Impression 3D : HP lance une machine qui construit des articles non pas en plastique
Mais en acier

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
Après le lancement de son imprimante 3D Jet Fusion pour la création d’articles à base de plastique, HP Inc. lance une machine qui fera le boulot à partir de l’acier. Dans le visuel, le Metal Jet Printer se présente comme un photocopieur de la taille d’une machine à laver.


Comme dans le cas de son imprimante 3D Jet Fusion, HP Inc. s’inscrit dans la rupture avec ce produit. L’entreprise vise la production de masse, mais dans des secteurs de l’industrie que l’impression à base de plastique n’a pu conquérir, notamment, à cause de sa lenteur et de sa cherté. HP Inc. a l’automobile et les appareils médicaux dans son viseur. Dans cet ordre d’idées, la firme est entrée en partenariat avec Parmatech et GKN. L’objectif est simple : toucher à des industriels pour expérimenter en matière d’impression 3D. Volkwagen fait partie des clients qui devraient voir les retombées (des objets 3D en acier) de ces différents partenariats d’ici à la fin de cette année.

HP Inc. débarque sur une filière peuplée de devanciers. L’on y retrouve déjà le constructeur aéronautique General Electric (GE), ainsi que des entreprises comme ExOne et Desktop Metal. Dans le principe, le produit que HP propose a en commun avec ceux de ExOne et Desktop Metal : la technique sur laquelle il s’appuie. Dans le jargon du milieu, on parle d’impression 3D par jet de poudre et jet d’encre ; le stratagème supplante celui que GE emploie pour ce qui est de la rapidité et de la minimisation des coûts de fabrication.

L'imprimante Metal Jet étale des couches de poudre métallique, puis les pulvérise avec un liant pour les solidifier selon un procédé semblable à l'impression 3D couche par couche. Un visuel de la manœuvre est disponible.


Jusqu’ici, la technique s’est heurtée à une principale barrière à l’entrée. Les constructeurs expriment de la réticence à abandonner des procédés de fabrication déjà bien huilés. En toile de fond, il y a que les volumes de production projetés avec ce type d’appareils seraient inférieurs à ceux attendus par les gros industriels. Des experts parlent de 50 000 à 70 000 unités pour des imprimantes de ce type, ce qui complexifie l’équation volumes – minimisation des coûts de fabrication.

Il y a donc encore du pain sur la planche pour HP Inc., mais les observateurs sont d’avis que l’expérience de l’entreprise dans le domaine des imprimantes lui donne un avantage certain sur la concurrence. Il va falloir mettre ce vécu à contribution pour fabriquer un produit susceptible de polariser les industriels en sa faveur.

Source : Wired

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Quels sont d’après vous les ingrédients qui continuent à faire défaut aux imprimantes 3D pour une plus grande pénétration en industrie ?

Partagez-vous l’avis selon lequel l’expérience de HP en matière de fabrication d’imprimantes pourrait être déterminante ?

Voir aussi :

Bioprinting : une imprimante 3D pour concevoir des organes du corps humain, le projet audacieux du laboratoire communautaire BioCurious

Téléportation d'objets physiques grâce à la numérisation destructive et l'impression 3D, des chercheurs y sont parvenus

Yhnova : la première maison imprimée en 3D a été inaugurée à Nantes et va recevoir ses premiers locataires en juin 2018

Facebook bannit les sites hébergeant des plans numériques pour l'impression 3D d'armes à feu car cela violerait ses normes communautaires

Le juge fédéral se prononce contre l'administration Trump dans l'affaire des fichiers 3D diffusés sur la toile pour imprimer des armes à feu


Le fondateur de Defense Distributed annonce la mise en vente des fichiers 3D pour l'impression des armes à feu à un prix défini par l'intéressé


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de archqt archqt - Membre averti https://www.developpez.com
le 12/09/2018 à 20:24
Ben voilà, moi qui trouvait que l'impression des armes en plastiques n'était pas top, je vais enfin pouvoir imprimer mon Tank, cool :-)
Avatar de clorr clorr - Membre du Club https://www.developpez.com
le 12/09/2018 à 21:11
L'impression 3D métal est déjà bien présente sur des secteurs ou les volumes sont faibles et la valeur ajoutée importante. Pour se généraliser, ces imprimantes doivent évoluer sur 4 points :
- La vitesse de production
- La taille maximale des pièces produites
- Les propriétés physiques de l'objet
- Le cout
Au vu des caractéristiques des machines actuelles, on est quand même assez loin d'avoir des machines qui peuvent bouleverser le marché, mais le marché progresse vite. HP ne révolutionne donc rien, mais c'est juste une avancée vers des machines plus matures qui d'ici 5 ou 10 ans pourraient changer pas mal de choses à notre manière de produire. Car on parle souvent des robots, mais l'impression 3D a aussi un potentiel élevé pour bousculer le marché de l'emploi.
Avatar de ShigruM ShigruM - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 9:26
je ne vois pas en quoi faire des imprimante 2D aide en quoique se soit a fabriquer des imprimantes en 3D... les 2 technos n'ont rien a voir.... sauf peut être essayer de vendre des cartouches hors de prix

pour l'industrie, c'est je pense utile pour les faible volume ou pour le sur mesure, mais la fabrication standard et de masse, comme une usine de voiture par exemple, un robot spécialisé sera toujours mieux je pense
Avatar de Asmodan Asmodan - Membre habitué https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 9:41
entre IA, Impression 3D etc la réalité va rattraper la science fiction :d
Avatar de Jipété Jipété - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 9:52
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
L'imprimante Metal Jet étale des couches de poudre métallique, puis les pulvérise avec un liant pour les solidifier selon un procédé semblable à l'impression 3D couche par couche.
Quelqu'un aurait confiance en du "métal" fabriqué ainsi ? On est à des années-lumière de la fusion du métal par la chaleur, là : en gros on colle ensemble des morceaux de poussière de limaille, pas sûr que ça vive longtemps et que la résistance soit comparable à ce qu'on obtient en sortie d'un haut fourneau.

Alors pour du prototypage, de l'étude de faisabilité, d'accord, mais pour des produits du quotidien, euh...
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 10:59
En gros c'est du métal aggloméré .
Donc comme dit au dessus ça me semble pas solide.
Surtout quand on a fait l'expérience de démonter un meuble bas gamme, sui se disloque
Avatar de redcurve redcurve - Membre averti https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 11:44
Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Quelqu'un aurait confiance en du "métal" fabriqué ainsi ? On est à des années-lumière de la fusion du métal par la chaleur, là : en gros on colle ensemble des morceaux de poussière de limaille, pas sûr que ça vive longtemps et que la résistance soit comparable à ce qu'on obtient en sortie d'un haut fourneau.

Alors pour du prototypage, de l'étude de faisabilité, d'accord, mais pour des produits du quotidien, euh...
On fabrique des moteurs de fusée avec cette technique et des pièces pour les avions de chasse
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 11:52
Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Quelqu'un aurait confiance en du "métal" fabriqué ainsi ? On est à des années-lumière de la fusion du métal par la chaleur, là : en gros on colle ensemble des morceaux de poussière de limaille, pas sûr que ça vive longtemps et que la résistance soit comparable à ce qu'on obtient en sortie d'un haut fourneau.

Alors pour du prototypage, de l'étude de faisabilité, d'accord, mais pour des produits du quotidien, euh...
On est déjà sorti du prototypage depuis bien longtemps. L'impression 3D métal est utilisée pour de la production de pièce de très haute qualité. Un exemple parmi d'autres? Les moteurs SuperDraco de Spacex qui sont imprimés (pas à 100% j'imagine)
By July 2014, the 3D-printed engine combustion chamber had been fired over 80 times, for a total duration of more than 300 s, and it likewise completed a full qualification test.
Source

Ça me semble assez résistant

De plus, on peut rapprocher l'impression 3D métal à poudre avec les procédés de fabrication par frittage (compression de poudres de métaux) qui existent dans l'industrie depuis des décénnies, produisant d'excellentes pièces mécaniques (du lubrifiant peut même être mélangé à la poudre de métal pour obtenir par exemple un engrenage auto lubrifiant)

Edit: grillé par redcurve
Avatar de pboulanger pboulanger - Membre actif https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 12:09
Le principe de la stéréolithographie métallique utilise des couches de métal solidifiées par un laser... En 2001 j'ai programmé la génération du fichier de commandes envoyé à une machine à partir de la CAO (pour C4W). C4W vend aussi (maintenant) des appareils pour générer de cette façon des prothèses dentaires...
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 13/09/2018 à 12:14
Citation Envoyé par clorr Voir le message
L'impression 3D métal est déjà bien présente sur des secteurs ou les volumes sont faibles et la valeur ajoutée importante. Pour se généraliser, ces imprimantes doivent évoluer sur 4 points :
- La vitesse de production
- La taille maximale des pièces produites
- Les propriétés physiques de l'objet
- Le cout
Pour ce qui est de la taille des pièces produites et de leur qualité, les chinois ont déjà cassé toutes les barrières(article de 2015, l'avion qui utilise ces pièces a fait son premier vol le 5 mai 2017 et sera produit en série vers 2020). Reste la vitesse et le cout. Pour des pièces haut de gamme, il n'y a déjà plus de limites de taille ou de qualité.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil