USA : cette année chez Google, le nombre de travailleurs indépendants a dépassé le nombre des employés,
Pour la première fois dans son histoire

Le , par Stéphane le calme

143PARTAGES

13  0 
Au fur et à mesure que l’économie de marché se développe, le rapport entre les employés contractuels (ou travailleurs indépendants, qui ne sont donc pas considérés comme des employés permanents) et les employés réguliers dans les entreprises américaines évolue. Google, Facebook, Amazon, Uber et d’autres grandes enseignes de la technologie de la Silicon Valley emploient maintenant des milliers de contractuels pour s’acquitter de nombreuses fonctions, allant de la vente à la rédaction de code, en passant par la gestion d’équipes et le test de produits. Cette année chez Google, les contractuels ont dépassé en nombre les employés réguliers pour la première fois en 20 ans d’existence.

Mais cette tendance à la hausse ne s’observe pas seulement dans la Silicon Valley. Les entreprises publiques américaines cherchent des moyens de réduire les coûts liés aux ressources humaines ou de recruter les compétences en demande sur un marché du travail restreint. Le taux de chômage américain est tombé à 3,7% en septembre, son plus bas niveau depuis 1969, contre 3,9% en août, selon le Bureau of Labor Statistics.

Selon un rapport publié en 2017 par Upwork, une plateforme de freelance, quelque 57,3 millions d'Américains, soit 36% de la population active, sont désormais indépendants. Dans les seuls comtés de San Mateo et de Santa Clara, on estime à environ 39 000 le nombre d'employés sous contrat avec des entreprises de technologie, selon une estimation des chercheurs de l'Université de Californie à Santa Cruz.

Le pourcentage de travailleurs indépendants augmente de plus en plus

Les porte-parole de Facebook et d'Alphabet ont refusé de divulguer le nombre de travailleurs contractuels qu'ils emploient. Un porte-parole d’Alphabet a cité deux raisons principales pour le recrutement de contractuels ou de travailleurs temporaires. L'une des raisons est que l'entreprise n'a pas ou ne souhaite pas développer son expertise dans un domaine particulier, tel que les médecins, les services alimentaires, le support client ou les chauffeurs de navettes. Une autre raison est le besoin de travailleurs temporaires en cas de pic soudain dans la charge de travail ou pour couvrir un employé en congé.


« Au bout du compte, les TVC (travailleurs temporaires, vendeurs et contractuels) constituent une partie importante de la main-d'œuvre, mais ce ne sont pas des employés de Google et ils ne sont pas au courant des mêmes informations confidentielles sur l'entreprise que les Googlers à plein temps », a déclaré le porte-parole.

« Nos vendeurs sont des membres précieux de notre communauté Facebook et nous nous engageons à fournir un environnement de travail sûr et équitable à tous ceux qui aident Facebook à rapprocher le monde », a déclaré Anthony Harrison, directeur des relations avec les médias de Facebook. Les porte-parole d'Amazon et de Netflix n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

La demande est plus élevée pour des postes qui exigeraient de plus gros salaires

Les contractants peuvent contribuer à maintenir les effectifs officiels au minimum et, comme les contractuels ne bénéficient pas des mêmes avantages, tels que les avantages en matière de soins de santé ou le plan 401 (k) (un système d'épargne retraite par capitalisation très largement utilisé aux États-Unis), cela permet aux entreprises d’épargner des millions de dollars qu’ils peuvent alors affecter ailleurs par exemple à l’embauche de talents dans des domaines tels que l’intelligence artificielle. Sur un plan plus large, la tendance à la hausse du nombre de travailleurs contractuels peut être perçue comme un signe supplémentaire d'inégalité croissante, car elle crée une sous-classe de travailleurs qui, de toute évidence, travaillent à plein temps, mais ne retirent aucun des avantages d'un emploi à temps plein.

Selon une étude menée en 2016 par les chercheurs Chris Benner et Kyle Neering à l'Université de Californie à Santa Cruz, le secteur de l'information dans le comté de Santa Clara a quadruplé de taille en 2001 et le secteur de la technologie a créé un nombre étonnamment réduit d'emplois depuis 1990. Au cours des 24 dernières années, l’emploi direct dans les produits de technologie ou les sociétés de services a augmenté de 31%, soit un taux de croissance moyen de 1,1%. Une raison qui peut expliquer au moins partiellement cette observation est la montée en puissance de la sous-traitance.

Une tendance qui évolue avec le temps

Ce ne sont pas seulement les emplois administratifs qui sont touchés. Alors qu'il y a 10 ans, la plupart des travailleurs indépendants occupaient des postes de type administratif, aujourd'hui, les postes hautement qualifiés de « cols blancs » enregistrent la plus forte croissance, indiquent les recruteurs. Les économistes Lawrence Katz et Alan Krueger, dans une étude de 2016, ont révélé que les travailleurs ayant des emplois rémunérés plus élevés sont plus susceptibles de voir leurs services sous-traités que les emplois associés à des salaires moins élevés. Ces modalités alternatives de travail sont de plus en plus courantes chez les travailleurs plus âgés et plus instruits.

« Le marché de l’emploi est extrêmement concurrentiel. Je ne suis pas sûr que c’était le cas avant. Vous pouvez envoyer 100 courriels de demandes d’emploi et n’obtenir que 10 réponses. La demande est bien plus importante que l’offre. En raison de la pénurie, les entreprises sont plus disposées à embaucher à court terme », a déclaré Cheryl Liew, consultante indépendante en recrutement basée dans la Bay Area, qui travaille avec des entreprises en démarrage telles que Instacart.

Dans la Silicon Valley, la concurrence pour recruter les talents en demande est particulièrement féroce. Les grandes enseignes de la technologie, telles que Google, Facebook et Amazon, ont tendance à payer mieux et à aspirer une grande partie des talents, laissant les jeunes entreprises et les petites entreprises dans une impasse.

« Avec un boom de recrutement record, des prix de l'immobilier ahurissants et tant d'entreprises technologiques de premier plan basées dans la Silicon Valley, la concurrence acharnée pour les talents place de nombreuses petites et moyennes entreprises dans une situation très difficile », a déclaré Rich Pearson, vice-président directeur du marketing chez Upwork.

Facteurs de croissance du gig economy

La gig economy signifie, littéralement, l’économie des petits boulots. Le terme, très populaire aux États-Unis, désigne principalement les plateformes collaboratives comme Uber ou Deliveroo qui n’emploient pas des salariés, mais travaillent avec des micro-entrepreneurs (anciennement autoentrepreneurs, qui exercent une entreprise individuelle sous le régime fiscal de la microentreprise.)

Sa croissance repose sur plusieurs facteurs, parmi lesquels l’abaissement des coûts, et a permis de créer des ressources humaines composées de travailleurs flexibles et à temps partiel. Des plateformes telles que Uber, Instacart, Upwork, Task Rabbit, Fivrr et autres ont facilité la tâche des Américains qui souhaitent gagner un revenu supplémentaire ou tout simplement travailler à plein temps en tant que travailleur indépendant.


Pour ces types de rôles, le gain pour les entreprises est notamment financier. Les contractuels n’ont pas droit à l’assurance maladie, au plan 401 (k), à l’assurance invalidité ou à d’autres avantages. Ils peuvent également être facilement augmentés ou réduits en fonction de la demande. Les entreprises qui font face à une augmentation temporaire de la demande ou qui ont besoin de compétences spécialisées pour créer un nouveau produit de niche apprécient cette flexibilité.

« Très souvent, nous n'avons peut-être pas de budget pour un employé à temps plein, mais nous pouvons faire appel à un employé contractuel », a déclaré un responsable d'une grande entreprise de technologie de la Silicon Valley, qui ne voulait pas être identifié.

En raison du risque perçu, les contractuels sont parfois tenus à distance. Ils ont des badges de couleurs différentes pour des raisons de sécurité, ne sont pas invités aux réunions d'entreprise sensibles avec des chiffres de projection et peuvent également être exclus des avantages accessoires tels que les sorties d'entreprise, la nourriture gratuite à la cafétéria ou les transports locaux.

Cela étant dit, les entreprises de la vallée ont tendance à « passer » à temps plein des contractuels très performants. « Peu importe qu'il s'agisse de travailleurs permanents ou à temps partiels, les entreprises dépensent temps et argent pour les former ». Il est donc logique de les faire travailler à plein temps, a déclaré le responsable.

Certains préfèrent rester travailleurs indépendants

De plus en plus de travailleurs restent indépendants parce qu’ils le souhaitent. Pour les compétences les plus recherchées, tel que les informaticiens, il peut même y avoir des guerres d'enchères. Les travailleurs contractuels dans ces domaines en forte demande peuvent choisir leurs projets, imposer des taux élevés, puis prendre un congé ou passer à un autre projet.

« Il y a des directeurs financiers ou des directeurs généraux de six mois qui font ce qu'ils doivent faire. Ensuite, la personne continue et commence de nouveaux projets », a déclaré Chris Dwyer, vice-président de la recherche chez Ardent Partners, une société de conseil.


Il y a dix ans, les indépendants étaient souvent utilisés pour remplacer des employés en congé. Maintenant, il est plus probable que les entreprises recrutent des travailleurs temporaires dans des domaines très recherchés, tels que certains langages de programmation ou des informaticiens pour développer des programmes d'intelligence artificielle ou d'apprentissage automatique, car elles n'ont pas d'autre choix. « Cela signifie que pour que les entreprises puissent y accéder, elles doivent faire appel à des sous-traitants », a déclaré Brian Hoffmeyer, vice-président directeur de Beeline, une entreprise de technologie qui aide les entreprises à gérer leurs effectifs éventuels.

Avec le nombre croissant de sous-traitants (le ratio travailleurs contractuels par rapport aux employés à temps plein pouvant atteindre ou dépasser 50% dans certaines entreprises ou dans certains départements de la Silicon Valley), les entreprises sont obligées de modifier la manière dont elles traitent leur main-d'œuvre contractuelle.

« Certaines entreprises ont des points de vue assez dépassé sur la manière dont ils traitent les travailleurs indépendants », a déclaré Hoffmeyer. « C'est un point de vue démodé. Nous constatons que cela commence à changer au niveau de l'entreprise et que la législation le fera également ».

Conclusion

Avec l’émergence des nouvelles technologies, de nouveaux types de fonctions apparaissent qui sont exercées par des freelances qui travaillent pour plusieurs employeurs. Dans ce nouvel environnement de travail, les personnes travaillent comme des musiciens de concert courant après les prestations.

Les postes temporaires deviennent courants et les organisations ou entreprises passent des contrats de courte durée avec des travailleurs indépendants. Les travailleurs sont plus mobiles et l’on assiste à un découplage entre le solliciteur, le lieu et le temps d’exécution du travail. Il n’y a pas contrat de travail, mais un contrat de prestations. Ces prestations ne sont pas nécessairement effectuées dans les locaux de l’entreprise et peuvent être réalisées à n’importe quel moment pour autant que le service soit rendu dans les temps.


Les entreprises économisent des ressources en termes d’avantages financiers à concéder, d’espace de bureau et de formation. Elles ont également la possibilité de faire appel à des experts pour des projets spécifiques. Ce sont souvent ces freelances qui permettent aux entreprises de s’adapter aux nouveautés. Du point de vue du travailleur freelance, cette situation peut améliorer l’équilibre entre le travail et la vie personnelle par rapport à ce qui est possible dans la plupart des emplois sous contrats classiques.

La France compterait en 2017 plus de 2,5 millions de ;freelances et 4,5 millions de « ;slashers ;» (personnes exerçant plus de deux activités professionnelles). À l’horizon 2030, la « ;freelancisation ;» pourrait concerner 30 % à 40 % de la population active.

Source : CNBC, b-a-ba

Et vous ?

Comment pouvez-vous expliquer ce phénomène ?
Avez-vous de l'expérience dans le travail indépendant ?
Pouvez-vous envisager d'être indépendant à plein temps ?
Quels sont, selon-vous, les avantages et les inconvénients que le travail indépendant présente ?

Voir aussi :

La Maison-Blanche veut emprunter des travailleurs techniques à Google et Amazon, pour aider le gouvernement à se moderniser, selon un rapport
Après 40 ans, il ne faudrait plus travailler que trois jours par semaine selon une étude, travailler plus réduirait les compétences cognitives
Un développeur passe 3 ans à travailler sur un jeu pour n'en vendre que 4 copies, le marché du jeu vidéo indépendant est-il en crise ?
Un code de mérite pour gérer le travail collaboratif par le mérite technique, solution idéale pour gérer les projets ou initiative non applicable ?
Une entreprise IA fait passer des œuvres réalisées par des humains comme étant le travail de son IA, et est dénoncée par l'un des auteurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/10/2018 à 18:01
USA : cette année chez Google, le nombre de travailleurs indépendants a dépassé le nombre des employés
En d'autres termes, Google s'engraisse sur le dos de ses employés en les transformant en des employés corvéables à merci que l'on utilise sur appel.

Tu es malade? Tu t'es cassé une jambe à ski? Ben, c'est ton problème! Tu n'as qu'à crever dans ton coin, Google ne te dira même pas merci!

Tu deviens vieux? A là, c'est pas possible parce que tu en as pas les moyens! Google ne t'ayant pas engagé comme salarié, tu n'as pas de caisse de retraite. Alors jettes toi à la mer avec une pierre attachée autour du cou la veille de tes 35 ans, tu feras de la place pour les autres...

Mais quel avenir radieux...

PS: J'attends les commentaires de ceux qui diront "Moi, je préfère être indépendant... Je gagne plein de pognons... J'ai plein de clients en freelance". Pour ceux-là, je leur ferai remarquer qu'il n'y a qu'une très faible minorité d'individus qui a les capacités de bien gagner sa vie comme freelance.
8  2 
Avatar de Eric80
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/10/2018 à 11:31
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
J'attends les commentaires de ceux qui diront "Moi, je préfère être indépendant... Je gagne plein de pognons... J'ai plein de clients en freelance". Pour ceux-là, je leur ferai remarquer qu'il n'y a qu'une très faible minorité d'individus qui a les capacités de bien gagner sa vie comme freelance.
la part de cette minorité dépend énormément du cadre législatif d un pays.
Dans les pays occidentaux, le statut employé est la norme.
En Asie et pays en voie de développement, il y a probablement + d'indépendants.

Mais regardez par ex en Allemagne: la part d'indépendants, en particulier en IT n est pas négligeable, car le cadre légal Allemand laisse le choix aux indépendants de cotiser ou NON dans le système social (retraite et chômage tandis que l'assurance maladie, souvent privée, reste obligatoire): cela permet alors de bien augmenter ses revenus! Pendant des années, il était aussi possible de ne pas pays de taxe
L'état Allemand essaie de supprimer ces 'avantages' (en particulier la non cotisation pour la retraite) depuis des années pour des raisons évidentes: démographie en berne, besoin de cotisants, mais aussi bcp d indépendants mauvais gestionnaires incapable de gérer leur propre retraite en privé qui se retrouvent avec l'équivalent du minimum vieillesse.
D'un autre côté, les indépendants, en particulier IT, font bloc pour conserver ces avantages et notion de liberté.
Le nombre d indépendants est croissant depuis des années, avec > 1.4 millions (une bonne partie de médecins et autre professions libérales classiques en France aussi):
https://de.statista.com/statistik/da...ige-seit-1992/

edit: en France, il y a 2 fois plus d'indépendants qu'en Allemagne, grâce notamment au status simplifié d'autoentrepreneur.
https://www.digitalrecruiters.com/bl...ependants.html

Dans le secteur de l IT, où le revenu annuel dépasse le plafond d autoentrepreneur, j ai toutefois l impression que la part d'indépendant est supérieur en Allemagne par rapport à la France.

Bref, tout cela pour dire que c est d'abord le législateur qui influence la part d indépendants.

Et certaines études pronostiquent une part tjs grandissante des entrepreneurs et indépendants, qui pourrait bien devenir la norme (cad > 50%), surtout pour les personnes mieux qualifiées fatiguées de bosser pour leur patrons (statut indépendant choisi), et à l'opposé les moins qualités qui n auraient pas la choix (statut subi) :
https://www.blog-emploi.com/freelanc...pendants-2030/
3  0 
Avatar de Ersch
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/10/2018 à 8:48
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
En d'autres termes, Google s'engraisse sur le dos de ses employés en les transformant en des employés corvéables à merci que l'on utilise sur appel.

Tu es malade? Tu t'es cassé une jambe à ski? Ben, c'est ton problème! Tu n'as qu'à crever dans ton coin, Google ne te dira même pas merci!

Tu deviens vieux? A là, c'est pas possible parce que tu en as pas les moyens! Google ne t'ayant pas engagé comme salarié, tu n'as pas de caisse de retraite. Alors jettes toi à la mer avec une pierre attachée autour du cou la veille de tes 35 ans, tu feras de la place pour les autres...

Mais quel avenir radieux...

PS: J'attends les commentaires de ceux qui diront "Moi, je préfère être indépendant... Je gagne plein de pognons... J'ai plein de clients en freelance". Pour ceux-là, je leur ferai remarquer qu'il n'y a qu'une très faible minorité d'individus qui a les capacités de bien gagner sa vie comme freelance.
Dans le même ordre, est ce qu'on peut imaginer un lien avec le fait que des milliers d'employés de google se mobilisent contre des projets d'IA pour le domaine militaire ou autres projets (Moteur de recherche Chinois, ...)?

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/04/05/32001-20180405ARTFIG00153-des-milliers-de-salaries-de-google-denoncent-un-projet-d-ia-a-des-fins-militaires.php
https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/08/17/des-employes-de-google-protestent-contre-le-projet-de-moteur-de-recherche-chinois_5343397_4408996.html

J'imagine que ce genre de contestation fait mauvais genre et qu'il est plus facile de mettre en sourdine des indépendants que des employés.
2  0 
Avatar de Anselme45
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/10/2018 à 12:16
Citation Envoyé par Eric80 Voir le message

Bref, tout cela pour dire que c est d'abord le législateur qui influence la part d indépendants.
Faux! C'est le marché qui décide: Il y a des indépendants parce que l'économie ne veut plus engagé de plein temps.

Il suffit de voir le domaine de l'IT: La plupart des sociétés n'ont plus une équipe de développeurs permanents: T'as un projet? Ben, un contrat limité avec une SSII. La SSII est trop chère? Ben, une petite annonce "Cherchons développeur pour une durée de 2 mois"!

PS: Oser la comparaison avec les médecins, il faut le faire. Ils n'ont que le nom d'être indépendants: Leur coûts sont payés par nos impôts!!! Personnellement, je ne connais aucun indépendant dans l'IT qui a ses revenus assurés par l'Etat providence et ses prestations sociales!
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web