France : le président veut savoir les forces et faiblesses de l'industrie automobile
Pour élaborer un plan de développement des véhicules autonomes

Le , par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
Pour ce qui représente pour le gouvernement français un enjeu de souveraineté majeure, toutes les précautions sont prises et toutes les situations envisagées. Pour construire un cadre permettant la circulation des véhicules autonomes partout en France et ne pas être en marge des autres puissances qui se sont engagées dans la révolution automobile, la France met en place une batterie de stratégies afin de s'assurer que la transition vers ce nouveau type de voiture se fasse efficacement et sans accrocs. A cet effet, il a été confié ce 3 octobre à deux experts automobiles, la mission de produire un rapport pour renseigner le gouvernement sur les forces et faiblesses de l'industrie automobile.

« Dresser un constat des forces et faiblesses de la filière automobile française et élaborer un plan de développement des véhicules autonomes en France », tel est le but de la mission. Patrick Pelata, ancien directeur général de Renault et Xavier Mosquet, spécialiste de l'industrie automobile auront donc pour tâche de proposer sur la base de leurs constats un plan de développement pour l'industrie de l'automobile et des pistes de solutions pour les insuffisances remarquées. Ce rapport est attendu pour février 2019, à l'occasion du centenaire de l'Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA) à Paris.


Rappelons que la France envisage d'autoriser les voitures autonomes dès 2020. Et à cet effet, le Président français a déclaré que les voitures autonomes - avec l'intelligence artificielle - font partie de ses priorités dans le domaine du numérique. Macron a d'ailleurs exprimé son souhait de voir la France s’imposer dans ces domaines. Faire de la France un pays attractif pour le développement de la voiture autonome : c’est l’objectif fixé par Emmanuel Macron concernant la mobilité de demain.

De plus en plus d'intérêts sont portés pour ces nouveaux moyens de transport. La France ne compte pas rester en marge de cette révolution technologique dans le domaine du transport et en 2017 par exemple, le Premier ministre français Edouard Philippe, disait devant le Conseil national de l’industrie que « la France doit être au rendez-vous de cette révolution de la mobilité ». Le 14 mai dernier, la France avait dévoilé sa feuille de route dans le cadre de sa stratégie de développement de voitures autonomes et trois axes ont été alors dégagés : favoriser leur développement, en maîtriser et réguler les effets, et enfin le rendre utile pour tous les citoyens et territoires.

Il est en effet prévu d'autoriser la mise en circulation des véhicules autonomes de niveau 3 (sur une échelle de 5) dès 2020 et ceux de niveau 4 dès 2022 et des services de transports publics autonomes supervisés. Au niveau 3, le conducteur peut déléguer la conduite, mais doit être capable de reprendre le contrôle à tout moment et au niveau 4, le véhicule peut être totalement autonome, mais seulement sur certaines routes. Au niveau 5, qui correspondant aux ambitions commerciales des constructeurs comme PSA ou Renault, le véhicule peut être totalement autonome sur n'importe quelle route.

Les navettes de transport public sont actuellement expérimentées, notamment à la Défense et à Lyon et dès l'année prochaine, des tests sans conducteurs seront menés sur le territoire. Il est aussi prévu que le projet de loi d’orientation des mobilités soit présenté ce mois-ci par la ministre des Transports, Elisabeth Borne. On pourrait ainsi dire que la France fait d'effort pour accompagner le déploiement des véhicules autonomes sur son territoire.

Source : Gouvernement de la République française

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Y aura-t-il bientôt des voitures sans conducteur sur les routes françaises selon vous ? Pourquoi ?

Voir aussi

Les voitures autonomes ont du mal à gérer les intempéries comme la neige mais une solution semble avoir été trouvée

Le rêve des véhicules sans conducteur est-il en train de mourir ? Fiabilité de la technologie, lois en vigueur, quels sont les obstacles ?

La France envisage d'autoriser les voitures autonomes dès 2020, la technologie sera-t-elle suffisamment éprouvée pour franchir ce cap dans deux ans ?

Véhicule autonome et IA : Macron pense encore à un duo franco-allemand pour définir les règles à l'échelle européenne et contrer les géants US

Les tests de voitures autonomes se multiplient en France, simple course à la technologie ou réponse à un véritable besoin ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 10/10/2018 à 1:51
il est gentil le président, mais les constructeurs ne l'ont pas attendu pour travailler sur ca. 2020 c'est trop tot, la tech no est pas encore mature, faut pas aller trop vite non plus
Avatar de darklinux darklinux - Membre régulier https://www.developpez.com
le 10/10/2018 à 7:23
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
il est gentil le président, mais les constructeurs ne l'ont pas attendu pour travailler sur ca. 2020 c'est trop tot, la tech no est pas encore mature, faut pas aller trop vite non plus
En quoi est ce trop tôt ? Nvidia propose déjà les GPU , une techno évolue d 'une façon ou d ' une autre , donc il faut ce bouger
Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 10/10/2018 à 10:58
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
il est gentil le président, mais les constructeurs ne l'ont pas attendu pour travailler sur ca. 2020 c'est trop tot, la tech no est pas encore mature, faut pas aller trop vite non plus
Sauf qu'il y a d'énormes blocages légaux en France pour expérimenter autour de la voiture autonome. Il y a des projets en ce sens dans certaines écoles d'ingé (véritables écoles d'ingé, pas business schools ou écoles d'info). Mais pour l'instant, ils sont bloqués légalement et ne peuvent aller très loin même s'ils ont déjà des résultats.

Le moteur de l'innovation, c'est aussi le bon environnement législatif, réglementaire, et fiscal.
Avatar de zecreator zecreator - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 10/10/2018 à 11:37
Citation Envoyé par darklinux Voir le message
En quoi est ce trop tôt ? Nvidia propose déjà les GPU , une techno évolue d 'une façon ou d ' une autre , donc il faut ce bouger
Si tu veux une techno 100% française et indépendante, cela demandera du temps. Après, si on veut être prêts en 2020, on devra forcément accepter d'être dépendant des technos étrangères, comme Nvidia par exemple. Il faut bien définir l'objectif en 2020, qui pour moi n'est pas très clair. Veut-on une industrie 100% française, ou comme les USA, une industrie dépendante de la technologie asiatique ?
Avatar de darklinux darklinux - Membre régulier https://www.developpez.com
le 11/10/2018 à 6:35
Citation Envoyé par zecreator Voir le message
Si tu veux une techno 100% française et indépendante, cela demandera du temps. Après, si on veut être prêts en 2020, on devra forcément accepter d'être dépendant des technos étrangères, comme Nvidia par exemple. Il faut bien définir l'objectif en 2020, qui pour moi n'est pas très clair. Veut-on une industrie 100% française, ou comme les USA, une industrie dépendante de la technologie asiatique ?
La , je suis entièrement d ' accord mais notre président ne veut pas pensé national , c 'est sale ....
Avatar de zecreator zecreator - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 11/10/2018 à 13:18
Citation Envoyé par darklinux Voir le message
La , je suis entièrement d ' accord mais notre président ne veut pas pensé national , c 'est sale ....
J'ai l'impression qu'il ne pense pas du tout. Point.
Avatar de Christian Olivier Christian Olivier - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 29/10/2018 à 18:01
La France va demander aux constructeurs automobiles de soutenir un programme de financement
Pour booster la vente de véhicules autonomes écologiques

L’industrie des véhicules autonomes est en pleine croissance et les différents acteurs impliqués dans cette industrie (constructeurs, gouvernements, régulateurs…) mettent tout en œuvre afin de ne pas passer à côté d’une technologie qui pourrait, à l’avenir, représenter un maillon incontournable de la croissance économique, de la sécurité (routière en particulier) et de la transition écologique.

Il y a actuellement une compétition acharnée pour attirer les investissements en R&D et les meilleurs ingénieurs dans le domaine des voitures autonomes et des pays comme les États-Unis, l’Allemagne, le Japon ou le Royaume-Uni ont pris de l’avance dans la course aux voitures autonomes.


Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré dimanche au quotidien Le Parisien que l’administration Macron va demander aux constructeurs automobiles de contribuer au financement d’un programme d’échange élargi qui devrait permettre de retirer de la circulation les voitures plus anciennes et polluantes, tout en encourageant les Français à acheter des voitures plus écologiques (hybrides, électriques ou autonomes).

L’actuel programme de mise à la casse financé par le gouvernement français, qui vise principalement les vieilles voitures diésel, est déjà sursouscrit et Le Maire a déclaré qu’il allait maintenant rencontrer le ministre de l’Environnement, François de Rugy, et des constructeurs automobiles comme Renault et le Groupe PSA, afin de discuter ensemble « ;des mesures visant à accélérer la transition écologique du parc automobile ;» français. Il sera notamment question d’inciter les constructeurs automobiles à contribuer davantage pour soutenir cette transition écologique au travers, par exemple, d’une prime de reconversion des vieux véhicules renégocier, comme c’est déjà le cas en Allemagne.

L’élargissement de cette incitation devrait en partie financée par le durcissement de la taxe sur les véhicules polluants, adopté mardi dernier par les autorités françaises, qui devrait augmenter de 40 millions d’euros pour atteindre un total de 610 millions d’euros l’an prochain afin de financer des contributions pour l’achat de voitures plus écologiques et par la même occasion peut-être stimuler les investissements en R&D dans le secteur des voitures autonomes en France.

Il faut rappeler qu’en aout 2017, Emmanuel Macron avait annoncé que l’intelligence artificielle et les voitures autonomes font partie de ses priorités, dans le domaine du numérique. Le Président français a exprimé son souhait de voir son pays s’imposer dans ces domaines en contribuant à la définition de la règlementation et des normes du secteur numérique à l’échelle européenne.

Faisant écho à l’appel du Président de la République, le Premier ministre Édouard Philippe a réaffirmé le caractère prioritaire accordé par l’administration Macron à l’industrie des véhicules autonomes et désigné, en novembre 2017, Anne-Marie Idrac, ancienne secrétaire d’État aux transports et patronne de la RATP, comme haute responsable pour la stratégie nationale de développement des véhicules autonomes. Cette dernière a publié à la mi-mai 2018 un rapport sur le développement des voitures autonomes qui prévoit d’autoriser la mise en circulation des véhicules autonomes de niveau 3 (sur une échelle de 5) dès 2020 et ceux de niveau 4 dès 2022.

Bruno Le Maire a, par ailleurs, souhaité l’adoption de la Loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) avant la fin de l’année 2018, une disposition règlementaire qui prévoit que les expérimentations des véhicules autonomes sur routes ouvertes soient possibles sur tout le territoire français en l’absence de tout conducteur (niveau 5 d’autonomie).

Le gouvernement français semble avoir perçu les doléances des constructeurs automobiles qui d’une manière générale, que ce soit en France ou en Allemagne, estiment que l’accent devrait être mis sur l’encouragement des propriétaires de voitures à échanger leurs anciens modèles classiques, diésel notamment, contre des véhicules plus propres hybrides, électriques ou autonomes afin de redonner un coup de fouet aux ventes et de booster la transition écologique.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Pays-Bas : les voitures autonomes devront obtenir un permis de conduire pour rouler sur les routes publiques
Voiture autonome : Apple revoit ses plans et signe un partenariat avec Volkswagen pour la construction des versions auto-conduites du T6 Transporter
Les Américains font moins confiance aux véhicules autonomes suite aux accidents mortels essuyés par Uber et Tesla, d'après des sondages
France : le président veut savoir les forces et faiblesses de l'industrie automobile pour élaborer un plan de développement des véhicules autonomes
Avatar de Stérilux Stérilux - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 29/10/2018 à 18:32
Qu’en pensez-vous ?
Que je ne crois pas du tout à l'argument écologique mais purement économique. Depuis les patrons de l'entreprise France s'intéressent à autre chose que l'ordre et les bénéfices ? jeunes, vieux, gauche, droite ils vont tous dans le même sens.

Quand j'ai acheté mon véhicule, un diesel de 2005, il y avait aussi l'argument soit disant écologique (sisi, en 2005 un diesel était vendu comme plus écologique qu'une essence).
Il y a encore peu il était question de forcer les gens à renouveler leur véhicule tout les 10 ans. Je pense que même avec l'électrique/hydrogène/autre il y aura tout un tas d'arguments fallacieux pour dire qu'ils sont trop polluant et qu'il faut renouveler le parc automobile plus rapidement.

La vrai bonne mesure serait tout simplement d'interdire la mise en circulation de tout nouveau véhicule polluant, purement et simplement tout en foutant la paix à ceux qui ne peuvent pas se permettre de changer maintenant de voiture. Ce serait 100 plus efficace niveau pollution mais ça va moins rapporter aux groupes comme Total qui n'a pas fini sa reconversion, moins de rentré d'argent sur les taxes sur les carburants etc.

Quand je suis né, le discours était "il faut faire quelque chose maintenant pour limiter le réchauffement climatique, sinon c'est trop tard".
En 2000 le discours était "c'est trop tard, maintenant il faut faire quelque chose pour limiter les dégats"
En 2018, "il faut limiter le réchauffement à 2°C maximum" alors que c'est déjà la cata...

Alors l'écologie mon oeil les gens s'en foutent, les politiques ne voient que l'argent.
Avatar de SimonDecoline SimonDecoline - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 29/10/2018 à 19:27
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message
Alors l'écologie mon oeil les gens s'en foutent, les politiques ne voient que l'argent.
Mais non voyons, puisque le monsieur te dis que l'electricité c'est écologique... D'ailleurs tout le monde sait que nos centrales nucléaires sont toutes neuves et ne produisent aucun déchet, que nos éoliennes et panneaux solaires produisent une énergie abondante et continue, que les batteries ne posent aucun problème...
Avatar de Marco46 Marco46 - Modérateur https://www.developpez.com
le 29/10/2018 à 20:03
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message

Il y a encore peu il était question de forcer les gens à renouveler leur véhicule tout les 10 ans. Je pense que même avec l'électrique/hydrogène/autre il y aura tout un tas d'arguments fallacieux pour dire qu'ils sont trop polluant et qu'il faut renouveler le parc automobile plus rapidement.
L'électrique est aussi polluant que l'énergie primaire avec laquelle on le produit et l'hydrogène ne se récolte pas dans la nature il faut le produire ... avec de l'énergie, donc c'est le même problème qu'avec l’électricité.

Citation Envoyé par Stérilux Voir le message

La vrai bonne mesure serait tout simplement d'interdire la mise en circulation de tout nouveau véhicule polluant, purement et simplement tout en foutant la paix à ceux qui ne peuvent pas se permettre de changer maintenant de voiture. Ce serait 100 plus efficace niveau pollution mais ça va moins rapporter aux groupes comme Total qui n'a pas fini sa reconversion, moins de rentré d'argent sur les taxes sur les carburants etc.
La vrai bonne mesure ça serait de limiter progressivement la consommation des nouveaux véhicules pour tomber rapidement à du 2 litres aux 100 au moins pour les particuliers. Certes on dépasserait pas les 70km/h mais ça réduirait considérablement le déficit de la balance commerciale ainsi que les émissions de CO2 dans les transports.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil