Developpez.com

Club des développeurs et IT pro
Plus de 4 millions de visiteurs uniques par mois

Canadiens et Chinois signent un traité de cyberespionnage industriel
Est-ce réellement utile ?

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
les traités de ce type sont-ils utiles entre des pays ?
Daniel Jean, conseiller en cybersécurité du Premier ministre canadien Justin Trudeau et Wang Yongqing, secrétaire général du Parti communiste chinois viennent de signer un traité de cyberespionnage industriel, l’aboutissement d’un entretien téléphonique entre les Premiers ministres de ces pays il y a une semaine.

D’après ce que rapporte le journal canadien The Globe and Mail à ce sujet, le traité de cyberespionnage industriel signé entre les deux pays stipule qu’ils s’engagent mutuellement à ne pas mener ou à parrainer des cyberattaques destinées à s’approprier des secrets technologiques chez leur homologue, ce, dans le dessein de procurer à des entreprises de leur pays respectif un avantage sur leurs compétiteurs.

Voici un cas de figure qui n’est pas sans rappeler de récentes déclarations du président russe, Vladimir Poutine, qui estimait qu’il faut que des règles soient établies en matière de cyberguerre, lorsqu’il faisait référence au traité de proposé par la Russie aux États-Unis en 2015 et ignoré par ces derniers.

Les règles sont les règles et, dans le cas précis de cet accord entre Canadiens et Chinois, elles stipulent clairement que le pacte de non-agression ne se limite qu’au vol de secrets technologiques. Cela suppose que la Chine a le droit de s’attaquer à des instances gouvernementales canadiennes, ce que confirme d’ailleurs le journal The Globe and Mail qui rapporte que cela a déjà été le cas en 2014.

Ces accords entre Canadiens et Chinois s’inscrivent surtout dans la volonté du gouvernement canadien d’adopter un positionnement similaire à celui de son voisin étasunien vis-à-vis de l’espionnage chinois. Les Américains sont d’avis que depuis la signature d’accords similaires avec la Chine en 2015, les cyberattaques sponsorisées par le gouvernement chinois contre des entreprises américaines ont connu une baisse notable. Cela suppose que des entreprises américaines subissent toujours des attaques, toutes choses qui amènent à s’interroger sur la valeur réelle de ces différents traités.

Le véritable problème est qu’en matière de cyberguerre, les possibilités de camouflage des protagonistes sont quasiment infinies en comparaison de celles dont ils disposent dans le cadre d’une guerre conventionnelle. Pour ne citer que le cas du tout récent ransomware WannaCry, les métadonnées ont conduit certaines firmes de sécurité à en attribuer la paternité à des groupes chinois quand d’autres ont orienté les regards vers la Corée du Nord et le groupe Lazarus.

Résultat des courses, c’est avec beaucoup de prudence que les experts en cybersécurité livrent généralement les résultats de leurs investigations. Dans l’univers de la cybersécurité, on s’exprime généralement au conditionnel, toute chose qui pourrait remettre en question l’utilité d’établir de tels traités.

Source : The Globe and Mail


Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

La signature de tels traités empêche-t-elle que de telles attaques soient perpétrées ?

Voir aussi :

La menace d'une cyberguerre internationale est-elle imminente ? Cent pays seraient en train d'établir des cybercommandos selon un analyste
USA : le commandant des Marines veut recruter 3000 soldats spécialisés dans la cyberguerre et l'espionnage pour lutter contre les cyberattaques
Cyberguerre : les États-Unis préparent leur arsenal pour riposter aux attaques, 6200 personnes seront recrutées pour répliquer


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de NSKis NSKis - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 27/06/2017 à 23:17
C'est l'histoire du scorpion qui, ne sachant pas nager, demande l'aide à une grenouille pour traverser la rivière.

"Hep! La grenouille! Tu me portes sur ton dos pour traverser la rivière?" demande le scorpion

"Je suis pas folle, tu vas me piquer" dit la grenouille

"Mais non... Si je te pique nous allons mourir tous les deux. Toi par mon venin et moi par noyade" lui répond le scorpion

Convaincue, la grenouille se met à l'eau avec le scorpion sur son dos. Mais arrivée au milieu de la rivière, une immense douleur se fait sentir dans son dos. "Tu m'as piqué, crétin... Nous allons mourir tous les deux" hurle la grenouille

Tout malheureux, le scorpion lui répond "Je sais mais que veux-tu on ne peut pas aller contre sa nature"...

Dans notre histoire canado-chinoise, qui est la grenouille et qui est le scorpion?

Réfléchissez y et bonne nuit les petits!
Avatar de transgohan transgohan - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 28/06/2017 à 10:48
C'est totalement absurde...
C'est un peu comme quand on découvre que les services secrets font des choses illégales...
Tant que c'est secret on fait ce que l'on veut, jusqu'à ce que cela devienne un secret de polichinelle !
Offres d'emploi IT
Développeur WEB PHP F/H
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)
Développeur Web FULL-STACK
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)
RESPONSABLE WEB ANALYTICS F/H
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil