Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

LinkedIn officiellement banni en Russie
Les fournisseurs de services internet ont reçu l'ordre de bloquer l'accès au réseau social professionnel

Le , par Michael Guilloux

122PARTAGES

6  0 
Mise à jour le 17/11/2016 : LinkedIn officiellement banni en Russie, les fournisseurs de services internet ont reçu l’ordre de bloquer l’accès au réseau social professionnel

La Russie a décidé de mettre sa menace contre LinkedIn en exécution. Le régulateur russe des communications a ordonné aujourd’hui aux fournisseurs de services internet de bloquer l’accès au site sur son territoire. L'accès au réseau social professionnel, en Russie, devrait donc être impossible dans les 24 heures conformément à l’ordre qu’ont reçu ces derniers. Certains fournisseurs de services internet ont même déjà bloqué LinkedIn et d’autres ont confirmé qu’ils le feront dans les 24 heures. LinkedIn a également eu des retours de certains de ses membres en Russie qui disent ne plus être en mesure d’accéder à la plateforme.

LinkedIn dit être prêt à discuter avec Roskomnadzor, le régulateur russe, au sujet de la requête de localisation de données. Le porte-parole de Roskomnadzor, Vadim Ampelonskiy, aurait à cet effet reçu une lettre du siège de LinkedIn aux États-Unis pour une rencontre au cours des semaines à venir. Ampelonskiy affirme toutefois qu’il faudra d’abord l’accord du ministère des Affaires étrangères et des services de sécurité, parce que LinkedIn est une entreprise étrangère.

Source : Reuters

La Russie veut réduire ou avoir plus de contrôle sur l’utilisation des produits et services des entreprises étrangères, pour éviter que ceux-ci soient utilisés par d’autres pays pour l’espionner. Dans son plan visant à imposer les technologies nationales, la Russie vient encore de s’en prendre à Microsoft, qui est clairement sa première cible. Cette fois-ci, c’est LinkedIn, le réseau social professionnel en cours d’acquisition par Microsoft, qui va subir la loi russe. Le pays de Poutine veut en effet bannir LinkedIn qui ne s’est pas conformé à une loi obligeant les entreprises de technologie à stocker les données des utilisateurs russes au sein du pays.

En effet, depuis l’an dernier, est entrée en vigueur une loi russe qui oblige ces entreprises à déplacer les données des utilisateurs du pays sur des serveurs locaux. D’après Vadim Ampelonskiy, porte-parole de Roskomnadzor (le régulateur russe des télécommunications et médias), des entreprises de la technologie comme Google, eBay et Uber, se sont déjà conformées à la réglementation. Ce qui n’est pas le cas pour LinkedIn : « LinkedIn n'a pas fourni de documents sur le déplacement de bases de données personnelles vers la Russie », ont affirmé les autorités russes. N’ayant pas respecté cette loi, le réseau social professionnel de Microsoft verra donc son accès aux utilisateurs russes fermé dans les prochains jours.

En réponse à la décision du régulateur russe, LinkedIn explique dans un communiqué que sa vision « est de créer des opportunités économiques pour l'ensemble de la main-d'œuvre mondiale », et d’ajouter que « la décision de la cour russe peut avoir pour conséquence de refuser l'accès à LinkedIn pour les millions de membres que nous avons en Russie et les entreprises qui utilisent LinkedIn pour faire croître leurs activités ». La société dit donc être disposée à rencontrer le régulateur russe « pour discuter de sa demande de localisation de données. »

Pendant ce temps, le Federal Anti-Monopoly Service (FAS), le principal organisme antitrust de la Russie a annoncé le jeudi qu’il a ouvert une enquête sur Microsoft sur le marché des antivirus. D’après le FAS, Microsoft a été accusé d'avoir abusé de sa position dominante sur le marché des PC en ne donnant pas assez de temps aux éditeurs d'antivirus pour adapter leurs produits à son système d'exploitation Windows 10. Ces derniers auraient en effet juste quelques jours pour le faire, plutôt que les deux mois comme prévus précédemment, d’après les allégations du FAS. Le régulateur russe de la concurrence soutient donc que cela a donné un avantage injuste à Windows Defender, le logiciel antivirus de Microsoft intégré dans son OS, et a par ailleurs nui aux concurrents, dont l’éditeur russe Kaspersky Lab. Ce dernier a d’ailleurs déposé une plainte contre Microsoft auprès du FAS.

« Ces actions conduisent à un avantage injustifié pour Microsoft sur le marché des programmes [antivirus]. Notre tâche est d'assurer des conditions égales pour tous les acteurs du marché », a déclaré le responsable adjoint du FAS Anatoly Golomolzin, dans un communiqué.

Eugene Kaspersky, le fondateur de la société antivirus qui porte son nom, a accusé Microsoft d'essayer de faire sortir les fabricants de logiciels antivirus du marché de Windows. « Un antivirus dominant est une menace en soi pour la sécurité », a-t-il écrit dans un billet de blog. L’entreprise compte également porter l’affaire auprès de l’autorité européenne de la concurrence. La porte-parole de Kaspersky, Yulia Shlychkova, a en effet indiqué que la société prépare une plainte qui sera envoyée à la Commission européenne.

Sources : ABC News (Associated Press), Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles initiatives de la Russie et la plainte de Kaspersky Lab ?

Voir aussi :

Microsoft corrige la faille critique de Windows exploitée par les Hackers russes dans le Patch Tuesday de novembre

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Tartare2240
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/03/2017 à 11:04
A bien y réfléchir, et encore plus quand je vois l'article sur la CIA, je pense que la Russie a raison sur un point : le fait de contraindre les sociétés à stocker les données des russes sur le territoire russe. Certes pas pour les bonnes raisons, mais avec l'Union Européenne, on devrait peut-être prendre une décision simmilaire. Travaillant actuellement dans un domaine où les données récoltés sont (très) sensibles et en voyant que les USA essayent déjà de s'implanter chez nous en proposant une "uberisation" de notre domaine, j'ai peur de ce qui peut arriver...
10  0 
Avatar de Jonyjack
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/11/2016 à 9:55
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Tu as raison, mais d'un point de vue Français, je préfère que se soit la France (ou l'UE) qui m'espionne que les ricains
Perso c'est carrément l'inverse. Quitte à se faire espionner, je dirai tout sauf la France... Parce que c'est justement en France où ça pourrait me porter le plus de préjudice...

EDIT: @Grogro je viens de voir ta réponse, et je te rejoins.
7  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 08/03/2017 à 12:42
Il est clair que l'Europe passe pour l'univers des bisounours. Les Européens sont prêts à supporter tout et n'importe quoi de la part des USA, des Chinois, des Russes ... au nom du "Libre échange" que seuls les Européens respectent (et encore, pas tous). Il serait temps que les Européens se réveillent et comprennent enfin qu'ils n'ont aucun allié économique, ni la Chine, ni la Russie (ni même certains Européens ... comme feu les Englishs qui depuis le début ont shootés contre leur camp ... bon débarras).
7  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/01/2017 à 12:05
Si Snowden était resté aux USA, il aurait fini crucifié. Soit condamné à mort au bout d'un procès interminable, soit torturé pendant des années comme Bradley Manning, soit enfermé dans une prison supermax pour le restant de ses jours.

C'est aussi simple que ça.
6  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/01/2017 à 11:19
Quel rapport avec la Russie et LinkedIn ?
6  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/11/2016 à 9:33
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Tu as raison, mais d'un point de vue Français, je préfère que se soit la France (ou l'UE) qui m'espionne que les ricains
Je serais favorable à une tels loi à condition quelle permette d'aider le consommateur et non à renforcer l'espionnage, pour la Russie je ne me prononcerais pas... mais j'ai un espoirs pour la France ou l'UE.
A choisir entre la peste et le choléra, je préfère encore que mes données personnelles soient phagocytées par une société états-unienne à des fin de profilage commercial + ou - anonymisée plutôt que par un état affolé par la liberté à des fins de profilage politique en cherchant à établir un coefficient de dangerosité potentielle pour l'Ordre Moral en place.
6  1 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 21/11/2016 à 17:05
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
Probablement, ce que tu ne sembles pas comprendre c'est qu'il existe encore des personnes qui ont de l'estime pour leurs pays et qui respectent ceux qui en ont pour le leurs.
Difficile à imaginer quand on est adoration de la mondialisation qui veut tout harmoniser au profit des entreprises...
Sauf que trompe est contre la mondialisation quand elle désavantage les USA et pour dans le cas contraire. Donc, trompe est pour que le plus de serveurs possible soient aux US et donnent du travail aux Américains. Si Microsoft (ou un autre) est obligé de mettre en Russie des serveurs abritant les comptes des Russes, avec des informaticiens Russes pour les gérer, ça va exactement à l'inverse de ce qu'il prétendait faire.

Les Américains sont pour le marché ouvert ... pour les autres. Pour le marché intérieur, ils sont pour le protectionnisme. Mais d'ailleurs, Trompe a fait des grandes déclarations à ce sujet, mais ce qu'il risque de faire ne sont que des changements à la marge. Et tans pis pour ceux qui ont crus en ses mensonges électoraux.
5  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 23/11/2016 à 13:09
Citation Envoyé par thierrybenji Voir le message
En fait il serait plus important de se préoccuper de qui est élu dans l'UE ou en Allemagne.
Au final ils ont plus de pouvoir sur la France que le gouvernement français...

À chaque fois qu'il y a des élections union européenne, tout le monde s'en fout, alors qu'on ne devrait pas.

=====
Et sinon pour LinkedIn interdit en Russie, ce n'est qu'un détail.
Ça ne changera rien du tout ni pour le peuple Russe ni pour l'entreprise qui s'occupe de LinkedIn...
C'est faux!

1. Si la politicaille française voulait bien défendre les intérêts de la France à l'UE, la France s'en sortirait mieux

2. La politicaille française dispose encore de pouvoir important pour gérer le pays mais elle préfère mettre son irresponsabilité sur le dos de l'UE, c'est plus pratique!

3. Et finalement, l'UE c'est super, cela permet de trouver des jobs sympa et bien rémunérés pour les copains politicards qui ont échoué aux urnes (ex: Le sympatique Moscovici)
5  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/01/2017 à 11:23
C'est un message politique très fort envoyé par le pouvoir russe aux géants du web : "vous stockez les données de nos utilisateurs chez nous ou vous décarrez la queue entre les jambes". C'est à mettre en parallèle avec les problématiques récentes des transferts de données personnelles entre l'Union Européenne et les USA (révocation de l'accord "Safe Harbor" et nouvelles négociations : http://business-analytics-info.fr/88...pe-etats-unis/ ). Pour la Russie, c'est aussi une façon d'inciter à la création d'emplois locaux (puisqu'il faut stocker les données russes en Russie), voire de favoriser un concurrent local à LinkedIn. Donc une forme de protectionnisme. Troisièmement, en forçant le stockage des données personnelles sur le territoire, le pouvoir y accède plus facilement, voire impose carrément des backdoors comme veut le faire le Royaume-Uni.

Ce n'est pas forcément un gage de sécurité pour l'utilisateur final. Il vaut mieux, à moins de voyager outre-Atlantique, être espionné par une puissance étrangère que par le pouvoir local, quel qu'il soit.
5  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 09/01/2017 à 15:43
Citation Envoyé par thierrybenji Voir le message
Peut être parce qu'à chaque fois qu'ils ont un grand projet de pipeline les USA interviennent pour casser le projet.
Mouarf. Non, le problème, c'est d'être un pays encadré de mers gelées 5 mois par an. La Chine est un rival stratégique naturel, l'Asie centrale est pleine de montagnes infranchissables, l'Europe est un rival stratégique naturel, donc les débouchés sont compliqués. Il faut garder un port en eaux profondes qui donne sur les mers chaudes(en Crimée, comme par hasard...), s'assurer que le détroit des Dardanelles est ouvert(d'ou une patience énorme vis-à-vis des clowneries d'Erdogan), et protéger les exportations en méditerranée(d'ou la base navale en Syrie). Après, dans l'Atlantique, il n'y a plus grand chose de risqué, c'est un océan ouvert, les Allemands on payé pour savoir qu'il était difficile d'y stopper le commerce naval au début des années 1940.

Citation Envoyé par thierrybenji Voir le message
Si les USA ont créé Al Qaeda c'est parce que les Russes avaient un projet de pipeline avec l’Afghanistan ou le Pakistan.
Mouaf puissance mille. Les états-unis n'ont pas créé Al-Qaida. Ils ont essayé de recruter(en le finançant) son jeune fondateur quand celui ci s'est retrouvé dans un de leurs hôpitaux après avoir survécu à une bataille avec les Spetnaz. Ils ne voyaient que ça : il avait combattu les Spetsnaz, et survécu en assez bonne santé pour leur raconter comment les Spetsnaz se battaient. Celui-ci a vaguement collaboré, avant de repartir de son coté. Son combat djihadiste, ils s'en foutaient(à tort), considérant que le seul ennemi digne d'être affronté, c'était l'URSS. La suite, on la connait tous.
6  1