Le blocage de LinkedIn en Russie serait toujours en vigueur
Aucun accord n'aurait encore été trouvé entre Moscou et le réseau social

Le , par Malick, Community Manager

Nous vous annoncions au mois de novembre dernier que le régulateur russe des communications Roskomnadzor avait ordonné aux fournisseurs de services internet de bloquer l’accès au réseau social professionnel LinkedIn sur son territoire. Ces derniers disposaient d'un délai de 24 heures pour exécuter cet ordre, cela à partir de la date à laquelle ils ont été notifiés notamment le 17 novembre 2016. Le même jour, il a été constaté que l’accès à la plateforme LinkedIn via certains opérateurs de télécommunications locaux n’était plus possible ; par la même occasion, LinkedIn a été alerté par certains de ses utilisateurs basés en Russie qui rapportaient qu'ils n'étaient plus en mesure d’accéder à la plateforme.

Aujourd'hui, on nous informe que le célèbre réseau social professionnel LinkedIn aurait affirmé mardi dernier qu'aucun accord n'a pu être trouvé entre lui et le régulateur russe des communications qui lui reproche d'être en porte à faux avec la législation locale en matière de stockage de données. Par conséquent, le blocage de LinkedIn sur le territoire russe reste toujours d'actualité et la fin de ce problème ne semble pas être proche, puisque LinkeIn continue de refuser d'héberger les données de ses clients russes dans des serveurs installés à Moscou.

D'après les informations recueillies, l'autorité russe de régulation des télécommunications aurait affirmé avoir reçu il y a de cela quelque temps une lettre de la part des responsables de LinkedIn l'informant que la société américaine n'était pas encore disposée à mettre en œuvre les dispositions régissant le stockage de données sur le territoire russe. Pour davantage de précision, l'éditeur en ligne Reuters rapporte que « la législation russe prévoit que les sites internet qui conservent les données personnelles de citoyens russes le fassent sur des serveurs implantés en Russie, une disposition à laquelle LinkedIn ne s'est pas conformée, avait jugé en novembre Roskomnadzor, l'autorité de régulation ». Reuters ajoute également que via un communiqué, l'autorité russe de régulation des télécommunications s'est prononcée sur la situation en déclarant que « la société LinkedIn a refusé, comme cela était exigé, de déplacer ses centres de stockage des données personnelles des citoyens russes sur le territoire de la Fédération de Russie ; ce qui confirme son désintérêt à travailler sur le marché russe. »

Suite à cette déclaration de Roskomnadzor, la réponse des dirigeants de LinkedIn ne se serait pas fait attendre, car un de ses porte-parole aurait soutenu que la société est bel et bien en conformité avec l'ensemble des lois et règlements en vigueur en Russie. Ce dernier, à l'en croire l'éditeur en ligne Reuters, espère que la restauration du service interviennent dans un avenir proche.

Il convient de rappeler que les États-Unis s'étaient insurgés contre le blocage de LinkedIn en Russie prétextant que plusieurs autres entreprises de technologie pourraient également subir le même sort.

À titre d'information, LinkedIn revendique plus de 460 millions d'utilisateurs, dont plus de six millions en Russie.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de ce blocage de LinkedIn en Russie ?

Pensez-vous qu'un accord pourrait être trouvé très rapidement ?

Voir aussi

LinkedIn officiellement banni en Russie, les fournisseurs de services internet ont reçu l'ordre de bloquer l'accès au réseau social professionnel


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Tartare2240 Tartare2240 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 08/03/2017 à 11:04
A bien y réfléchir, et encore plus quand je vois l'article sur la CIA, je pense que la Russie a raison sur un point : le fait de contraindre les sociétés à stocker les données des russes sur le territoire russe. Certes pas pour les bonnes raisons, mais avec l'Union Européenne, on devrait peut-être prendre une décision simmilaire. Travaillant actuellement dans un domaine où les données récoltés sont (très) sensibles et en voyant que les USA essayent déjà de s'implanter chez nous en proposant une "uberisation" de notre domaine, j'ai peur de ce qui peut arriver...
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 08/03/2017 à 12:42
Il est clair que l'Europe passe pour l'univers des bisounours. Les Européens sont prêts à supporter tout et n'importe quoi de la part des USA, des Chinois, des Russes ... au nom du "Libre échange" que seuls les Européens respectent (et encore, pas tous). Il serait temps que les Européens se réveillent et comprennent enfin qu'ils n'ont aucun allié économique, ni la Chine, ni la Russie (ni même certains Européens ... comme feu les Englishs qui depuis le début ont shootés contre leur camp ... bon débarras).
Avatar de azstar azstar - Membre émérite https://www.developpez.com
le 13/03/2017 à 14:59
la Russie est tout à fait raison de ne plus faire confiance à des sociétés américaines .
soit que les sociétés américaines sont complices avec la CIA et NSA soit elles sont pas capables de protéger les données de leurs clients.
Offres d'emploi IT
Ingénieur Etudes et Développement PHP Drupal
Degetel - Ile de France - Boulogne Billancourt
Développeur applicatif NTIC (H/F)
Atos - Lorraine - Metz/Strasbourg
Gestionnaire projet front-office h/f
SFIL - Ile de France - Issy-les-Moulineaux (92130)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil