Facebook met à jour sa politique d'utilisation et oblige ses utilisateurs EU à accepter le pistage
Sous peine de ne plus utiliser sa plateforme

43PARTAGES

10  0 
Suite au scandale de Cambridge Analytica, Facebook a annoncé fin avril qu’il allait modifier sa politique de confidentialité en obligeant les utilisateurs de sa plateforme à accepter que certaines de leurs données ou activités soient collectées ou pistées en fonction de leurs interactions.

« ;Tout le monde, quel que soit l’endroit où il se trouve, sera invité à examiner des informations importantes sur la façon dont Facebook utilise leurs données et à faire des choix concernant la [protection de] leur vie privée sur Facebook ;», indiquait alors fin avril l’entreprise sur son blog. Et d’ajouter : « ;Vous avez le choix de nous laisser ou non accéder à ces données. Vérifiez les informations de votre profil et retirez tout ce que vous ne voulez pas partager. ;»

Dans un message qui est progressivement diffusé à ses utilisateurs européens depuis quelques jours déjà, Facebook a entrepris de les présenter.

Le message de Facebook commence comme suit :

« Svp, acceptez la mise à jour de nos conditions pour continuer à utiliser Facebook.

« Nous avons mis à jour nos conditions d’utilisation pour mieux expliquer nos services et ce que nous demandons de tous ceux qui utilisent Facebook.

« Nous vous avons facilité le contrôle de vos données, de votre vie privée, ainsi que de vos paramètres de sécurité au même endroit, ce que vous pouvez modifier en tout temps dans Paramètres. Nous avons également fait une mise à jour de notre politique d’utilisation des données ainsi que de notre politique relative aux cookies afin de refléter les nouvelles fonctionnalités sur lesquelles nous avons travaillé et pour vous expliquer un peu plus comment nous créons une expérience personnalisée pour vous ».


Les conditions relatives à sa « politique de données » avancent que « Nous utilisons les informations que nous avons sur vous - y compris des informations sur vos intérêts, actions et connexions - pour sélectionner et personnaliser les annonces, offres et autres contenus sponsorisés que nous vous montrons ».

Concrètement, l’utilisateur pourra accepter ou modifier les paramètres de certaines fonctionnalités proposées sur le réseau social, notamment celles impliquant le suivi de ses activités, l’accès à tout ou partie de ses données ou l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par le biais des « ;fenêtres d’autorisation ;». Ces dernières affichent plusieurs paragraphes de texte explicatif et des boutons permettant de modifier les options ou d’accepter les conditions sans modification.

Un bouton « ;accepter et continuer ;» mis en évidence par sa couleur bleue pourra être activé sur ces fenêtres d’autorisation, lorsque l’utilisateur souhaite poursuivre son interaction. Un second bouton « ;gérer la configuration des données ;» est présent sur la même fenêtre, mais il ne devrait pas être possible de refuser les conditions proposées. Les utilisateurs seraient dès lors contraints d’accepter les conditions d’utilisations du service et sa nouvelle politique de confidentialité ou de renoncer à utiliser le réseau social.

L’entreprise propose également des outils améliorés pour consulter, supprimer et télécharger les données qu’elle recueille. Elle devrait aussi limiter certaines fonctions disponibles sur sa plateforme lorsque celle-ci est utilisée par des mineurs.

Pour Facebook, ces mesures sont nécessaires afin de garantir un niveau de rentabilité acceptable pour ses opérations, sachant que la majeure partie de ses revenus sont tirés de la publicité et que le ciblage des annonces publicitaires sur sa plateforme s’avèrerait être le principal catalyseur de la croissance de ses revenus. L’entreprise a d’ailleurs précisé qu’il est impossible d’échapper ou de bloquer complètement la publicité ciblée sur sa plateforme.

Cette nouvelle politique intervient la veille de la mise en application du RGPD en Europe qui entrera en vigueur dès le 25 mai.

Pour Johnny Ryan, « Facebook joue à un dangereux " chicken game " avec les régulateurs. La lecture d'une décision récente du tribunal de première instance de Bruxelles montre à quel point c'est dangereux pour l'entreprise ». Le chicken game est un modèle de conflit opposant deux joueurs dans la théorie des jeux - un domaine des mathématiques qui s'intéresse aux interactions des choix d'individus (appelés "joueurs" qui sont conscients de l'existence de ces interactions.

Source : Johnny Ryan, Facebook

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Facebook va déployer de nouveaux outils pour donner aux utilisateurs plus de contrôle de leur vie privée en préparation à l'entrée en vigueur du RGPD
Facebook prévoit de retirer 1,5 milliard de ses utilisateurs de la portée du RGPD, en modifiant ses clauses d'utilisation
Les utilisateurs de Facebook aux États-Unis semblent ne pas être disposés à abandonner le réseau social, malgré le scandale C.A
Facebook envisage d'effectuer des dépenses colossales pour mieux contrôler les publicités politiques, bien plus que les revenus qu'il va en retirer
Facebook licencie un ingénieur qui aurait abusé de son accès privilégié aux données privées des utilisateurs pour traquer les femmes en ligne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Pierre Fauconnier
Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
Le 10/05/2018 à 12:52
Citation Envoyé par Rapmerd3ur Voir le message
Je n'utilise plus Facebook depuis une vingtaine d'années. C'est triste de voir qu'il est devenu un site Internet.
Facebook a été créé en 2004 (et en plus, tu es collégien...)...
Avatar de seikida
Membre actif https://www.developpez.com
Le 11/05/2018 à 2:27
Facebook met à jour sa politique d'utilisation et oblige ses utilisateurs EU à accepter le pistage
Sous peine de ne plus utiliser sa plateforme
J'ai envie de dire que Facebook a raison de le faire.
Tout "le monde" utilisent Facebook en sachant tres bien que ce dernier collecte les donnees et s'en sert (c'est son bussiness modele).
Il faudrait tout s'implement que Facebook affiche sur son formulaire d'inscription un bouton a cocher "J'accepte que Facebook me piste et revente les infos qu'il aura collecte sur moi a des tiers personnes"
En faisant ca, personne ne pourra dire "Ah mais je ne savais pas" et Facebook sera tranquille !
Il ne faut pas se voiler la face, meme en faisant ainsi ils auront quand meme des inscriptions donc qu'est ce qu'ils attendent?

Aujourd'hui pour exister en tant qu'individu Facebook est presque une necessite ... c'est bien triste mais c'est vrai.
Et c'est une obligation si tu as une societe (tu en a besoin si tu souhaites avoir une bonne visibilite).

("tout le monde" = une grande partie des gens)
Avatar de Namica
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/05/2018 à 8:48
Citation Envoyé par seikida Voir le message
...
Il faudrait tout s'implement que Facebook affiche sur son formulaire d'inscription un bouton a cocher "J'accepte que Facebook me piste et revente les infos qu'il aura collecte sur moi a des tiers personnes"
...
C'est nettement insuffisant. Il faut encore détailler quelles sont les données collectées, les buts poursuivis, etc.
Voir RGPD : Un guide pratique pour les développeurs
Avatar de ZenZiTone
Membre expert https://www.developpez.com
Le 11/05/2018 à 10:00
Citation Envoyé par seikida Voir le message
Aujourd'hui pour exister en tant qu'individu Facebook est presque une necessite ... c'est bien triste mais c'est vrai.
Et c'est une obligation si tu as une societe (tu en a besoin si tu souhaites avoir une bonne visibilite).
Pour les petits bobos parisiens en manque de considération, peut-être. Pour le reste ce n'est absolument pas une nécessité... Pour ma part, je dois avoir moins de 10% de mon entourage (amis / famille) étant "actif sur Facebook (au moins une connexion par jour). Et rassure toi, les autres sont en bonne santé !
Avatar de LSMetag
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/05/2018 à 10:59
De toute façon c'est la meilleure chose à faire, que Facebook dise en gros "tu l'aimes ou tu le quittes". A part si la loi peut considérer Facebook comme un outil d'utilité publique (suivi du profil par les enquêteurs, utilisation par les entreprises et les politiques pour obtenir de la visibilité, utilisation pour sonder le profil de postulants,...), il ne peut pas totalement renier son mode de financement.

Peut-on imputer à Facebook un délit d'"obstruction" avec ce type de "chantage" ? Cela n'arrive que parce que Facebook est devenu un géant ultra riche.

Par contre cela aura un effet sur les entreprises nouvelles ou qui n'ont pas (encore) le vent en poupe. Donc ça devrait changer certaines mentalités. Et la transparence reste là.
Avatar de Michael Guilloux
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 25/05/2018 à 16:45
Facebook annonce vouloir étendre des protections du RGPD au monde entier
mais le règlement dans sa totalité ne s'appliquera qu'aux Européens

Aujourd'hui est le 25 mai, la date tant attendue d'entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Il vise à donner aux Européens plus de contrôle sur leurs informations et la manière dont les entreprises les utilisent, tout en prévoyant des pénalités en cas de manquement des entreprises. Il y a donc de quoi inciter les groupes d'Internet, entre autres entreprises qui recueillent une grande quantité de données sur leurs clients, à aménager leurs conditions d'utilisation pour les Européens.

Facebook, qui continue de répondre des actes de la firme d'analyse Cambridge Analytica, est naturellement parmi les entreprises les plus ciblées par le RGDP. Le numéro un des réseaux sociaux a donc annoncé quelques changements, y compris la création d'un nouveau centre de confidentialité pour regrouper les paramètres du réseau social en un seul endroit, l'objectif étant de donner aux utilisateurs plus de contrôle sur leur vie privée. Pour la première fois en janvier dernier, Facebook a également publié ses principes de confidentialité. Sur la même lancée, la firme de Mark Zuckerberg a, il y a deux semaines, mis à jour sa politique d'utilisation afin de se conformer au RGPD.

Toutefois, ces changements ne concernent que l'Union européenne - du moins dans leur totalité. En effet, l'entreprise a annoncé le mois dernier qu'elle allait restreindre ses nouvelles conditions d’utilisation uniquement aux utilisateurs européens. Cela signifie que le traitement des données de ses 1,5 milliard de membres en Afrique, en Asie, en Australie et en Amérique latine ne sera pas couvert par le règlement européen. Ce serait en effet assez contraignant pour le géant des réseaux sociaux, dont le business model repose sur la publicité et les données.


À la veille de l'entrée en vigueur du RGPD, Facebook a annoncé jeudi qu’il allait étendre au monde entier des outils de protection de la vie privée de ses utilisateurs ; lesquels outils ont été mis au point dans le cadre du règlement de l'UE sur la protection des données personnelles. Mais le RGPD lui-même ne s’appliquera dans sa globalité qu’aux Européens, faut-il le préciser.

Plus précisément, les utilisateurs partout dans le monde pourraient désormais avoir accès aux mêmes outils d’informations et de paramétrage de données personnelles que ceux de l’UE. « Nous avons été clairs sur le fait que nous allons déployer le même type de contrôles que ceux mis au point en Europe avec le RGPD », a déclaré Mark Zuckerberg à l’occasion du salon Viva Technology à Paris, où le PDG de Facebook a rencontré la veille Emmanuel Macron dans le cadre d’un sommet baptisé "Tech for Good".

Ainsi, comme c'est déjà le cas en Europe depuis plusieurs semaines, les utilisateurs du réseau social en dehors de l'UE vont recevoir un message les invitant à prendre connaissance des données qu’ils partagent, de leur utilisation à des fins publicitaires ou encore des conditions d’utilisation de la reconnaissance faciale, a rapporté le quotidien Reuters. Mais si les utilisateurs européens doivent donner leur consentement aux conditions d’utilisation de Facebook pour continuer à y accéder, ce ne sera pas le cas pour les utilisateurs dans le reste du monde.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de l'annonce de Facebook ?
Facebook fait-il déjà assez en décidant d'étendre des protections du RGPD au monde entier ? Pourquoi ?

Voir aussi :

RGPD : l'opérateur de l'application de messagerie Monal se retire de l'UE, estimant ne pas avoir les ressources pour se conformer au règlement
Emmanuel Macron va rencontrer Mark Zuckerberg et d'autres géants de la technologie le 23 mai, quels sont les enjeux pour la France ?
RGPD : les Français comptent faire valoir leurs droits à la vie privée auprès des entreprises de médias sociaux, de services financiers et du retail
Des sites web préfèrent fermer au lieu de se mettre en conformité avec le RGPD, par crainte des sanctions européennes
Le RGPD sème la panique sur le web : certaines entreprises envoient des courriels inutiles ou illégaux, des sites bloquent les européens
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/05/2018 à 17:32
Je ne comprends pas le temps employé : le futur, on pouvait (encore) l'employer hier. Pas aujourd'hui, date d'entrée en vigueur. Maintenant, c'est du présent qu'il serait nécessaire d'employer. Si l'UE ne baisse pas son froc, ça va faire très mal. Je me demande si l'on peut cumuler des amendes pour non mise en conformité à la loi répétée.
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/05/2018 à 12:13
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Mais si les utilisateurs européens doivent donner leur consentement aux conditions d’utilisation de Facebook pour continuer à y accéder, ce ne sera pas le cas pour les utilisateurs dans le reste du monde.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de l'annonce de Facebook ?
Facebook fait-il déjà assez en décidant d'étendre des protections du RGPD au monde entier ? Pourquoi ?
Ils ont en effet tout intéret à mimiser les actions dans le monde entier.
Après attendons de voir ce qu'ils vont faire en Europe. Pour le moment, ce sont juste de simple annonce. De plus, ils font un ultimatum aux utilisateurs, soit vous accepter que l'on vous pille vos info, sinon dégagé.

Le problème est que beaucoup de gens sont trop impliqué dans Facebook. Facebook est utilisé pour la communication de beaucoup de professionnels et de pasionnés de leurs activités sportive, des marques de produits, des centres de vacances, des stations de ski, et j'en passe.

Comment ils vont communiquer ?
L'ideal se serait qu'ils migrent vers diaspora mais j'y crois pas. Dans ce cas, ils vont resté sur Facebook et les gens qui voudront les suivre resterons sur Facebook. Conclusion, cela ne changera rien.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web