Cambridge Analytica aurait fait du profilage de 50 millions d'utilisateurs de Facebook
Pour influer sur les élections US et le vote du Brexit

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Le quotidien américain New York Times et britannique The Guardian ont publié des informations relatives à une campagne de manipulation orchestrée par l’entreprise Cambridge Analytica, une société spécialisée dans l’analyse de données (data mining). La source, un lanceur d’alerte canadien répondant au nom de Christopher Wylie, a été employé au sein de cette entreprise qui est suspectée d’avoir exploité les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu.

Ces données auraient permis d’effectuer un profilage des électeurs potentiels dans le cadre de la campagne victorieuse de Donald Trump outre-Atlantique, mais aussi du « Oui » au Brexit.

Sur le New York Times, nous pouvons lire :

« L'entreprise avait obtenu un investissement de 15 millions de dollars de Robert Mercer, le riche donateur républicain, et courtisé son conseiller politique, Stephen K. Bannon, avec la promesse d'outils qui pourraient identifier les personnalités des électeurs américains et influencer leur comportement. Mais il n'avait pas les données pour faire fonctionner ses nouveaux produits.

« Ainsi, l'entreprise a recueilli des informations privées des profils Facebook de plus de 50 millions d'utilisateurs sans leur autorisation, selon d'anciens employés, associés et documents de Cambridge, ce qui en fait l'une des plus importantes fuites de données dans l'histoire du réseau social. La violation a permis à l'entreprise d'exploiter l'activité privée des médias sociaux d'un large éventail de l'électorat américain, en développant des techniques qui ont étayé son travail sur la campagne du président Trump en 2016.

« Un examen du New York Times et de The Observer de Londres révèle comment la volonté de Cambridge Analytica de mettre sur le marché une nouvelle arme potentiellement puissante a entraîné sa mise en examen – ainsi que celle des riches investisseurs conservateurs cherchant à remodeler la politique – par des enquêteurs et des législateurs des deux côtés de l’Atlantique. »

Comment Cambridge Analytica a-t-elle obtenu des données Facebook sur quelque 50 millions de personnes ?

Il faut d’abord savoir que Cambridge a payé pour acquérir les renseignements personnels par l'intermédiaire d'un chercheur externe, le Dr Aleksandr Kogan qui, selon Facebook, prétendait les recueillir à des fins académiques. Il ne s’agit donc pas d’une violation du système de Facebook.

Ceci étant dit, rappelons que Facebook offre un certain nombre d'outils technologiques pour les développeurs de logiciels, et l'un des plus populaires est Facebook Login, qui permet aux gens de simplement se connecter à un site Web ou une application en utilisant leur compte Facebook au lieu d’enregistrer de nouvelles informations. Vous verrez probablement le même système avec d’autres services populaires comme celui de Google.

Les gens s’en servent probablement parce que c'est facile (en deux clics, ils peuvent créer leur compte) et élimine le besoin de se souvenir d'une nouvelle combinaison pseudo/MdP.

Seulement voilà : lorsque les utilisateurs utilisent Facebook Login, ils accordent au développeur de l'application une série d'informations provenant de leur profil Facebook, telles que leur nom, leur emplacement, leur adresse e-mail ou leur liste d'amis. C'est ce qui est arrivé en 2015, quand un professeur de l'Université de Cambridge nommé Dr Aleksandr Kogan a créé une application appelée « thisisyourdigitallife » qui utilisait cette fonctionnalité de connexion de Facebook. Quelque 270 000 personnes ont utilisé Facebook Login pour créer des comptes et ont ainsi choisi de partager leurs données personnelles avec Kogan.


Christopher Wylie

En 2015, cependant, Facebook a également permis aux développeurs de recueillir des informations sur les réseaux d'amis de personnes qui ont utilisé Facebook Login. Cela signifie que même si un seul utilisateur a accepté de remettre ses données, les développeurs peuvent également accéder à certaines données sur leurs amis. Précisons que depuis, Facebook a mis à jour ses conditions de service pour que cela ne soit plus possible, du moins pas au même niveau de détail.

Grâce à ces 270 000 personnes qui ont opté, Kogan a pu accéder aux données de quelque 50 millions d'utilisateurs de Facebook, selon le Times. Cette collecte de données aurait pu inclure des informations sur l'emplacement et les centres d'intérêt des utilisateurs, ainsi que des informations plus détaillées, telles que des photos, des mises à jour d'état et des enregistrements.

Le Times a constaté que les données de Cambridge Analytica « d’environ 30 millions de [personnes] contenaient suffisamment d'informations, y compris les lieux de résidence, que l'entreprise pourrait faire correspondre les utilisateurs à d'autres enregistrements et construire des profils psychographiques. »

Les choses sont devenues problématiques lorsque Kogan a partagé ces données avec Cambridge Analytica. Facebook soutient que cela va à l'encontre des conditions d'utilisation de l'entreprise. Conformément à ces règles, les développeurs ne sont pas autorisés à « transférer les données que vous avez reçues de nous (y compris les données anonymes, agrégées ou dérivées) vers tout réseau publicitaire, courtier de données ou autre service de publicité ou de monétisation. »


Robert Mercer, qui a investi 15 millions de $ dans Cambridge Analytica, où sa fille Rebekah fait partie du comité de direction

Dès 2015, Facebook avait découvert les pratiques du professeur et exigé « des certifications d’Alexandr Kogan et de toutes les parties auxquelles il avait transmis des données que celles-ci avaient été détruites. »

Après les avoir obtenues, Facebook estime maintenant avoir de bonnes raisons de penser que les données n’avaient finalement pas été effacées.

De ce fait, la société de Mark Zuckerberg annonce avoir exclu de Facebook le professeur Kogan et Cambridge Analytica. À ce titre, ils ne peuvent plus gérer les pages Facebook de leurs clients et acheter d’espaces publicitaires : « Nous avons suspendu Cambridge Analytica de notre plateforme pour une violation claire de nos politiques. Ils ne peuvent pas acheter d’annonces ni administrer les pages de leurs clients. »

Le compte Facebook de Christopher Wylie a également été suspendu. Selon Tamsin Allen, son avocat, la numéro un des réseaux sociaux aurait tout d’abord collaboré avec celui-ci avant de le bannir de Facebook publiquement après publication des deux articles.

En Grande-Bretagne, Cambridge Analytica est confrontée à des enquêtes croisées du Parlement et des régulateurs du gouvernement sur des allégations selon lesquelles elle aurait effectué un travail illégal sur la campagne « Brexit ». Le pays a des lois strictes sur la vie privée, et sa commissaire à l'information a annoncé samedi qu'elle cherchait à savoir si les données de Facebook avaient été « illégalement acquises et utilisées ».

Aux États-Unis, les enquêteurs du Congrès ont interrogé Alexander Nix, le directeur général de Cambridge Analytica,sur le rôle de l'entreprise dans la campagne Trump. Et le conseiller spécial du département de la Justice, Robert S. Mueller III, a demandé les courriels des employés de Cambridge Analytica qui ont travaillé pour l'équipe Trump dans le cadre de son enquête sur l'ingérence russe dans les élections.

Le quotidien américain indique que « Bien que la substance de l'intérêt de Mueller soit un secret bien gardé, les documents consultés par The Times indiquent que la filiale britannique du cabinet prétend avoir travaillé en Russie et en Ukraine. Et le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a révélé en octobre que Nix l'avait contacté pendant la campagne dans l'espoir d'obtenir des informations confidentielles. »

Source : NYT, The Guardian

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Les réseaux sociaux peuvent-ils, selon vous, contribuer à faciliter le profilage d'internautes et donc la manipulation de masse ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 19/03/2018 à 18:33
Je ne sais pas précisément si les réseaux sociaux peuvent servir à la manipulation de masse mais en tout cas ils nous enferment dans un écosystème, ça c'est certain, qui peut mener à la manipulation.

En attendant,...moins 7% à la cotation, ça manipule les finances.
Avatar de sergio_is_back sergio_is_back - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 19/03/2018 à 22:14
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Je ne sais pas précisément si les réseaux sociaux peuvent servir à la manipulation de masse mais en tout cas ils nous enferment dans un écosystème, ça c'est certain, qui peut mener à la manipulation.

En attendant,...moins 7% à la cotation, ça manipule les finances.
Je sais toujours pas à quoi sert Facebook (à titre perso) mais au moins je sais à quoi il peut servir...
Avatar de ztor1 ztor1 - Membre actif https://www.developpez.com
le 20/03/2018 à 16:28
Bonjour,

Des dark post
Qui devraient être normalement interdis fin 2018 sur FB.

C'est toujours utilisés sous cette for et d'autres et cela à mon avis continuera encore longtemps ... Sous un autre nom

@+
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 20/03/2018 à 22:33
Après le congrès, c'est au tour de la FTC de lancer une enquête sur Facebook,
sur l'utilisation des données de millions d'utilisateurs sans leur consentement

Nous vous rapportions que le quotidien américain New York Times et britannique The Guardian ont publié des informations relatives à une campagne de manipulation orchestrée par l’entreprise Cambridge Analytica, une société spécialisée dans l’analyse de données (data mining). La source, un lanceur d’alerte canadien répondant au nom de Christopher Wylie a été employé au sein de cette entreprise qui est suspectée d’avoir exploité les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu.

Ces données auraient permis d’effectuer un profilage des électeurs potentiels dans le cadre de la campagne victorieuse de Donald Trump outre-Atlantique, mais aussi du « Oui » au Brexit.

Le New York Times a alors expliqué que :

« L'entreprise avait obtenu un investissement de 15 millions de dollars de Robert Mercer, le riche donateur républicain, et courtisé son conseiller politique, Stephen K. Bannon, avec la promesse d'outils qui pourraient identifier la personnalité des électeurs américains et influencer leur comportement. Mais il n'avait pas les données pour faire fonctionner ces nouveaux produits.

« Ainsi, l'entreprise a recueilli des informations privées des profils Facebook de plus de 50 millions d'utilisateurs sans leur autorisation, selon d'anciens employés, associés et documents de Cambridge, ce qui en fait l'une des plus importantes fuites de données dans l'histoire du réseau social. La violation a permis à l'entreprise d'exploiter l'activité privée des médias sociaux d'un large éventail de l'électorat américain, en développant des techniques qui ont étayé son travail sur la campagne du président Trump en 2016. »

Si ce scandale a déjà donné lieu à des enquêtes sur les deux territoires, selon des sources, la Federal Trade Commission des États-Unis va entrer dans la partie. En effet, l’autorité va chercher à déterminer si Facebook a violé les termes d'un décret de consentement de 2011 concernant la transmission de données personnelles qui ont été transférées à Cambridge Analytica à l'insu des utilisateurs.


Selon les termes du règlement de 2011, Facebook a accepté d'obtenir le consentement de l'utilisateur avant d’effectuer certains changements dans les paramètres de confidentialité. Pour situer dans le contexte, Facebook avait été accusé d’avoir trompé ses utilisateurs en les forçant à partager plus d’informations personnelles qu’ils ne le voulaient. Cette plainte est survenue après que l'entreprise a modifié certains paramètres utilisateur sans en informer ses utilisateurs, selon une déclaration de la FTC à ce moment-là.

La FTC est la principale agence des États-Unis chargée de faire respecter l'adhésion des entreprises à leurs propres politiques de confidentialité et pourrait imposer des amendes de l’ordre des millions de dollars à l'entreprise si elle découvre que Facebook a enfreint un décret de consentement de 2011.

« La FTC devrait examiner attentivement cette situation afin de déterminer s'il y a une infraction au décret », a déclaré dans un communiqué Gene Kimmelman, un ancien avocat en chef de la division antitrust du ministère de la Justice. « La FTC devrait utiliser toute son énergie pour empêcher que cela ne se reproduise. »

« La FTC prend au sérieux les allégations selon lesquelles les données de millions de personnes ont été utilisées sans autorisation appropriée », a déclaré mardi Terrell McSweeny, de la FTC. Il a ajouté que « ces allégations mettent en évidence les droits limités des Américains sur leurs données. Les consommateurs ont besoin de protections plus fortes pour l'ère numérique, telles que des lois complètes sur la sécurité et la confidentialité des données, la transparence et la responsabilité des courtiers de données, ainsi que des droits sur un contrôle de leurs données. »

Source : Bloomberg
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 21/03/2018 à 12:32
L'un des fondateurs de WhatsApp appelle à quitter Facebook,
suite au scandale lié à la fuite massive de données utilisées pour un profilage

En 2009, Jan Koum et Brian Acton, deux anciens ingénieurs de Yahoo, ont fondé l’entreprise WhatsApp, responsable du développement et de la maintenance de l’application de messagerie du même nom. L’application a connu un tel succès qu’elle n’a pas manqué d’attirer la convoitise de Facebook qui se l’est appropriée en février 2014 pour un montant de 19 milliards de dollars dont une grande partie a été versée sous forme d’actions Facebook et une autre payée en cash. L'accord prévoyait le versement de la somme de 3 milliards de dollars en actions sous réserve du bouclage du rachat. Cette dernière somme a été versée aux fondateurs et salariés de l'application de messagerie.

Petite parenthèse, après une dizaine d’années chez Apple et Yahoo, Brian Acton recherchait du travail et s’est vu fermer les portes de Twitter (mai 2009) et Facebook (août 2009). Mais il ne s’est pas découragé pour autant et a parlé de ces refus dans des tweets comme des motivations pour avancer dans la vie. Belle ironie de la vie lorsque Facebook vient vers lui pour lui racheter son application.


La popularité de WhatsApp n’a eu de cesse de croître, en 2016, l’application était utilisée par un milliard de personnes dans le monde chaque mois. En juillet 2017, elle a annoncé qu’elle était utilisée par un milliard de personnes dans le monde… chaque jour.

Mais Brian Acton semble ne pas avoir apprécié l’évolution de ce mariage entre Facebook et WhatsApp. C’est en tout cas ce que suggèrent certaines de ces actions. Par exemple, il a quitté WhatsApp l’année dernière et a décidé de financer une fondation pour démocratiser l’utilisation de Signal qu’il a financé à hauteur de 50 millions de dollars.

Pour rappel, Signal est l’application de messagerie chiffrée qui a contribué à démocratiser le chiffrement de bout en bout. Aux côtés de Moxie Marlinspike, fondateur de Signal, Acton a affiché sa détermination à mener à bien sa mission : « Je partage avec Moxie une croyance : que la meilleure manière de continuer à assurer la disponibilité de services de communication low-cost et hautement sécurisés comme Signal est de le faire à travers une structure de fondation, qui serait loin des limites d'une entreprise qui cherche à faire du profit. » Une petite pique envoyée au passage à Facebook qui a été critiqué par les CNIL européennes suite aux partages de données entre WhatsApp et Facebook au nom de l’amélioration des publicités ciblées et donc du profit.

Cette fois-ci, après les révélations d’un dénonciateur qui a fait savoir que les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook ont été utilisées pour faire un profilage dans le but de les influencer durant la campagne présidentielle américaine, mais également dans le vote du Brexit, Acton est plus direct : « il est temps. #deletefacebook », peut-on lire sur un tweet qui a le mérite d’être précis et concis.


Il est donc temps pour lui de supprimer Facebook. Il joint sa voix aux centaines d'autres personnes annonçant leur intention de ne plus utiliser le réseau social, suite au scandale de Cambridge Analytica.

L’ingénieur est devenu milliardaire grâce à la vente de WhatsApp à Facebook et son patrimoine s’élève à 5,5 milliards de dollars en mars 2018 d’après le magazine américain Forbes.


Source : blog WhatsApp, Forbes, Twitter

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

Voir aussi :

L'application de messagerie Signal lance une fondation qui reçoit un don de l'un des cofondateurs de WhatsApp à hauteur de 50 millions de dollars
Avatar de Thorna Thorna - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 21/03/2018 à 15:09
whatsapp, cette appli qu'on ne peut installer qu'en lui donnant tous les pouvoirs dans le téléphone, y compris l'accès aux messages, au téléphone, aux photos etc. ?
Y'a pas une histoire avec l'hôpital et la charité ?
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/03/2018 à 15:50
pas sur android 6.0
Avatar de - https://www.developpez.com
le 21/03/2018 à 15:55
Citation Envoyé par Thorna Voir le message
whatsapp, cette appli qu'on ne peut installer qu'en lui donnant tous les pouvoirs dans le téléphone, y compris l'accès aux messages, au téléphone, aux photos etc. ?
Y'a pas une histoire avec l'hôpital et la charité ?
Bah c'est assez logique... WhatsApp te permet de téléphoner, de prendre des photos à envoyer à tes contacts ou groupes, etc... Donc rien d'étonnant dans le nombre de droits réclamés...
Pour l'accès au SMS, il teste ton numéro en envoyant un SMS qui est automatiquement analysé et confirmé, voilà pourquoi ils ont besoin de ce droit également...
Avatar de Zirak Zirak - Inactif https://www.developpez.com
le 21/03/2018 à 16:06
Moi ce qui me fait marrer, c'est qu'il appelle à quitter Facebook, alors que Facebook n'y est pour pas grand chose dans cette histoire.

Je veux bien qu'il y a moult choses à dire sur cette entreprise, mais pour le coup, c'est Aleksandr Kogan qui a menti à Facebook en prétendant faire ça pour des recherches, et qui revendu les données à Cambridge Analytica, qui après, a fait son business avec celles-ci.

Pourquoi tout le monde tape sur FB, mais pas sur Aleksandr Kogan ou Cambridge Analytica ?

Ah oui, car les deux autres, personnes les connait, du coup on peut pas faire du buzz avec...
Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 21/03/2018 à 17:34
Partiellement raison Zirak. Le grand défaut de FB réside dans le fait qu'à partir de 270 000 données d'utilisateurs, il y ait pu avoir accès à 50 000 000 de personnes. Pour cette raison le CSO ( ou RSSI ) rue dans les brancards de FB. Mais également la cause de toutes ces enquêtes et demande de la FTC et de l'Europe ainsi que le Royaume-Uni car il s'agit de violations de la loi RGPD et d'un accord avec la FTC sur la protection des données utilisateurs. Les britanniques sont extrêmement stricts sur tout ce qui touche à la vie privée. Au moins autant que les allemands.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil