Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Maison-Blanche veut emprunter des travailleurs techniques à Google et Amazon,
Pour aider le gouvernement à se moderniser, selon un rapport

Le , par Stan Adkens

181PARTAGES

13  0 
Tandis que des employés, des actionnaires et des associations de défense des droits numériques s’érigent contre la collaboration technologique des géants de la Silicon Valley avec le gouvernement fédéral américain, l’administration Trump espère toujours pouvoir convaincre les entreprises privées de la technologie de vouloir faciliter l’octroi des congés à leurs travailleurs pour aider le gouvernement à se moderniser. The Washington Post, dans un article publié lundi dernier, a rapporté que la Maison-Blanche envisageait de convoquer Amazon, Google, Microsoft et IBM ce même lundi, à cet effet.

L’administration Trump souhaite obtenir l’accord des géants de la technologie afin de permettre à leurs travailleurs des technologies de pouvoir obtenir des congés pour aider les agences étatiques et fédérales à rattraper leur retard technologique et de relever des défis tels que l’amélioration du système de soins de santé des anciens combattants et la lutte contre les menaces à la cybersécurité.

Cependant, ce ne sont pas seulement les conditions de travail moins attractives dans les agences fédérales américaines comparativement aux grandes entreprises technologiques qui empêcheraient les travailleurs des technologies de l’information de collaborer sur les projets du gouvernement mais aussi et surtout une hostilité généralisée contre les contrats de fourniture de services technologiques par les géants de la technologie à l’administration Trump. En effet, les organisations de défense des droits numériques ne voient pas d’un bon œil une association entre la Maison-Blanche et ces grandes entreprises qui pourrait aboutir à la mise en place des instruments de violation des droits humains.


Google a été empêché de reconduire son contrat d’intelligence artificielle dans le projet Maven avec le département américain de la Défense parce ce que des associations de défense des droits numériques et les employés de Google s’y sont opposés, en début du mois de juin 2018. Pas plus tard qu’au début de ce mois, la société a renoncé à concourir dans un appel d’offre pour le projet JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) du DoD d’une valeur de 10 milliards de dollars. Les employés de Microsoft l’ont exhorté à ne pas soumissionner de proposition pour le même projet JEDI car, selon eux, il ambitionne de créer une force militaire « plus meurtrière ». Le 16 Octobre dernier, un employé d’Amazon lui a adressé une lettre, lui demandant de mettre fin à la vente de son système de reconnaissance faciale basé sur l’IA aux forces de l’ordre.

C’est dans ce contexte que la Maison-Blanche tentera, ce lundi, d’attirer les talents de la Silicon Valley en passant par leurs employeurs du privé. « Le pays en profite lorsque des citoyens patriotes possédant des compétences techniques choisissent de servir au niveau fédéral, régional ou local », a déclaré Christopher Liddell, chef de cabinet adjoint chargé de la coordination des politiques.

Selon Washington Post, le gouvernement fédéral a toujours eu du mal à mobiliser des talents autour de ses projets à cause de plusieurs raisons y compris le fait que les services publics paient beaucoup moins que des entreprises telles que Google. La situation est encore pire avec l'administration de Trump dont la plupart des politiques rencontrent l’opposition de la Silicon Valley. En effet, selon Washington Post, Trump a été le président le plus anti-scientifique de l'histoire moderne, proclamant parfois que le changement climatique était un canular inventé par les Chinois. Et jusqu’à présent, le président Trump n'a toujours pas nommé de responsable au Bureau de la politique de la science et de la technologie de la Maison-Blanche.

Toute fois, les responsables de la Maison-Blanche étaient convaincus de rencontrer, ce lundi, des techniciens prêts à afficher leur patriotisme au service du gouvernement fédéral tout en étant disposés à « mettre de côté la politique ». « Cet événement de lundi ne concerne pas uniquement nos efforts, il concerne nos successeurs et leur successeurs par la suite », a ajouté un autre responsable. « Il est bon pour le pays, à long terme, que les professionnels de la technologie aient une fonction publique dans leur carrière à un moment donné. »

Si Google ne veut plus travailler pour le gouvernement fédéral, Jeff Bezos, le PDG d’Amazon a affirmé son intention de prendre le contrat JEDI Cloud avec le DoD, en défendant sa coopération technologique avec le Pentagone. « Si les grandes entreprises de technologie tournent le dos au DoD, notre pays va avoir des problèmes », a déclaré Bezos, le lundi 15 octobre, lors de la conférence Wired25 à San Francisco. « Nous allons continuer à soutenir le DoD, et je pense que nous devrions le faire », a-t-il ajouté. Par le passé, Facebook et Google ont autorisé leurs employés à effectuer de brefs séjours au gouvernement fédéral, selon Washington Post.

Pour la rencontre avec le gouvernement fédéral, un porte-parole de Google a déclaré, à Washington Post, que Google « examinait sa politique en matière de congés afin de déterminer la meilleure façon de soutenir les responsabilités civiques ». Selon un porte-parole, IBM a confirmé sa présence à la réunion de lundi. Il a ajouté que la société avait précédemment déployé ses travailleurs dans certains programmes du gouvernement tels que le Peace Corps. Cependant, Amazon et Microsoft n'ont pas répondu aux demandes de commentaires de Washington Post.

Source : The Washington Post

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que le gouvernement réussira à attirer à nouveau les travailleurs des géants de la technologie dans ses projets ?

Voir aussi

Microsoft : des employés l'exhortent à ne pas soumissionner de proposition pour JEDI, qui ambitionne de créer une force militaire « plus meurtrière »
Amazon : un employé demande à son patron d'arrêter de vendre le système de reconnaissance faciale à la police, évoquant des dérives
Jeff Bezos confirme qu'il prendra le contrat JEDI Cloud avec le DoD, et défend sa coopération technologique avec le Pentagone
IA : Google ne renouvellera pas son contrat avec le DoD dans le projet controversé Maven, sa réputation est mise en jeu
Google refuse un contrat de 10 milliards de dollars sur le cloud avec le Pentagone, évoquant des conflits avec ses valeurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/10/2018 à 9:22
Marrant. Après les avoir tancés pour des penchants Démocrates, la Maison Blanche les appelle pour moderniser le sanctuaire du pouvoir des Etats-Unis. Je pense qu'il devrait moderniser l'outil administratif notamment pour sa maintenance et sa cybersécurité. Je pense aux impôts en particulier.
0  0 
Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 24/10/2018 à 11:25
excellente initiative
si on m'offre un meilleur salaire, je serais ravie d'aller aider mon pays pendant quelque temps, cela permet aussi de sortir de la routine habituel.

Après pourquoi que Google et Amazon (ou d'autres grosse boite) ? les ingé d'autres boite bien plus modeste sont tous aussi compétents. C'est pas parce qu’on travaille chez Google que l'on ai compétent.
0  1