IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook ne vérifiera plus les publications de Donald Trump maintenant qu'il a annoncé sa candidature,
Voici pourquoi

Le , par Nancy Rey

60PARTAGES

5  0 
Maintenant que Donald Trump a officialisé sa campagne de réélection, Meta a décidé d'arrêter de vérifier les faits de ses déclarations souvent contestées. La semaine dernière CNN a rapporté une fuite d'un mémo interne de Meta expliquant qu'en tant que candidat à la présidence pour l'élection de 2024, Trump peut désormais bénéficier d'une exemption de vérification des faits que l'entreprise accorde à tous les politiciens sur ses plateformes Facebook et Instagram. La décision, qu'un porte-parole de Meta a confirmée à CNN, met en lumière la perpétuation d'une politique qui est exactement à l'envers. Meta gère le plus grand réseau de vérificateurs de faits externes rémunérés de l'industrie des médias sociaux. Mais Meta exempte de son système de vérification des faits les personnes les plus influentes de toute campagne politique : les candidats eux-mêmes.


Avant l'annonce par l'ancien président américain Donald Trump, le 15 novembre 2022, de sa candidature à une réélection en 2024, un mémo de Meta a réaffirmé que ses discours seraient exemptés des efforts de vérification des faits par des tiers sur Facebook. Le mémo, qui a été obtenu et rapporté par CNN, indiquait que si Trump annonçait une candidature à la réélection, il ne serait plus vérifié sur la plateforme de Facebook par ses vérificateurs de faits tiers. Le mémo stipule que « le discours politique n'est pas éligible à la vérification des faits. Cela inclut les mots prononcés par un politicien ainsi que les photos, les vidéos ou tout autre contenu clairement identifié comme ayant été créé par le politicien ou sa campagne ».

Le mémo explique : « Si l'ancien président Trump annonce clairement et publiquement qu'il se présente aux élections, il sera considéré comme un politicien selon les politiques de notre programme ». Cette règle s'applique à tous les politiciens. Selon la politique officielle de Facebook, les partenaires du programme de vérification des faits de l'entreprise ne doivent pas noter les types de contenu suivants :

« Postes et annonces de politiciens : Cela inclut les mots prononcés par un politicien ainsi que les photos, vidéos ou autres contenus clairement identifiés comme étant créés par le politicien ou sa campagne. Pour déterminer quand cela s'applique, nous demandons à nos partenaires de vérification des faits d'examiner les politiciens à tous les niveaux. Par "homme politique", nous entendons les candidats aux élections, les titulaires de fonctions actuelles (et, par extension, la plupart des membres de leur cabinet) ainsi que les partis politiques et leurs dirigeants. Dans certains cas, nous demandons aux vérificateurs d'utiliser leur expertise et leur jugement pour déterminer si un individu est un politicien, comme dans le cas d'un élu à temps partiel.

Notre approche est fondée sur la croyance fondamentale de Facebook en la liberté d'expression, le respect du processus démocratique et la conviction que, surtout dans les démocraties matures où la presse est libre, le discours politique est le discours le plus scruté qui soit. De manière tout aussi critique, en limitant le discours politique, les gens seraient moins informés de ce que disent leurs élus et les politiciens seraient moins responsables de leurs paroles. [...]

Le contenu d'opinion n'est généralement pas admissible à la notation parce que le programme de vérification des faits n'est pas censé interférer avec l'expression ou le débat individuel. Cependant, la définition du terme "opinion" n'a pas pour but de donner un laissez-passer au contenu qui diffuse de fausses informations, uniquement sur la base de la manière dont il est présenté. Par conséquent, nous demandons aux vérificateurs d'utiliser leur jugement pour déterminer si le contenu est réellement une opinion ou s'il masque plutôt de fausses informations sous l'apparence d'une opinion, et de le noter comme il convient dans ces circonstances ».

Cette politique n'est pas nouvelle. Elle figurait sur le site web de Facebook avant l'annonce de Trump. Andy Stone, un porte-parole de Meta, a déclaré à CNN : « une réitération de notre politique de longue date ne devrait être une nouvelle pour personne ». En 2019, Nick Clegg, le président des affaires mondiales de Meta, a confirmé que la politique était en place depuis 2018. Abordant les règles de la plateforme pour la vérification des faits des discours politiques, il a déclaré :

« Nous ne pensons cependant pas que c'est un rôle approprié pour nous d'arbitrer les débats politiques et d'empêcher le discours d'un politicien d'atteindre son public et d'être soumis à un débat public et à un examen minutieux. C'est pourquoi Facebook exempte les politiciens de notre programme de vérification des faits par des tiers. Cette politique est en vigueur depuis plus d'un an maintenant, et elle est affichée publiquement sur notre site dans nos directives d'admissibilité. Cela signifie que nous n'enverrons pas le contenu organique ou les publicités des politiciens à nos partenaires de vérification des faits pour examen. Toutefois, lorsqu'un politicien partage du contenu déjà démystifié, y compris des liens, des vidéos et des photos, nous prévoyons de rétrograder ce contenu, d'afficher des informations connexes provenant de vérificateurs de faits et de rejeter son inclusion dans des publicités ».

La décision d'immuniser Trump nécessite un certain déballage, ne serait-ce que parce que le 45e président a été totalement suspendu de Facebook depuis immédiatement après l'émeute du 6 janvier 2021 au Capitole des États-Unis, qu'il a contribué à fomenter par des messages sur Facebook et d'autres plateformes. Trump est actuellement interdit sur la plateforme, bien que la "Team Trump", une page gérée par son équipe, soit toujours en ligne. Meta indique qu'elle évaluera les circonstances et envisagera éventuellement de l'autoriser à revenir sur la plateforme en janvier 2023.

Meta paie des vérificateurs de faits tiers indépendants pour apposer des étiquettes de vérification des faits sur Facebook et Instagram. Ces vérificateurs de faits sont certifiés par l'International Fact-Checking Network (IFCN).

Jevin West, professeur associé à l'Université de Washington et cofondateur du Center for an Informed Public s’est exprimé au sujet de cette politique : « La politique est problématique et incohérente. Vous vérifiez les faits de toutes ces autres affirmations, mais vous ne vérifiez pas les faits de ce que disent les personnes munies de microphones géants. Vous liez les mains de vos vérificateurs de faits. [...] Certaines des déclarations les plus flagrantes viennent de nos politiciens ». Cette politique est probablement en place pour que Meta ne « s'aliène pas les utilisateurs venant de différents côtés du spectre politique », a théorisé West. Il a également fait valoir que Meta gagne beaucoup d'argent avec la publicité politique : « Il est difficile de ne pas penser que cela pourrait également être une partie de la raison de cette politique ».

Mais pour West, une autre politique de Facebook était potentiellement plus problématique : celle relative à la rétrogradation du contenu. Selon Meta : « Lorsqu'un politicien partage un contenu spécifique (par exemple un lien vers un article, une vidéo ou une photo créée par quelqu'un d'autre et qui a été précédemment démystifiée sur Facebook) nous rétrogradons ce contenu, affichons un avertissement et refusons son inclusion dans les publicités ». West a fait valoir que cet élément particulier de la politique pourrait éventuellement rendre les utilisateurs plus méfiants à l'égard des informations publiées sur Facebook, car il ne semble pas y avoir de transparence derrière. « C'est une boîte noire. Il y a cette idée qu'ils ne veulent pas 'arbitrer les débats politiques', mais ils le font déjà, alors pourquoi exclure certaines des plus grandes voix ? », a-t-il déclaré.

Source : CNN

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Facebook va mettre fin au traitement spécial réservé aux hommes politiques après l'interdiction de Trump à l'avenir les politiciens seront traités comme tout le monde

Les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump suspendus jusqu'au 7 janvier 2023, mais la sanction pourrait être prolongée

Donald Trump poursuit Twitter, Google et Facebook pour « censure », l'ancien président estime que ces entreprises ont violé le droit à sa liberté d'expression

Facebook et Twitter suppriment une publication de Donald Trump selon laquelle la grippe est plus meurtrière que le coronavirus et ravivent le débat relatif aux politiques de modération sur les RS

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SimonKenoby
Membre actif https://www.developpez.com
Le 23/11/2022 à 12:25
Je trouve ça bête. Tout les politiciens sont des menteurs pas nature, et je trouve que pouvoir vérifier leur dire serait une bonne chose. Tous autant qu'ils sont. Si Trump se sens particulièrment visé c'est certainement parce qu'il a tendence a mentir plus que les autres, c'est tout.
5  4 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/11/2022 à 8:19
C'est aberrant mais confortable.

Aberrant parce que ces gens sont des manipulateurs (ce qui peut avoir un sens positif) de masse, commenter les plus grands influenceurs semble logique.
Confortable parce que ces gens sont des machines à communiquer, les suivre imposerait surement d'embaucher en masse
Confortable parce qu'on risque de se rendre compte que certains prennent plus de liberté avec la réalité, on va plus les dénoncer et donc devenir la petite main du lobby comploteur (wokistoislamique ou capitalopatriarcal suivant les personnes, donc les deux à la fois). Chose que Facebook ne veut pas être.
Confortable aussi parce que certains politiques avancent des choses qui ne peuvent juste pas être vérifiées, et nous vivons dans un monde où l'incompétence est un tabou. Surtout quand on est grande comme Meta
0  0