Les chauffeurs des voitures autonomes de Waymo intimidés et menacés en Arizona
La crainte de se retrouver au chômage serait à la base de ces méfaits

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
Depuis le mois d’octobre dernier, Waymo, la filiale d’Alphabet (l’entreprise mère de Google), a reçu les agréments pour mettre ses voitures autonomes en circulation sans la présence obligatoire d’un conducteur sur le siège avant et sans le recours à un conducteur de secours. Waymo a déclaré qu’il commencerait les tests sans conducteur dans les rues de la Silicon Valley et allait en faire dans d’autres régions après avoir averti les communautés locales. Quelques semaines après avoir reçu cette autorisation, Bloomberg a annoncé que l’entreprise entend déployer sa flotte de voitures autonomes commerciales destinées au grand public dans un proche délai. Pour l’entreprise et aussi les consommateurs, cela marque un tournant décisif dans les habitudes de vie.

Alors que l’entreprise avance pas après pas dans son projet de changer les habitudes de voyager en voitures, il est rapporté que les choses pour Waymo ne se font pas sans coup férir en Arizona. En effet, depuis 2016, Waymo effectue des tests avec ses voitures autonomes EN Arizona. Après avoir atteint un niveau de sécurité excellent avec ces véhicules dans cet État, Waymo est passé à la phase supérieure en effectuant des tests sans chauffeur suppléant dans ses véhicules autonomes. Et depuis le mois d’octobre, la chef des finances d’Alphabet, Ruth Porat, a déclaré que les clients commençaient à payer pour effectuer des trajets en Arizona et que la société testait des modèles de tarification.

Même si les choses semblent bien aller pour Waymo, plusieurs incidents rappellent que le projet de véhicules autonomes n’est pas favorablement accueilli par tout le monde. Selon le rapport de la police locale en Arizona, pas moins de 21 incidents ont été consignés par les agents de police au sujet des interactions entre les résidents d’Arizona et les véhicules autonomes de Waymo. Comme faits signalés, nous avons par exemple Michael Palos, un conducteur suppléant d’une voiture autonome de Waymo, qui rapporte que le 1er août dernier, alors qu’il était au volant d’une voiture autonome, un homme barbu sur le trottoir a dirigé une arme de poing vers son allée. Après l’arrestation de Roy Leonard Haselton, celui qui a pointé l’arme sur la voiture, ce dernier aurait déclaré « qu’il avait l’intention de faire peur au conducteur ». Selon le détective Cameron Jacobs, Haselton aurait ajouté « qu’il méprisait et détestait ces voitures (Waymo) et a raconté comment Uber avait tué quelqu’un ». Mais sa femme aurait précisé à la police que son époux était atteint de démence.


Un autre rapport de la police soutient que le 19 août dernier, un homme de 37 ans « fortement en état d’ébriété » se tenait devant un véhicule Waymo et empêchait la voiture d’avancer. L’agent Richard Rimbach qui a consigné les faits explique que l’homme a déclaré « qu’il en avait marre des véhicules Waymo qui circulaient dans son quartier et qu’il pensait apparemment que la meilleure idée pour résoudre ce problème était de se tenir devant l’un de ces véhicules ». D’autres chauffeurs rapportent que lorsqu’ils conduisaient ces voitures, des personnes ont hué et même jeté des pierres contre ces véhicules. Un autre encore rapporte également que le pneu de son véhicule a été tranché alors qu’il était dans la circulation. En outre, une Jeep aurait forcé les véhicules autonomes à quitter la route à six reprises. Selon le quotidien USA Today, de nombreuses personnes harcelant les chauffeurs de véhicules de Waymo semblent en vouloir à la société.

Pour ce qui concerne ces incidents, le nombre d’incidents rapporté n’est qu’une fraction du nombre total des incidents survenus, soulignent les rapports de police. En effet, en général, au lieu d’appeler la police, les conducteurs de Waymo contactent directement leur entreprise lorsqu’ils sont menacés ou harcelés en utilisant un système de communication embarqué qui leur permet de parler sans tenir le téléphone. Du côté de Waymo, les responsables auraient déclaré que les chauffeurs sont formés pour gérer les menaces. Ils ajoutent que « la sécurité est au cœur de tout ce que nous faisons, ce qui signifie que la sécurité de nos conducteurs, de nos cyclistes et du public est notre priorité numéro un ».

Il faut souligner que même si ces incidents sont assez répétés, les responsables précisent qu’au cours des deux dernières années, ils ont constaté que « les habitants de l’Arizona étaient accueillants et enthousiastes à l’idée du potentiel de cette technologie pour rendre nos routes plus sûres ». Mais pour Phil Simon, conférencier en systèmes d’information à l’Arizona State University, si cet enthousiasme a changé, cela ne serait pas dû à la conduite des chauffeurs, mais plutôt à ce que l’entreprise représente. Il avance que « beaucoup de gens craignent que la technologie leur fasse perdre leur emploi ». « Ce sont probablement des personnes qui ont peur et c’est un moyen pour eux de se défendre de manière petite et futile », ajoute-t-il.

Source : USA Today

Et vous ?

Quel est votre sentiment vis-à-vis de ces actes d’hostilité manifestés par certains résidents de l’Arizona contre les véhicules Waymo ?

Pensez-vous que la crainte de perdre son emploi soit la seule explication de ces actions ?

Pensez-vous que ces voitures autonomes vont effectivement entraîner un chômage au niveau des chauffeurs ? Leur crainte est-elle justifiée ?

Voir aussi

La France va demander aux constructeurs automobiles de soutenir un programme de financement pour booster la vente de véhicules autonomes écologiques
Rolls-Royce veut remplir les mers avec des navires autonomes, grâce à son système « Intelligent Awareness »
Si une voiture autonome devait faire un accident inévitable, qui faudrait-il sacrifier en priorité ? Le MIT livre les résultats de son étude éthique
Google propose aux bêta testeurs Waymo One, son service de taxis autonomes, qui sera limité pour le moment à la ville de Phoenix
La Californie autorise la voiture autonome de Waymo (division Google) à rouler sans conducteur de secours, une première dans le domaine


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de archqt archqt - Membre averti https://www.developpez.com
le 17/12/2018 à 12:03
Je pense qu'il faudra se mettre dans l'idée que le métier de chauffeur de taxi est amené à disparaître, ou au moins a très fortement évoluer. Il y aura de la "casse" au début, c'est sûr.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 17/12/2018 à 13:03
Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
Pensez-vous que ces voitures autonomes vont effectivement entraîner un chômage au niveau des chauffeurs ? Leur crainte est-elle justifiée ?
Les chauffeurs de Taxi ont pris cher, déjà ils se sont fait écraser par Uber (des chauffeurs amateurs qui travaillent 14h/j) et bientôt ce sera carrément des voitures autonomes...
Il y a aura de moins en moins de clients pour les chauffeurs de taxi.

C'est un des premiers métier qui risque de disparaitre à cause de l'automatisation.
Le chômage est déjà élevé.
Avatar de Coriolan Coriolan - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 01/01/2019 à 16:55
Des voitures autonomes de Waymo attaquées à coups de pierre en Arizona
les habitants estiment qu'elles sont une menace pour la sécurité routière

En 2010, Google a annoncé avoir conçu un système de pilotage automatique pour automobile aidé de radars, caméras vidéo et GPS. Dès lors, la société a multiplié les essais pour peaufiner ce système. La voiture sans conducteur de Google est autorisée à circuler sur la voie publique dans plusieurs États américains, toujours avec un conducteur derrière le volant pour reprendre le contrôle en cas de nécessité. En 2016, le projet Google Car a été modifié pour devenir le projet Waymo.

N’ayant pas eu de plans immédiats pour commercialiser le système, Waymo a continué à multiplier les tests, notamment au Nevada où Google a fait pression pour que deux projets permettent à l’État de devenir le premier à permettre aux véhicules sans conducteur de rouler sur la voie publique. D’ailleurs la première licence aux États-Unis pour une voiture autonome a été livrée à Google par le Nevada Department of Motor Vehicles (DMV). Plus tard, d’autres États américains vont autoriser les tests de voiture autonome sur leur territoire.

Des voitures autonomes de Waymo


Mais c’est en Arizona où le projet de Waymo fait face à de plus en plus de résistance. Durant les deux dernières années, ce sont près de 24 attaques qui ont été menées contre des voitures sans conducteur à Chandler, une ville près de Phoenix où Waymo a mené des tests depuis 2017. Très tôt, les habitants ont pu voir une projection du futur avec des voitures pilotées par intelligence artificielle qui sillonnent les voies publiques. Aussitôt, les habitants de la ville ont commencé à se plaindre auprès des responsables, inquiétés pour leur sécurité, mais aussi par de possibles pertes d’emploi dans le futur.

D’autres ont eu une réaction plus agressive. Ainsi, des véhicules ont été attaqués à coup de pierre. D’autres ont essayé de pousser les véhicules hors de route, à hurler à l’encontre des voitures pour les chasser, et un homme s’est même arrêté près d’une voiture autonome et a menacé l’employé de Waymo avec un tube en PVC. Dans un autre fait plus horrifique, un homme a pointé une arme à feu sur une voiture Waymo et le conducteur d’urgence derrière le volant. Plus tard, il a informé la police qu’il méprise les voitures sans conducteur, en faisant référence à la femme tuée en mars 2017 par une voiture autonome d’Uber, un accident qui a contraint la société à suspendre ses tests de voiture autonome dans plusieurs États américains.

« Il y a d’autres endroits où ils peuvent faire des tests, » a dit Erik O’Polka, un homme de 37 ans qui a reçu un avertissement de la police en novembre après avoir tenté d’évincer à plusieurs reprises des voitures de Waymo hors de route. Une fois, il a forcé l’une des voitures à faire un arrêt brusque après avoir tenté d’y foncer avec sa Jeep Wrangler.

Erik O’polka n’est pas le seul à abhorrer ces voitures. Sa femme Elizabeth a admis dans une interview qu’elle « aurait déjà forcé ces voitures à s’arrêter », pour qu’elle puisse les chasser de son quartier. Le couple a informé que leurs soucis ont commencé lorsque leur fils de 10 ans a failli être heurté par l’un de ces véhicules dans une impasse.


Un véhicule de Waymo suivi par une voiture de police lors de ses premiers tests en Arizona

Une vague de résistance qui est appelée à s’amplifier

En raison des implications colossales que devrait avoir la voiture autonome sur la société américaine, quelques observateurs s’attendent à une vague de résistance similaire plus large au fur et à mesure que l’Amérique adopte cette technologie. Actuellement, le débat tourne autour de la question de l’emploi et la perte de contrôle vis-à-vis de véhicules autonomes.

« Les gens blâment à juste titre, » a dit Douglas Rushkoff, un théoricien des communications à New York et auteur du livre “Throwing Rocks at the Google Bus”. Il a comparé les voitures sans conducteur à l’incarnation robotique des individus sans scrupules qui refusent de rejoindre les grèves ou prennent la place de ceux qui manifestent.

Le mois dernier, Google a lancé le service commercial Waymo One dans la ville et banlieue de Phoenix, une première mondiale même si un conducteur reste toujours présent en cas de souci. Google n'est pas seul sur le projet de développement de voiture autonome : Tesla Motors, BMW AG, Mercedes-Benz, Honda Motor Co., Volkswagen AG et Ford Motor Co.… En tout, onze entreprises ont des autorisations de test aux États-Unis fin 2015. Même Apple aurait un tel projet.

« Il y a de plus en plus un sentiment que les firmes géantes qui perfectionnent les technologies de voiture autonome n’ont pas à cœur nos meilleurs intérêts, » a dit M. Rushkoff. « Juste pensez à ces gens dans ces véhicules, ils sont en train d’entrainer l’intelligence artificielle à les remplacer. »

Bien que ses véhicules ont été attaqués, Waymo a préféré ne pas poursuivre les assaillants en justice. La police a informé que la société a souvent refusé de fournir des vidéos illustrant les attaques. C’est d’ailleurs le cas lorsqu’un employé de Waymo a informé la police qu’ils avaient besoin d’un mandat pour obtenir une vidéo enregistrée par l’une des voitures autonomes. Selon un rapport de police, Waymo a refusé de mener une action en justice par crainte de voir ses tests affectés par les attaques et la mauvaise publicité.

Dans un communiqué, une porte-parole de Waymo a informé que les attaques ont concerné seulement une partie minime des 40 000 km parcourus par les voitures de la société chaque jour en Arizona.

« La sécurité est au centre de ce que nous faisons, cela veut dure qu’assurer la sécurité de nos conducteurs, nos passagers et le public est notre priorité, » a dit Alexis Georgeson, la porte-parole de Waymo. « Lors des deux dernières années, nous nous sommes rendu compte que les habitants de l’Arizona sont accueillants et ravis par le potentiel de la technologie de rendre nos routes plus sûres. »

Georgeson a nié que la société a refusé de mener des poursuites judiciaires de peur d’attirer une mauvaise publicité, et a informé qu’elle prend la sécurité de ses conducteurs d’urgence au sérieux.

Des habitants de plus en plus gênés par les voitures sans conducteur

Les véhicules sans conducteur devraient sûrement affecter le marché de l’emploi, mais pour le moment, les habitants sont plus préoccupés par la sécurité et le comportement de ces véhicules sur la route. Un internaute a informé que les voitures de Waymo sont loin d’être parfaites. Dans les quartiers de Chandler où la société mène ses tests, les voitures propulsées par l’IA sont jugées comme étant « juste terribles ».

« Elles [voitures] sont extrêmement hésitantes, et pour cette raison, elles provoquent des bouchons de circulation et des retards dans des endroits où il y a un manque e sécurité », a écrit un internaute. « Il faudrait espérer ne pas être derrière l'une de ces voitures lorsqu'elles tournent à gauche dans une rue très fréquentée, parce que vous allez probablement attendre un certain temps. Apparemment, elles s'arrêtent dans des situations aléatoires où les conducteurs humains ne s'arrêtent jamais, comme un cycliste qui se tient loin du bord de la route (parlant à quelqu'un) avec son vélo pointé vers la circulation. »

Un autre internaute qui habite à Chandler a connu la même expérience. Il raconte que récemment, il a conduit sa voiture derrière l’un de ces véhicules. Dans moins d’un kilomètre, la voiture de Waymo a réussi à faire 3 erreurs. Il apparait qu’à chaque fois que la voiture de Waymo fait face à un problème, sa décision par défaut est de juste s’arrêter (littéralement) jusqu'à ce que l'ambiguïté soit résolue, a écrit l’internaute.

« Je comprends que Waymo agit prudemment. Mais, on a vraiment l’impression que la technologie a encore du chemin à parcourir. Les gens à Chandler sont furieux parce que cette flotte de voitures constitue une énorme nuisance, et est en fait moins sûre pour les conducteurs humains qui partagent la route. Je n'ai aucun doute que les véhicules autonomes seront un jour plus sûrs que les conducteurs humains, mais ce jour n'est certainement pas aujourd'hui. »

Source : The New York Times

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que la technologie de la voiture autonome est fin prête pour emprunter la voie publique ?
Pensez-vous que la voiture sans conducteur va contribuer à réduire le nombre d'accident dus à une erreur humaine ?

Voir aussi

Uber arrête définitivement son activité de voiture autonome en Arizona après l'accident mortel de mars et amorce une procédure de licenciements
Waymo lance son premier service commercial de voiture sans conducteur le mois prochain, aarquant un grand pas en avant pour les voitures autonomes
Les Américains font moins confiance aux véhicules autonomes suite aux accidents mortels essuyés par Uber et Tesla, d'après des sondages
Avatar de Buffet_froid Buffet_froid - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 01/01/2019 à 19:05
Réaction saine de la part de personnes qui ont intuitivement compris que les robots autonomes, ainsi que leurs propriétaires et mécènes, n'étaient pas du tout leurs copains (et ça va bien au-delà de la simple question de la perte d'un emploi).

Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
« Ce sont probablement des personnes qui ont peur et c’est un moyen pour eux de se défendre de manière petite et futile »
Ce monsieur devrait retenir sa morgue, si les gens s'énervent, c'est lui qui risque de prendre peur.
Quoique, les anglo-saxons ont toujours eu tendance à se laisser faire et à concevoir les dominations comme nécessaires et souhaitables...
Avatar de super_navide super_navide - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 01/01/2019 à 19:48
Il faut commencer la résistance, car skynet c'est pour bientôt.
Les machines vont prendre le pouvoir et ça sera pas forcement pire qu'avant, on aura tous un ennemi commun, un bouc émissaire quelque chose que toute l'humanité pourra détester.
De toute façon rien arrête le progrès, il faut s'adapter ou mourir ....
Avatar de singman singman - Membre actif https://www.developpez.com
le 06/01/2019 à 11:32
La connerie humaine dans sa plus grande expression. Il est certain qu'il est bien plus amusant de continuer a se tuer entre nous, à coup de non respect du code de la route, que de circuler avec des voitures bien plus intelligentes que la moyenne (très très basse) de l'humain au volant de sa voiture chérie.
Pauvre humanité et son besoin d'auto destruction irrépressible :/
Avatar de dikafrato dikafrato - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 06/01/2019 à 16:53
Vous avez entièrement raison les chevaux c'étaient beaucoup mieux.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 07/01/2019 à 8:27
Citation Envoyé par singman Voir le message
Il est certain qu'il est bien plus amusant de continuer a se tuer entre nous, à coup de non respect du code de la route, que de circuler avec des voitures bien plus intelligentes que la moyenne (très très basse) de l'humain au volant de sa voiture chérie.
Non mais comme c'est dit dans l'article : « beaucoup de gens craignent que la technologie leur fasse perdre leur emploi ».
C'est normal qu'ils ne supportent pas à fond les taxis autonomes, les chauffeurs de taxis n'aiment pas non plus les chauffeurs Uber.
Les chauffeurs de taxi et les chauffeurs Uber sont ensemble contre les voitures autonomes

Si ils perdent leur emploi, ils n'en retrouveront plus.
Aujourd'hui avoir un job c'est un privilège.
Le chômage ne cessera d'augmenter.

La délocalisation fut une catastrophe pour l'emploi, l'automatisation risque d'être encore pire.
Les gens n'ont pas envie de tout perdre, c'est normal d'essayer de résister un peu.

Vous croyez que c'est confortable comme situation de vivre aux USA sans job ?
Avatar de jean12 jean12 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 07/01/2019 à 10:39
Je reconnais ces désagréments relativement mineurs, et qui sont nécessaires pour donner à l'Intelligence Artificielle (IA) le temps d'apprendre. Toutes ces erreurs mentionnées devraient être normalement corrigées au fur et à mesure. De plus, pour le moment nous n'avons pas encore atteint le level 5, il y a toujours un employé dans le véhicule. Résister n'est pas la solution, les risques d'emploi liés à l'IA vont aussi se manifester dans bien d'autres domaines. Il faut plutôt voir comment s'adapter à ce qui arrivera inévitablement, et prendre les bonnes résolutions, organiser des concertations en ce sens, etc.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 07/01/2019 à 10:55
Citation Envoyé par jean12 Voir le message
Il faut plutôt voir comment s'adapter à ce qui arrivera inévitablement, et prendre les bonnes résolutions, organiser des concertations en ce sens, etc.
Vous êtes utopistes, les gens qui vont perde leur emploi se retrouveront quasiment sans revenu, comme des millions d'étasuniens.

Understanding SNAP, the Supplemental Nutrition Assistance Program, formerly Food Stamps
SNAP stands for the Supplemental Nutrition Assistance Program — more commonly known as food stamps. SNAP is a federal program that helps millions of low-income Americans put food on the table. Across the United States there are 9.5 million families with children on SNAP. It is the largest program working to fight hunger in America.
America's homeless population rises for the first time since the Great Recession
Exclusive: a new government study finds 553,742 people were homeless on a single night this year, as advocates lament a crisis that shows no sign of abating
The U.N. says 18.5 million Americans are in ‘extreme poverty.

Aux USA c'est sans pitié, il n'y a pas beaucoup de social là-bas.
C'est un peu le pays où ton assurance fait tout pour trouver une faille dans ton dossier pour ne pas payer les soins de ton cancer.

Les chauffeurs de taxi qui luttent pour survivre vont avoir encore plus de mal, il n'y aura pas de solution miracle, est-ce que le RSA existe aux USA ?

Comment voulez-vous que les gens vivent correctement sans travail ?
Bon à la limite si ils ont un peu de terrain ils peuvent cultiver des fruits et légumes et élever des animaux (lapin, poule, mouton, etc), c'est peut-être ça le futur.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web