Après le mouvement #MeToo, la nouvelle règle des hommes en entreprise, éviter les femmes,
Qu'en est-il du domaine de l'informatique ?

Le , par Coriolan

190PARTAGES

20  2 
Il y a un an, le hashtag #MeToo a été largement diffusé sur les réseaux sociaux, une campagne censée dénoncer l’agression sexuelle et le harcèlement, plus particulièrement dans le milieu professionnel. Ce mouvement est né suite aux accusations portées contre le producteur américain Harvey Weinstein.

Cette campagne a eu un impact important, avec notamment la dénonciation de plusieurs personnalités dans plusieurs pays, et le lancement d’un débat pour promouvoir l’éducation et la sensibilisation contre le harcèlement sexuel au travail.

Maintenant, une année après le début du mouvement #MeToo, avec ses révélations dévastatrices de harcèlement et d’abus dans plusieurs industries allant du cinéma à Hollywood, à la technologie en Silicon Valley, Bloomberg est revenu avec un article sur l’impact du mouvement dans le monde de Wall Street.

Selon le site américain, les hommes de Wall Street ont été ébranlés par le mouvement, à tel point que certains évitent désormais d’avoir une rencontre individuelle avec des femmes collègues, s’asseoir à côté d’elles lors voyages en avion ou même réserver des chambres d'hôtel au même étage.

« À travers Wall Street, les hommes sont en train d’adopter des stratégies controversées pour l’ère #MeToo et, dans le processus, ils rendent la vie difficile aux femmes », a écrit Bloomberg. « Appelez-le l’Effet Pence, en référence au vice-président américain Mike Pence qui a dit qu’il évite de diner seul avec toute femme autre que sa femme. En finance, l’impact est essentiellement de la ségrégation hommes-femmes. »

Bloomberg a rapporté que des entretiens avec plus de 30 cadres de direction suggèrent que beaucoup sont traumatisés après #MeToo. « C’est comme si vous marchiez sur des coquilles, » a dit David Bahnsen, un ancien directeur à Morgan Stanley qui est maintenant un conseiller indépendant supervisant plus de 1,5 milliard de dollars.

Ces révélations ne concernent pas seulement le monde de la finance aux États-Unis. Partout dans le pays, les hommes ont dû s’adapter pour se prémunir contre toute attaque de ce qu’ils considèrent la généralisation du politiquement correct déraisonnable. Cette tendance s’est fait particulièrement sentir à Wall Street, dont les premiers rangs sont dominés par des hommes. L’industrie est aussi parvenue pendant longtemps à rester à l’abri de scandales tumultueux comme celui qui a mené à la chute de Wolfstein, en entretenant une culture qui maintient les plaintes de harcèlement loin des tribunaux et de l’opinion publique.

Les effets du mouvement #MeToo ont juste commencé à surgir sur le terrain. Bien que les hommes qui osent débattre ouvertement sur ce sujet sont rares, ceux qui sont interviewés en privé reconnaissent qu’ils trouvent des difficultés à rester seuls avec des collègues femmes, en particulier celles qui sont jeunes ou séduisantes, par crainte du qu’en-dira-t-on et de rumeurs.

Il est clair qu’il y a eu un changement de virage, estiment les hautes responsables de fonds d’investissement, de cabinets juridiques, de banques et les sociétés de gestion de placement.

« Un directeur d’infrastructure d’investissement a dit qu’il ne va plus rencontrer des employées dans des salles sans fenêtres, il dit aussi garder sa distance dans les ascenseurs. Un homme avec 40 ans dans le capital privé a dit qu’il a une nouvelle règle, établie sur le conseil de sa femme, une avocate ; pas de diner de travail avec une femme de 35 ans ou moins. »

En conséquence, des femmes se trouvent exclues des réunions après travail avec les collègues, ou doivent tenir des rencontres privées avec leur supérieur tout en laissant la porte ouverte. Des changements subtils certes, mais qui sont bien insidieux, selon Bloomberg.

“Une vraie perte”

Avec cette attitude, il y a un danger pour les entreprises qui échouent à se débarrasser de ce contrecoup et ne prennent pas des mesures censées encourager la discussion.

« Si les hommes évitent de travailler ou voyager avec des femmes uniquement, ou cessent de les encadrer de peur d’être accusés de harcèlement sexuel, » a dit Stephen Zweig, « ces hommes vont passer des plaintes de harcèlement sexuel directement aux plaintes de discrimination sexuelle. »

Malgré ces réactions, Bloomberg a noté que certains hommes ont agi de façons différentes. Un consultant qui gère près de 100 employés a dit qu’il a brièvement réévalué la tenue de rencontres individuelles avec de jeunes femmes. Il a pensé à laisser la porte de son bureau ouverte, ou bien inviter une troisième personne dans la salle. Finalement, il a trouvé une solution : « Juste ne pas se comporter comme un ahuri », a écrit Bloomberg.


Les hauts postes sont dominés par les hommes à Wall Street

« Dans cet environnement tendu, la question de la réponse au mouvement #MeToo pourrait en réalité entraver la progression de femmes. En vue de la domination d’hommes à Wall Street, l’une des conséquences impérieuses pour elle est la disparition de parrains masculins qui vont les aider à gravir les échelons. »

Tout comme le monde de la finance, le domaine de l’IT pro est souvent pointé du doigt en raison de la faible représentation de femmes, plusieurs études classent le milieu de la technologie comme étant parmi les milieux les plus masculins. Cette année, Google a licencié des dizaines d'employés pour harcèlement sexuel depuis 2016 y compris 13 cadres supérieurs. La firme est entrée le mois dernier dans une polémique après la révélation que des cadres supérieurs auraient reçu des millions de dollars en plans de départ volontaire alors qu'ils étaient accusés de harcèlement sexuel. De même, Uber a licencié plus de vingt employés à la suite d'une enquête.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Est-ce qu'il y a des femmes au service informatique dans votre société ?
Si oui, comment gérez-vous les relations avec l'autre sexe au travail dans l'IT Pro ? (Par exemple éviter toute relation et tout propos déplacé pour éviter tout problème ?)

Voir aussi

Google est au cœur d'un mouvement de débrayage des employés en guise de protestation pour les tensions de harcèlement sexuel au sein de la société
Andy Rubin, le père d'Android, aurait reçu 90 millions de dollars de Google à son licenciement malgré des accusations de harcèlement sexuel
Le PDG de Google ne regrette pas d'avoir renvoyé l'ancien Googler James Damore et assure qu'il ne s'agit pas là d'une décision politique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SofEvans
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/12/2018 à 23:50
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Tant de bêtise et d'immondices dans les messages précédents (à part TheLastShot). Voila un mouvement féminin (mais pas que) qui tentent de montrer la violences auxquels les femmes font faces toute leur vie. Et les hommes ne peuvent s'empêcher de tout ramener à eux, ce seraient eux les victimes, face à cette fable de la fausse dénonciation.
Tu peux aussi ranger ton intervention dans la case "bêtise et immondice".

Voila une vidéo qui te fera réfléchir sur un aspect que tu sembles bien passer sous silence par commodité :



Et oui, il se trouve que "nous les hommes" (puisque apparemment il faut tracer une limite entre homme et femme, et pas entre agresseur et victime puisque ca montrerait trop en évidence que le problème ce sont les personnes qui agissent mal, peu importe leurs sexe) on a aussi notre lot d'injustice.
Et à chaque fois qu'on veut mettre en avant l'injustice qu'on subit, on "ne peux pas s’empêcher de tout ramener à nous", on devrait "avoir une paire de couille et endurer la situation comme un homme, un vrai" parce qu’évidemment "nous les hommes", nous n'avons ni sentiments ni problème.
On devrait aussi se taire, parce que "nous sommes des hommes blanc sis hétero tout-ce-que-tu-veux" et que donc "nous n'avons jamais été oppressé" et qu'en plus, cerise sur le gâteau, nous serions naturellement "des oppresseurs" (à tel point que certaines personnes sont convaincu qu'il faut apprendre aux garçon à ne pas violer).

Bref, à chaque fois c'est la même rengaine : on fait la "course" entre les "femmes qui vont subir des violences toutes leurs vie" et les hommes qui "seraient les victime, face à cette fable de fausse accusation".
D'ailleurs, maintenant que je relis ta phrase, je la trouve immonde au plus haut point.

Comment réagirais-tu si je prenais la même structure que ta phrase et que je disais : " Et les femmes ne peuvent s'empêcher de tout ramener à elles, ce seraient elles les victimes, face à cette fable de viol et harcèlement qu'elles subissent".

Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Messieurs, si votre plus grande peur c'est d'être dénoncé à tort, soyez heureux. Ce n'est rien face à ce que risque une femme tous les jours.
Ce raisonnement de m***e.
Ça se voit que tu n'as jamais été accusé à tord de quelque chose de grave.
Ça se voit aussi que tu n'as jamais subi les rumeurs après ce genre d'incident.

Encore une fois, comment réagirais-tu si je prenais la même structure de phrase et que je disais "Mesdames, si votre plus grande peur c'est d'être violée/harcelée, soyez heureuse. Ce n'est rien comparé aux femmes qui ont été vendu comme esclaves sexuelles et qui elles, se font vraiment violer à longueur de journée".
Tu trouveras toujours quelqu'un de plus heureux, de plus triste, avec une situation plus enviable, moins enviable, invivable, etc etc.
Si ta seule ligne d'argumentaire c'est "accepte une situations de merde parce que d'autres ont une situations plus merdique", je pense que tu as besoins d'un temps de réflexion.
Et d'une tasse de thé.
27  1 
Avatar de kilroyFR
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/12/2018 à 23:34
A titre perso la relation avec la gente feminine a eu un impact evident. Je ne cherche plus a etre agreable ou galant de peur que ce ne soit pris comme un acte sexiste.
Du coup effectivement assez gougeat dans mon comportement par rapport a ce que j'ai pu etre; je m'en rend compte. Dans les transports en commun j'ai le respect des personnes agées par contre j'avoue ne plus laisser ma place comme je l'ai toujours fait avec les femmes.
D'une certaine façon tout ceci a modifié les comportements des gens.
Dans ma boite les memes personnes a qui l'on faisait la bise la matin, c'est désormais c'est un serrage de main et cela a gagné toute la boite.
Ca a malgré tout mis une distance entre les personnes.
Pas certain que ce soit mieux, enfin c'est comme ca.
20  2 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/12/2018 à 8:55
Le problème est que le mouvement #MeToo a été un mouvement de diffamation, qu'on a essayé de draper de vertu.
C'est pour une "bonne cause", donc on peut se permettre tout et n'importe quoi.

Derrière, quand tu as des personnes qui viennent militer pour la suppression de la présomption d'innocence, clamant qu'il faut croire la femme sur parole peu importe ce qu'elle peut dire. Quand ces mêmes personnes vont ensuite harceler des personnes accusées (et non-prouvées coupables), contacter les entreprises pour les faire virer, etc. ce n'est pas étonnant que les hommes cherchent à s'en protéger pour que cela ne leur arrive pas à eux aussi.

C'est la simple conséquence logique au mouvement #MeToo. Les militants qui ont poussés ce mouvements étaient juste trop cons pour réfléchir aux conséquences de leurs actes.
Et c'est ça le problème de ces militants, il font n'importe quoi en le justifiant de vertu, sans penser un seul instant aux conséquences de leurs propres actes.

Sans compter toutes les contradictions de ce qu'on nous demande.
Par exemple, on demande à l'homme de faire le premier pas, de faire du "suis-moi je te fuis", du "bats-toi pour moi", et d'un autre côté, on lui demande de ne pas tenter d'engager la conversation dans la rue/transports en communs, de ne pas "insister". Donc il faut "insister", mais uniquement quand la fille le veut... et on le devine comment ?
Si tu es "sympa", que tu n'engages pas la conversation, que tu n'insiste pas... ben tu restes célibataire.
Au contraire, les "lourds", qui vont engager la conversation, qui vont insister... ils vont peut-être se faire rejeter 99% du temps, mais il peuvent espérer réussir à la longue.

Je ne parle pas non-plus de la militance, dès que tu critiques le mouvement ou remet en cause quelque chose, tu es un porc sexiste, pire qu'Hitler.
Les chevaliers blancs peuvent alors se permettre de te harceler, de t'insulter, de te frapper, de te faire taire, parce que eux, ils sont du "bon côté", et que toi, tu es un "méchant".
Sur certains problèmes effectuer des découpages non-pertinents sous le prisme de leur lutte, ignorant des pans entiers du problème, et aboutissant à des solutions discriminantes et inégalitaires. Allant jusqu'à chercher de faire taire les autres victimes ou à minimiser leur "expérience", au seul prétexte qu'ils ne font pas parti du groupe arbitraire que le militant s'est juré de protéger.
18  4 
Avatar de SofEvans
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/12/2018 à 3:22
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
As tu lu l'article? As tu lu le commentaire de kilroyFR?
Oui, oui.

Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Je ne réfute pas que des fausses accusations existent, je réfute la panique fantaisiste de certains.

Des gens n'osent plus être seul avec une femme dans une pièce, des hommes n'osent plus faire la bise à une femme, ni simplement être sympathique avec elles de peur d'être accusé harcèlement! Ne penses tu pas que c'est un comportement absurdes?
Ben en fait, cela dépend de beaucoup de chose, mais c'est pas pour rien que des "star/personnalité" rédige des contrats lorsqu'il vont avoir des relations sexuelles (je pense notamment aux joueurs de foot).
Et puis si tu te mets à dos les USA, tu peux te fire accusé de "sexe par surprise" (bon ok, ce demi-troll était gratuit).
Ce que je veux dire, c'est que tant que tu es avec des gens "normaux", il n'y a aucune raison de paniquer.
C'est quand tu es avec des psychotique que les choses peuvent salement dégénérer.
Et les psychotique, c'est pas forcement écrit sur leurs front qu'ils le sont. Tu peux par contre regarde la couleur de leurs cheveux, si c'est rose flashy, fuis ! (ookkkaay, ce troll aussi, était gratis).

Donc au final, je pense ce n'est pas tant la peur de se faire faussement accusé qui refroidi les gens, mais plus la peur de tomber sur un(e) taré(e).
A force de les voir partout, tu fini par croire qu'ils sont pas loin de toi.

Après, pour la partie "absurde", je pense qu'accuser quelqu'un de quelque chose qu'il n'as pas fait est "absurde" aussi. Just saying.

Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Est-ce que le risque de se faire faussement accusé et si grand qu'il faille mettre en place ces mesures?

Une mesure de protection s'applique à la hauteur du risque auquel elle répond.
Euh, non.
Par exemple, quand je conduis, je ferme systématiquement les portes de mon véhicule. Ça me sert à éviter le car-jacking, ou qu'on ouvre mon coffre pendant que je conduit pour me piquer mes affaires.
Pour autant, je n'ai jamais été victime ni de l'un, ni de l'autre, et de mon point de vue j'imagine que j'ai 0,000...001% de chance que ça m'arrive.
La plupart des personnes me taxe de parano, pourtant je prends moins d'une seconde pour appuyer sur le bouton (il est à coté du frein à main).
Pour une seconde, je met en place une mesure de protection contre un risque quasi-nulle mais qui me serait très préjudiciable si cela devait arriver.

Donc si certaines personnes préfèrent se comporter de manière plus formelle (en serrant la main, en gardant des distances) pour éviter ce type de risque, j'en pense que c'est dommage mais pas que c'est overkill.
Encore une fois, tout dépend de qui on parle : un homme ayant un poste à responsabilité sera plus facilement la cible d'autre personnes mal-intentionnée (femme ou homme, d'ailleurs), donc que des gens influent dans le Wall Street se mettent à éviter les femmes, ben c'est dommage, mais je pense pas que la démarche soit dénué de sens.
Il suffit de voir comment il y a eu de très gros dérapage avec #balancetonporc (qui pour moi est une grosse dérive d'une derive de #metoo) pour se dire que juste personne n'as envie de retrouver sa photo avec de fausse accusation et l'adresse de son domicile aux vue de centaines de psychopathe.

Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Il n'y aurait pas un peu d’hystérie? Voir de tentative de retournement de situation? Ce que montre toutes ces mesures, c'est qu'après une tentative de faire prendre conscience le grand publique des problèmes d'harcélements/aggresssions/viols envers (majoritairement) les femmes, les hommes mettent en place des solutions pour les protéger eux, les hommes, et non les femmes.
Mais t'es sérieux ? Ou tu ne réalise pas ce que tu écris ? Arrête le thé finalement.

Pour la partie "hystérie", pourquoi même si j'ai écrit ce que j'en pensais avant.
Pour la partie retournement de situation, ça me montre juste que toi tu es bien dans l'esprit d'une "course" : ce sont les "hommes" contre les "femmes", et là les "hommes tentent de renverser la vapeur".
Tu en parles comme s'il y avait un lobbying constant de la part des hommes pour dire "oulala mais en fait non c'est pas nous les méchants qui abusont de la situations, ce sont les femmes. Regardez on est même obliger de plus leurs parler ouin ouin ouin", alors qu'en fait il s'agit juste d'un sondage sur comment le comportement des hommes à évoluer après un an de #metoo. Si ce sondage n'avait pas été fait, personnes n'aurait été au courant. Par contre #metoo et #balancetonporc, ca y'a pas eu besoin de grand chose pour que tout le monde soit au courant.
Donc non, je ne vois même pas comment on pourrait qualifier cela d'un effort de la part des hommes pour retourner la situation vu que ce sont des décisions isolé (à moins que tout les hommes en question fasse partie d'une société secrète qui n'accepte que les hommes et que dans l'ombre ils œuvrent afin de réaliser leurs plan machiavélique).

Maintenant pour la dernière partie, la plus gerbante : Tu reproches sincèrement a des personnes de mettre en place des mesures pour se protéger eux quand il est possible qu'une situation dans laquelle ils vont être la victime puisse arriver ? Je veux dire, c'est pas comme si un homme_1 mettait en place tout un système ultra sophistiqué pour protegé un homme_2, c'est juste un homme_1 qui évite de se retrouver dans une situation où il pourrait être piégé.
C'est un peu comme si je disais qu'une rue est connu pour être un endroit ou les femmes se font agressé tout le temps, qu'on lisait que du coup les femmes évitent la rue et que je me plaignait qu'après que le grand public ait su que la rue n'est pas sécurisé que les femmes ne font rien pour sécurisé la rue où passe aussi les hommes mais qu'elles se protègent elles !
Tu vois l'absurdité de ta phrase ? Tu reproche a des gens de se protéger ?

Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Quand une amie me demande de la raccompagner à la gare car il est tard le soir, là la mesure est à la hauteur du risque. Car ce risque existe, c'est plus qu'un risque d'ailleurs, c'est une peur, qui elle n'est pas fantaisiste. (et je n'ai pas peur d'être accusé harcèlement par ce que je part 15 minutes tout seul avec une femme )
J'adore le fait que quant ton amie à peur le soir, alors le risque n'est pas fantaisiste du tout, mais quand un homme à peur de se faire faussement accusé, alors là évidemment c'est que du chiqué, c'est fantaisiste.
Au final, dans les deux cas, tant que l'incident ne s'est pas produit, il n'y a que la peur de l'incident qui n'est pas fantaisiste.
Et dans les deux cas, le risque que l'incident surviennent est bien réel (même si encore une fois, il est probablement plus fort dans le cas d'une femme seul la nuit dans un endroit peu fréquentable que pour un homme en entretient avec une femme).

Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Je ne reviens pas sur ton dernier paragraphe qui est vrai mais je ne vois pas le rapport.
Tout simplement pour mettre en évidence que tout ce que tu dit peut être pris et retourné pour que la même situation colle pour le sexe opposé.
Certe, les probabilité ne sont probablement pas les mêmes, mais ça existe.
Et à chaque fois c'est la même rengaine :
Tu viens de parler que les hommes ont un comportement hystérique face a une situation à risque "fantaisiste", par contre pour les femmes alors là on se pose pas de question, leurs comportement est normal et la situation à risque est tous sauf "fantaisiste".
Tu as aussi qualifier la situation (pourtant réel) ou un homme serait sous le joug d'une fausse accusation de "fantaisiste", par contre pour les femmes idem, on se pose pas de question et ce sont d'emblée les victimes. (Si tu ne vois pas à quoi je fais référence --> "[...] ma ligne est de réfuter une situation fantaisiste où les hommes seraient à chaque instant sous le joug de la menace d'une fausse accusation [...]. Ce que je dénonce c'est que certains hommes transforment des victimes en diaboliques tentatrices [...]".

Le plus drôle dans l'histoire, c'est que maintenant que les hommes ne veulent plus vraiment approcher les femmes, les femmes vont avoir plus de mal à percer dans certains milieux.
Et par "drôle", j'entends "ironique" et "triste".
17  1 
Avatar de SofEvans
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/12/2018 à 1:00
Citation Envoyé par CosmoKnacki Voir le message
Tout est dit.
Ben en fait, non, au contraire, tout n'est pas dit du tout.

De ce que j'ai compris, le "juste ne pas se comporter en abruti" est uniquement à destination de l'homme.
Problème : comment savoir si la femme ne vas pas "se comporter en abruti" ?

Parce que soyons clair, quant aucunes des personnes n'est un abruti, tout se passe bien.
C'est quand l'un des deux l'est que les choses deviennent malsaine :
* le gars est un abruti ? --> harcèlement, violence etc etc
* la fille est une abrutie ? --> Fausse accusation, rumeur, etc etc

Si tu es le gars, tu peux maitriser ton comportement (ce serait inquiétant que tu ne le puisse pas, en fait), mais comment tu fais pour savoir quel genre de personne tu as en face de toi quand tu ne la connais pas ?
Et même quand tu la connais, les cas de manipulation, de vengeance ou autre ne sont pas à exclure.
D'un côté, comme de l'autre.
16  4 
Avatar de SofEvans
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/12/2018 à 1:32
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Non, ma ligne est de réfuter une situation fantaisiste où les hommes seraient à chaque instant sous le joug de la menace d'une fausse accusation d'abus sexuel/whatever. Ce que je dénonce c'est que certains hommes transforment des victimes en diaboliques tentatrices (cf les propos de 23JFK) pour éviter de se remettre en question.

Absolument rien n'a changé depuis le mouvement metoo dans mon entourage ou au boulot. Peut être par ce que nos comportements étaient déjà tout à fait respectueux avant. Peut être que là est le problème.
Ma ligne est de réfuter une situation fantaisiste ou les femmes seraient à chaque instant sous le joug d'une menace de viol/d'abus sexuel/whatever.
Ce que je dénonce c'est que certaines femmes transforment des victimes en "oppresseur naturel systématique" pour éviter de se remettre en question.

Absolument rien n'as changé depuis le mouvement metoo dans mon entourage ou au boulot.

Tu vois, moi aussi je peux faire pareil ,et le pire c'est que tout ce que j'ai écrit est, de mon point de vue, vrai !
Prends tes dix doigts, tape une petite recherche google afin de trouver tout les cas où des hommes ont été faussement accusé et condamné pour des viols.
Utilise tes dix doigts encore pour trouver les cas où une femme au pouvoir (poste important) a utiliser son influence pour détruire la carrière d'homme qui avaient refusé ses avances.
Maintenant bois une grande tasse de thé, fais un effort et connecte plus de 4 neurones à la fois.

Tu réaliseras que certes, la proportions de ces actes malsain est majoritairement (et de façon écrasante ?) faites par des hommes, mais ce n'est pas une raison pour gommer les mêmes actes fait par des femmes !
C'est exactement comme lorsqu'une femme accuse un homme de viol, tout le monte au créneau pour crucifier le coupable, mais quand un homme dis qu'une femme l'as violé, tout le monde se dit "quelle chance il a eu tout de même".
Ah bah oui, c'est sûr ...
16  2 
Avatar de Jaujon
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/12/2018 à 10:06
Il faut comprendre la situation aux US. Votre vie peut être foutue en l'air sur une simple accusation: vous être présumé coupable devant le juge et on négocie directement des peines avant de vous laisser l'opportunité de vous défendre. Certains hommes ne prennent pas le risque de monter dans un ascenseur seul avec une femme. Vous ajoutez à l'insécurité juridique un parfum de chasse aux sorcières et vous obtenez la situation actuelle délétère.
16  0 
Avatar de TheLastShot
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/12/2018 à 21:43
Citation Envoyé par bogonbo Voir le message
les femmes sont effectivement de plus en plus un probleme en entreprise. La communication avec elles sont parfois complexe et je comprend que la majorité des salariés préfère s'en passer.
J'ai personnellement eux des problèmes avec des collègues féminines au Cameroun, 2 femmes qui avait le même homme se sont disputé et on du se débarrasser de l'une d'elle pour retrouver la paix sur le chantier.

Wow, tant de connerie en si peu de caractère... Parfois on se passerais bien "l'avis" de certaines personnes...
Le problème ce n'est pas les femmes, c'est la discrimination d'une part) et la persécution (d'autre part) qu'elle subissent et qui peut entrainer certains débordement. Le mouvement "metoo" est à l'origine une dénonciation de ce que vivent beaucoup de femme dans l'indifférence totale ! Le problème c'est ce que certaines, non concerné, on utilisé ce même hashtag pour nuire à d'autre, décridibilisant ainsi toutes celles qui ont subi de vrais préjudices !
Le problème ne vient pas des femmes, mais de l'utilisation à mauvais escient des réseaux sociaux !
15  12 
Avatar de VivienD
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/12/2018 à 17:20
Citation Envoyé par Coriolan Voir le message
[...]

Maintenant, une année après le début du mouvement #MeToo, avec ses révélations dévastatrices de harcèlement et d’abus dans plusieurs industries allant du cinéma à Hollywood, à la technologie en Silicon Valley, Bloomberg est revenu avec un article sur l’impact du mouvement dans le monde de Wall Street.

[...]
Mieux vaut parler d'"accusations dévastatrices", vu que certaines se sont avérées mensongères et que le terme "révélations" implique que les accusations sont vraies. C'est d'ailleurs là que gît le cœur du problème de ségrégation: avec ce genre d'accusation, portée par une femme à l'encontre d'un homme ou par un "David" à l'encontre d'un "Goliath", la présomption d'innocence tombe très (voire trop) facilement dans l'oubli et une vie, parfois innocente, se retrouve alors ruinée, et ce, de manière irrémédiable. Il n'est guère étonnant que certains prennent autant de précautions vis-à-vis d'un groupe qui a de fait le pouvoir de leur nuire malicieusement autant avec seulement 280 caractères, même quand on ne cautionne pas la ségrégation sous quelque forme ce soit.
11  2 
Avatar de 23JFK
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/12/2018 à 22:18
L'Homme (surtout les femmes Américaines) se croît ange alors qu'il n'est qu'un animal sexué comme les autres, et quand un animal sexué à atteint la maturité sexuelle, forcément des partenaires potentiellement sexuels lui tourne autour. Nier cette évidence, et ne pas l'admettre est vain.
11  11 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web