Munich a décidé d'abandonner LiMux pour Windows 10 à partir de 2020
Une migration à 50 millions d'euros

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
En 2003. Munich, troisième ville la plus importante d’Allemagne, dispose de plus de 16 000 PC utilisés par les employés de l’administration. La fin de la prise en charge de Windows NT est proche et celle de Windows XP suivra dans quelques années. La ville de Munich a besoin d’une alternative pour mettre fin aux migrations forcées des solutions propriétaires, qui permettra de :
  • accéder à une large gamme d’applications ;
  • faciliter l’interopérabilité avec les autres plateformes ;
  • bénéficier d’un support constant ;
  • réduire les coûts ;
  • se libérer des « vendor lock-in ».

C’est dans ce contexte que la ville annonce le projet LiMux en 2004, une version personnalisée de Linux qui tournerait sur les ordinateurs des collaborateurs. Cependant, un peu plus d’une décennie plus tard, le conseil municipal de Munich, qui dispose désormais d’un parc informatique de 29 000 PC, décide de se tourner vers Windows 10.

Pour être plus précis, Munich va commencer à déployer un client Windows 10 à partir de 2020, pour un coût d'environ 50 millions d'euros, en vue de remplacer complètement LiMux par Windows 10 d'ici 2023.

Les élus qui ont soutenu ce projet lors d'une réunion du conseil ont expliqué que l'utilisation de Windows 10 facilitera la compatibilité des applications et des pilotes de matériel en plus de réduire les coûts associés à l'exécution de PC tournant sur Windows et LiMux côte à côte.

Il faut préciser que Munich avait gardé une minorité de ses machines sous Windows pour exécuter des applications métier incompatibles avec LiMux pour lesquelles la virtualisation n'est pas une option. Quant à savoir quelle proportion de ces ordinateurs tournait toujours sur Windows, certaines personnes évoquent 40 % et d’autres 20 %. Quoi qu’il en soit, ces deux écosystèmes ont coexisté au sein de la municipalité depuis une décennie déjà, mais Munich estime que cette option n’est désormais plus viable.

Le maire Dieter Reiter a rappelé qu'il n'y a jamais eu d’écosystème reposant entièrement sur Linux dans la ville : « Nous avons toujours eu des systèmes mixtes et nous avons ici la possibilité de passer à un système unique : avoir deux systèmes d'exploitation n’est pas du tout rentable [...] Je n'ai jamais dit que je suis un expert en approvisionnement informatique, mais je suis soutenu par 6 000 collègues qui ne sont pas non plus satisfaits des performances des systèmes existants. »

Bien entendu, le retour à Windows 10 n’a pas fait l’unanimité chez les élus. Ceux qui s’y opposent ont remis en question la nécessité d'une migration qui coûtera plus de 50 millions d'euros à Munich et va prendre des années pour être déployée, alors que l'autorité sera également occupée à restructurer son département informatique.


Florian Roth, leader du parti des Verts à Munich, a demandé si le retour à Microsoft était vraiment la meilleure façon d'améliorer les TI au sein de l'autorité : « Nous sommes d'accord sur le fait que des améliorations à notre informatique sont absolument nécessaires, mais le coût élevé d'un retour à Microsoft, avec les coûts financiers qui en découlent, est une question qui nécessite un débat [...] Est-ce que tant de millions, de ressources, de gens ont vraiment besoin d'être liés à un projet aussi inutile ? »

Roth a également fait valoir qu'être si fortement dépendant de Microsoft, ou de tout autre fournisseur, posait des problèmes de sécurité potentiels. « L'Office fédéral allemand de la sécurité de l'information, le Bundesamt für Sicherheit in der Informationstechnik, a récemment répété qu'une monoculture dans les logiciels est dangereuse », a-t-il rappelé.

La migration vers Windows 10 fait partie d'une restructuration informatique chiffrée à plus de 89 millions d'euros à Munich, dans le cadre de laquelle le conseil souhaite également augmenter de manière significative le nombre d'applications exécutées sur des infrastructures virtualisées ou des navigateurs Web. En créant ces applications « indépendantes de la plateforme », le conseil croit que cela pourrait réduire le temps nécessaire pour tester et mettre à jour les clients.

Matthias Kirschner, président de la Free Software Foundation Europe, s'est interrogé sur les raisons pour lesquelles le conseil investit tant dans le passage à un nouveau système d'exploitation de bureau tout en se concentrant sur le sourcing d'applications qui fonctionneront sur n'importe quelle plateforme : « Munich a parlé d'être indépendant du système d'exploitation, c'est pourquoi je ne comprends pas pourquoi ils investissent maintenant tellement de temps dans le changement d'un système d'exploitation. »

Thomas Ranft du parti FDP / HUT s’est demandé pourquoi le conseil devrait dépenser autant d'argent pour abandonner « l'indépendance du fournisseur que Linux nous a donné », surtout si Windows ne serait pas une solution à long terme : « Cela n'a pas de sens parce que là où nous voulons aller à Munich c'est le cloud, à quoi sert une solution intermédiaire qui nous coûte près de 100 millions d'euros ? »

Source : TR

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Coup dur pour l'open source ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de lulu7 lulu7 - Inactif https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 10:44
d accord avec le dernier commentaire. Il faut se tourner vers l'avenir et l'avenir c'est le client léger et les apps déployer dans le cloud.
C'est plus économique d'investir dans une solution Microsoft Azure

Ce n'est pas une défaite pour le libre dans le sens ou le libre est incapable de répondre à ce besoin. C'est juste qu'il n'aurait jamais fallu se tourner vers Linux dans ce cas précis et rester sur les technologie MS qui apporte toute l'expertise métier requise dans ce domaine.
Avatar de AndMax AndMax - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 10:46
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Qu'en pensez-vous ? Coup dur pour l'open source ?
Je ne pense pas que ce soit un coup dur pour l'open-source. Les logiciels libres, ou les logiciels "à sources ouverts" (ce qui n'est pas du tout la même chose), ont existé bien avant Microsoft, et existeront bien après la fin des logiciels privateurs de Microsoft. C'est plutôt un coup dur pour Munich et ses administrés: une part plus importante de leurs impôts partiront vers l'Irlande puis des paradis fiscaux, et ils n'auront plus de contrôle sur leurs systèmes d'informations.
Avatar de Chuck_Norris Chuck_Norris - Membre émérite https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 11:19
Citation Envoyé par lulu7 Voir le message
d accord avec le dernier commentaire. Il faut se tourner vers l'avenir et l'avenir c'est le client léger et les apps déployer dans le cloud.
Mais oui bien sûr. Cela a le vent en poupe, certes, mais de là à laisser penser que c'est la meilleure solution. Cela est une solution, certes, mais ça oblige à confier des données à des prestataires privés, souvent étrangers, et de dépendre d'un fournisseur aussi (de la même manière que retourner à Windows introduit une dépendance à Microsoft). Donc une solution, mais pas LA solution. Il y a aussi d'excellentes raisons de tout gérer in-house.

Pour l'abandon de LiMux, cela me paraissait inévitable. La migration n'a clairement pas été faite correctement, si on a encore 40% de postes sous Windows après tant d'années, tout ça pour exécuter des logiciels métiers (= faits pour Munich, donc qui auraient pu être adaptés pour LiMux si les moyens avaient été mis) qui ne tournent que sur Windows. Et que la virtualisation n'aurait pas été une option (puissance requise ? matériel spécifique ? j'avoue que là-dessus j'ai des doutes quand même).

Un projet inachevé, faute soit de moyens humains, soit de moyens financiers, soit même de volonté, car il est probable qu'il y ait eu de la réticence au changement, voire de la malveillance (personnes étant par définition hostiles aux projets, et bien sûr pression des lobbys). La décision d'aujourd'hui ne surprend donc pas, même si ce n'était pas la seule option.

En tout cas je ne trouve pas que Windows 10 soit un produit adapté pour des postes professionnels, notamment pour son aspect éternellement changeant, ses mises à jour gargantuesques et obligatoires, non sans dommages pour les applications et les réglages, et pour les très nombreux espions intégrés aux systèmes. Ceci dit je suis certain que Microsoft fera le nécessaire pour désactiver tous ces détails énervants pour Munich (et rien que pour eux), cela faisait sûrement aussi partie des conditions pour que la ville accepte de migrer à Windows 10.
Avatar de magatst magatst - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 11:47
C'est claire que vue comment les distributions dites libre rames à être à la hauteur des solutions privatives ...
Mais pourquoi les "pouvoirs publiques" ici comme ailleurs n'investissent pas massivement cet argent dans son développement plutôt que de les verser
a des entreprises que je qualifierai de dangereuses.

Et ça fait plus de 30 ans que ça dure ...

Et vue la crise du libre actuel, c'est pas gagné ...
Avatar de codec_abc codec_abc - Membre averti https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 12:21
Citation Envoyé par magatst Voir le message
C'est claire que vue comment les distributions dites libre rames à être à la hauteur des solutions privatives ...
Mais pourquoi les "pouvoirs publiques" ici comme ailleurs n'investissent pas massivement cet argent dans son développement plutôt que de les verser
a des entreprises que je qualifierai de dangereuses.

Et ça fait plus de 30 ans que ça dure ...

Et vue la crise du libre actuel, c'est pas gagné ...
Le libre n'est pas en crise, mais il y a des secteurs ou il n'a jamais vraiment percé et ne percera pas de si tôt, voire jamais. Il faut se rendre compte que la plupart des utilisateurs de postes informatiques dans les administrations n'ont utilisés que du Windows. Donc si une administration change d'OS il faut tous les former et généralement à contre cœur, car la prise en main du nouvel OS/outil va provoquer de la frustration. Aussi, se pose la question de la compatibilité. C'est pas parce qu'il y a une alternative open-source a un produit que celle-ci sera 100% compatible avec l'existant. C'est pas gênant pour une administration fraichement crée, mais pour une qui doit exploité des documents des 10 dernières années c'est une autre paire de manches. Ensuite, il faut voir que les produits Microsoft sont (en quelque sorte) financé par les administrations du monde entier (car à part quelques exceptions, toutes les utilisent) ce qui leur donne une rentré d'argent énorme pour financer la maintenance et l'évolution de leurs produits. Chose que n'ont pas les alternatives open-source dans la très grande majorité. Et enfin, une administration ne travaille jamais en isolation totale et donc si elle change ses outils elle va connaitre des incompatibilités avec les autres administration (format de document, etc...).

En conclusion, une migration isolé à peu de chances de réussir. Pour que cela marche il faut le faire au moins à la taille d'un pays, sauf que le budget est colossal et le risque et les problèmes engendrés par une telle migration sont loin d'être négligeable. Et pour finir, ce qui intéresse les gens (sauf les idéalistes) c'est d'avoir une solution fiable et économique. A priori rien ne permet de garantir qu'une solution open-source sera plus fiable ou moins chère qu'une solution propriétaire Et je pense que la très grande partie des parties des utilisateurs de LiMux s'en cognaient pas mal d'avoir accès aux sources et ne sont jamais allé les voir. Donc au final la seule différence fondamentale entre propriétaire et open-source vraiment n'a aucune espèce d'importance pour 99.999% des gens.
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - I.A. en bêta-test https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 12:37
Quitte à avoir un réseau unifié, autant utiliser celui qui est vraiment utilisé par les postes serveurs et les postes clients.
[spoiler] Un RAD de dev de systèmes d'exploitation Linux serait trop simple je suppose. Autant vouloir Windows 10 S ou Windows 10 Mobile et le recompiler pour x86...[/spoiler]
LiMux
Avatar de magatst magatst - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 13:03
Citation Envoyé par codec_abc Voir le message
Le libre n'est pas en crise, mais il y a des secteurs ou il n'a jamais vraiment percé et ne percera pas de si tôt, voire jamais. Il faut se rendre compte que la plupart des utilisateurs de postes informatiques dans les administrations n'ont utilisés que du Windows. Donc si une administration change d'OS il faut tous les former et généralement à contre cœur, car la prise en main du nouvel OS/outil va provoquer de la frustration. Aussi, se pose la question de la compatibilité. C'est pas parce qu'il y a une alternative open-source a un produit que celle-ci sera 100% compatible avec l'existant. C'est pas gênant pour une administration fraichement crée, mais pour une qui doit exploité des documents des 10 dernières années c'est une autre paire de manches. Ensuite, il faut voir que les produits Microsoft sont (en quelque sorte) financé par les administrations du monde entier (car à part quelques exceptions, toutes les utilisent) ce qui leur donne une rentré d'argent énorme pour financer la maintenance et l'évolution de leurs produits. Chose que n'ont pas les alternatives open-source dans la très grande majorité. Et enfin, une administration ne travaille jamais en isolation totale et donc si elle change ses outils elle va connaitre des incompatibilités avec les autres administration (format de document, etc...).

En conclusion, une migration isolé à peu de chances de réussir. Pour que cela marche il faut le faire au moins à la taille d'un pays, sauf que le budget est colossal et le risque et les problèmes engendrés par une telle migration sont loin d'être négligeable. Et pour finir, ce qui intéresse les gens (sauf les idéalistes) c'est d'avoir une solution fiable et économique. A priori rien ne permet de garantir qu'une solution open-source sera plus fiable ou moins chère qu'une solution propriétaire Et je pense que la très grande partie des parties des utilisateurs de LiMux s'en cognaient pas mal d'avoir accès aux sources et ne sont jamais allé les voir. Donc au final la seule différence fondamentale entre propriétaire et open-source vraiment n'a aucune espèce d'importance pour 99.999% des gens.
Oui, c'est bien "qu'est-ce que je dis", c'est surtout une question de volonté politique.
Mais sachez qu'il a été prouvé mainte mainte fois que le privé, à terme est toujours beaucoup plus cher que le "publique".
Quand au problème d'incompatibilité de format et de fichiers c'est de la foutaise bien entretenu pour faire des gros sous ...
L’accès aux sources permets a ceux qui doivent et qui peuvent d'y avoie accés, les autres font confiances à leur expertises...
Le fait de n'y avoir pas accés dans le cadre d'une utilisation d'un service publique et a mon avis irresponsable ...

Oui une solution fiable est économique ...

Mais qu'attends donc nos politiques pour investir massivement ...
Si c'est être idéaliste alors je suis fier de l'être ...
Mais a mon avis c'est une question de choix politique.
Pour les libéraux c'est sûr que les affaires juteuses qui feront d'eux des milliardaires à pas cher sur le dos des populations seront terminé ...

Et comme la plupart des développeurs rêvent que de trouvé le produit qui les rendra riche il est claire que ceux-ci ne font que peu d'effort.
Pire, certain exploitent à outrance (je bois jamais las-bas) les technos dites libres et souvent gratuites pour en tirer les maximum.

D'ailleurs opensource à été créer de toute pièce pour contre carré la Gnu/Gpl ...

Pour bricoler souvent avec des distributions Gnu/linux j'ai rarement rencontré d'incompatibilité notoire pour l’essentiel des fichiers ...
Mais par contre les divers bureaux Gnu/Linux son moyenageux.
Grosso modo, le monde des devs est refermé sur lui-même et ne s'interresse que trés peu à l'utilisateur lambda et à l'utilisation bureautique.

D’ou ce qui est pour moi "la crise du libre" ...
Mais en fait vous avez raison, personne ne veut vraiment d'un os bureautique libre pour tous fonctionnelle et tout et tout du premier clique.
Car les affaires juteuses s'assècheraient ...

Et oui, pour que ça marche il faut le faire à la taille d'un pays ...
Mais qu'attend -t-ont ???
?
Avatar de Aurelien Plazzotta Aurelien Plazzotta - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 14:48
La décision de remigrer vers Windows est irrationnelle. Il est évident que les lobbies Microsoft ont influencé les décideurs. Et comme dit plus haut, la migration vers LiMux était dès le départ sabotée puisque 13 ans plus tard, 40% des postes ne "devaient" pas être migrés... Début du déploiement de Windows 10 en 2020, soit 5 ans après sa sortie. Fin de la migration en 2023, soit 8 ans après la sortie du système d'exploitation. Microsoft va pouvoir doubler sa facture en maintenance logicielle... D'ailleurs Microsoft a désormais le même coeur de métier que RedHat : ils font leur beurre sur la formation, le support et la maintenance. A croire que l'entreprise développe délibéremment un piètre logiciel pour facturer des prestations liées à l'exploitation du produit.

EDIT: Correction de la date suite au commentaire de gbegreg (faute de saisie).
Avatar de lulu7 lulu7 - Inactif https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 16:53
soyons sérieux 2 minutes... on a besoin ici d'une entreprise de confiance avec de l'expertise métier, pas de 2-3 barbues insociable.
La ville de Munich à été longue à le comprendre mais elle suit enfin le chemin le plus raisonnable.

Le cloud c'est pas la mode, c'est l'avenir. Les solutions apporté par MS réponde à des besoins sur mesure. Plus de flexibilité, plus de souplesse et un budget maîtrisé.
cela fait 10ans que Munich dépense des millions dans dans du vent et l'heure des compte étant arrivé on redevient raisonnable.
Avatar de ddoumeche ddoumeche - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 25/11/2017 à 17:03
Citation Envoyé par Aurelien Plazzotta Voir le message
La décision de remigrer vers Windows est irrationnelle. Il est évident que les lobbies Microsoft ont influencé les décideurs. Et comme dit plus haut, la migration vers LiMux était dès le départ sabotée puisque 13 ans plus tard, 40% des postes ne "devaient" pas être migrés...

Début du déploiement de Windows 10 en 2010, soit 5 ans après sa sortie. Fin de la migration en 2023, soit 8 ans après la sortie du système d'exploitation. Microsoft va pouvoir doubler sa facture en maintenance logicielle...
D'ailleurs Microsoft a désormais le même coeur de métier que RedHat : ils font leur beurre sur la formation, le support et la maintenance. A croire que l'entreprise développe délibéremment un piètre logiciel pour facturer des prestations liées à l'exploitation du produit.
Ou que la DSI de Munich n'a pas convaincu: des déploiements ratés de logiciels à grande échelle, cela se voit régulièrement et on n'accuse pas le logiciel gagnant d'avoir influencé les décideurs. Le simple fait de le dire montre l'amateurisme des libristes. Si au moins Munich avait choisit redhat, ils auraient eu un support sérieux derrière.

C'est toujours mieux que de livrer un produit sans assurer la maintenance logicielle comme le font 99% des distributions.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil