Après LinkedIn, la Russie menace de bannir Facebook,
Si l'entreprise refuse de stocker les données des utilisateurs russes dans le pays

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
27/09/2017 : En vertu d’une loi approuvée par Vladimir Poutine en 2014 et entrée en vigueur en septembre 2015, la Russie met la pression sur les géants de l’Internet pour les contraindre à stocker localement les données des utilisateurs russes. Pour avoir refusé de se conformer à cette loi, LinkedIn a été banni de la Russie en novembre dernier. Le régulateur local des télécommunications, Roskomnadzor, a donc ordonné aux fournisseurs de services Internet dans le pays de bloquer l’accès au réseau social professionnel de Microsoft. Au début de cette année, Google et Apple ont été également sommés de supprimer l’application mobile de LinkedIn de leurs boutiques d’applications en Russie.

Après LinkedIn, la Russie menace de bannir Facebook si le géant des réseaux sociaux ne se conforme pas à loi nationale de stockage des données personnelles. « Tout le monde doit se conformer à la loi », a déclaré Alexander Zharov, le chef de Roskomnadzor. « En 2018, tout sera comme il se doit », a-t-il dit, en se référant à Facebook. « Ils devront soit se conformer à la loi en vigueur ou la société cessera d'opérer sur le territoire de la Fédération de Russie, comme cela s'est passé avec LinkedIn. Il n'y a pas d'exceptions ici. »

D’après les autorités russes, de nombreuses entreprises de technologie se sont déjà pliées à l’exigence de stocker les données des utilisateurs russes sur des serveurs russes. C’est le cas notamment de Google, eBay ou encore Uber. Twitter, pour sa part, a demandé plus de temps pour en faire de même. L'entreprise de microblogging a en effet informé le régulateur russe des télécommunications qu'elle s'est fixé comme objectif de stocker localement les données personnelles de ses utilisateurs en Russie d'ici le milieu de l'année 2018.

LinkedIn serait donc un cas isolé. On ne sait pas pour le moment si Facebook va suivre les pas de la filiale de Microsoft – surtout que la Russie a déjà sa propre version de Facebook – ou si l’entreprise va faire comme Google et al, pour continuer à assurer ses revenus publicitaires dans le pays.

Pour le gouvernement russe, cette loi s’inscrit dans un plan plus vaste visant réduire ou avoir plus de contrôle sur l’utilisation des produits et services des entreprises étrangères, pour éviter que ceux-ci soient utilisés par d’autres pays pour l’espionner. Dans le cas idéal, la Russie espère remplacer les technologies étrangères par des produits et services « Made in Russia » et qui seraient pleinement sous son contrôle.

Mise à jour le 21/11/2017 : Facebook envisage de rencontrer les régulateurs russes

Facebook envisage de rencontrer les régulateurs russes fin décembre ou début janvier pour discuter de la conformité du géant des réseaux sociaux aux lois locales, a déclaré l'agence de presse TASS, citant le responsable du régulateur russe des télécommunications. Il s'agira non seulement de discuter du stockage des données des utilisateurs russes dans le pays, mais aussi de la suppression de contenu illégal. « Nous discuterons avec eux de toutes les questions, y compris la localisation des bases de données et la suppression rapide de contenu interdit », a déclaré Alexander Zharov.

Ce ne sont toutefois pas les seuls domaines où Facebook va devoir faire face à la presse du régulateur russe. Il faut en effet rappeler que la Russie a récemment annoncé son intention d'examiner les pratiques de l'entreprise, en vue de s'assurer qu'elles ne sont pas en violation de la loi locale. Cet examen portera notamment sur le traitement des informations personnelles des utilisateurs russes et les termes de services pour les utilisateurs, entre autres.
Sources : La Russie menace de bannir Facebook, Facebook envisage de rencontrer les régulateurs russes

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Le blocage de LinkedIn en Russie serait toujours en vigueur, aucun accord n'aurait encore été trouvé entre Moscou et le réseau social
À la demande de Poutine, Moscou va remplacer les programmes de Microsoft par des programmes locaux, en commençant par Outlook et Exchange Server
Poutine veut éradiquer les logiciels de Microsoft de la Russie, de peur qu'ils soient utilisés par les États-Unis pour infiltrer les systèmes russes


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 27/09/2017 à 13:58
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
La Russie a raison de demander à ce que Facebook stock les informations des utilisateurs localement.
Facebook devrait faire comme Google, eBay et Uber et se conformer à la loi, si Facebook veut continuer de faire de l'argent en Russie.

Les entreprises comme Google et Facebook possèdent toutes nos informations personnelles, elles les revendent, elle en achètent, ce n'est pas très sympa.
Avatar de seikida seikida - Membre habitué https://www.developpez.com
le 28/09/2017 à 6:47
J'ai une seule chose a dire : Da !
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 28/09/2017 à 16:42
Bannir FB, quelle bonne idée
Avatar de Muchos Muchos - Membre expert https://www.developpez.com
le 01/10/2017 à 21:44
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les entreprises comme Google et Facebook possèdent toutes nos informations personnelles, elles les revendent, elle en achètent, ce n'est pas très sympa.
Le gouvernement russe ne demande pas à Facebook de ne plus faire d’argent sur ces informations personnelles (1) : il demande d’en avoir le contrôle à des fins économiques et politiques.

Il faut veiller absolument, je crois, à ce que le rejet légitime d’un système qui nous broie ne nous mène pas à soutenir un système qui lui semble opposé mais qui, lui aussi, nous broie.

(1) Je mets de côté que l’utilisation de nos données — mesure strictement économique en ce qui concerne FB par ex. — est décrite dans les CGU et reste une contrepartie possible à la gratuité du service.
Avatar de Malick Malick - Community Manager https://www.developpez.com
le 09/11/2017 à 1:12
Vie privée : la Russie pourrait bientôt se lancer dans l'analyse des activités de Facebook,
pour s'assurer que la loi est respectée

L'organe en charge de la régulation des communications en Russie, en l'occurrence Roskomnadzor, a déclaré ce mercredi qu'il prévoyait de vérifier si le célèbre réseau social Facebook était en conformité avec la loi russe. L'information est fournie par l'éditeur en ligne Reuters qui ajoute que dans un avenir proche, le régulateur russe des communications pourrait se lancer dans une série d'activités de surveillance dont l'objectif principal est de faire une analyse de l'ensemble des activités de l'administration de Facebook en termes de traitement des informations personnelles des utilisateurs russes, et en termes de services pour les utilisateurs. À en croire les informations recueillies, Roskomnadzor compte également procéder à une vérification des activités de Facebook afin de s'assurer de leur conformité avec la législation russe et particulièrement la loi Ifax. « Les autorités russes soutiennent que cette loi à savoir Ifax, introduite en 2014, a comme objectif de favoriser la protection des données personnelles des Russes », nous rapporte Reuters.

Par ailleurs, il semble que cette loi a été fortement critiquée, car son application est considérée par certaines personnes comme une attaque contre les médias sociaux dans un pays qui a renforcé son contrôle sur Internet ces dernières années. Pour rappel, l'année dernière, le régulateur russe des communications Roskomnadzor a bloqué l'accès à LinkedIn pour se conformer à une décision de justice qui condamnait le service de mise en réseau en le déclarant coupable d'avoir enfreint la même loi sur le stockage des données des utilisateurs. À l'heure actuelle, aucun accord entre LinkedIn Corp. et les autorités russes n'a encore été trouvé afin de rétablir l'accès public au service.

Il convient également de signaler qu'après le bannissement de LinkedIn, le réseau social Facebook a été pointé du doigt par Roskomnadzor qui menaçait de le bloquer également s'il ne se conformait pas aux exigences de la loi relative à la protection et au stockage des données. C'est en ces termes que nous vous l'annoncions au mois de septembre dernier : « après LinkedIn, la Russie menace de bannir Facebook si le géant des réseaux sociaux ne se conforme pas à loi nationale de stockage des données personnelles. Tout le monde doit se conformer à la loi », déclarait à l'époque Alexander Zharov, le chef de Roskomnadzor qui soutenait qu'en 2018, tout sera comme il se doit. « Ils vont devoir se conformer à la loi en vigueur ou bien la société cessera d'opérer sur le territoire de la Fédération de Russie, comme cela s'est passé avec LinkedIn. Il n'y a pas d'exceptions ici. »

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Après LinkedIn, la Russie menace de bannir Facebook, si l'entreprise refuse de stocker les données des utilisateurs russes dans le pays

LinkedIn officiellement banni en Russie, les fournisseurs de services Internet ont reçu l'ordre de bloquer l'accès au réseau social professionnel

Le blocage de LinkedIn en Russie serait toujours en vigueur, aucun accord n'aurait encore été trouvé entre Moscou et le réseau social
Avatar de gagouze2 gagouze2 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 09/11/2017 à 12:19
Quel belle hypocrisie de la part de Poutine !!!!

Une dictature qui se soucis de la vie privé du peuple 'est le monde à l'envers.
C'est généralement l'inverse, avec les police politique genre Stasi qui espionne le peuples pour mieux le contrôler.

je ne vois de la part de Poutine une volonté de limiter encore plus expression du peuple russe.
Et cela sous couvert de contrer l’influence des USA et surtout de la NSA CIA ....
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre émérite https://www.developpez.com
le 09/11/2017 à 12:47
C'est surtout que les américains n'ont pas à se mêler des affaires russes.
Avatar de gagouze2 gagouze2 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 09/11/2017 à 13:48
et vice versa poutine n'avais pas à influer dans les présidentielle UQ
Avatar de OButterlin OButterlin - Modérateur https://www.developpez.com
le 09/11/2017 à 14:21
Il n'existe aucune preuve à ce jour que la Russie ait favorisé l'élection de Trump de manière délictuelle... et jusqu'à preuve du contraire, ce sont bien les américains qui ont voté, pas les Russes... s'ils se sont laissés influencer par des réseaux sociaux, c'est leur problème. Par ailleurs, il faudrait ouvrir les yeux là.
Les américains espionnent à tour de bras tout le monde depuis des années, même leurs alliés, et je rappelle également que les Allemands, les Français, les Anglais, etc... font pareil et que ça n'a pas l'air de déranger grand monde... (voir Edward Snowden) Mais quand il s'agit des Russes, c'est le diable en personne qui serait à l’œuvre ? Foutaise...
Bref, dans un monde d'hyper communication, il est évident que les "autorités" analysent les informations... Est-ce répréhensible ? Je ne pense pas... Je pense pour ma part que la vraie question n'est pas là mais plutôt : quand est-il de la protection des données personnelles ? A l'usage de qui ? Dans quelles circonstances ? etc... Si je mets en ligne des informations me concernant, je veux être en mesure de décider qui a le droit de les voir et qui a le droit de les utiliser... et pas "tout le monde" par défaut ! Ce n'est que mon avis ;-)
Avatar de Chauve souris Chauve souris - Membre émérite https://www.developpez.com
le 22/11/2017 à 5:29
Ça devrait s'appeler Facegoulag car ça y conduit tout droit.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil