Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les géants de la tech s'inquiètent d'un Brexit sans accord
Et de ses conséquences sur l'emploi IT, l'investissement et le partage de données

Le , par Michael Guilloux

343PARTAGES

16  0 
Après avoir longuement nourri le projet, les Britanniques ont voté en juin 2016 pour leur sortie de l’Union européenne. Ce choix a été décrié par les entreprises technologiques basées au Royaume-Uni, dont près de 90 % étaient contre Brexit, d'après Tech London Advocates, une coalition de leaders, experts et investisseurs du secteur de la technologie. C'est également le groupe indépendant du secteur privé le plus influent de Londres.

Les firmes technologiques craignent en effet d'être vivement touchées par ce divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne de différentes manières. L'on s'attend à ce que la sortie du Royaume-Uni laisse une incertitude sur l’évolution des règlements au sein de l’Union européenne, notamment en ce qui concerne les accords sur les échanges transfrontaliers des données, la réglementation des technologies au sein de l’UE, entre autres. De manière générale, on pourrait assister à une réglementation fragmentée qui ne serait probablement pas favorable au développement des entreprises de technologie au Royaume-Uni.

Côté emplois IT, les entreprises britanniques de la technologie et les entreprises technologiques étrangères avec des bureaux au Royaume-Uni ont exprimé une inquiétude selon laquelle Brexit va fondamentalement nuire à la capacité de l'industrie à recruter des travailleurs hautement qualifiés. Une bonne partie de ces derniers vient des autres pays de l’Europe. Ainsi, sans un accord qui permet aux travailleurs de se déplacer librement entre les pays, les entreprises britanniques pourraient être confrontées à une pénurie de travailleurs qualifiés.

Cette dernière crainte pourrait devenir une réalité, car l'année dernière, au moment des discussions sur l'immigration post-Brexit au sein du gouvernement britannique, le Premier ministre a annoncé que la libre circulation des ressortissants européens sur le sol britannique prendra fin lorsque le Royaume-Uni quittera officiellement l’Union européenne, c’est-à-dire à la fin du mois de mars 2019. « La libre circulation se terminera en mars 2019... Ce serait une erreur de [...] suggérer que la libre circulation puisse rester dans son état actuel », avait déclaré le porte-parole de Theresa May.

Brexit pourrait encore rendre plus difficile pour les startups britanniques de trouver des financements. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles l’industrie britannique de la technologie a exprimé son désaccord avec ce mouvement. Microsoft avait d’ailleurs averti que Brexit allait décourager les investissements au Royaume-Uni. Une enquête a également montré que 40 % des entreprises britanniques de jeux vidéo envisagent de délocaliser une partie ou toutes leurs activités.


Face à tout ce qui se profile à l'horizon post-Brexit, les géants du numérique ont de quoi s'inquiéter d'un Brexit sans accord convenable. Les directeurs des filiales britanniques de Microsoft, Facebook et Google ont donc rencontré mercredi à Londres des membres du gouvernement afin d’obtenir des garanties sur l’impact qu'aurait un Brexit sans accord sur les emplois et l'investissement.

Selon le Telegraph, les dirigeants ont fait part lors de cette réunion de leurs inquiétudes sur les conséquences que pourrait avoir un divorce sans accord entre le Royaume-Uni et l'UE sur les visas de leurs employés, la réglementation en matière de partage de données, ainsi que sur la recherche et l'éducation au Royaume-Uni.

Le responsable britannique de Google aurait notamment interrogé les ministres sur l’impact potentiel du Brexit sur les lois relatives au transfert de données. Comme nous le savons, les activités publicitaires de Google reposent largement sur la conservation des données des utilisateurs, et le Brexit obligera le gouvernement à conclure un nouvel accord de partage de données avec l'UE. Les entreprises de la tech ont également évoqué le Privacy Shield, l'accord de transfert de données entre les USA et l'Union européenne, et ont interrogé les membres du gouvernement sur le projet voire l'avancement de négociations similaires entre le Royaume-Uni et les USA.

À propos de l'immigration qui était un sujet capital de la réunion, les géants de la technologie ont aussi exprimé leur volonté d'être toujours en mesure de recruter du personnel de l’UE après le Brexit. En somme, ils craignent que la séparation entre le Royaume-Uni et l'UE ne se fassent pas en de bons termes, c'est-à-dire sans accord. Les membres du gouvernement britannique n'excluent pas cette possibilité, mais ils ont affirmé que c'était peu probable.

Sources : Reuters, The Telegraph

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Cambridge Analytica aurait fait du profilage de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour influer sur les élections US et le vote du Brexit
Brexit : le gouvernement britannique demande un accord UE-UK sur l'échange et la protection des données personnelles, avant sa sortie de l'Union
Brexit : les ressortissants de l'UE ne pourront plus circuler librement sur le sol britannique après mars 2019, quelles conséquences sur l'emploi IT ?
Brexit : Apple va augmenter de 25 % les prix des applications au Royaume-Uni, suite à la dépréciation de la livre sterling
Brexit : quelles conséquences sur le secteur de l'IT ? Confidentialité et échange de données, réglementation des technologies et emploi

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/07/2019 à 9:56
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il faut bien se faire élire...
Donc tu valides le fait de mentir pour se faire élire, du moment que cela va dans ton sens ? Pourquoi tu ne le traite pas d'escroc et de pourri lui ?

Après si tu promets des trucs que tu ne pourras pas tenir juste pour être élu, faut pas s'étonner derrière que cela ne se fasse pas.

Et surtout du coup, cela ne fait pas des autres des "traîtres". Les députés qui sont contre le Brexit, ils assument leur position, et font leur truc. Un traître aurait été un mec qui aurait été pour le Brexit, et qui finalement voterait contre, bref quelqu'un qui aurait retourné sa veste.

Mais un mec anti-Brexit, si il doit y avoir un Brexit, bien sûr qu'il va essayer de négocier l'accord le plus favorable possible pour le R-U (quitte à partir, autant le faire avec le plus d'avantages possibles), ce n'est pas un traître, bien au contraire, il pense plus à l'avenir de son pays que les gogo qui veulent partir sans accord juste histoire de sortir, peu importe les conséquences. Surtout qu'un député pro-UE, a du être élu par des citoyens pro-UE, pas par des pro-Brexit, donc il ne trahit pas les pro-Brexit, il ne leur doit rien...

Si demain je fais un référendum pour savoir si les français aimerait que l'Etat leur verse 1 million d'euros, ils vont voter oui. Si je promets 1 million d'euros à tous les français si je suis élu, si une fois élu, je ne peux tenir ma promesse (car complètement irréaliste et impossible financièrement, cela serait un gouffre économique pour le pays), si les mecs à l'Assemblée et au Sénat votent contre, ce ne sont pas des "traîtres" qui auront "trahi" le choix du peuple français fait par référendum, bien au contraire...

Je te rappelle que les députés, sont élus par une partie du peuple pour représenter les idées de ceux qui ont voté pour lui, pas pour faire plaisir à tout le peuple. Si ils font le contraire des idées qu'ils défendent pour se faire élire, la oui ce sont des traîtres, mais seulement envers ceux qui ont voté pour eux. En dehors de ça, il est normal que chaque députés défendent sa paroisse même si il est minoritaire au niveau du peuple, sinon cela ne sert à rien d'avoir des partis avec des programmes différents.

D'ailleurs ce n'est pas spécifique au Brexit, ni même aux députés du R-U, en France par exemple, c'est pareil pour n'importe quel sujet, si un parti de gauche propose une loi, même si cela va dans l'intérêt de la majorité des français, les partis de droite vont en général majoritairement voter contre et pareil dans l'autre sens, car ils ne partagent pas la même vision des choses, et ont tous été élus pour défendre leur vision des choses, pas voter l'inverse...

C'est pour ça que les partis qui ne sont pas majoritaire de base, font des alliances pour faire passer leurs lois, sinon jamais rien ne passerait à moins d'avoir un parti élu avec plus de 50% des députés.
10  1 
Avatar de cdusart
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/10/2018 à 15:36
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Au final, c'est l'inverse qui se produit.
C'est toujours marrant de voir des gens être en mesure de rendre une analyse et conclusion sur des faits hypothétique et non encore réalisés.
9  1 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/01/2019 à 9:47
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Par ailleurs, ça ne tient qu'à l'UE de privilégier les besoins des utilisateurs, par exemple en autorisant l'usage des domaines au moins pour un tel usage de redirection pendant une période de transition, par exemple deux ans. Après, c'est sûr que s'ils préfèrent se la jouer enfant gâté et couper les ponts dès la sortie pour se venger du Brexit... ça ne donne que plus de raison d'en sortir. J'aime pas l'idée d'être dirigé par des gamins, perso.
Ou cela ne tenait qu'aux Brexiter de réfléchir à toutes les implications de leur décision.

Je suis désolé, mais jusqu'à maintenant, l'UE est très loin de se la jouer enfant gâté et de couper les ponts directement, suffit de regarder le fait qu'ils sont prêts à laisser plus de temps car les accords de sortis ne seront jamais prêts pour mars, alors qu'effectivement, accords ou pas, en mars, l'UE aurait pu dire "Bah tant pis pour vous, fallait y penser avant".

Ce n'est pas à l'UE de gérer les besoins utilisateurs d'un pays qui n'en fera plus parti... C'est au pays qui veut son indépendance de réfléchir aux conséquences de sa décision, et d'anticiper toutes les démarches à faire. Le Brexit n'a pas été voté la semaine dernière, les entreprises et autres concernés par ce problème n'avaient qu'à pas attendre le mois avant la sortie effective pour se réveiller...

Pour moi, c'est exactement du même niveau que les entreprises qui ont demandé plus de temps pour mettre en place le RGPD en s'y prenant 15 jours avant, alors que cela faisait déjà 2 ans qu'on savait de quoi il en retournait et ce qu'il fallait faire.
11  3 
Avatar de Charvalos
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/01/2019 à 11:24
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Rester dans l'UE ce n'est pas un sinécure non plus...
Un jour il faudra détruire l'UE.

Sinon ouais c'est le bordel le Brexit, en même temps Theresa May à la base elle soutenait le STAY et pas le LEAVE, donc c'était peut-être pas la meilleure pour la situation.
En plus l'UE fait tout pour que ça ce passe mal, parce que si le Royaume-Uni sort tranquillement et que tout ce passe bien, ça va donner des idées aux autres.
L'UE doit faire peur à tout le monde pour que d'autres n'essaient pas se libérer.

J’espère que le Brexit aura lieu, ce serait quand même dommage de tout abandonner et de revenir en arrière.
Normalement dans 2 mois c'est bon.
Heu... LOL ?

En ce moment, c'est les Britanniques qui foutent le bordel à vouloir renégocier. Pour le coup, l'UE n'a rien à se reprocher...
8  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 17:43
@pmithrandir

j'aime ton langage diplomatique, on y retrouve dedans tout le flegme et l'humour so british
Si au moins, il en avait, ça serait tellement savoureux de voir tous ces journaleux essayer de rapporter les propos de l'autre pingouin.

Un peu comme Drucker avec Whitney Houston et la fameuse tirade de Gainsbourg qui a été finalement traduite en direct par : "il vous dit qu'il vous trouve très jolie" Quel moment !!!
8  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/10/2019 à 14:48
Si je comprends bien le graphique de Ryu2000, plus on est vieux, plus on dit ce qu'on pense (moins d'absention), mais plus on dit de la merde (on vote Brexit).
9  1 
Avatar de Fleur en plastique
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 18/10/2019 à 17:47
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Quand deux trolls discutent ensemble, c'est alors que l'on perçoit le clownesque de l'argumentation.
De la part du troisième troll de la discussion, cette remarque n'est pas piquée des vers.

Que mon argumentation et ma tendance à exagérer les faits ne te convienne pas c'est une chose. Néanmoins, j'exagère (à peine) les faits non pas pour provoquer gratuitement, mais bien pour faire comprendre que c'est ce qui va se passer. Peut-être pas de manière aussi grave que je la présente, mais vous verrez, c'est ce qui va se passer. Le Brexit va se produire, M. Boris va sentir ses chevilles enfler, faire la fête toute la nuit, mais quelle gueule de bois il aura le lendemain. Et par le lendemain, je ne parle pas du 1er novembre, mais de tout ce qui finira par se passer dans les prochains mois et années.

Non pas que l'union européenne soit une panacée, loin de là même, mais la Grande Bretagne n'était pas le meilleur candidat pour une sortie, à la fois parce qu'ils avaient une position privilégiée (ils payaient moins tout en ayant autant d'avantages, tout en se passant de certaines contraintes comme l'euro), et de part leur situation particulière (velléités d'indépendance de l'écosse, et surtout l'Irlande du Nord) qui fait qu'une sortie de l'UE va provoquer des conflits internes qui ne se seraient pas produits autrement.
10  2 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2019 à 10:19
Citation Envoyé par bombseb Voir le message
Il y en a plein qui pensent comme lui, moi y compris
Ce n'est pas le problème. Chacun a son avis sur la question, plus ou moins nuancé, d'ailleurs. Non, le problème est que Ryu nous le ressasse à longueur de post, dès qu'une info tombe ayant un rapport avec le brexit. Et quand je dis, à chaque fois, je veux dire qu'il nous le ressasse 1000 fois pour chaque annonce...
9  1 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 11/12/2018 à 12:37
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Vivement qu'on soit en avril 2019, c'est pénible tous ces articles qui disent que c'est possible d'annuler le Brexit...
Toi qui l'ouvre à tout vas sur n'importe quel sujet pour étaler tes théories (pour parfois faire des hors sujets complets) tu veux empêcher des auteurs d'écrire ce que bon leur semble ? C'est vraiment l'hôpital qui se fout de la charité !
8  1 
Avatar de BenoitM
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/01/2019 à 9:00
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
...

Je me demande qui va quitter l'UE après le Royaume-Uni, est-ce que ce sera l'Italie ou l'Allemagne ?
Euh 10 milliards c'est la contribution totale du R-U.
Sur cette somme une partie est retransféré au R-U.
Le R-U est un contributeur net pour 4 milliards. Donc je dirait qu'au pire il manque 5-6 milliards.

Mais le R-U va aussi devoir payer l'UE pour accéder à plein de services. (Marché unique, ESA, Erasmus, coopération policière et judiciaire, ...)

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je me demande qui va quitter l'UE après le Royaume-Uni, est-ce que ce sera l'Italie ou l'Allemagne ?
Vu le bordel que ca fait au RU pour quitter l'UE je ne suis pas sur que ca enchante encore grand monde

Et on est même pas encore sur que le RU va quitter l'UE tellement ils sont nulle part...
7  0