement que oui.
Les causes?
Le manque de moyens dans l'éducation nationale.
Des classes de plus en plus nombreuses, le manque de profs dans certaines discipline notamment en Maths.
Des réformes a répétition dont aucune n'as de sens.
Avatar de TheLastShot TheLastShot - Membre averti https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 13:08
@Ryzen: Les maths est un peu la base fondamentale de la plupart des sciences. Dire que qu'on y gagne malgré la baisse du niveau parce qu'on s'oriente sur l'écologie, c'est oublier qu'on a besoin de math pour ces disciplines (parce que lorsque l'on veut faire de l'écologie de manière un minimum sérieuse (et pas juste en mode "je sépare mes os de poulet des cartons dans ma poubelle donc je sauve la planète" (désolé pour le cynisme, mais pour beaucoup j'ai l'impression que c'est un peur ça...)) on a besoin des maths (pour faire des modèles prévisionnel par exemple..., ou est études statistiques, de l'analyse de données, etc.)

Ensuite pour ce qui est du calcul du pourcentage (bon, je passe sur le troll du "pourquoi pas 19.4%" parce que c'est évident que 20% est une valeur arrondie...), il y a plusieurs moyens de calculer ça... Après tout ce n'est pas comme si les math était quelques chose de subjectif. On peut très bien faire des tests et faire des stats sur les résultats.

@halaster: Pour les causes je dirais plutôt l'incompétence de l'éducation national. Notre système éducatif est totalement obsolète, il ne profite absolument pas des outils technologiques à notre disposition, ils s'en-tête dans un format de cours dépassé qui n'a jamais fait ses preuves (sans oublier le fait que le niveau requis à l'obtention est diplômes est en baisse, juste parce qu'on veut que tout le monde ait les mêmes (j'en veux pour preuve qu'aujourd'hui le brevet n'existe plus que pour des raisons historiques, que le bac (qui était autrefois un diplôme très difficile à obtenir) ne sert qu'à prouver qu'on a fini le lycée, la license n'est là que pour dire "j'ai continué mes études après le bac"... Bientôt même mon diplôme d'ingé ne vaudra plus rien, tout ça parce qu'on veut gonfler les stats.
Résultat: Plutôt que je pousser les gens à travailler pour mériter leur diplôme, on préfère baisser le niveau requis, du coup pourquoi on se casserait le cul à travailler ?
Avatar de gros_rougeot gros_rougeot - Membre régulier https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 13:16
Ce n'est pas une surprise, toutes les études sur le sujet le montrent. Alors, évidement, les grincheux diront que la méthode utilisée n'est pas représentative.
Ensuite, dire que c'est un problème de moyens, c'est facile. Ca permet surtout de ne pas assumer ses responsabilités. La France est parmi les pays qui dépensent le plus pour l'éducation.
Le problème est ailleurs. Et bonne nouvelle, ce n'est pas un problème d'argent, simplement de dogme, de tabou, de manque de courage.

Etape n° 1 : arrêter le déni et reconnaitre qu'il y a un problème.
Avatar de Kikuts Kikuts - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 13:51
@TheLastShot totalement d'accord :
- système éducatif est totalement obsolète
- ne profite pas des outils technologiques à disposition
- le niveau requis à l'obtention est diplômes est en baisse,

Et encore plus avec :
- le brevet n'existe plus que pour des raisons historiques,
- le bac ne sert qu'à prouver qu'on a fini le lycée,
- la license n'est là que pour dire "j'ai continué mes études après le bac

Je pense que le problème vient en partie des enseignants : plus d'autorité. Il y a de moins en moins de prof (qui font ce métier par vocation). Maintenant, c'est des chercheurs dans les universités qui font cours, c'est des profs d'histoires qui font cours de maths, j'ai même déjà vu un prof de sport remplacer un prof de science... De plus, les profs sont de moins en moins pédagogue et paradoxalement, on leur laisse moins de temps pour suivre leurs élèves (car les classes comptent plus d'élèves qu'avant). Du coup les élèves n'ont même plus envie d'apprendre.

On n'arrive plus à donner envie aux jeunes d'apprendre. Et les smartphones et compagnie agravent les choses.
Avatar de transgohan transgohan - Expert éminent https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 14:01
J'ai rigolé en repensant au reportage qui avait été tourné par un journaliste voulant montrer le n'importe quoi de l'éducation nationale devant la pénurie de professeurs.
Il avait été embauché en région parisienne pour faire une classe de mathématique (tien justement !) alors qu'ils en savaient moins que ses étudiants... Et ce en ayant malgré tout passé un entretien d'embauche qui était une vague supercherie...

Après si on prend le système de façon globale...
On a des tonnes de diplômes ou titre en France qui ne servent à rien et qui n'apprennent rien.
Certains ne servent juste qu'à montrer qu'on est capable de s'inscrire à telle ou telle formation...

Et bien sûr les nombreux autres points qui sont déjà abordés par mes vdd...
Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 14:14
Citation Envoyé par gros_rougeot Voir le message
Le problème est ailleurs. Et bonne nouvelle, ce n'est pas un problème d'argent, simplement de dogme, de tabou, de manque de courage.

Etape n° 1 : arrêter le déni et reconnaitre qu'il y a un problème.
Etape n°2 : aller casser de la vaisselle à la rue de Grenelle et foutre dehors les idéologues en place depuis 40 ans.

Etape n°3 : démanteler le corps de l'IGEN dont Chevènement disait, en 84 déjà, que la moitié était bonne à flinguer et l'autre moitié à foutre dehors.

Etape n°4 : rétablir la pleine autonomie des enseignants et leur redonner leur véritable mission d'instruction et de transmission des savoirs.

Ce n'est pas un manque de courage, c'est une volonté politique très forte qui a conduit TOUTES les réformes de l'éducation depuis les directives de 1967 de Peyreffitte. La continuité entre la gauche et la droite est absolument complète en ce qui concerne l'EN. D'ailleurs, le programme éducatif de Fillon est le parfait prolongement de la politique de NVB, qui était le prolongement des réformes Darcos-Chatel.
Avatar de nefelpitto nefelpitto - Membre du Club https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 18:03
Citation Envoyé par halaster08 Voir le message
L'étude montre clairement que oui.
Les causes?
Le manque de moyens dans l'éducation nationale.
...
Faut arreter avec ca. Pour tous les pays, a partir d'un certain seuil de richesse, augmenter le budget de l'éducation ne fait plus aucune différence.
C'est la qualité des profs qui change tout. C'est triste a dire mais la profession n'est pas tres prestigieuse en France. Si on faisait une vraie sélection des candidats, avec des évaluations régulieres tout au long de leur carriere (basées sur les résultats des eleves) et la possibilité d'évincer les mauvais (au lieu d'en faire une profession indéboulonnable)... Bref si on rendait ce job élitiste, compétitif et bien rémuneré, le niveau des éleves s'améliorerait mécaniquement. Ca paraitra blasphématoire a certains mais les enjeux sont considérables et nécessitent un revirement complet...
Sinon, du coté des éleves, faut admettre qu'avec l'avenement d'internet, c'est dur de rester concentré sur ses études de nos jours. Je me rappelle avoir obtenu mon diplome d'ingé en 2004, peu de temps avant la sortie de World of Warcraft, et m'etre fait la réflexion : si ce jeu était sorti pendant mes années au lycée, j'aurais probablement foiré mes études... Mais aujourd'hui c'est encore pire: les djeun's ont tout cet ensemble de réseaux sociaux, chats, films, séries, VOD, jeux en ligne a portée de main. Je dis pas hein, c'est tres excitant, mais aussi tres distrayant... My 2 cents.
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 18:26
Citation Envoyé par nefelpitto Voir le message

Sinon, du coté des éleves, faut admettre qu'avec l'avenement d'internet, c'est dur de rester concentré sur ses études de nos jours. Je me rappelle avoir obtenu mon diplome d'ingé en 2004, peu de temps avant la sortie de World of Warcraft, et m'etre fait la réflexion : si ce jeu était sorti pendant mes années au lycée, j'aurais probablement foiré mes études... Mais aujourd'hui c'est encore pire: les djeun's ont tout cet ensemble de réseaux sociaux, chats, films, séries, VOD, jeux en ligne a portée de main. Je dis pas hein, c'est tres excitant, mais aussi tres distrayant... My 2 cents.
la technique que nous pratiquions c'étais de bosser les projets et les révisions pendants les cours magistraux, car au lieu de s'endormir au bouts de 10 min comme avant tu bosse et le soir tu joue à WOW.

Je connais personne qui disent que les cours magistraux sont utile, pire encore des études scientifique ont montré qu'il était humainement impossible de tenir plus de 20 minutes avant de décrocher.
Les japonais ont tous compris, leurs animées ne dure que 20 minutes pareil pour C'est pas sorcier et Xenius aussi.

On paye un prof 1H-2H pour rien car tous le monde décroche au bout de 20 minutes et même pendant ces 20 minutes la quantités de trucs que tu retiens est faible par rapport à un TD / TP non passif.
Le seul intérêt du cours magistral c'est qu'il est low cost et c'est le seul.... et je le considère comme un poison dans l'enseignement supérieur.

Et sinon autre probleme aussi certains enseignants chercheur sont chercheurs mais pas enseignants
Avatar de hdlpf hdlpf - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 01/02/2017 à 18:45
L'état français alloue ses postes de responsabilité sur concours et les grandes entreprises utilisent les diplômes délivrés par l'état pour recruter. Le système économique qui en résulte a besoin d'une école qui enseigne ainsi que de programmes stables et réfléchis.

Dans ce système, les responsables recrutés par concours ou sur diplôme pensent qu'ils méritent leur job et ne doivent rien à personne: ils peuvent résister aux pressions qu'exercent sur eux les lobbies et ils arrivent à imposer des choix techniques audacieux (le GSM, Ariane, Airbus).

A l'opposé, le modèle que l'oligarchie occidentale est en train d'imposer en France est celui en place aux US:

1) Tout responsable doit son job à un oncle, un parti politique, ou plus généralement à son "réseau". Ainsi il est redevable à son réseau et sera tenu de renvoyer l'ascenseur.

2) L'argent permet d'obtenir n'importe quel diplôme pour éviter que ne se crée des réseaux de diplômés indépendants des lobbies.

3) Des entreprises prennent à leur compte la selection qui en France est faite par l'école.
Google a par exemple un protocole de recrutement qui ressemble à un examen: 5 entretiens techniques qui sont des exercices d'informatiques et 1 entretien RH.

La destruction d'une école orientée vers la sélection de futurs responsables techniques indépendants a donc été orchestrée avec l’appui des médias qui ont distillés l'idée que toute sélection était injuste en oubliant de dire qu'il n'y aurait pas des places de chef pour tout le monde et que la selection se ferait autrement. La continuité du processus (1981-2016) ne s'explique pas autrement.

Le signe positif est que les 2 études mentionnées dans l'article ont fait du bruit dans les médias qui jusqu'alors étouffaient toutes les mal-pensances élitistes.

Note1: La baisse du niveau est bien plus dramatique que 20%, il faut plutôt faire l'hypothèse que les bachelier série S 2016 savent résoudre 20% des problèmes que savaient traiter leurs ainés des années 1980.

Note2: En 1975, math + physique représentait plus de 50% des coefficients au bac série C. Aujourd'hui il n'est pas exceptionnel qu'un élève obtienne le bac S avec 4/20 en math.

Note3: La sélection par concours n'est pas parfaite mais elle a donné des résultats: EDF, SNCF (TGV), Ariane, Airbus, des éditeurs de logiciels comme Dassault Systèmes (CATIA) et Ubisoft(Jeux).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil