Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : la fin des séries S, ES et L au cœur de la réforme du bac et du lycée,
Quelles conséquences sur l'enseignement supérieur en informatique ?

Le , par Michael Guilloux

653PARTAGES

21  1 
Depuis quelques jours, les médias sont dans l’attente de la publication du rapport de l'universitaire Pierre Mathiot sur la réforme du bac, un ensemble de pistes qui seront présentées au ministre afin qu'il se prononce à la mi-février. La publication officielle du rapport a été prévue pour aujourd'hui à 14h, mais avant cela, Libération (et probablement d'autres médias) a reçu une copie du rapport.

Nouvelle formule du bac

Ce que Pierre Mathiot propose, c'est un bac nouvelle formule qui devrait rentrer en application en 2021. Les premiers à le passer seraient donc les élèves qui sont en classe de troisième cette année. Le bac proposé est plus léger avec un calendrier étalé sur le temps. D'après Libération, l'examen final sera composé de six épreuves comptant pour 60 % de la note finale :
  • les deux épreuves (écrit et oral) du bac de français, l'examen que les élèves passent à la fin de la classe de première générale et technologique en France, et dont les résultats sont pris en compte l'année suivante, pour leur baccalauréat ;
  • deux épreuves portant sur les matières correspondant aux « majeures » choisies par l’élève (25 % de la note finale), et qui seront passées en terminale, dès le retour des vacances de printemps. Le site d'actualité Le Progrès.fr parle aussi de la possibilité d'être évalué sur une majeure couplée à une mineure au lieu de deux majeures ;
  • la sacro-sainte épreuve de philosophie (la note représentant 10 % du bac) et « un grand oral » qui comptera pour 15 % de la note finale. Ces deux épreuves vont se dérouler également en terminale lors de la deuxième quinzaine de juin.

Le grand oral sera la grande nouveauté du bac 2021 si, bien sûr, le ministre valide cette proposition. Il s'agira d'une épreuve orale de 30 minutes, devant un jury de trois personnes et sur un sujet que les élèves choisissent et préparent (seul ou en groupe) dès la première. Le jury sera composé de deux enseignants du lycée et une personnalité extérieure à l'Éducation nationale. En ce qui concerne le sujet, il devra être interdisciplinaire, avoir un lien avec les majeures et être choisi dans une liste nationale de thèmes. Comme le cite Libération à titre d'exemple, un élève ayant opté comme majeures l'histoire et les maths peut « travailler sur les enjeux du codage militaire pendant la Seconde Guerre mondiale ».

Fin des filières S, ES, L et technologiques

Au cœur des propositions de Pierre Mathiot se trouve la suppression des filières S, ES, L et technologiques, pour faire la place aux matières « majeures » et « mineures ». Pierre Mathiot souhaite en effet « un lycée des possibles » où les élèves, à travers un jeu de matières majeures et mineures, pourraient personnaliser leur parcours, dans le cadre d'une « liberté encadrée ». L'objectif est, selon l'auteur du rapport, de « former de vrais scientifiques, de vrais littéraires », mais aussi de permettre à des lycéens hésitants de « se promener dans le menu ». Ils pourraient même changer d'avis en cours de cursus.

Avec la suppression des filières S, ES, L et technologiques, le rapport propose également de découper les enseignements en trois unités :
  • une unité générale qui sera une sorte de tronc commun ;
  • une unité dite « d’accompagnement », correspondant au temps scolaire dédié à l’orientation, préparation du grand oral, mentorat, travail en petit groupe ;
  • une unité dite « d’approfondissement et de complément ».

La dernière unité va regrouper les disciplines qui vont permettre aux lycéens de construire progressivement leur projet d’études supérieures. Elle devra être composée d’une majeure (deux disciplines) et deux mineures. Les élèves seront libres de composer leur menu à leur guise, et d’en changer en cours de route, afin de « ne pas se retrouver coincés dans un tunnel comme c’est le cas aujourd’hui », explique Libération, en citant le rapport de Pierre Mathiot. C'est ce qu'il a appelé « droit à l’hésitation ». Les matières choisies en mineure pourraient ainsi être modifiées d’un semestre à l’autre. Quant à la majeure, il serait possible de changer l’une des deux disciplines en fin de première.


Autres changements proposés

Toujours dans l'idée de vouloir construire des parcours scolaires personnalisés, les lycées pourraient avoir la possibilité de définir une partie de l’offre de formation. D'après le rapport cité par Libération, il y aurait 15 à 17 majeures identiques proposées dans tous les lycées. Celles-ci seraient notamment classées en trois catégories : sciences et ingénierie (mathématiques/physique, SVT/physique, informatique/mathématiques…), sciences et technologies (qui regroupent les filières technologiques) et lettres-humanité-société (mathématiques/SES, SES/histoire géo, littérature/langues…). Mais à côté de ces différentes majeures, les établissements seraient libres d'inventer d’autres combinaisons pour être plus attractifs auprès des élèves et coller aux réalités économiques locales.

Étant donné qu'il n'y aura plus de filières S, ES, L ou autres, Pierre Mathiot propose de regrouper les élèves en deux catégories de classe : ceux qui suivent les majeures scientifiques et ceux qui optent pour les majeures non scientifiques. Il préconise aussi de passer à un rythme semestriel de dix-huit semaines : de septembre à janvier et de février à juin, notant au passage que ce découpage de l’année est compatible avec le temps de service des enseignants dans l’état actuel des textes.

Quel impact sur l'enseignement supérieur en informatique ?

L'une des questions que l'on peut se poser à présent est de savoir si ces changements, notamment la suppression des filières S, ES, L et technologiques pourraient contribuer à améliorer le niveau des bacheliers dans l'enseignement supérieur scientifique, y compris en informatique. Le fait est que tous les baromètres internationaux de l'éducation (enquêtes TIMSS, PISA, et bien d'autres études) s'accordent sur le fait que le niveau des Français en sciences est en baisse ces dernières années. Et cela a été confirmé avec une étude publiée au mois d’octobre par l'Académie française des sciences.

L’Académie des sciences a tiré la sonnette d’alarme sur le niveau en sciences des élèves de la filière S en France. Elle a regretté que l’enseignement des mathématiques et de la physique ait été complètement dénaturé, et que la filière se soit progressivement transformée en une filière généraliste dotée d’une légère connotation scientifique. Comme conséquence, les nouveaux bacheliers S arrivent désormais dans l'enseignement supérieur scientifique sans y avoir été véritablement préparés, alors même que les besoins du pays en scientifiques et ingénieurs ne cessent de croître. D’après l'Académie des sciences, ce problème serait le résultat des réformes successives du lycée (2000 et 2010 en seconde). « La filière S ne remplit plus son rôle de formation en sciences au lycée », avait appuyé l’Union des professeurs de classes préparatoires scientifiques en novembre, espérant que la nouvelle réforme puisse corriger ce problème. Mais les propositions actuelles pourraient-elles vraiment permettre de rehausser le niveau en sciences des bacheliers orientés dans les filières scientifiques et en informatique ?

Sources : Libération, Le Progrès.fr

Et vous ?

Que pensez-vous des propositions de Pierre Mathiot pour la réforme du bac et du lycée ?
Quelles conséquences sur l'enseignement supérieur en informatique ? Un effet positif ou négatif ?

Voir aussi :

Les professeurs des classes prépas alertent sur le faible niveau en sciences du bac S, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?
Les Français auraient perdu en moyenne 3,8 points de QI en l'espace de 10 ans, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?
France : en 20 ans, le niveau en maths des élèves de terminale S est en baisse de 20 %, une menace pour l'enseignement supérieur en informatique ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 8:43
Citation Envoyé par Neckara Voir le message

Ce qui est encore plus ridicule quand on laisse dans le tronc commun :
  • le français a.k.a. masturbation intellectuelle sur des textes ;
  • la philo a.k.a. masturbation intellectuelle sans réelle réflexion personnelle ;
  • deux langues vivantes a.k.a. je vais tout oublier de l'espagnol/allemand dès le BAC passé.
Ce que tu écris là est aussi con que de dire que les maths ne servent qu'a compter.
19  4 
Avatar de jopopmk
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 9:19
Je suis assez d'accord avec Neckara sur deux points. Le Français au lycée c'est souvent chercher de petits détails que même l'auteur n'avait pas en tête, des heures à inventer -apprendre, retenir- des choses qui n'ont pas tant d'importance que ça ; et la philosophie (en tout cas mon expérience en tant que lycéen à l'époque) est tout sauf de la réflexion personnelle : on doit apprendre simplement par coeur ce que d'autres ont pensé.

Pour en revenir aux maths, seules sciences exactes, je suis un peu déçu qu'on l'abandonne.
La rigueur, l'analyse, le raisonnement : cette matière possède un paquet de points formateurs (pas juste la mémoire).

Aussi j'ai cru comprendre qu'il y aurait toujours des maths appliquées aux sciences dans le tronc commun. Quand je me rappelle des équations bien velues de physique à mon époque, je me demande comment les étudiants feront sans les bases. Ou alors il est prévu de baisser drastiquement le niveau de connaissance demandé pour la physique également ?

En fait d'un point de vu général je suis déçu par cette refonte du bac.
13  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 13:11
Avant de détailler, ma propre impression(qui n'est qu'une impression et dont la valeur est exactement ce que vous avez payé pour la lire) : la réforme est fait pour optimiser les profs disponibles. Plus on a du mal à trouver des profs, moins on enseigne la matière. J'ai peut-être tort, mais je ne trouve pas d'autre sens à ce foutoir.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Des souvenirs que j'ai eu de l'enseignement de cette matière, cela reste quand même très décevant.
En ce, de la philosophie des sciences auraient été bien plus intéressant et utile.
  1. tu te bases sur tes souvenirs personnels, qui ne sont pas les miens.
  2. et tu te focalise su tes dadas à toit - qui sont aussi les miens, mais d'autres Français peuvent avoir d'autres centres d'interêt.


Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Or, ce qui est attendu et évalué (de manière souvent très opaque), c'est grossièrement notre capacité à sortir des citations.
Ce serait de l'histoire de la philosophie, pourquoi pas.
Vision très réductrice.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Mais là, ne penser qu'à travers d'autres, c'est le niveau 0 de la réflexion, et je maintiens que c'est de la masturbation intellectuelle.
Non, c'est la base. Avant de faire des algos qu'on a soi-même mis au point, on apprend à coder des algos standard.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Le problème, c'est qu'on est très mauvais pour enseigner les langues. L'anglais (LV1), on l'apprend mieux en regardant des séries, qu'en suivant les cours.
La LV2, c'est souvent la matière qui passe à la trappe dans le choix des étudiants, même parmi les plus studieux.
et alors? Il faut améliorer l'enseignement des langues, pas le passer à la trappe sous prétexte qu'on est pas bon!!! Si on supprime le peu qu'on a, ça sera pire encore.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Après, personnellement j'ai fait (en option) du grec et du latin au lycée, et sa me plaisait bien.
L'allemand, c'était une horreur, même en essayant d'y mettre de la bonne volonté.
Sabotage der schöne deutsche Sprache!!! Plus sérieusement, tout le monde n'est pas fait pour la rigueur de l'Allemand, mais je suis surpris que toi, ça t'ai rebuté. Enfin, ça n'empêche pas que c'est parfois utile. Je me souviens, en 1999, je n'étais que stagiaire, et on avait eu une réunion avec un chimiste allemand qui fabriquait un polymère révolutionnaire dont on avait besoin pour notre projet. Le chef de projet était le seul autour de la table à ne pas parler allemand. Il a fait l'introduction de la réunion en Anglais, puis très vite, le reste de la salle, naturellement, s'est mis à l'Allemand. C'était plus pratique. Et il a complètement perdu le contrôle de la réunion. Moi, stagiaire, j'ai eu bien plus d'impact. Parceque je parlais allemand.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Il y a des bons profs de philosophie, mais cela vient plus du prof que du programme.
y-a-t-il des matières ou c'est faux? Je n'ai pas l'impression.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
En ce, cette réflexion personnelle pourrait se faire via une autre matière dédié, e.g. philosophie des sciences, culture scientifique, épistémologie, ou que sais-je encore.
bref, toi, toi, toi et tes petites obsessions.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Au lycée on ne fait plus beaucoup d'orthographe/grammaire et plus de l'analyse délirante de texte.
analyse de texte qui me permet de découper des inepties en morceaux.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Le problème, c'est qu'on te note sans réellement t'apprendre à écrire, sans te donner la manière dont tu seras évalué.
La rédaction, je ne l'ai appris réellement que dans le supérieur en regardant des anales d'examens.
ça, c'est un vrai problème. Mais ce n'est pas en arrêtant le peu qu'il y a qu'on va le résoudre. Faire mieux, pas moins.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Après, on peut remplacer le cours X, par un autre cours au même intitulé. Par exemple, "français", peut regrouper de l'orthographe, comme de la rédaction, ou de l'analyse de texte, etc. Mais ce n'est pas en soit le même programme, le même cours, et même jusqu'à dire stricto-sensu la même matière.
Vrai, mais pas pratique. C'est comme la physique-chimie, déjà, 1h30 pour ces deux matières bien distinctes, c'est compliqué à mettre en place, alors 45 minutes de chaque avec des profs différents, l'angoisse. Le mieux sur le papier se heurte parfois à de bêtes contraintes logistiques.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Par exemple, je ne serais pas contre le remplacement de la philosophie actuelle par des cours de philosophie des sciences, ce ne sera pas du tout la même chose, mais pourra être appelé dans le programme de la même manière.
encore une fois, toi et tes marottes, le centre du monde.
12  1 
Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/02/2018 à 15:03
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Luc Ferry : "Les maths ne servent à rien dans la vie quotidienne"
Les Maths c'est pas que des calculs et des formules. Celui qui ne voit que ça n'as rien compris au Maths.
Les Maths ça sert aussi à développer la logique, même si certains y sont réfractaires, et ensuite à raisonner sur des concepts abstraits.
Bien sur que personne n'utilise le théorème de Pythagore au quotidien, mais apprendre que sous certaines hypothèses on peut en tirer des conclusions, que la réciproque n'est pas forcément vraie, ça normalement oui on l'utilise régulièrement, enfin sauf quand on devient ministre apparemment.
9  0 
Avatar de VivienD
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/02/2018 à 15:05
Citation Envoyé par Ryu2000  Voir le message
[...]

===
Est-ce que vous partagez son point de vue (j'imagine que non ^^) :
Luc Ferry : "Les maths ne servent à rien dans la vie quotidienne"
Les mathématiques ont-elles une utilité ? Visiblement, pas aux yeux de Luc Ferry. L'ancien ministre de l'Éducation qui a répondu par la négative, jeudi 15 février sur la plateau de LCI. "Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien", a-t-il lancé. "Je n'ai jamais utilisé, même pas 30 secondes, ce que j'ai appris en maths", a poursuivi celui qui a été chargé de l'enseignement primaire et secondaire entre 2002 et 2004, sous la présidence de Jacques Chirac.

[...]

On nomme vraiment des baltringues à la tête du ministère de l'Éducation... Le député Cédric Villani a en revanche raison en rétorquant que
[c]e n'est pas le résultat mathématique qui sert dans la vie de tous les jours, c'est la démarche.

En effet, cette démarche demande non seulement d'avoir de la rigueur, voire beaucoup de rigueur, dans son cheminement de pensée, mais aussi de le faire reposer avant tout sur des faits établis, et ce sans les tronquer par confort, idéologique ou non.
9  0 
Avatar de arond
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/02/2018 à 16:33
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
J'ai dis "il parait", donc à partir de là, je dis ce que je veux...
Neckara pour faire simple quand tu vois un post de Ryu dès qu'il y a la moindre formulation qui le dédouane de toute résponsabilité fait comme si ce qu'il disait n'existait pas. Testé et approuvé
9  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 10:08
C'est n'imp yena 12 fois trop. J'ai fait une formation AFPA durant 10 mois en 2005 et le programme était moins touffu. Et c'était 10 mois fulltime sans vacances suivi de 2 mois de stage. Et franchement c'était du survol. 2 semaines par-ci, 2 semaines par-là, ...

Ils veulent trop en mettre.
9  0 
Avatar de troumad
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/02/2018 à 8:36
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
Faut pas abuser franchement, on a la chance de vivre dans un pays ou l'école est gratuite et en plus y'a la bourse pour les pauvres.
Oui y'a toujours des trucs à payer (loyer du Crous, la cantine au RU, les fournitures scolaire), mais franchement vivre en France et osez tenir ce discours je trouve que c'est pas respectueux envers l'état
C'est un joli discours... Mais quand tu as vu des étudiants dire qu'ils ne pouvaient aller plus loin parce qu'ils manquaient d'argent, tu n'y crois plus. Quand tu vois dormir des étudiants en cours parce qu'ils doivent avoir un petit boulot pour finir les mois, tu sais que ce n'est pas vrai. Certains n'ont plus leur famille derrière eux.

Neckara résume bien ma vision. Pour ma part, j'ai peur pour deux raisons :
  1. mon dernier est actuellement en 3e (j'espère qu'il passera outre cette réforme)
  2. je ne sais pas ce qu'il faudra que j'apprenne à mes étudiants en DUT après cette réforme. Sachant que déjà maintenant, beaucoup n'ont pas le niveau 3e.
8  0 
Avatar de swampsnake
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 9:20
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Sans aller jusque là, il ne faut pas oublier que l'école pré-BAC est là pour former des citoyens. Or les mathématiques sont vitales pour comprendre un certain nombre de ressources, que ce soit des articles scientifiques sur un sujet qui nous intéresse (e.g. vaccination), que ce soit pour comprendre certains rapports, etc. En tant que citoyens, nous avons le devoir de nous renseigner afin de pouvoir prendre des décisions éclairées, et pour cela nous avons besoin des outils nécessaires.
Et tu ne t'es jamais demandé pourquoi toutes les réformes menées ont (comme par hasard) abouti à un effondrement du niveau ? Le but de l'Etat (oserais-je dire "du régime", via l'EN, c'est de former des gens incapables de penser, afin d'en faire de dociles "citoyens" qui avaleront ce qu'on leur dit d'avaler, dans tous les sens du terme.
Cette réforme du bac est dans la continuité de la volonté de former les crétins de demain.
13  5 
Avatar de Tartare2240
Membre averti https://www.developpez.com
Le 19/12/2018 à 9:22
Nan, mais t'façon, ça sert à rien les math... On sait tous compter jusqu'à 10, on est pas des animaux, m'voyez ? C'est comme le français, ça sert à rien, on pourrait bien communiquer sans même parler, avec des gestes. Pff ! L'école devrait s'arrêter dès la 6è, le reste est superflu ! Pareil, qui a besoin de connaître l'histoire ? Il suffit de dire qu'on est fier d'être Français et que les autres on les emmerde, c'tout ! Qui a besoin d'apprendre des choses aujourd'hui !?? ON VEUT DE L'IGNORANCE BORDEL !!!

Ahem... Désolé... Mon alter-ego analphabète a pris la main...
8  0