France : une élue relance la question d'un OS souverain
Après avoir interpellé le gouvernement au sujet de l'omniprésence des GAFAM dans le pays

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Êtes-vous pour ou contre la création d'un OS souverain (aussi bien sur mobile que sur desktop ) ?
En janvier 2016, après examen à l’Assemblée nationale, les députés ont approuvé l’idée de mettre en place un organe qui sera chargé de piloter la création d’un système d’exploitation souverain made in France. Par souverain, il faut surtout comprendre que l’OS devra permettre au pays d’avoir plus de contrôle sur ses données et d’être à l’abri de tout espionnage étranger. Autrement dit, un OS axé sur la sécurité pourrait faire l’affaire. Le gouvernement a également exprimé un avis favorable sur la création d’un tel système d’exploitation.

Le responsable de la sécurité informatique de l'État, Guillaume Poupard, qui s'est exprimé en marge de la tenue du forum international de la cybersécurité (FIC) de Lille sur la question de l’OS souverain français le même mois, n’a pas partagé cet avis. Le directeur général de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi) a en effet estimé que cette question est « technologiquement un non-sens » et a prévenu qu’il n’hésiterait pas à s’y opposer « si c’est pour que l’État mette plein de saletés dedans ».


Guillaume Poupard, Directeur général de l'Anssi

Deux ans plus tard, après avoir observé que les poids lourds du numérique sont « omniprésents au quotidien, que ce soit à l’école, dans la vie professionnelle ou encore dans la sphère privée », Laëtitia Romeiro Dias, députée de l’Essonne et membre de La République en Marche, a interrogé le secrétaire d'État, auprès du Premier ministre, chargé du numérique, sur les moyens que le Gouvernement entend mettre en place pour sauvegarder la souveraineté numérique de la France et pour protéger les citoyens des risques liés aux « GAFAM » (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft).

Plus précisément, il s’agit d’une interrogation que relaie l’élue, celle-ci ayant été sollicitée par Marie-Odile Morandi, adhérente de l’APRIL, une association française cherchant à promouvoir l’usage du logiciel libre.

Interpellant Mounir Mahjoubi, elle rappelle qu’aujourd'hui, les « GAFAM » sont omniprésents au quotidien, que ce soit à l'école, dans la vie professionnelle ou encore dans la sphère privée. Dans l'éducation, les élèves sont de plus en plus formés en utilisant les produits et les services de ces acteurs privés qui investissent désormais dans la formation continue. Elle note également que les partenariats se multiplient : Google à l'université de La Rochelle, Facebook avec Pôle emploi, etc.

Cependant, elle souligne que si ce dynamisme est positif pour l'attractivité économique de la France, cette omniprésence des « GAFAM » peut toutefois constituer un risque. En effet, ces entreprises disposent de données massives sur les Français, ce qui leur permet d'orienter l'accès aux informations et aux contenus, notamment publicitaires. En outre, on observe une dépendance accrue aux écrans, aux réseaux sociaux et au web en général.

Tous les citoyens, dès leur plus jeune âge, sont en contact direct avec les outils du numérique développés par les « GAFAM ». Si le numérique est une source d'opportunités considérable, il peut aussi entraîner des risques psycho-sociaux en cas de surexposition. Aussi, elle rappelle qu’un plus grand encadrement des activités des « GAFAM » serait donc souhaitable.

Un rapport devait être remis à la suite de la « loi Lemaire » ou « loi pour une République numérique », promulguée le 7 octobre 2016, sur la possibilité de créer un commissariat à la souveraineté numérique, rattaché au Premier ministre. Sa mission serait, entre autres, de concevoir un système d'exploitation souverain dont le but serait de rendre les autorités françaises autonomes de la toute-puissance des « GAFAM ». Cependant, ce rapport n'a pas encore fait l'objet d'un dépôt. Elle aimerait donc connaître les orientations que souhaite prendre le Gouvernement afin d'encadrer la souveraineté numérique du pays et les moyens mis en œuvre pour protéger les Français des risques de dépendance générés par les « GAFAM ».

En particulier, ce commissariat à la souveraineté numérique pourrait superviser le développement d’un système d’exploitation souverain, pour fournir une alternative aux Windows, Android et autres iOS américains. Lors de l’examen du projet de loi numérique, les députés avaient demandé au gouvernement de travailler à la mise en place d’une telle structure.

Rappelons tout de même que CLIP (Certifiable Linux Integration Platform), un système d’exploitation dit ultrasécurisé, a été développé par l’Anssi pour les besoins de l’administration. Comme décrit par l’Anssi, ce système « intègre un ensemble de mécanismes de sécurité qui lui confèrent un très haut niveau de résistance aux codes malveillants et qui lui permettent d’assurer la protection d’informations sensibles. » Pour cela, il fournit des « mécanismes de cloisonnement qui rendent possible le traitement simultané, sur le même poste informatique, d’informations publiques d’une part et sensibles d’autre part, au sein de deux environnements logiciels totalement isolés, dans l’objectif d’éliminer les risques de fuite des informations sensibles sur le réseau public. » Développé depuis 2005, l’objectif de ce projet est de fournir un OS qui met en correspondance les exigences de sécurité avec les fonctionnalités du système d’exploitation.

Source : Nos députés

Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre la création d'un OS souverain (aussi bien sur mobile que sur desktop ) ? Pourquoi ?
Si vous êtes pour, par où devrait-on commencer ? Faut-il partir de zéro ou faut-il partir d’un système existant ?
Dans le dernier cas, à partir de quoi faut-il démarrer ? Un OS existant (libre ?) ou autre ?
Avec les différentes marches arrières observées dans l'utilisation de logiciels libres dans les administrations allemandes, est-il légitime de se demander ce qu'il en serait 5 voire 10 ans plus tard si des administrations françaises venaient à emprunter le même chemin ?

Voir aussi :

Création d'un OS souverain français : un non-sens technologique, estime le responsable de la sécurité informatique de l'État
Après Munich, la Basse-Saxe, un État fédéré d'Allemagne, annonce l'abandon de Linux pour Windows, afin de standardiser ses systèmes informatiques
Munich a décidé d'abandonner LiMux pour Windows 10 à partir de 2020, une migration à 50 millions d'euros
Microsoft aime Linux : Richard Stallman sceptique contrairement au fondateur de Canonical qui a déjà accepté de travailler avec Microsoft


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Jamatronic Jamatronic - Membre actif https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 15:33
Quand les politiques, aux QI de poules, pensent qu'ils vont freiner la technologie... Pendant qu'internet naissait, en France on avait le Minitel, grosse daube "souveraine".
Avatar de stef-13013 stef-13013 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 15:43
Rien de tel qu'une bonne blague pour les vacances, génial.
(J'ai tellement rigolé que j'en suis même tombé de mon hamac...)

PS: Et si vous voulez vous marrer encore plus, essayez le site du post (https://www.nosdeputes.fr).
Un grand moment avec, entre autre, le graphe des "Activité parlementaire des 12 derniers mois", le "député du jour", etc.
Avatar de François DORIN François DORIN - Responsable .NET & Magazine https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 17:59
En tant que contribuable français, quand je vois l'efficacité et le coût de logiciels comme LOUVOIS, SIRHEN, etc... je peux que dire non, je ne veux pas d'un OS souverain.

Sur le principe, je ne suis pas contre, mais je sais d'avance que la réalisation sera un fiasco. Cela va être externalisé via un ESN qui va se gaver comme pas possible et qui fournira, au mieux, une solution incomplète, 10x plus cher que prévu initialement et avec 6 ans de retard.

Sans compter que derrière, il va y avoir le coût des migrations, de l'ensemble des services. Que cela se fera au fur et à mesure, et que quand disons le 1/4 des services auront migré, on va atteindre des coûts de migration tellement élevés qu'elle sera stoppée net avec un retour en arrière.

C'est très bien de se soucier de la souveraineté nationale, mais je pense que dans ce cas, il faut le faire correctement.

Tout d'abord, ne pas commencer par l'OS, mais plutôt par des services, car ce sont eux les plus gros collecteurs de données :
  • proposer une alternative au moteur de recherche de Google, par exemple, en soutenant Qwant ;
  • proposer une alternative d'analyse d'audience (pour quitter Google Analytics et consort) ;
  • proposer des alternatives aux réseaux sociaux.


Avec cela, on va déjà limiter la fuite des données vers les GAFAM.

Et puis surtout, je pense qu'il faut arrêter de 1) vouloir externaliser à tout prix les développements informatiques 2) de ne faire que des gros blocs où on fait des specs, on développe pendant 2 ans et on revient ensuite. Vu le nombre de projets informatiques "souverains", leur durée, etc..., je serais plutôt pour que le gouvernement décide de se munir de son propre service compétent, et qui fasse les choses au fur et à mesure, et pierre par pierre. Cela permettra de réduire intrinsèquement les coûts (un salarié coûte moins cher qu'une prestation) et permettra de réagir beaucoup plus tôt en cas de dérive. Je pense que beaucoup de contribuables français apprécieront !
Avatar de mady93 mady93 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 18:07
Citation Envoyé par Jamatronic Voir le message
Pendant qu'internet naissait, en France on avait le Minitel, grosse daube "souveraine".
Le minitel grosse daube???? Tu pouvais faire quoi dans les années 80 avec internet?? Avec le minitel on pouvait acheter des billets de train ou des vêtements, on pouvait chatter en direct ou dans les forums de discussion. On pouvait jouer échanger des fichiers.... Et le tout dans un environnement assez sécuriser puisque ni les chinois et les américains pouvaient pirater. Et surtout tu pouvais te connecter partout en France !!!!

Pour la question de l OS souverain malheureusement c'est bien trop tard. Il aurait fallu s'entendre, dans les années 90, avec les autres pays européens pour faire un OS européens .
Avatar de onilink_ onilink_ - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 18:43
Pour ma part, si c'est basé sur une bonne distrib linux sans y apporter trop de modifications bizarres ou trop compliquées/coûteuse a mettre en place, je n'y voit que des bénéfices.
Mais sans aller jusqu'a faire un OS souverain, ils devraient vraiment commencer a promouvoir des distribution linux user friendly, et arrêter de mettre des windows dans les écoles etc...

Pour les smartphones par contre il faudrait la possibilité de pouvoir changer d'OS, sinon on aura résolu que la moitié du problème.
Avatar de Stérilux Stérilux - Membre du Club https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 21:18
Êtes-vous pour ou contre la création d'un OS souverain (aussi bien sur mobile que sur desktop ) ? Pourquoi ?
Non, parce qu'on est en europe et que se limiter à un système franco-français est stupide. Il faut un truc européen.

Si vous êtes pour, par où devrait-on commencer ? Faut-il partir de zéro ou faut-il partir d’un système existant ?
Commencer par la conception du hardware parce que la p'tite dame à l'air de croire qu'un OS est la solution à lui tout seul. Dommage que ses prédécesseurs aient flingué les 3/4 de l'industrie française :p beaucoup de brevet seraient resté en france/europe au lieu des états unis.

Partir de zéro, ça fait bien longtemps que les systèmes comme linux sont corrompu et y'aura plus de temps perdu à tout nettoyer que de reprendre à zéro.
Il va aussi falloir se protéger des USA lors du développement parce qu'il va y avoir de la corruption/menace, ça parle beaucoup des intrusions russe/chinoise mais les américains ont toujours agit de la sorte et ils ne sont pas plus gentil voir beaucoup plus dangereux.

Après, au niveau de la population, être fliqué par la france ou les états unis je vois pas de grande différence dans l'absolu.
Avatar de ymajoros ymajoros - Membre habitué https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 21:34
Attention, un système belge est également en préparation.
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 22:15
on le met ou dans le graphe l'OS Français souverain ? Encore en dessous de Linux ? je sais pas si y'a la place

Avatar de FatAgnus FatAgnus - Membre habitué https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 22:34
Citation Envoyé par Jamatronic Voir le message
Quand les politiques, aux QI de poules, pensent qu'ils vont freiner la technologie... Pendant qu'internet naissait, en France on avait le Minitel, grosse daube "souveraine".
Il faut arrêter de croire qu'Internet a été inventé seulement pas les États-uniens dans leur coin, des travaux de chercheurs européens ont également largement influencés la conception d'Internet, ne serait-ce que l'influence du réseau expérimental français réseau Cyclades :

Au printemps 1972, Louis Pouzin, en tournée aux États-Unis, constate quelques « aspects insuffisamment pratiques d'Arpanet », ce qui amène Cyclade à introduire des fonctions supplémentaires et à en simplifier d'autres. « Les travaux de Pouzin nous ont beaucoup apporté, explique Vinton Cerf. Nous avons utilisé son système de contrôle de flux pour le protocole TCP/IP. C'était motivant de parler avec lui. ». L'un des membres de l'équipe, Gérard Le Lann, rejoint Vinton Cerf à Stanford dès 1973, pour travailler sur le protocole TCP, qui voit le jour la même année.
Avatar de Benoit21 Benoit21 - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 04/08/2018 à 23:09
Je vous invite à regarder la conférence sur CLIP (l'OS très sécurisé de l'ANSSI):
http://static.sstic.org/videos2015/S...3_P08_CLIP.mp4

C'est une bonne chose que le gouvernement donne un peu d'argent pour ce projet, mais il est peut-être aussi question de développer un OS commercial plus faiblement sécurisé pour les administrations à l'image de ce qu'a pu faire la Gendarmerie Nationale avec Gendbuntu.
https://fr.wikipedia.org/wiki/GendBuntu

Je pense par contre que si on veux faire quelque chose de plus ambitieux que des modifications sur une distribution Linux déjà existante, il faut donner le bébé au secteur privé et faire du protectionnisme pour faire décoller le produit sur le marché civil.

C'est le même problème qu'avec Qwant, si on veux les faire décoller, il faut les protéger, sinon ils vont finir par se faire bouffer (c'est ce qu'ont fait les chinois et les russes chez eux).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil