Android : le régulateur européen de la concurrence pourrait rendre sa décision contre Google à la mi-juillet
Une amende record dissuasive annoncée

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
On l'attendait depuis près d'un an, et elle pourrait bientôt tomber : la décision du régulateur européen de la concurrence dans le cas antitrust impliquant Google et son OS mobile Android. D'après le quotidien américain Reuters, citant des sources proches du dossier, Google devrait en effet être frappé d'une nouvelle amende antitrust de l'UE à la mi-juillet pour avoir utilisé son système d'exploitation mobile dominant pour évincer ses rivaux.

En guise de rappel, l'enquête de la Commission européenne fait suite à une plainte déposée en mars 2013 par FairSearch, un lobby soutenu par des entreprises qui estiment être désavantagées par la domination de Google sur le marché des moteurs de recherche. En avril 2015, Bruxelles a donc ouvert une procédure d'examen formelle contre le géant de la recherche en ligne. Pendant son enquête, Bruxelles a constaté que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store sur leurs appareils sont forcés par Google à préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. Par ailleurs, ceux qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. Bruxelles estime que, de cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’espace économique européen.

Pour sa part, Google a soutenu que son OS mobile Android n’est pas anticoncurrentiel. En ce qui concerne la préinstallation d’applications Google sur les appareils Android, Google a réfuté le fait que cela limite les choix des utilisateurs. D’après le géant de l’Internet, l'existence de Google Play prouve aussi que les utilisateurs ont la possibilité de remplacer les applications de Google par des applications tierces. Google a également expliqué qu’il ne force pas les constructeurs à installer ses applications, et que d’ailleurs, l'entreprise offre plus de choix aux utilisateurs que ses concurrents Apple avec iOS et Microsoft avec Windows 10 Mobile / Windows phone.


Mais convaincu de pratiques anticoncurrentielles exercées par Google, le régulateur européen a décidé de sanctionner lourdement le géant de l'Internet. Il a toutefois mis en place un panel d'experts pour lui donner son opinion sur l'affaire, avant de prendre une décision définitive ; une décision qui pourrait être rendue dans la semaine du 9 juillet, d'après les sources de Reuters.

Pour dissuader les autres multinationales, l'amende de l'UE devrait dépasser l'amende record de 2,4 milliards d'euros infligée à Google l'année dernière pour avoir injustement favorisé son service Google Shopping. D'après Reuters, l'autorité européenne chargée de la concurrence devrait également demander à Google d'arrêter ses pratiques anticoncurrentielles telles que les accords de licence qui empêchent les fabricants de smartphones de promouvoir des alternatives à des applications telles que Google Search et Google Maps.

Google a été informé des nouveaux détails et preuves que l'organisme de réglementation envisage d'utiliser contre la société. Le géant de la recherche en ligne aurait donc demandé une audience à huis clos afin de se défendre à nouveau devant les hauts responsables de la Commission et les autorités nationales de la concurrence, mais sa demande aurait été rejetée.

Rappelons qu'Android n'est que l'un des trois fronts sur lesquels Google est opposé au régulateur européen de la concurrence. En plus du cas Shopping pour lequel la sanction est tombée l'année dernière, Google est encore accusé de pratiques anticoncurrentielles sur le marché de la publicité en ligne avec son service AdSense. Ce dernier cas pourrait être officialisé vers la fin de l'année, d'après les sources de Reuters.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous des accusations de la Commission européenne ?
Pourquoi, selon vous, Google est-il dans le viseur du régulateur européen de la concurrence ?

Voir aussi :

Condamné à une amende de 2,4 milliards d'euros, Google exprime son désaccord avec la décision de la Commission européenne et envisage de faire appel
La Commissaire européenne à la Concurrence menace de démanteler Google, si la société américaine continue d'abuser de sa position dominante
L'amende de 2,42 milliards d'euros infligée à Google par l'UE devait avoir un effet dissuasif, mais des experts la jugent excessive et inadéquate
La Commission européenne s'apprêterait à ouvrir un troisième front contre Google, se tournant cette fois vers les services publicitaires de la firme


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 07/06/2018 à 19:38
Ce qui serait plaisant, c'est d'avoir juste le Store comme application et de laisser le consommateur libre de choisir selon ses besoins. En plus du téléphone et des SMS. Sobre et efficace. Je pense que la Commission européenne à la concurrence en serait pleinement satisfaite.
Avatar de Stan Adkens Stan Adkens - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 10/07/2018 à 9:43
Antitrust : Google devrait apporter d’importants ajustements dans Android
en réponse à une éventuelle amende record de l'UE

En vertu des articles 101 et 102 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), du règlement sur les ententes et abus de position dominante (règlement n° 1/2003 du Conseil) et à la suite de deux plaintes, et après avoir mené une enquête initiale de sa propre initiative, la Commission européenne a ouvert, en avril 2016, une procédure formelle d’examen contre Google afin d’examiner en profondeur si les pratiques de l'entreprise concernant Android ainsi que les applications et des services pour téléphones intelligents et tablettes enfreint les règles de l’UE en matière de concurrence. Par ailleurs, l’Europe n’est pas la seule à ouvrir une procédure contre Google. Le Missouri, pour ne citer que ce pays, a également lancé une enquête antitrust contre la société en 2017.

Les régulateurs européens reviennent à la charge et Google pourrait faire face à une pénalité record pour avoir forcé ses outils de recherche et de navigation Web sur les smartphones et autres appareils Android. Ce qui pourrait emmener la société à apporter des changements majeurs dans son système d'exploitation mobile, selon Washington Post.


La potentielle pénalité contre Google devrait être de l’ordre de plusieurs milliards de dollars, selon des personnes qui connaissent bien le raisonnement de Margrethe Vestager, le chef de la concurrence de l'Union européenne, marquant la seconde fois depuis plusieurs années que les autorités antitrust ont découvert que la société menacerait ses concurrents et les consommateurs.

Cette amende potentielle souligne, par ailleurs, l’agressivité de l’Europe dans la régulation des géants américains de la technologie. L'année dernière, après une décennie de minutieuse enquête, l’Europe a infligé une punition de 2,7 milliards de dollars à Google pour avoir prétendu la supériorité de son service de comparaison aux autres outils similaires offerts par ses concurrents.

Le comportement de Google en cause est de faire la pression sur les fabricants de téléphones et tablettes qui utilisent le système d’exploitation Android sur leurs appareils, de préinstaller également ses propres applications. Google aurait exigé également que les fabricants définissent Google Search comme service de recherche par défaut et qu’ils proposent Chrome comme navigateur, dans le cas contraire ils perdraient l'accès à l’App Store d'Android. Selon l’UE, les fabricants comme HTC et Samsung font face à des pratiques anticoncurrentielles de la part de Google, car s'ils sont privés de l’App Store d’Android, il sera difficile aux propriétaires de smartphones ou de tablettes Android de télécharger des jeux ou d'autres applications ou des services proposés par des concurrents de Google offerts par des développeurs tiers.

Selon l’UE, cette politique assure à Google une domination continue sur Internet. D’où, la décision que prendrait l’UE serait d’interdire ces pratiques contraignantes pour les fabricants ou encore contraindre Google à donner aux consommateurs un moyen plus facile de changer certains services comme les moteurs de recherche sur leurs téléphones ou tablettes, selon des experts.

Google trouve que les conséquences des mesures de l’UE pourraient s’avérer énormes, car l’élimination des outils comme la recherche et leur inclusion sur les appareils Android, qui offrent à l'entreprise un moyen de capturer des données sur les utilisateurs, pourrait inciter Google à repenser l'ensemble de l'écosystème pour Android dans le but d'assurer son adoption à grande échelle tout en évitant des concurrents comme Apple.

« Personne n'est obligé de prendre les applications de Google, mais si vous voulez avoir certaines applications, vous devez avoir toute la suite », a déclaré Jakob Kucharczyk, vice-président de la concurrence et de la politique de réglementation de l’UE pour The Computer & Communications Industry Association, un groupe de commerce qui représente Google. Selon lui, cela aide Google « à s'assurer qu'il peut financer l'open source en premier lieu ».

La régulation européenne des géants de la technologie est plus agressive que celle des Etats-Unis où les autorités ont conclu une enquête plus limitée sur Google en 2013 sans exiger que la société apporte des changements majeurs, selon Washington Post. Les autorités de l’UE ont également infligé des amendes et d’autres sanctions contre Apple pour fraude fiscale et Facebook pour n’avoir pas honoré les promesses de confidentialité. Mais Apple ne fait pas l’objet de procédures récurrentes comme Google sur les applications qu’il préinstalle sur ses appareils, en partie à cause du fait que la société fabrique ses téléphones elle-même.

Luther Lowe, vice-président des politiques publiques chez Yelp, l'une des entreprises qui ont fait pression pour une réglementation antitrust forte de Google, trouve que les consommateurs européens sont mieux protégés que les consommateurs américains. Si les sanctions de l’UE s’appliquent, les autorités antitrust américaines, y compris la FTC (Federal Trade Commission), seraient contraintes à ouvrir leurs propres enquêtes. Par ailleurs, certains membres du Congrès ont récemment invité la FTC à revoir Google.

En 2016, l’UE reprochait, entre autres, à Google sa manière de gérer son système d’exploitation, qui interdit les fabricants de vendre des smartphones et tablettes exécutants des versions modifiées de Android. Selon l’UE, cela empêche les consommateurs d'acheter « des appareils mobiles intelligents innovants basés sur des versions alternatives, potentiellement supérieures, du système d'exploitation Android ». Mais pour Google, il s’agit d'assurer aux utilisateurs d'Android une expérience cohérente même s'ils changent de périphériques.

Il est fort probable que Google fasse appel de la décision de l’UE, même si la société devrait commencer à apporter des changements dans la gestion d’Android pour éviter des sanctions financières supplémentaires.

Source : Washington Post

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que Google continue d’abuser de sa position dominante malgré les nombreuses procédures contre lui ?

Voir aussi

Antitrust : la Commission européenne ouvre une procédure formelle d'examen contre Google, sur son système d'exploitation Android
La Commission Européenne lance une procédure d'antitrust contre Google, pour abus de position dominante sur la publicité en ligne
Après l'Europe, le Missouri lance une enquête antitrust à l'endroit de Google, pour déterminer si l'entreprise abuse de sa position dominante
Avatar de abriotde abriotde - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 10/07/2018 à 13:40
C'est vraiment honteux d'accuser Google, qui a un système ouvert et de ne rien dire a Apple qui bride totalement son système beaucoup beaucoup plus qu'Androïd. Rappelons que le système de Google est Open-Source et donc que n'importe qui peux le récupérer et l'adapter. La démarche de Google est celle réclamé par la presse (pour ne pas dire Apple qui critique le système ouvert) d'unifier Androïd afin de simplifier les mises a jour et le développement d'application.
Avatar de ddoumeche ddoumeche - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 10/07/2018 à 14:06
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
C'est vraiment honteux d'accuser Google, qui a un système ouvert et de ne rien dire a Apple qui bride totalement son système beaucoup beaucoup plus qu'Androïd. Rappelons que le système de Google est Open-Source et donc que n'importe qui peux le récupérer et l'adapter. La démarche de Google est celle réclamé par la presse (pour ne pas dire Apple qui critique le système ouvert) d'unifier Androïd afin de simplifier les mises a jour et le développement d'application.
Google est accusé d'abus de position dominante, en clair d'avoir le monopole sur le marché... ce qui est normal parce qu'ils font de meilleurs produits et que le marché du développement impose d'avoir un unique OS ou presque. Apple n'est nullement en situation de position dominante, et que leur produits soient ouvert ou pas ne change rien à l'affaire.
Tout cela va se terminer par un écran de choix de navigateur au démarrage du téléphone, tout cela pour que les gens mettent chrome ou chromium et continuent d'aller sur Google.
Avatar de Hermione-V Hermione-V - Membre du Club https://www.developpez.com
le 11/07/2018 à 21:15
A l'époque je m'étais déjà demandé pourquoi losqu'on achète un nouveau téléphone, nous avons par défaut le pack d'applications Google déjà bien installé.
De mieux en mieux on comprend davantage la face cachée ...

Le comportement de Google en cause est de faire la pression sur les fabricants de téléphones et tablettes qui utilisent le système d’exploitation Android sur leurs appareils, de préinstaller également ses propres applications. Google aurait exigé également que les fabricants définissent Google Search comme service de recherche par défaut et qu’ils proposent Chrome comme navigateur, dans le cas contraire ils perdraient l'accès à l’App Store d'Android. Selon l’UE, les fabricants comme HTC et Samsung font face à des pratiques anticoncurrentielles de la part de Google, car s'ils sont privés de l’App Store d’Android, il sera difficile aux propriétaires de smartphones ou de tablettes Android de télécharger des jeux ou d'autres applications ou des services proposés par des concurrents de Google offerts par des développeurs tiers.
Cela se présente comme tu chantage.

C'est vraiment honteux d'accuser Google, qui a un système ouvert et de ne rien dire a Apple qui bride totalement son système beaucoup beaucoup plus qu'Androïd. Rappelons que le système de Google est Open-Source et donc que n'importe qui peux le récupérer et l'adapter. La démarche de Google est celle réclamé par la presse (pour ne pas dire Apple qui critique le système ouvert) d'unifier Androïd afin de simplifier les mises a jour et le développement d'application.
Je ne pense pas que le problème se situe à ce niveau. D'après cet article il semblerait que Google fait de son mieux pour rester au cime. Ceci me rappelle le "Combat" Google Vs Firebox sur la question: Firefox et la bataille de 4 ans pour que Google le traite comme un citoyen de première classe
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 17/07/2018 à 18:21
Bruxelles s’apprêterait à infliger mercredi une amende record de plusieurs milliards d’euros à Google
pour abus de position dominante avec Android

Demain mercredi, Bruxelles devrait dévoiler l'amende qui sera infligée à Google pour abus de position dominante avec son OS mobile Android. D'après plusieurs sources, Google devrait battre son amende record de l'année dernière, quand il a été sommé de verser 2,4 milliards d'euros, pour avoir favorisé son comparateur de prix « Google Shopping », au détriment des services concurrents.

Le dossier Android a été ouvert après une plainte déposée en mars 2013 par FairSearch, un lobby soutenu par des entreprises qui estiment être désavantagées par la domination de Google sur le marché des moteurs de recherche. En avril 2015, Bruxelles a entamé une procédure d'examen formelle contre le géant de la recherche en ligne. Après son enquête, Bruxelles a trouvé que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store sur leurs appareils sont forcés par Google à préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. Par ailleurs, ceux qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. Bruxelles estime que, de cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’espace économique européen.


Après avoir donné à Google l'occasion de présenter sa défense, le gendarme de la concurrence de l’UE n'a pas été convaincu par les arguments du géant de la recherche en ligne et va donc maintenant fixer son sort. Selon les règles de la concurrence européenne, le montant de l’amende peut atteindre théoriquement jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires global de l’entreprise, qui s’élevait pour Alphabet, maison mère de Google, à 110,9 milliards de dollars en 2017, soit environ 94,7 milliards d'euros. Une source proche du dossier explique aussi que « l’amende est paramétrée en fonction de la durée de l’infraction », mais va aussi dépendre du fait que « les autorités de la concurrence estiment qu’il y a eu intention ou pas de commettre la faute » et « si l’action du groupe incriminé a exclu du marché des concurrents ou pas ».

La nouvelle amende record devrait être assortie d'une injonction à changer de comportement dans un délai de 90 jours. Comme rapporté il y a quelques jours, l'entreprise devrait faire des « changements importants » en réponse à la sanction de l'UE. Mais de manière logique, on devrait s'attendre à ce que Google conteste la décision de la Commission européenne en justice, ce que la firme américaine avait déjà fait dans le dossier « Google Shopping ».

Google rejette en effet les accusations du régulateur européen de la concurrence, car pour lui, son OS mobile n’est pas anticoncurrentiel. Google a réfuté le fait que la préinstallation d’applications Google sur les appareils Android limitait les choix des utilisateurs. D’après le géant de l’Internet, l'existence de Google Play prouve aussi que les utilisateurs ont la possibilité de remplacer les applications de Google par des applications tierces. La firme de Mountain View a également expliqué qu’elle ne force pas les constructeurs à installer ses applications, et que d’ailleurs, l'entreprise offre plus de choix aux utilisateurs que ses concurrents Apple avec iOS et Microsoft avec Windows 10 Mobile / Windows phone. Dans ce contexte, la suite de l'affaire se jouera devant la Cour de justice de l'UE (CJUE) et il faudrait compter environ deux ans avant une décision.

Source : Le Vif

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Quelles solutions proposeriez-vous dans cette affaire ?

Voir aussi :

Condamné à une amende de 2,4 milliards d'euros, Google exprime son désaccord avec la décision de la Commission européenne et envisage de faire appel
La Commissaire européenne à la Concurrence menace de démanteler Google, si la société américaine continue d'abuser de sa position dominante
L'amende de 2,42 milliards d'euros infligée à Google par l'UE devait avoir un effet dissuasif, mais des experts la jugent excessive et inadéquate
La Commission européenne s'apprêterait à ouvrir un troisième front contre Google, se tournant cette fois vers les services publicitaires de la firme
Avatar de ryvega ryvega - Inactif https://www.developpez.com
le 17/07/2018 à 21:03
pour ma part je me contenterais de la simple mise en place d'un bios/uefi sur les cpu arm. Cela réglera le probleme.
Car au delà du faite d'imposer android/IOS par défaut sur la quasi totalité des terminaux ARM grand publique, le vrai probleme c'est d'y interdire d'installer d'autres OS en mettant un pilote de bios propriétaire et meme en interdisant de rooter son téléphone android.
Mais google n'y ai pour rien la dedans, c'est les constructeur comme samsung ou apple ou sony.
Il faut interdire aux fabrication d’empêcher de booter avec un autres os leurs hardware, que se soit les smartphone android, les iphones d'apple ou encore les consoles comme la play station ou xbox ou switch.

et android dois pouvoir facilepment etre rooté, via un paramètre dans l'os comme une case a cocher dans les options développeurs.
J'ai pour ma part passé 1 matiné a unlocker mon smartphone et y mettre lineageos, et meme la c'est encore cette merde d'android que je dois me taper mais au moins sans les saloperies poubelles des constructeurs.
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 18/07/2018 à 1:38
c'est bien beau cette amande, mais comment ils comptent faire pour forcer google a payer cette amande ? de quelles moyens de pressions ils disposent ?
Avatar de seikida seikida - Membre actif https://www.developpez.com
le 18/07/2018 à 6:06
c'est bien beau cette amande, mais comment ils comptent faire pour forcer google a payer cette amande ? de quelles moyens de pressions ils disposent ?
En mettant en place un ultimatum : Si Google ne paye pas, il sera interdit en europe (ou une connerie dans le genre).
C'est un peu la meme chose pour tout les grands ! A ton avis pourquoi FB est obliges de respecter les lois europeennes ? C'est tout simplement que s'il ne le fait pas, il aura une enorme amende ... amende qui sera oblige de payer sans quoi banissement de l'europe... (Ou du moins de certains pays).

Maintenant la chose a savoir c'est : est ce que ces pays auront les c...lles pour reellement bloquer Google et Facebook s'ils refusent de payer ?
Perso je n'y crois pas* mais Google/Facebook ne prendront Jamais ce risque.

*Pourquoi je n'y crois pas ? ==> Tout simplement car enormement de societes sont dependantes des services que propose Google (idem pour Facebook mais bcp moins).
Bloquer Google reviendrait a zapper : Gmail, Google Map, Google Drive, Youtube ... (les youtubers vont raller et les internautes egalement).

Si j'etais Google, je m'assierai carrement sur ma position dominante !
Je leur repondrai clairement :

Et alors ?! Vous allez faire quoi ?
Allez y bloquer Android qu'on se marre un petit coup !
Avatar de yokosano yokosano - Membre régulier https://www.developpez.com
le 18/07/2018 à 12:27
Je ne comprends pas cet acharnement sur Goggle. La société Microsoft fait bien pire depuis près de 20 ans mais tout le monde l'oublie !

La défense française ne jure que par elle, l'UE aussi !

Pourtant, Microsoft impose bien Edge ou IE sur son OS, ainsi que Bing et Cortana. Je ne parle pas des restrictions sur le matériel comme sur la taille de l'écran ou la quantité de mémoire qui ont flingué le marché des petits PC sous Linux. Je ne suis pas sûr que si le Windowsphone avait marché, on aurait une amende de cet ordre contre Microsoft.

Android est dominant sur le mobile multifonctions => on sanctionne Google. Microsoft est dominant sur le PC => on fait comme si cela n'existait pas !

Je ne dis pas qu'il ne faut pas contrôler l'extension de Google, mais soyons conscient que Google, c'est comme Free, il a cassé des bastions, nous a offert de nouvelles possibilités mais sans réussir à casser les monopoles en place : Microsoft, Orange...Monopoles qui ont réussis à se faire oublier ou font l'objet d'un traitement de faveur !!

Reste à savoir qui en profite ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil