Réforme du bac : Blanquer supprime les séries au lycée pour la voie générale
Quelles conséquences sur l'enseignement supérieur en informatique ?

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Le ministre de l'Éducation a dévoilé ce mercredi la réforme du bac et, comme on s'y attendait, annoncé la fin des séries au lycée, du moins pour la voie générale. Les séries sont en effet maintenues dans la voie technologique. Il faut d'ailleurs noter que c'est plus une réforme pour la voie générale.

La fin des séries (L, ES, S) annoncée pour la voie générale débouche sur un tronc commun avec une nouvelle matière qui sera appelée « humanités scientifiques et numériques ». Avec cette matière qui sera enseignée en première et en terminale, Jean-Michel Blanquer entend « mettre l'accent sur la culture scientifique commune pour tous les élèves de France ». Ils y feront du codage et « mettront en perspective de grandes révolutions scientifiques et technologiques », dit-il. Les élèves vont également choisir trois « ;spécialités ;» en première, puis deux en terminale, parmi onze spécialités qui leur seront proposées. Ils pourront aussi changer de spécialités entre la classe de première et la terminale, en concertation avec leurs professeurs. Précisons qu'en dehors de ces différentes spécialités, les établissements seront libres d'inventer d’autres combinaisons de matières pour être plus attractifs auprès des élèves et coller aux réalités économiques locales.

Il y aura également des enseignements facultatifs pour ceux qui veulent aller plus loin dans un domaine particulier. Par exemple, ceux qui veulent mettre l'accent sur les mathématiques pourront suivre jusqu'à 9 heures de mathématiques par semaine avec l'option « mathématiques expertes » en terminale. Une autre option « mathématiques complémentaires » est également proposée comme enseignement facultatif en terminale.


La nouvelle formule du bac est celle qui a été annoncée le mois dernier. L'examen final, comptant pour 60 % de la note finale du bac, sera composé de quatre épreuves venant s'ajouter à l'épreuve anticipée de français, passée à la fin de la classe de première. Deux d'entre elles sont des épreuves écrites qui porteront sur les spécialités choisies par l'élève. Comptant pour 25 % de la note finale, ces épreuves seront passées en terminale, dès le retour des vacances de printemps. Les deux autres épreuves sont celle de philosophie (la note représentant 10 % du bac) et « un grand oral » qui comptera pour 15 % de la note finale. Ces deux épreuves vont se dérouler également en terminale lors de la deuxième quinzaine de juin.

Le grand oral, la grande nouveauté de la réforme du bac, se fera en 20 minutes. Pendant les dix premières minutes, l'élève présentera son projet, adossé à une ou aux deux disciplines de spécialité. Les dix autres minutes seront consacrées aux questions, face à un jury de trois personnes qui, selon Jean-Michel Blanquer, « permettra de voir comment l'élève mobilise ses connaissances scientifiques ou historiques pour commenter le projet qu'il a présenté ». Les candidats au bac technologique conserveront, eux, leur « ;oral de projet ;» dans sa forme actuelle. Selon Jean-Michel Blanquer, cette « grande innovation permet surtout de mettre l'accent sur une compétence fondamentale : s'exprimer dans un bon français, clair, argumenté [car] c'est une compétence essentielle dans la vie professionnelle ».

Les derniers 40 ;% de la note finale du bac seront affectés au contrôle continu, « ;pour valoriser le travail des lycéens en première et en terminale ;». Ce contrôle continu englobera des partiels nationaux (30 ;%) ainsi que les bulletins (10 ;%) au cours des deux dernières années de lycée. Les copies des partiels seront anonymes et corrigées par d’autres professeurs que ceux de l’élève.

Pour le ministre de l'Éducation, cette réforme vise à « renforcer le bac » qui s'était « affaissé » ces dernières années. Jean-Michel Blanquer estime encore qu'elle va permettre « plus d'égalité », « plus de liberté » de choix et « plus de simplicité ». C'était d'ailleurs ce que souhaitait Pierre Mathiot dans le rapport qu’il a proposé au ministre : « un lycée des possibles » où les élèves, à travers un jeu de matières majeures et mineures, pourraient personnaliser leur parcours, dans le cadre d'une « liberté encadrée ». L'objectif, disait-il, est de « former de vrais scientifiques, de vrais littéraires », mais aussi de permettre à des lycéens hésitants de « se promener dans le menu » et même changer d'avis en cours de cursus.

Ce bac nouvelle formule va rentrer en application en 2021. Les premiers à le passer sont donc les élèves qui sont en classe de troisième cette année. Vu les changements annoncés, Jean-Michel Blanquer a également évoqué la possibilité de changer le nom de la classe de terminale. « ;Nous ne voulons plus appeler la classe de terminale, "Terminale". Ce n’est pas une classe terminale, mais un tremplin vers l’enseignement supérieur ;», a confié le ministre qui préfère plutôt parler d'année de « ;la maturité ;», « ;comme cela se fait chez nos voisins italiens et belges. ;»

Sources : Les Echos, Ouest France

Et vous ?

Que pensez-vous de la réforme dévoilée par Jean-Michel Blanquer ?
Êtes-vous optimistes quant aux effets de cette réforme sur l'enseignement supérieur en informatique ? Pourquoi ?
Avec cela, sera-t-il encore possible de trouver facilement les meilleurs profils pour les formations en informatique ?

Voir aussi :

Les professeurs des classes prépas alertent sur le faible niveau en sciences du bac S, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?
Les Français auraient perdu en moyenne 3,8 points de QI en l'espace de 10 ans, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?
France : en 20 ans, le niveau en maths des élèves de terminale S est en baisse de 20 %, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de RyzenOC RyzenOC - Inactif https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 7:57
je suis bien content d'avoir déjà passé mon bac.
Il m'a l'air bien compliqué ce nouveau système.... déjà que j'ai appris que les calculatrices seront interdites cette années ! même plus moyen de mettre son cours et ces formules comme le bon vieux temps

le bac devrait être une épreuve ou l'on a droit a son cours. Il ne reposerait plus sur ces capacité a réciter une poésie son cours mais sur l'intelligence.
Je suis désolé mais l'histoire géo est l'exemple typique le matiere qui sert a rien... quand j'ai passé mon épreuve d'histoire géo (que j'ai tres bien réussie) je l'ai plus vécu comme du bourrage de crane que comme une ue intelligente ou il fallait en retirer quelque chose... le jours de l'épreuve je connaissait par cœurs mon bouquin de 300 pages que j'ai tous oublié en 3 mois de vacances.
bac de math pareil... j'ai appris par cours les exercices et les corrigées de mon cours et le jour du bac au coïncidence j'ai eu les même exos (juste les chiffres qui change)
Il y'a moyen de faire mieux je pense.

A l'inverse de la philo que je n'ai pas révisé, je suis allé a l'épreuve en "touriste", j'ai eu 9, mais je suis très fier de ce 9 que j'ai acquis grâce à ma réflexion (réflexion que j'ai enrichie grâce aux cours de philo) et non en récitant un cours.
Avatar de DevTroglodyte DevTroglodyte - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 8:34
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
je suis bien content d'avoir déjà passé mon bac.
Il m'a l'air bien compliqué ce nouveau système.... déjà que j'ai appris que les calculatrices seront interdites cette années ! même plus moyen de mettre son cours et ces formules comme le bon vieux temps
Ça fait des années qu'il y a un mode examen sur les calculatrices, sans accès à la mémoire, hein...
Avatar de - https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 8:39
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Ça fait des années qu'il y a un mode examen sur les calculatrices, sans accès à la mémoire, hein...
Depuis combien de temps ? J'ai passé mon Bac il y a 4 ans et on avait pas ce mode sur les calculatrices.
Avatar de - https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 8:41
déjà que j'ai appris que les calculatrices seront interdites cette années ! même plus moyen de mettre son cours et ces formules comme le bon vieux temps
Et le surveillant passe mettre un mot de passe pour être sur que le mode reste sur ces calculatrices scientifique.

Sinon, moins d'heure... C'est pas si mal... Le travail à la maison ou en dehors des cours sont des habitudes à prendre dès la classe de première...

Avec deux heures de plus dans chaque disciplines spécialisé en classe de terminale il arrive à avoir moins d'heures qu'en classe de première.
(l'élève qui choisi Mathématique, Numérique et sciences informatiques, sciences de l'ingénieur en classe de première et qui aime ça doit choisir sachant que dans le programme scolaire des enseignants il n'y a pas de redondances. )
Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 9:43
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Ça fait des années qu'il y a un mode examen sur les calculatrices, sans accès à la mémoire, hein...
Oui, mais le mode examen devient obligatoire cette année. Et les élèves vont essuyer les pots cassés, les mêmes qui vont déjà essuyer les plâtres de parcoursup. Fiasco annoncé : http://www.slate.fr/story/157342/cal...xamen-bac-2018
Avatar de VivienD VivienD - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 9:53
Plusieurs choses sont critiquables dans cette réforme.
  • 4h30 puis 4h par semaine dédiées à l'enseignement de deux langues étrangères n'est clairement pas assez, surtout avec la méthode française.
  • On relègue l'enseignement des mathématiques à une simple spécialité, tandis qu'on se plaint d'un niveau sans cesse en déclin (mais toujours supérieur à celui des Allemands, je peux vous le garantir).
  • Les élèves de terminale ne peuvent pas poursuivre leur troisième cours de spécialité en tant qu'option facultative.
  • Quid du latin et du grec ancien?
Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 10:17
Citation Envoyé par VivienD Voir le message
Plusieurs choses sont critiquables dans cette réforme.
  • 4h30 puis 4h par semaine dédiées à l'enseignement de deux langues étrangères n'est clairement pas assez, surtout avec la méthode française.
  • On relègue l'enseignement des mathématiques à une simple spécialité, tandis qu'on se plaint d'un niveau sans cesse en déclin (mais toujours supérieur à celui des Allemands, je peux vous le garantir).
  • Les élèves de terminale ne peuvent pas poursuivre leur troisième cours de spécialité en tant qu'option facultative.
  • Quid du latin et du grec ancien?
Dans l'ordre :

1/ Imposer deux langues vivantes c'est clairement trop, quand on est même pas capable d'enseigner des rudiments d'anglais en 7 ans de secondaire. D'un autre côté, si on relègue la LV2 à une option, tu peux être certain que les écoles d'ingé et les écoles de commerce sélectionneront les élèves qui auront pris deux langues vivantes.

2/ Pour l'enseignement des mathématiques, on ne peut rien dire tant qu'on aura pas vu le contenu et la méthodologie des enseignements réels. Et il est impossible de remonter le niveau tant qu'on aura pas remis à plat auparavant l'enseignement du CP jusqu'à la seconde. Ce qui prendra 10 ans.

3/ Ce serait peut-être préférable de restreindre le socle commun et de permettre le choix de deux majeures et d'une mineure. Cela pourrait rendre le choix des spécialités bien moins risqué pour un jeune de 15-16 ans peu au courant des réalités de l'enseignement supérieur, car la filière reine restera math-physique-chimie avec les deux enseignements facultatifs de maths. Ce sera même mécaniquement un prérequis pour de nombreuses orientations. Tout ceux qui auront pris SVT sans les maths iront au casse-pipe. Tout ceux qui auront pris SES sans les maths iront aussi au casse-pipe. Ceux qui prendront maths-info se verront bloquer l'accès à la plupart des écoles. Etc.

4/ L'option LCA (langues et civilisations anciennes), c'est le latin-grec. Un topic sur un forum d'enseignants pose pas mal de questions : https://avenirlatingrec.fr/forum/dan...forme-du-lycee

Un autre point pose question : qui se chargera de l'enseignement des disciplines nouvelles ? Avec quelle formation ? Qui enseignera l'info ? Les profs de maths qui y sont souvent allergiques ?

Quant au soi-disant "grand oral". Sous ce vocable prétentieux ce n'est autre qu'un maquillage des TPE qui existent depuis presque 20 ans.

Edit : c'est possible d'avoir un niveau en mathématiques encore plus bas que les bacheliers français ? Les allemands en sont vraiment là ?
Avatar de LSMetag LSMetag - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 10:23
Personnellement je trouve cette réforme assez bien fichue. Je suis content que la philo soit mise en valeur comme ça. C'est une façon de réfléchir qui permet l'ouverture d'esprit et le pragmatisme. J'ai eu 14/20 au bac, en venant en touriste (comme pour toutes les dissertations où j'ai eu la moyenne).

Les seules choses qui m'inquiètent sont l'apparente absence des maths dans le tronc commun (ce serait bien de pouvoir continuer à compter, même pour les littéraires), et le fait que les lycées seront différents et donc qu'il faudra pouvoir créer des dérogations par rapport aux souhaits des élèves.
Après oui les élèves seront plus spécialisés mais je pense que le tronc commun n'est déjà pas mal, même s'il favorise les littéraires. L'histoire-géo ça sert (même si je me suis trompé de guerre mondiale au bac (j'ai eu 9/20 quand même)) en matière de culture générale essentielle à la vie de tous les jours et à la pensée politique, pour mémoriser les erreurs du passé ou connaître des éléments d'histoire des autres pays pour les comprendre, voire les copier.

Après tout dépend des profs. J'ai eu un prof où je n'apprenais que les conclusions et je brodais derrière par rapport à ce que j'avais suivi des cours, j'avais dans les 13/20. La prof l'année suivante me mettait 9/20 car je ne ressortais pas exactement le cours.
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 10:36
Citation Envoyé par Grogro Voir le message

Quant au soi-disant "grand oral". Sous ce vocable prétentieux ce n'est autre qu'un maquillage des TPE qui existent depuis presque 20 ans.
Oui, mais il revêt une importance toute autre. Je trouve que c'est une bonne idée en fait. On peut espérer que les élèves obtiendront de vraies clés pour apprendre à réaliser un travail de recherche théorique ambitieux et à mener un véritable exposé oral. On voit dans le supérieur que la grande majorité des étudiants n'ont pas acquis ce savoir-faire.
Avatar de Chuck_Norris Chuck_Norris - Membre émérite https://www.developpez.com
le 15/02/2018 à 10:50
Pour la réforme. Je trouve stupide de continuer à imposer la LV2. Il me paraîtrait plus important de pouvoir avoir une LV1 bien acquise que deux langues survolées. D'un autre côté, je peux comprendre que ne rendre uniquement obligatoire la LV1 consiste à consacrer de facto l'anglais. Mais bon faut être réaliste aussi, si on a besoin que d'une seule langue vivante, c'est bien celle-là.

Retirer les mathématiques est bien dommage, savoir structurer sa pensée via les maths me paraît être aussi important en guise de culture générale que l'histoire/géographie. Au moins les mathématiques niveau série L.

Pour le maintien de la sacro-sainte philosophie, j'ai plutôt l'impression qu'on cherche à s'accrocher à une exception française pour continuer à se démarquer vu de l'étranger. Je n'ai rien contre la philosophie, mais je trouve dommage de sacrifier d'autres disciplines (comme les maths) dans le but (peut-être) de maintenir la philo en perfusion.

Je n'aime pas l'idée du contrôle continu (où sera l'objectivité des notes reçues avec des enseignants connaissant les élèves, et sans barême), ni le fait que les épreuves ne se passent plus (toutes) en fin d'année.

En revanche, l'idée de supprimer les séries et de manière général le bac à la carte me paraît plutôt bien.

Bien que ça ne soit pas en rapport direct, pour le mode examen imposé des calculatrices c'est effectivement du grand n'importe quoi. Sans même parler des problèmes techniques nombreux et de la nécessité de se rééquiper, si la réussite au bac dépendait de formules dans la calculatrice, cela voudrait dire que l'enseignement dépendrait du par-coeur au lieu de la réflexion et la résolution de problème, et donc ça serait, à mon sens, un échec global.

D'un autre côté, on n'a pas réellement besoin d'une calculatrice graphique pour passer un examen. A mon époque, à l'université scientifique (donc au-dessus du bac), uniquement la Casio fx 92 Collège III était autorisée (calculatrice scientifique simple), avec le filigrane de l'université gravée dessus. Et c'était largement suffisant pour l'ensemble des épreuves. Peu importait le fait que Casio estimait que c'était une calculatrice pour le "collège"
Contacter le responsable de la rubrique Accueil