Les géants de la tech s'inquiètent d'un Brexit sans accord
Et de ses conséquences sur l'emploi IT, l'investissement et le partage de données

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Après avoir longuement nourri le projet, les Britanniques ont voté en juin 2016 pour leur sortie de l’Union européenne. Ce choix a été décrié par les entreprises technologiques basées au Royaume-Uni, dont près de 90 % étaient contre Brexit, d'après Tech London Advocates, une coalition de leaders, experts et investisseurs du secteur de la technologie. C'est également le groupe indépendant du secteur privé le plus influent de Londres.

Les firmes technologiques craignent en effet d'être vivement touchées par ce divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne de différentes manières. L'on s'attend à ce que la sortie du Royaume-Uni laisse une incertitude sur l’évolution des règlements au sein de l’Union européenne, notamment en ce qui concerne les accords sur les échanges transfrontaliers des données, la réglementation des technologies au sein de l’UE, entre autres. De manière générale, on pourrait assister à une réglementation fragmentée qui ne serait probablement pas favorable au développement des entreprises de technologie au Royaume-Uni.

Côté emplois IT, les entreprises britanniques de la technologie et les entreprises technologiques étrangères avec des bureaux au Royaume-Uni ont exprimé une inquiétude selon laquelle Brexit va fondamentalement nuire à la capacité de l'industrie à recruter des travailleurs hautement qualifiés. Une bonne partie de ces derniers vient des autres pays de l’Europe. Ainsi, sans un accord qui permet aux travailleurs de se déplacer librement entre les pays, les entreprises britanniques pourraient être confrontées à une pénurie de travailleurs qualifiés.

Cette dernière crainte pourrait devenir une réalité, car l'année dernière, au moment des discussions sur l'immigration post-Brexit au sein du gouvernement britannique, le Premier ministre a annoncé que la libre circulation des ressortissants européens sur le sol britannique prendra fin lorsque le Royaume-Uni quittera officiellement l’Union européenne, c’est-à-dire à la fin du mois de mars 2019. « La libre circulation se terminera en mars 2019... Ce serait une erreur de [...] suggérer que la libre circulation puisse rester dans son état actuel », avait déclaré le porte-parole de Theresa May.

Brexit pourrait encore rendre plus difficile pour les startups britanniques de trouver des financements. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles l’industrie britannique de la technologie a exprimé son désaccord avec ce mouvement. Microsoft avait d’ailleurs averti que Brexit allait décourager les investissements au Royaume-Uni. Une enquête a également montré que 40 % des entreprises britanniques de jeux vidéo envisagent de délocaliser une partie ou toutes leurs activités.


Face à tout ce qui se profile à l'horizon post-Brexit, les géants du numérique ont de quoi s'inquiéter d'un Brexit sans accord convenable. Les directeurs des filiales britanniques de Microsoft, Facebook et Google ont donc rencontré mercredi à Londres des membres du gouvernement afin d’obtenir des garanties sur l’impact qu'aurait un Brexit sans accord sur les emplois et l'investissement.

Selon le Telegraph, les dirigeants ont fait part lors de cette réunion de leurs inquiétudes sur les conséquences que pourrait avoir un divorce sans accord entre le Royaume-Uni et l'UE sur les visas de leurs employés, la réglementation en matière de partage de données, ainsi que sur la recherche et l'éducation au Royaume-Uni.

Le responsable britannique de Google aurait notamment interrogé les ministres sur l’impact potentiel du Brexit sur les lois relatives au transfert de données. Comme nous le savons, les activités publicitaires de Google reposent largement sur la conservation des données des utilisateurs, et le Brexit obligera le gouvernement à conclure un nouvel accord de partage de données avec l'UE. Les entreprises de la tech ont également évoqué le Privacy Shield, l'accord de transfert de données entre les USA et l'Union européenne, et ont interrogé les membres du gouvernement sur le projet voire l'avancement de négociations similaires entre le Royaume-Uni et les USA.

À propos de l'immigration qui était un sujet capital de la réunion, les géants de la technologie ont aussi exprimé leur volonté d'être toujours en mesure de recruter du personnel de l’UE après le Brexit. En somme, ils craignent que la séparation entre le Royaume-Uni et l'UE ne se fassent pas en de bons termes, c'est-à-dire sans accord. Les membres du gouvernement britannique n'excluent pas cette possibilité, mais ils ont affirmé que c'était peu probable.

Sources : Reuters, The Telegraph

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Cambridge Analytica aurait fait du profilage de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour influer sur les élections US et le vote du Brexit
Brexit : le gouvernement britannique demande un accord UE-UK sur l'échange et la protection des données personnelles, avant sa sortie de l'Union
Brexit : les ressortissants de l'UE ne pourront plus circuler librement sur le sol britannique après mars 2019, quelles conséquences sur l'emploi IT ?
Brexit : Apple va augmenter de 25 % les prix des applications au Royaume-Uni, suite à la dépréciation de la livre sterling
Brexit : quelles conséquences sur le secteur de l'IT ? Confidentialité et échange de données, réglementation des technologies et emploi


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Cpt Anderson Cpt Anderson - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 25/10/2018 à 13:54
Depuis le résultat à ce referendum, on s'emploie par tous es moyens à faire peur aux gens : sortir de l'UE = cataclysme.
Au final, c'est l'inverse qui se produit. Perso, je me fais beaucoup moins de souci pour les britanniques que pour nous qui sommes empêtrés dans une UE bureaucratique et sclérosée.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 25/10/2018 à 14:13
On promet l'apocalypse pour le Royaume Uni si le Brexit se passe mal, tous les jours il y a des article qui disent que :
  • le peuple Britannique souhaite annuler le Brexit
  • il n'y aura peut être pas d'accord entre le Royaume Uni et l'UE
  • les entreprises souhaitent quitter le Royaume Uni
  • rien que l'annonce du Brexit a des effets négatifs


Alors que quelque part tant mieux si le Royaume Uni se casse la gueule, comme ça l'UE pourra être contente et dire "Ahahahaha je vous avais prévenu ! Que ça serve de leçon à tous ceux qui songent à quitter l'UE. ".

Wait & See, qu'on attende 2027 pour commencer à étudier les premières conséquences du Brexit.

Faire partie de l'UE ce n'est pas une sinécure non plus...
Quitter l'UE c'est peut être handicapant sous certains aspects, mais rester dans l'UE également.
Avatar de Lucio_ Lucio_ - Membre régulier https://www.developpez.com
le 25/10/2018 à 14:21
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Depuis le résultat à ce referendum, on s'emploie par tous es moyens à faire peur aux gens : sortir de l'UE = cataclysme.
Au final, c'est l'inverse qui se produit. Perso, je me fais beaucoup moins de souci pour les britanniques que pour nous qui sommes empêtrés dans une UE bureaucratique et sclérosée.

Ben ils sont pas encore sortie, c'est peut-etre pour cela.

Quand aux Britanniques, cela depend de qui on parle. On reproche ici souvent la politique libérale de Bruxelle, le RU ne va pas s'en sortir en prenant exemple sur la NPE de Lenine et ceux qui sont au pouvoir sont les memes que ceux qui y etaient avant le referendum. Donc il y aura moins de bureaucraticie mais aussi plus de rigueur budgetaire, moins d'aides aux personnes en difficultées, et toujours plus d'avantages fiscaux aux compannies qui utiliserons les service de la city (qui elle aussi n'aura plus la bureacratie de Bruxelle).

Alors c'est sur, certains britanniques s'en sortirons bien. Au pire il peuvent toujours s'installer a Monaco si les choses tournent mal.
Avatar de cdusart cdusart - Membre actif https://www.developpez.com
le 25/10/2018 à 15:36
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Au final, c'est l'inverse qui se produit.
C'est toujours marrant de voir des gens être en mesure de rendre une analyse et conclusion sur des faits hypothétique et non encore réalisés.
Avatar de Ecthelion2 Ecthelion2 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 25/10/2018 à 16:49
Citation Envoyé par cdusart Voir le message
C'est toujours marrant de voir des gens être en mesure de rendre une analyse et conclusion sur des faits hypothétique et non encore réalisés.

Surtout quand cette personne reproche exactement cela au camp adverse. ^^

Qu'on reste ou non dans l'UE, on ne sait pas si cela ira mieux ou pire dans les deux cas. Les deux camps font leur propagande, un en jouant sur la peur de la catastrophe, l'autre sur la promesse de jours meilleurs, mais seul la méthode change, le mensonge est de même niveau.

N'importe quelle personne qui affirme sans sourciller, que sortir réglera tout ou au contraire, que sortir sera une catastrophe insurmontable, est un charlatan (ou mme Irma).
Avatar de laerne laerne - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 25/10/2018 à 19:41
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Alors que quelque part tant mieux si le Royaume Uni se casse la gueule, comme ça l'UE pourra être contente et dire "Ahahahaha je vous avais prévenu ! Que ça serve de leçon à tous ceux qui songent à quitter l'UE. ".
Belle mentalité. Mais ça fait ***** l'Europe aussi. Il va y avoir disruption des lignes qui va blesser des états membre. Les RU ne lui paiera pas ce qu'elle a promis. Et l'Irlande va faire la gueule.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Wait & See, qu'on attende 2027 pour commencer à étudier les premières conséquences du Brexit.
Pour avoir une vue d'ensemble des conséquences et de leur importances. Parce que les premières conséquences ont déjà eu lieu : migration des business vers l'UE, forte réduction des étudiants étrangers dans les unif anglaises, manque de main d'œuvre encore plus accru pour les infirmières…

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Faire partie de l'UE ce n'est pas une sinécure non plus...
Quitter l'UE c'est peut être handicapant sous certains aspects, mais rester dans l'UE également.
On parle pas de quitter l'UE, mais de comment la quitter. Et là, un crash du jour au lendemain, ça va faire du beau dégât. Une telle extraction aurait demandé de la préparation et une approche progressive pour se détacher petit à petit de l'UE.
Avatar de BenoitM BenoitM - Membre expert https://www.developpez.com
le 25/10/2018 à 22:52
Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Surtout quand cette personne reproche exactement cela au camp adverse. ^^

Qu'on reste ou non dans l'UE, on ne sait pas si cela ira mieux ou pire dans les deux cas. Les deux camps font leur propagande, un en jouant sur la peur de la catastrophe, l'autre sur la promesse de jours meilleurs, mais seul la méthode change, le mensonge est de même niveau.

N'importe quelle personne qui affirme sans sourciller, que sortir réglera tout ou au contraire, que sortir sera une catastrophe insurmontable, est un charlatan (ou mme Irma).
Vu le temps qu'ils mettent pour négocier je ne pense pas que ca se fasse sans conséquences
Après je n'ai jamais penser que se serait une catastrophe mais une perte pour le RU.

De plus le but est quand même d'avoir des avantages. En général si je fais une action c'est pour avoir un bénéfice pas que ca reste simplement la même chose
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/10/2018 à 8:49
Citation Envoyé par laerne Voir le message
Belle mentalité.
Quelque part l'Angleterre est l'ennemi de la France.
Si ça va mal là-bas je vais pas être triste pour eux...

Après ça fait chier parce que la France va payer encore plus chère...

Citation Envoyé par laerne Voir le message
Mais ça fait ***** l'Europe aussi.
De toute façon l'UE est déjà ******.
Un peu plus ou un peu moins...
Avec un peu de chance ça accélérera sa chute.

Vivement qu'on passe à l'après UE

Citation Envoyé par laerne Voir le message
Parce que les premières conséquences ont déjà eu lieu
Les conséquences du Brexit ne peuvent pas avoir eu lieu puisque le Brexit lui-même n'a pas eu lieu.
À la limite on peut parler des conséquences de l'annonce du Brexit.

Une fois sortie de l'UE, le Royaume Uni va peut être créé des lois qui vont faire revenir les entreprises.

Citation Envoyé par laerne Voir le message
On parle pas de quitter l'UE, mais de comment la quitter.
Le Royaume Uni a eu 2 ans pour se préparer.
L'UE n'a pas été très collaborative.

On verra bien ce qui va ce passer à partir d'avril 2019.
Sur le long terme quitter l'UE est la bonne solution.
Peut être qu'au début ça va être difficile, mais assez vite le Royaume Uni sera content d'en être sortie.
Avatar de Danfre Danfre - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 26/10/2018 à 10:01
Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
Vu le temps qu'ils mettent pour négocier je ne pense pas que ca se fasse sans conséquences
Après je n'ai jamais penser que se serait une catastrophe mais une perte pour le RU.

De plus le but est quand même d'avoir des avantages. En général si je fais une action c'est pour avoir un bénéfice pas que ca reste simplement la même chose
Difficile de dire comment ça va finir, si ça se termine un jour : le Royaume Uni n'avait qu'un pied dans l'UE depuis le départ, maintenant ils sont partis pour avoir un pied dehors pendant les années (?) qu'il faudra pour régler totalement la question. Donc peut être que cela ne changera pas grand chose au final pour un domaine comme l'IT.

Mais le Brexit fera date dans la catégorie des accidents industriels de l'UE. Entre un référendum décidé sur un coup de tête pour des petites raisons de politique intérieure, la vague d'infox des anti-européens, les petits revirements des uns et des autres. Un vrai cirque.

On ne peut pas remettre en cause le droit des peuples de choisir où ils veulent aller, dommage qu'ils l'aient fait pour de mauvaises raisons. Et ils vont devoir l'assumer à la place des artisans du Brexit : Cameron, Boris Johnson, et l'ex tête de liste de l'UKIP qui ont tous filé et laissent les autres gérer leur m****.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 26/10/2018 à 10:18
Citation Envoyé par Danfre Voir le message
maintenant ils sont partis
Si tout va bien ils partent en fin mars.
Ils sont encore là.
Tout peut encore être annulé, on ne sait jamais...

Citation Envoyé par Danfre Voir le message
Mais le Brexit fera date dans la catégorie des accidents industriels de l'UE.
Ne vous prononcez pas trop vite il est impossible de savoir avec certitude ce qui va ce passer.
On ne sait pas ce que sera la situation un mois après le Brexit, 1 ans après le Brexit, 10 ans le Brexit ?
Pour l'instant on est encore à 5 mois avant le Brexit.

Pour les britanniques le Brexit c'est partir en canot de sauvetage avant que le bateau ne se tape un iceberg.

Citation Envoyé par Danfre Voir le message
Entre un référendum décidé sur un coup de tête
Le référendum était une promesse de campagne de David Cameron :
« Brexit » : comment Cameron s’est laissé prendre à son propre piège

Il était convaincu que le Brexit allait perdre, c'était facile à tenir comme promesse, le danger était ultra faible.

Citation Envoyé par Danfre Voir le message
Et ils vont devoir l'assumer à la place des artisans du Brexit : Cameron, Boris Johnson, et l'ex tête de liste de l'UKIP qui ont tous filé et laissent les autres gérer leur m****.
Cameron était à fond pour le REMAIN !!!!
Il n'a jamais été le LEAVE.

Les types comme Nigel Farage se sont battus pendant peut être 15 ans pour que le Brexit ait lieu.
Ils ont prévenu "Notre objectif politique c'est de mettre en place le Brexit, une fois qu'il sera voté on quittera la politique pour trouver un vrai job".
Au début tout le monde les prenait pour des cons, au final ils ont gagné.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil