La France dévoile son plan sur l'Intelligence artificielle pour 665 millions d'euros
Quelles en sont les grandes lignes ?

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche Frédérique Vidal et le secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi ont présenté à Toulouse mercredi après-midi les grandes orientations du plan intelligence artificielle qui s'appuient sur le rapport Villani qui a été présenté en mars 2018. Cédric Villani annonçait son ambition de faire de la France une championne mondial du secteur.

« L’ambition de la France est claire, il s’agit de faire en sorte, avec l’Allemagne que l’Union européenne soit capable de rivaliser avec la Chine et les États-Unis » en matière d’intelligence artificielle, explique-t-on au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Ce plan, qui prévoit un effort budgétaire d'un montant total de 665 millions d'euros jusqu’en 2022, sera financé à 60% par des fonds ministériels, le reste proviendra de fonds issus du programme d’investissements à venir (PIA).

L’Etat va consacrer 200 millions d’euros aux «3IA», des centres interdisciplinaires appelés à devenir les vaisseaux amiraux de la recherche française en intelligence artificielle. Quatre pôles régionaux regroupant écoles, universités, centres de recherche publics et privés ainsi que des grandes entreprises et des start-up ont été retenus pour bénéficier de ce label «3IA» : Paris avec son projet «Prairie», Toulouse («Aniti»), Grenoble («MIAI@Grenoble-Alpes») et Nice («3IA Côte d’Azur»). Les champs d’activité de ces 3IA concernent la santé, présente dans les quatre projets, l’environnement (Grenoble, Paris et Toulouse), les transports (Paris et Toulouse), le développement des territoires (Nice) et enfin l’énergie (Grenoble).

Ils sauront au début du printemps 2019 si le label «3IA», et les financements qui vont avec, leur ont été accordés, précise le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Les 3IA ayant vocation à rapprocher recherche publique et privée, une centaine de millions d'euros supplémentaires viendront des entreprises.

Au total et en incluant les apports du secteur privé, environ 300 millions d’euros seront investis dans leurs actions allant de programmes d’enseignement et de recherche à des approches plus grand public afin de sensibiliser les étudiants et les citoyens en général aux enjeux de l’IA.


Autre annonce attendue, l’exécutif va augmenter les financements de doctorants en intelligence artificielle, avec l’objectif à terme, de doubler leur nombre en permettant aux chercheurs de consacrer jusqu’à 50% à des activités en entreprise contre 20% précédemment. « Nous avons à peu près 250 doctorats en IA soutenus par an, l’objectif est de passer à 500 », indique Frédérique Vidal. Le gouvernement prévoit aussi la création de 200 chaires qui pourront accueillir des candidats français comme étrangers. Le budget alloué aux chaires et aux doctorats doit s’élever environ à 70 millions d’euros.

Une enveloppe de 115 millions d'euros permettra d'investir dans les supercalculateurs surpuissants. Le laboratoire Idris du CNRS à Saclay en région parisienne verra ainsi entrer en fonction d’ici 2020 un nouveau superordinateur, dont une partie des capacités sera réservée à l'intelligence artificielle. La machine aura au total une capacité de calcul de 10 petaflops (soit 10 millions de milliards d'opérations par seconde).

Le plan comprend enfin 115 millions pour les coopérations, notamment avec l’Allemagne qui présentera prochainement son plan IA, et 100 millions d’euros pour les « Grands défis » autour de programmes de recherche ciblés. Ces projets de rupture seront financés par le Fonds pour l’innovation et l’industrie (FII), doté à terme de 10 milliards d’euros issus des cessions d’actifs publics dans Engie, la Française des jeux et Aéroports de Paris qui vont être privatisés. Les deux premiers défis sélectionnés portent sur l’amélioration des diagnostics médicaux grâce à l’IA et la certification de ses algorithmes.

Facebook contribue à hauteur de cinq millions d’euros

Le réseau social dirigé de Mark Zuckerberg contribue d'ailleurs à hauteur de 5 millions d'euros au plan annoncé mercredi par Vidal et Mahjoubi. Un don de 2 millions d'euros du géant américain va permettre de financer un projet de constitution de jeux de données autour du développement durable (évolution de la destination des sols, stress hydrique, changement climatique...) Facebook va également apporter 3 millions de dollars pour le renforcement de la puissance de calcul française en intelligence artificielle.

La santé ciblée

Dans une interview aux Echos, mercredi, Frédérique Vidal a expliqué que la France voulait faire partie des précurseurs dans certains domaines d'application de l'intelligence artificielle comme la santé et le transport, pour acquérir une position centrale. « La France peut se positionner comme un acteur majeur dans les domaines où nous avons une certaine avance, à commencer par exemple par la santé: nous sommes l'un des pays au monde qui a les plus grandes bases de données, du fait de notre système centralisé », a indiqué la ministre de l'Enseignement supérieur.

« Nous avons également, au travers de Galileo (le système européen de géolocalisation par satellites) des infrastructures et des données de navigation par satellite au meilleur niveau mondial », a-t-elle ajouté.

Source : entretien avec le gouvernement

Et vous ?

Que pensez-vous de ce plan ?

Voir aussi :

France : les régulateurs tirent la sonnette d'alarme contre le projet de vente de « coupons » de bitcoin dans les bureaux de tabac dès 2019
France : dès 2019, les bureaux de tabac pourront vendre des « coupons » de bitcoin permettant de créditer des portefeuilles électroniques
France : les députés LR proposent une loi visant à introduire une taxation de 5 % sur le chiffre d'affaires des opérateurs de plateformes numériques
France : la loi contre les infox est définitivement adoptée par les députés et les sénateurs ont déposé un recours devant le Conseil constitutionnel
Le Black Friday en France : une arnaque déguisée en promos ? Si oui, les prévisions des ventes montrent que les consommateurs ne sont pas dupes


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de benjani13 benjani13 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 02/12/2018 à 19:52
Je vous conseille beaucoup l'interview d'Éric Sadin chez Thinkerview, "l'asservissement par l'Intelligence Artificielle" :



Il est en total contrepoint de cette idée qu'il faut aller vers le tout IA, se dressant contre ce qu'il appelle le pouvoir injonctif de l'IA. C'est à dire le fait que l'on abandonne de plus en plus notre libre arbitre, remplacé par les injonctions d'une IA, d'un assistant personnel. En bref, il craint un modèle, déjà en partie en place, ou l'IA réfléchit et où l'Homme agit. Il se demande si on a vraiment envie d'être les premiers, les meilleurs, dans ce modèle là.

Il réfute complètement les discours des grands penseurs de l'IA que l'on nous sers (les Laurent Alexandre, Yann LeCun, etc), qui pour lui sont totalement inféodés aux grands groupes commerciaux, et ne sont que leur porte parole.

Il vient de sortir un livre, "L'intelligence artificielle ou l'enjeu du siècle, anatomie d'un antihumanisme radical". En cours de lecture
Avatar de Pierre Fauconnier Pierre Fauconnier - Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
le 02/12/2018 à 20:30
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
[...]
Yeah. Quelqu'un d'un peu sensé sur le sujet. Merci pour ces liens et cette réflexion!
Avatar de qi130 qi130 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 03/12/2018 à 17:03
On ne peut que faire le parallèle avec les propos d'E. Sadin (suivi en live pour ma part) concernant cette politique IA et les enjeux économiques...
De façon générale, les interviews "cache" de cette chaine apportent un éclairage particulier sur beaucoup de sujets.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil