Copyright : Vint Cerf, Tim Berners-Lee et d'autres sommités de l'Internet se mobilisent
Contre le filtrage automatique des téléchargements en Europe

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
L'UE n'est plus qu'à quelques jours d'un vote crucial qui pourrait transformer de manière fondamentale l'Internet tel qu'on le connait aujourd'hui. Les 20 et 21 juin, le Parlement européen va en effet se prononcer sur la dernière proposition dans le cadre de la réforme de l'UE sur le droit d'auteur. Le Conseil de l'UE s'est déjà prononcé en adoptant fin mai un texte qui force les plateformes d'Internet à implémenter des machines de censure, puisqu'elles devraient filtrer automatiquement le contenu mis en ligne par leurs utilisateurs de peur d'être sanctionné. En plus de cela, les gouvernements des États membres ont adopté une taxe sur les liens Internet qui permettra aux éditeurs de presse d'être rémunérés par les plateformes en ligne pour la reproduire des publications de presse ou les rendre accessibles au public.

L'article 13 de la réforme (relatif au filtrage automatique de contenu en ligne) est le plus contesté. Mais après de nombreux mois de discussions sur la directive européenne sur le copyright, il n'a pas été retiré ou amélioré. Théoriquement, il y a encore de l'espoir pour les défenseurs des libertés numériques. Les 20 et 21 juin, la commission des affaires juridiques du Parlement européen votera sur la proposition. Si elle s'oppose au filtrage des téléchargements, la lutte pourra continuer dans les négociations ultérieures du Parlement avec le Conseil et la Commission européenne. Dans le cas contraire, le filtrage automatique de tous les contenus téléchargés pourra devenir obligatoire pour toutes les plateformes de contenu utilisateur qui desservent les utilisateurs européens.


À une semaine de ce vote crucial, un groupe de plus de 70 sommités de l'Internet et de l'informatique se mobilise contre la disposition exigeant des plateformes Internet qu'elles filtrent automatiquement le contenu mis en ligne par leurs utilisateurs. Ce groupe comprend le pionnier de l'Internet Vint Cerf, l'inventeur du World Wide Web Tim Berners-Lee, le cofondateur de Wikipédia Jimmy Wales, le cofondateur du projet Mozilla Mitchell Baker, le fondateur de l'Internet Archive Brewster Kahle, l'expert en cryptographie Bruce Schneier, et l'expert en neutralité du Net Tim Wu.

« En imposant aux plateformes Internet de filtrer automatiquement tout le contenu téléchargé par leurs utilisateurs, l'article 13 franchit une étape sans précédent vers la transformation d'Internet, d'une plateforme ouverte de partage et d'innovation, en un outil de surveillance et de contrôle automatisé de ses utilisateurs », se sont-ils prononcés dans une lettre conjointe publiée le 12 juin et adressée au président du Parlement européen. « Nous acceptons la considération de mesures qui amélioreraient la rémunération des créateurs pour l'utilisation de leurs œuvres en ligne, mais nous ne pouvons pas soutenir l'article 13, qui obligerait les plateformes Internet à intégrer une infrastructure automatisée de surveillance et de censure. Pour le futur de l'Internet, nous vous demandons de voter pour la suppression de cette proposition », ont-ils ajouté.

Ils estiment que cette loi va poser peu d'obstacles aux plus grandes plateformes telles que YouTube (YouTube utilise déjà son système Content ID pour filtrer le contenu), mais elle va créer une barrière coûteuse à l'entrée pour les petites plateformes et startups ; ces dernières pourront alors choisir de s'établir ou de déplacer leurs opérations à l'étranger afin d'éviter la loi européenne. Cela pourrait donc renforcer la position dominante des plus grandes plateformes en Europe.

Un autre problème qui en découlera est qu'avec le filtrage automatique des contenus mis en ligne, les utilisateurs verront que leurs contributions (vidéo, audio, texte et même code source) seront surveillées et potentiellement bloquées si le système automatisé détecte ce qu'il pense être une violation du droit d'auteur. Or, de manière inévitable, des erreurs vont se produire, puisqu'il n'existe aucun moyen pour un système automatisé de déterminer de manière fiable quand l'utilisation d'une œuvre protégée par le droit d'auteur relève d'une limitation ou d'une exception de droit d'auteur en vertu du droit européen, telle qu'une citation ou une parodie. Bref, de nombreuses utilisations « inoffensives » d'œuvres protégées dans les mèmes Internet ou remix par exemple seront techniquement illégales. Et si un système automatisé doit surveiller et éliminer ces infractions techniques, le champ d'application autorisé de la liberté d'expression en Europe sera radicalement réduit, même en l'absence de toute modification substantielle du droit d'auteur.

Pour éviter qu'on arrive à cette situation, ces pionniers et personnages importants de l'Internet et de l'informatique invitent les Européens à participer à une campagne qui vise à alerter leurs représentants sur les dangers de l'article 13 de la réforme du copyright de l'UE.

Sources : Blog de l'Electronic Frontier Foundation, Lettre adressée au président du Parlement européen

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Y a-t-il, selon vous, une chance que la mobilisation des sommités de l'Internet et de l'informatique change quelque chose ?

Voir aussi :

Les moteurs de recherche devraient-ils rémunérer les éditeurs de presse pour afficher leurs articles ? Un projet adopté par les ambassadeurs de l'UE
Ce que l'UE prépare à propos des liens et téléchargements de fichiers sur internet : des actions courantes sur le Web pourraient devenir illégales
UE : la France et deux autres pays militent pour le filtrage automatique des contenus mis en ligne, dans le cadre de la réforme sur le droit d'auteur
Mozilla et la Free Software Foundation condamnent la réforme de l'UE sur le droit d'auteur qui propose un filtrage massif de contenu sur Internet
Google et Facebook sous le coup de 4 accusations dans 4 pays pour avoir enfreint le RGPD, quelques heures seulement après son entrée en vigueur


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de patrick72 patrick72 - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 13/06/2018 à 10:16
on sait tous ce que vaut les filtres automatiques : cela bloque des "faux semblant" et comme il est facile de les contourner, cela ne bloque pas les contenue qui devrait l'être réellement !

...Pour exemple, le site le Bon Coin utilise un filtre contrôlant les annonces : j'ai voulu vendre un tonnelet à liqueur en faïence de Quimper... annonce rejeté ! je suppose que le mot liqueur à été détecté : j'ai donc écrit " l i q u e u r ", et c'est passé !
Avatar de VivienD VivienD - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 13/06/2018 à 10:45
Citation Envoyé par patrick72 Voir le message
on sait tous ce que vaut les filtres automatiques : cela bloque des "faux semblant" et comme il est facile de les contourner, cela ne bloque pas les contenue qui devrait l'être réellement !

...Pour exemple, le site le Bon Coin utilise un filtre contrôlant les annonces : j'ai voulu vendre un tonnelet à liqueur en faïence de Quimper... annonce rejeté ! je suppose que le mot liqueur à été détecté : j'ai donc écrit " l i q u e u r ", et c'est passé !
Le problème n'est pas l'imposition de filtres mais l'éventuelle illégalité de certaines activités pourtant bénignes et anodines. Hadopi est aisément contournable mais les échanges visés par cette mesure n'en restent pas moins délictueux: si tu te fais pincer, la justice te condamnera comme n'importe quel autre délinquant.
Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 13/06/2018 à 11:29
J'en pense qu'entre la révocation de la neutralité d'internet par les USA et cette directive ubuesque, la menace contre le web n'a jamais été aussi importante, et jamais accueillie dans un silence médiatique aussi assourdissant, même lors des précédentes crises (ACTA, SOPA, PIPA, etc). Il y avait un activisme considérable à l'époque, cette année, rien. Silence complet, pas la moindre réaction, pas le moindre suivi médiatique en dehors de la presse spécialisée. C'est affolant je trouve.

Et le tableau devient bien plus sombre encore quand on prend en compte les menaces plus spécifiquement françaises que sont la loi contre les "fakes news" et la loi sur le secret des affaires.
Avatar de Kapeutini Kapeutini - Membre du Club https://www.developpez.com
le 13/06/2018 à 13:48
Tout cela pour la défense de quelques intérêts privés qui n'ont pas compris l'ère numérique
Avatar de nikau6 nikau6 - Membre averti https://www.developpez.com
le 13/06/2018 à 15:53
Citation Envoyé par Kapeutini Voir le message
Tout cela pour la défense de quelques intérêts privés qui n'ont pas compris l'ère numérique
Si, Si, ils ont tres bien compris. Le but de cette loi c'est de la censure, point barre. Internet dérange le pouvoir, une majorité de gens ne gobent plus leurs mensonges permanent.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 13/06/2018 à 16:19
Citation Envoyé par nikau6 Voir le message
Internet dérange le pouvoir
Internet a participé à l’élection de Trump et le pouvoir n'a vraiment pas aimé (les médias mainstream ont fait une grosse campagne anti Trump et ça n'a pas suffit).
Les gens ont pu partager des vidéos et des articles qui ne venaient pas des médias officiels. Tu pouvais avoir accès aux discours complet de Trump.

Le système trouve qu'il y a trop de libertés sur internet et que ça diminue son pouvoir d'influence.
Il faut que les gens s'informent à une source validé par le système. (Ça va finir par un sceau de qualité "Validé par le système", c'est un peu ça le décodex et toute la lutte contre les "fakes news")
Internet permet de voir les choses sous un autre angle que celui qui nous est proposé par les gros médias.

Nous sommes en train de perdre des libertés. (et on utilise n'importe quoi comme justification : le terrorisme, le respect du copyright, la sécurité, etc)
Avatar de Jarodd Jarodd - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 13/06/2018 à 18:18
Mitchell Baker est une femme...
Avatar de Namica Namica - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 14/06/2018 à 0:32
Citation Envoyé par Jarodd Voir le message
Mitchell Baker est une femme...
Je confirme. Winifred Mitchell Baker, formation d'avocate. Time magazine l'a inscrite dans sa liste annuelle des 100 personnes les plus influentes du monde en 2005.
(https://fr.wikipedia.org/wiki/Mitchell_Baker)
Du sacré beau monde sur cette pétition, c'est impressionnant.
Si au moins nos politicards pouvaient admettre que ces gens là sont les meilleurs pour rendre un avis !
Espérons...
Avatar de Namica Namica - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 14/06/2018 à 1:17
Vous aussi vous pouvez faire du lobbying pour saborder cet infâme article 13 :
https://saveyourinternet.eu/fr/home-4/
Un coup de téléphone (gratuit par le lien) ou un courriel bien senti à vos eurodéputés ne fait pas de mal. Que du contraire.
Avatar de Sipige Sipige - Membre du Club https://www.developpez.com
le 14/06/2018 à 7:08
Génial on va maintenant pouvoir dealer des liens.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil