Après le mouvement #MeToo, la nouvelle règle des hommes en entreprise, éviter les femmes,
Qu'en est-il du domaine de l'informatique ?

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Il y a un an, le hashtag #MeToo a été largement diffusé sur les réseaux sociaux, une campagne censée dénoncer l’agression sexuelle et le harcèlement, plus particulièrement dans le milieu professionnel. Ce mouvement est né suite aux accusations portées contre le producteur américain Harvey Weinstein.

Cette campagne a eu un impact important, avec notamment la dénonciation de plusieurs personnalités dans plusieurs pays, et le lancement d’un débat pour promouvoir l’éducation et la sensibilisation contre le harcèlement sexuel au travail.

Maintenant, une année après le début du mouvement #MeToo, avec ses révélations dévastatrices de harcèlement et d’abus dans plusieurs industries allant du cinéma à Hollywood, à la technologie en Silicon Valley, Bloomberg est revenu avec un article sur l’impact du mouvement dans le monde de Wall Street.

Selon le site américain, les hommes de Wall Street ont été ébranlés par le mouvement, à tel point que certains évitent désormais d’avoir une rencontre individuelle avec des femmes collègues, s’asseoir à côté d’elles lors voyages en avion ou même réserver des chambres d'hôtel au même étage.

« À travers Wall Street, les hommes sont en train d’adopter des stratégies controversées pour l’ère #MeToo et, dans le processus, ils rendent la vie difficile aux femmes », a écrit Bloomberg. « Appelez-le l’Effet Pence, en référence au vice-président américain Mike Pence qui a dit qu’il évite de diner seul avec toute femme autre que sa femme. En finance, l’impact est essentiellement de la ségrégation hommes-femmes. »

Bloomberg a rapporté que des entretiens avec plus de 30 cadres de direction suggèrent que beaucoup sont traumatisés après #MeToo. « C’est comme si vous marchiez sur des coquilles, » a dit David Bahnsen, un ancien directeur à Morgan Stanley qui est maintenant un conseiller indépendant supervisant plus de 1,5 milliard de dollars.

Ces révélations ne concernent pas seulement le monde de la finance aux États-Unis. Partout dans le pays, les hommes ont dû s’adapter pour se prémunir contre toute attaque de ce qu’ils considèrent la généralisation du politiquement correct déraisonnable. Cette tendance s’est fait particulièrement sentir à Wall Street, dont les premiers rangs sont dominés par des hommes. L’industrie est aussi parvenue pendant longtemps à rester à l’abri de scandales tumultueux comme celui qui a mené à la chute de Wolfstein, en entretenant une culture qui maintient les plaintes de harcèlement loin des tribunaux et de l’opinion publique.

Les effets du mouvement #MeToo ont juste commencé à surgir sur le terrain. Bien que les hommes qui osent débattre ouvertement sur ce sujet sont rares, ceux qui sont interviewés en privé reconnaissent qu’ils trouvent des difficultés à rester seuls avec des collègues femmes, en particulier celles qui sont jeunes ou séduisantes, par crainte du qu’en-dira-t-on et de rumeurs.

Il est clair qu’il y a eu un changement de virage, estiment les hautes responsables de fonds d’investissement, de cabinets juridiques, de banques et les sociétés de gestion de placement.

« Un directeur d’infrastructure d’investissement a dit qu’il ne va plus rencontrer des employées dans des salles sans fenêtres, il dit aussi garder sa distance dans les ascenseurs. Un homme avec 40 ans dans le capital privé a dit qu’il a une nouvelle règle, établie sur le conseil de sa femme, une avocate ; pas de diner de travail avec une femme de 35 ans ou moins. »

En conséquence, des femmes se trouvent exclues des réunions après travail avec les collègues, ou doivent tenir des rencontres privées avec leur supérieur tout en laissant la porte ouverte. Des changements subtils certes, mais qui sont bien insidieux, selon Bloomberg.

“Une vraie perte”

Avec cette attitude, il y a un danger pour les entreprises qui échouent à se débarrasser de ce contrecoup et ne prennent pas des mesures censées encourager la discussion.

« Si les hommes évitent de travailler ou voyager avec des femmes uniquement, ou cessent de les encadrer de peur d’être accusés de harcèlement sexuel, » a dit Stephen Zweig, « ces hommes vont passer des plaintes de harcèlement sexuel directement aux plaintes de discrimination sexuelle. »

Malgré ces réactions, Bloomberg a noté que certains hommes ont agi de façons différentes. Un consultant qui gère près de 100 employés a dit qu’il a brièvement réévalué la tenue de rencontres individuelles avec de jeunes femmes. Il a pensé à laisser la porte de son bureau ouverte, ou bien inviter une troisième personne dans la salle. Finalement, il a trouvé une solution : « Juste ne pas se comporter comme un ahuri », a écrit Bloomberg.


Les hauts postes sont dominés par les hommes à Wall Street

« Dans cet environnement tendu, la question de la réponse au mouvement #MeToo pourrait en réalité entraver la progression de femmes. En vue de la domination d’hommes à Wall Street, l’une des conséquences impérieuses pour elle est la disparition de parrains masculins qui vont les aider à gravir les échelons. »

Tout comme le monde de la finance, le domaine de l’IT pro est souvent pointé du doigt en raison de la faible représentation de femmes, plusieurs études classent le milieu de la technologie comme étant parmi les milieux les plus masculins. Cette année, Google a licencié des dizaines d'employés pour harcèlement sexuel depuis 2016 y compris 13 cadres supérieurs. La firme est entrée le mois dernier dans une polémique après la révélation que des cadres supérieurs auraient reçu des millions de dollars en plans de départ volontaire alors qu'ils étaient accusés de harcèlement sexuel. De même, Uber a licencié plus de vingt employés à la suite d'une enquête.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Est-ce qu'il y a des femmes au service informatique dans votre société ?
Si oui, comment gérez-vous les relations avec l'autre sexe au travail dans l'IT Pro ? (Par exemple éviter toute relation et tout propos déplacé pour éviter tout problème ?)

Voir aussi

Google est au cœur d'un mouvement de débrayage des employés en guise de protestation pour les tensions de harcèlement sexuel au sein de la société
Andy Rubin, le père d'Android, aurait reçu 90 millions de dollars de Google à son licenciement malgré des accusations de harcèlement sexuel
Le PDG de Google ne regrette pas d'avoir renvoyé l'ancien Googler James Damore et assure qu'il ne s'agit pas là d'une décision politique


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de VivienD VivienD - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 17:20
Citation Envoyé par Coriolan Voir le message
[...]

Maintenant, une année après le début du mouvement #MeToo, avec ses révélations dévastatrices de harcèlement et d’abus dans plusieurs industries allant du cinéma à Hollywood, à la technologie en Silicon Valley, Bloomberg est revenu avec un article sur l’impact du mouvement dans le monde de Wall Street.

[...]
Mieux vaut parler d'"accusations dévastatrices", vu que certaines se sont avérées mensongères et que le terme "révélations" implique que les accusations sont vraies. C'est d'ailleurs là que gît le cœur du problème de ségrégation: avec ce genre d'accusation, portée par une femme à l'encontre d'un homme ou par un "David" à l'encontre d'un "Goliath", la présomption d'innocence tombe très (voire trop) facilement dans l'oubli et une vie, parfois innocente, se retrouve alors ruinée, et ce, de manière irrémédiable. Il n'est guère étonnant que certains prennent autant de précautions vis-à-vis d'un groupe qui a de fait le pouvoir de leur nuire malicieusement autant avec seulement 280 caractères, même quand on ne cautionne pas la ségrégation sous quelque forme ce soit.
Avatar de Kihmé Xs Kihmé Xs - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 17:41
Pas de souci, mes collègues femmes sont toutes moches, j'évite de les approcher je leur envoie des slacks, comme ça elles ne sont pas tentées... Par contre faudrait que je suis puisse bannir de linkedin celles qui passent trop de temps sur mon profil, c'est gênant...
Avatar de bogonbo bogonbo - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 21:33
les femmes sont effectivement de plus en plus un probleme en entreprise. La communication avec elles sont parfois complexe et je comprend que la majorité des salariés préfère s'en passer.
J'ai personnellement eux des problèmes avec des collègues féminines au Cameroun, 2 femmes qui avait le même homme se sont disputé et on du se débarrasser de l'une d'elle pour retrouver la paix sur le chantier.
Avatar de TheLastShot TheLastShot - Membre averti https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 21:43
Citation Envoyé par bogonbo Voir le message
les femmes sont effectivement de plus en plus un probleme en entreprise. La communication avec elles sont parfois complexe et je comprend que la majorité des salariés préfère s'en passer.
J'ai personnellement eux des problèmes avec des collègues féminines au Cameroun, 2 femmes qui avait le même homme se sont disputé et on du se débarrasser de l'une d'elle pour retrouver la paix sur le chantier.

Wow, tant de connerie en si peu de caractère... Parfois on se passerais bien "l'avis" de certaines personnes...
Le problème ce n'est pas les femmes, c'est la discrimination d'une part) et la persécution (d'autre part) qu'elle subissent et qui peut entrainer certains débordement. Le mouvement "metoo" est à l'origine une dénonciation de ce que vivent beaucoup de femme dans l'indifférence totale ! Le problème c'est ce que certaines, non concerné, on utilisé ce même hashtag pour nuire à d'autre, décridibilisant ainsi toutes celles qui ont subi de vrais préjudices !
Le problème ne vient pas des femmes, mais de l'utilisation à mauvais escient des réseaux sociaux !
Avatar de 23JFK 23JFK - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 22:18
L'Homme (surtout les femmes Américaines) se croît ange alors qu'il n'est qu'un animal sexué comme les autres, et quand un animal sexué à atteint la maturité sexuelle, forcément des partenaires potentiellement sexuels lui tourne autour. Nier cette évidence, et ne pas l'admettre est vain.
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 22:40
Tant de bêtise et d'immondices dans les messages précédents (à part TheLastShot). Voila un mouvement féminin (mais pas que) qui tentent de montrer la violences auxquels les femmes font faces toute leur vie. Et les hommes ne peuvent s'empêcher de tout ramener à eux, ce seraient eux les victimes, face à cette fable de la fausse dénonciation.

Messieurs, si votre plus grande peur c'est d'être dénoncé à tort, soyez heureux. Ce n'est rien face à ce que risque une femme tous les jours.
Avatar de Coeur De Roses Coeur De Roses - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 22:41
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
L'Homme (surtout les femmes Américaines) se croît ange alors qu'il n'est qu'un animal sexué comme les autres, et quand un animal sexué à atteint la maturité sexuelle, forcément des partenaires potentiellement sexuels lui tourne autour. Nier cette évidence, et ne pas l'admettre est vain.
Où voulez vous en venir exactement, que l'est le message déguisé s'il vous plaît ?
Avatar de 23JFK 23JFK - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 23:00
Citation Envoyé par Coeur De Roses Voir le message
Où voulez vous en venir exactement, que l'est le message déguisé s'il vous plaît ?
Vous ne pourrez jamais empêcher un hétéro ou une lesbienne de reluquer une belle femme chez qui il existe un minimum d'attributs sexuels et ne parviendrez pas non plus à interdire aux plus entreprenants de tenter leur chance. Si les hommes doivent choisir entre ne pas regarder ou exclure la tentation, ce sera l'exclusion ; et aux femmes de retourner à la cuisine (ça c'est gratuit pour exciter votre fibre féministe).
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 23:16
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Vous ne pourrez jamais empêcher un hétéro ou une lesbienne de reluquer une belle femme chez qui il existe un minimum d'attributs sexuels et ne parviendrez pas non plus à interdire aux plus entreprenants de tenter leur chance. Si les hommes doivent choisir entre ne pas regarder ou exclure la tentation, ce sera l'exclusion ; et aux femmes de retourner à la cuisine (ça c'est gratuit pour exciter votre fibre féministe).
Ou alors tu peux te faire castrer aussi. Ce serait plus logique que d'exclure les femmes par ce que toi t'as t'arrive pas à garder ta b*** dans ton pantalon.
Avatar de kilroyFR kilroyFR - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 04/12/2018 à 23:34
A titre perso la relation avec la gente feminine a eu un impact evident. Je ne cherche plus a etre agreable ou galant de peur que ce ne soit pris comme un acte sexiste.
Du coup effectivement assez gougeat dans mon comportement par rapport a ce que j'ai pu etre; je m'en rend compte. Dans les transports en commun j'ai le respect des personnes agées par contre j'avoue ne plus laisser ma place comme je l'ai toujours fait avec les femmes.
D'une certaine façon tout ceci a modifié les comportements des gens.
Dans ma boite les memes personnes a qui l'on faisait la bise la matin, c'est désormais c'est un serrage de main et cela a gagné toute la boite.
Ca a malgré tout mis une distance entre les personnes.
Pas certain que ce soit mieux, enfin c'est comme ca.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil