Le fondateur de Defense Distributed annonce la mise en vente des fichiers 3D pour l'impression des armes à feu
à un prix défini par l'intéressé

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
Il y a quelques jours, le juge fédéral de Seattle, Robert Lasnik, a statué sur l’affaire des fichiers 3D pour les armes à feu exposés sur la toile par Defense Distributed, une entreprise texane gérée par Cody Wilson, un Américain se décrivant comme un défenseur du cryptoanarchisme. Lors de l’examen de cette affaire, le juge du district a souligné qu’étant donné que ces fichiers 3D pourraient avoir de graves conséquences sur les intérêts publics s’ils restaient accessibles à tout le monde sur la toile, la Cour estime que les droits irréparables sur les droits des défendeurs privés sont réduits à néant par les dommages irréparables que les États risquent de subir si les restrictions existantes sont levées et que, dans l’ensemble, l’intérêt public appuie fermement le maintien du statu quo par ce litige. Sur la base de priorité des intérêts publics, le juge a donc ordonné une injonction préliminaire afin d’interdire la diffusion sur la toile des fichiers 3D pour l’impression des armes.

Pour le procureur général Bob Ferguson qui était à la tête du groupe de procureurs qui a porté plainte devant cette Cour afin d’annuler l’accord passé entre le gouvernement Trump et Defense Distributed autorisant la diffusion de ces fichiers, cette décision fut accueillie avec beaucoup de soulagement. Il déclara ceci à la suite de la décision judiciaire : « Une fois encore, je suis heureux que nous ayons mis un terme à cette politique dangereuse ». Il souleva par ailleurs cette interrogation : « pourquoi l’administration Trump travaille-t-elle si dur pour permettre à ces pistolets imprimés en 3D indétectables et impossibles à suivre d’être disponibles aux agresseurs domestiques, aux criminels et aux terroristes ? »


Alors que les personnes opposées à la diffusion de ces fichiers ont commencé à savourer leur joie partielle en attendant la fin de ce procès, Cody Wilson, qui gère également DEFCAD, un des dépôts en ligne les plus connus qui héberge les fichiers d’armes à feu, a annoncé la mise en vente des fichiers 3D qui sont frappés par l’injonction préliminaire. Il faut souligner que la décision judiciaire a précisé que la réglementation de l’AECA souligne que les fichiers 3D pour l’impression des armes ne peuvent pas être téléchargés sur internet, mais peuvent être envoyés par courrier électronique, transmis en toute sécurité, ou autrement publiés aux États-Unis. Le fondateur de Defense Distributed a donc profité de cette brèche qu’offre cette loi pour donner la possibilité à ceux qui le souhaitent d’obtenir ces fichiers.

Lors d’une conférence de presse, Cody Wilson a expliqué que les fichiers de modèles 3D d’armes à feu sont proposés à un « prix suggéré » de 10 dollars l’unité. Cela sous-entend que l’acheteur peut proposer moins de 10 dollars ou plus de 10 dollars afin d’entrer en possession de ces fichiers. Après avoir effectué le paiement, l’entreprise de Wilson se charge d’envoyer les fichiers sur une clé USB aux clients basés uniquement aux États-Unis. En effet, avec la loi régissant l’exportation des armes à feu (ITAR), il n’est pas possible pour Defense Distributed de vendre ces fichiers en dehors des limites du territoire américain.

Devant le parterre des journalistes, Wilson a asséné « je suis heureux de devenir l’iTunes des armes 3D si je ne peux pas être Napster [le magasin de musique en ligne, pionnier des services de partage de fichiers en pair à pair] ». En plus de vendre ses propres fichiers 3D, Wilson ajoute que des tiers peuvent également proposer à la vente sur sa plateforme des fichiers 3D pour l’impression des armes à feu contre le paiement d’une commission de 50 % du prix de vente au cas où la transaction est réalisée.


Cody Wilson, le fondateur de Defense Distributed

Par ailleurs, Wilson insista sur le fait que les utilisateurs ne sont pas autorisés à vendre des fichiers dont ils ne détiennent pas les droits de vente. Sur la plateforme de vente de fichiers 3D pour imprimer des armes à feu, on peut voir des propositions de fichiers 3D pour la fabrication de l’AR-15, le Beretta et le Lulz Liberator qui fit l’objet d’une grande médiatisation après la mise en vente du fichier 3D en 2013 par Defense Distributed qui permit de fabriquer cette arme avec des composants de 25 dollars. En plus d’envoyer les fichiers achetés par clé USB de marque DD, Wilson envisage également de le faire par courrier électronique et autres liens sécurisés.

Wilson explique que la décision de commercialiser ces fichiers n’est pas motivée par le gain, mais plutôt du désir de voir ces fichiers être partagés avec ceux qui veulent les avoir. « Pendant de nombreuses années, j’ai choisi de ne pas vendre ces fichiers, car je suis un activiste open source », a-t-il déclaré. Mais la force des choses l’aurait fait tomber dans le domaine propriétaire et commercial.

Il faut souligner que Willson a également lancé une levée de fonds avec pour objectif d’atteindre 400 000 dollars. Son entreprise Defense Distributed qui gère DEFCAD a déjà récolté 200 000 dollars selon les propos de son fondateur. La moitié du montant perçu provient des cryptomonnaies.

À la suite de ce nouveau revirement de situation, Bob Ferguson, le procureur général de Washington DC, déclara ceci : « Je suis convaincu que le gouvernement fédéral tiendra Cody Wilson, un cryptoanarchiste autoproclamé, responsable devant cette loi. S’il ne le fait pas, le président Trump sera responsable de toute personne qui sera blessée ou tuée au moyen de ces armes ».

En attendant, ces fichiers seraient déjà récupérables sur la toile en moins de 30 secondes lançant de simples recherches avec Google. Quelles seront les conséquences dans le monde avec la mise en vente de ces fichiers en ligne ?

Source : NBC

Et vous ?

Quel est votre avis sur la mise à la disposition publique de ces fichiers ?

Cela aura-t-il des conséquences graves dans le monde ?

Ou est-ce plus de peur que de mal ?

Voir aussi

Andrew NG, l’un des ténors de l’IA, considère le débat sur ses éventuelles dérives comme une perte de temps, Partagez-vous son point de vue ?
Moscou utilise la reconnaissance faciale pour traiter les vidéos fournies par les caméras de surveillance publiques, mesure de sécurité, espionnage ?
La société est-elle prête pour des systèmes avancés de reconnaissance faciale ? La police Russe devrait bientôt s’en servir
Un ingénieur crée un bras robotisé destiné à blesser des humains, il agit volontairement, ignorant la première loi d’Asimov
Raymond Kurzweil, un directeur de Google estime que l’IA créera de nouveaux emplois pour remplacer ceux qu’elle supprimera, Partagez-vous cet avis ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de curt curt - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 31/08/2018 à 22:21
Je suis étonné que le matériel (plastique) pour l'impression 3D puisse résister à la forte pression lors de la mise à feu.
S'il ne s'agit que d'imprimer "une image "3D", ça revient à avoir une arme factice tel les jouets qu'on trouve déjà dans le commerce et en vente libre.

Maintenant, si le matériau est résistant, ça peut poser un problème pour "tracer" une arme ayant servi puisque non-référencée par excellence.

Reste aussi à voir l'approvisionnement en munitions… parce que là, 3D ou pas, il faudra des vrais.
Avatar de bk417 bk417 - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 31/08/2018 à 23:14
Ces armes intégralement plastique ne tiennent que quelques coups de feu avant de se casser.
Les pièces plastiques peuvent être traitées à l'acétone pour les durcir en surface et améliorer leur résistance mécanique.
Pour ce qui est du traçage, seule la pièce centrale de l'arme est vendue avec un numéro de série, toutes les autres pièces, comme les munitions, sont vendues comme pièces de rechange sans contrôle.
Sinon, il faut savoir que les fichiers circulent sur les réseaux p2p, légal ou pas.
Avatar de pierre-y pierre-y - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 01/09/2018 à 15:13
Certain vont y perdre quelques doigts dans cette affaire.
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre averti https://www.developpez.com
le 01/09/2018 à 23:31
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
Certain vont y perdre quelques doigts dans cette affaire.
Pas certain . Un jour ou l'autre Mr Cody Wilson et ses acolytes réaliseront peut être que leurs modèles de godemichets "façon flingue" sont plus adaptés à des usages détournés qu'a tirer une saleté de balle.
Avatar de joublie joublie - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 02/09/2018 à 15:57
Avec cinquante pour cent de commission, ce mec ne perd pas le nord !

A propos de la résistance mécanique, jamais je ne me hasarderai à utiliser une arme dont je ne sais rien de la qualité de conception et surtout de la qualité de fabrication. Même si l'arme a déjà résisté à plusieurs coups de feu, rien ne m'assure qu'elle explosera pas au coup suivant...

De toutes façons, tenter de faire disparaître d'internet les fichiers 3D me semble un combat perdu d'avance, bien qu'un vaste filtrage puisse rendre l'accès plus difficile qu'aujourd'hui. A première vue, cette censure-là est certainement très souhaitable (pour une fois je l'approuve...).
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 05/09/2018 à 0:58
c'est comme les annonces qui disent qu'il ont imprimé des voitures, comme dhab la base roulantes est en bon vieux metal ya que le reste qui est imprimé.

la ce sera pareil, et puis bon les balles faut les acheter aussi. ou alors ils imprime la poudre aussi ?

ce qui m'embette plus c'est les couteaux indétectable en plastique ou ceramique
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre expert https://www.developpez.com
le 05/09/2018 à 1:17
Imprimante 3D ne rime pas forcément avec matière plastique.
L'aéronautique utilise des imprimantes 3D utilisant de la poudre de titane par exemple.
Bien sur, c'est pas tout à fait dans la même tranche de prix que le plastique
Contacter le responsable de la rubrique Accueil