IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook va mettre fin au traitement spécial réservé aux hommes politiques après l'interdiction de Trump
à l'avenir les politiciens seront traités comme tout le monde

Le , par Nancy Rey

80PARTAGES

16  0 
Facebook prévoit de mettre fin à sa politique controversée qui protège principalement les politiciens des règles de modération du contenu qui s'appliquent aux autres utilisateurs. Un revirement majeur qui pourrait avoir des ramifications mondiales sur la façon dont les élus utilisent le réseau social. Le changement annoncé intervient alors que Facebook doit annoncer sa réponse aux recommandations formulées par le conseil de surveillance indépendant de l'entreprise lorsqu'il a statué sur la suspension de l'ancien président américain Donald Trump. Le conseil de surveillance de Facebook, l'Oversight Board, a récemment confirmé la suspension de Trump par Facebook à la suite de l'émeute du 6 janvier au Capitole, mais a déclaré que le géant des médias sociaux avait eu tort de rendre la suspension indéfinie.

Ces dernières années, les plateformes technologiques ont été confrontées à la question de savoir comment contrôler les dirigeants mondiaux et les politiciens qui violent leurs directives. Facebook et Twitter estiment depuis longtemps que les hommes politiques devraient bénéficier d'une plus grande latitude dans leurs propos sur les plateformes que les utilisateurs ordinaires.

L’annonce que doit faire Facebook dès ce vendredi, intervient après que l'Oversight Board – un groupe indépendant financé par Facebook pour examiner ses décisions les plus épineuses en matière de contenu – a confirmé sa décision de suspendre l'ancien président Donald Trump mais a critiqué le traitement spécial accordé aux hommes politiques, déclarant que « les mêmes règles devraient s'appliquer à tous les utilisateurs ». Les sanctions normales de Facebook comprennent la suppression du contenu en infraction, l'imposition d'une période de suspension limitée dans le temps ou la désactivation permanente de la page et du compte. Le conseil d'administration a donné à Facebook jusqu'au 5 juin 2021 pour répondre à ses recommandations politiques.


Facebook prévoit également de faire la lumière sur le système secret des sanctions qu'il attribue aux comptes qui enfreignent ses règles de contenu, d’après deux personnes au fait de ces changements qui souhaitent garder l’anonymat. Il s'agira notamment de permettre aux utilisateurs de savoir quand ils ont reçu un avertissement pour avoir enfreint ses règles, ce qui pourrait entraîner une suspension. Facebook doit également commencer à divulguer les cas où il a recours à une exemption spéciale d'actualité pour maintenir le contenu de politiciens et d'autres personnes qui violeraient autrement ses règles.

Ces changements sont notables pour Facebook, car l'entreprise a toujours adopté une approche non interventionniste à l'égard de ce que les élus disent sur son service. Les dirigeants de l'entreprise, y compris le PDG Mark Zuckerberg, ont déclaré qu'ils ne devraient pas avoir pour mission de contrôler le discours des politiciens. Ils ont fait valoir le fait que ce discours est déjà le plus surveillé au monde et que les entreprises privées ne devraient pas censurer ce que les politiciens disent à leurs citoyens.

Depuis quelques années, Facebook tient une liste de comptes politiques qui ne sont pas soumis aux mêmes processus de vérification des faits ou de modération du contenu que ceux qui s'appliquent aux autres utilisateurs. En 2019, un groupe d'employés a demandé la dissolution de cette liste, citant des recherches internes qui montraient que les gens étaient particulièrement susceptibles de croire des faussetés si elles étaient partagées par un élu.

La même année, le vice-président des affaires mondiales de Facebook, Nick Clegg, a clarifié publiquement cette politique en déclarant que « nous traiterons les discours des politiciens comme des contenus dignes d'intérêt qui devraient, en règle générale, être vus et entendus ». Au-delà des contenus expressément illégaux tels que la pornographie enfantine, Facebook ne prendrait des mesures contre les commentaires des politiciens que s'ils pouvaient, de manière crédible, entraîner des dommages physiques ou décourager le vote.

Le contenu provenant d'autres sources que les politiciens partagent, comme les liens d'actualité ou les vidéos, a déjà été soumis à une vérification des faits, une étape qui peut réduire considérablement la diffusion des messages. Dans le cadre des nouvelles politiques de Facebook, les publications faites directement par des politiciens ne seront toujours pas soumises à l'examen du réseau de vérificateurs de faits indépendants de l'entreprise. Mais, pour la première fois, ils pourront être soumis à des règles plus strictes, comme le harcèlement, que les modérateurs de Facebook appliquent aux autres utilisateurs.

La politique de non-intervention dans les discours politiques a suscité de vives réactions lorsque Donald Trump a utilisé Facebook pour attiser la division après l'assassinat de George Floyd et a ensuite fait l'éloge de ses partisans lors de leur tentative d'insurrection violente au Capitole en janvier dernier. Et en Inde, le plus grand pays de Facebook en termes d'utilisateurs, l'entreprise a été critiquée pour ne pas avoir pris de mesures contre les commentaires violents des membres du parti au pouvoir. Dans le cadre de la nouvelle politique relative aux hommes politiques, Facebook pourra toujours utiliser l'exemption de l'obligation d'informer pour laisser en place une publication qui, autrement, serait supprimée. Mais l'entreprise s'engagera à divulguer les cas où elle le fera.

Après l'attaque du Capitole par les partisans de Trump en janvier, Facebook a bloqué indéfiniment sa capacité à publier et a soumis la décision à l'Oversight Board, un groupe d'experts en droits de l'Homme mis en place pour juger de l'application de ses politiques. Le conseil a répondu que Facebook avait eu tort de prendre des mesures spéciales à l'égard du compte de Donald Trump, car ses politiques publiques n'expliquent pas quand il peut bloquer indéfiniment la capacité d'une personne à publier des messages. Dans sa réponse écrite à Facebook le 5 mai, le conseil d'administration a demandé à l'entreprise de « dissiper la confusion générale sur la façon dont les décisions relatives aux utilisateurs influents sont prises ». Facebook disposait de 30 jours pour répondre aux recommandations du conseil d'administration et de six mois pour achever l'examen du compte de Trump.

Sources : Oversight Board, Facebook

Et vous ?

Que pensez-vous du positionnement du comité de surveillance de Facebook ?
Comment veiller à ce que ces plateformes demeurent ouvertes à la liberté d’expression tout en évitant qu’elles ne soient des vecteurs de diffusion des discours haineux ou d’incitation à la violence ?
Quelle solution au dilemme de gestion des droits de l’Homme en matière de discours politique ?

Voir aussi :

Facebook empêche à ses employés de lire un rapport interne qui examine le rôle et les manquements du réseau social ayant conduit à l'émeute du Capitole. Vous pouvez le lire ici

Le comité de surveillance de Facebook confirme la suspension des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump pour violation des normes communautaires, mais n'est pas d'accord avec sa durée indéfinie

Twitter suspend définitivement le compte de Donald Trump, le réseau social estime que les messages qu'il a publiés récemment représentent un risque d'incitation à la violence

Voici le plan de Donald Trump pour réglementer les médias sociaux : une réécriture des dispositions fondamentales de l'article 230 de la Communications Decency Act (CDA)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/06/2021 à 17:12
À l'avenir, les politiciens Libéraux qui pensent exactement comme nous seront traités mieux que tout le reste... Voila je crois que là ça se rapproche plus de la réalité 😎
2  1 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/06/2021 à 8:34
Il faudrait déja que facebook trait de manière égale tout le monde. C'est tres loin d'être le cas.
1  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 11:52
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Créer des réseaux sociaux dédiés à la politique et à la religion . Ces 2 thématiques n'ont strictement rien à faire sur un réseau social lambda censé être orienté "loisir" .
Où as-tu vu que Facebook était un réseau orienté loisir ?
Cela n'a jamais été dans l'ambition de FB, y compris lors de sa création.

Et puis, comment comptes-tu séparer la politique de la religion de la société et de la vie quotidienne ?
Quand tu as des sujets tels que la PMA, c'est autant sociétal que politique et religieux.

De même, la plupart de nos loisirs ont également une portée politique et/ou religieuse.
Quand on participe à une reconstitution d'une bataille napoléonienne, bien évidement que c'est ludique et historique mais cela a aussi une grande signification politique.
Du coup, on communique dessus sur quel réseau ?

Même chose avec la littérature où la plupart des œuvres ont une portée philosophique, politique et religieuse.
Tolkien était un fervent catholique et on retrouve pas mal de références à la religion dans le Seigneur des Anneaux.
Si on veut communiquer sur les livres, films et jeux autour de cet univers, on le fait sur quel canal ?

A vouloir mettre chaque chose dans une case, c'est le meilleurs moyen pour ne jamais parler de rien dans son ensemble et surtout pas ensemble.

Ce que tu proposes n'est ni plus ni moins que du communautarisme.
1  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/06/2021 à 20:57
Bonsoir,

Que pensez-vous du positionnement du comité de surveillance de Facebook ?
Belle affaire si les politiques sont maintenant logés à la même enseigne que les quidams moyens

Quelle solution au dilemme de gestion des droits de l’Homme en matière de discours politique ?
Créer des réseaux sociaux dédiés à la politique et à la religion . Ces 2 thématiques n'ont strictement rien à faire sur un réseau social lambda censé être orienté "loisir" .
0  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/06/2021 à 10:02
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Sur un groupe de passionné de vélos par exemple. Des profils plutôt urbains qui voteraient écolos tu en trouveras statistiquement plus que sur un groupe de passionnés de voitures de sports ... La "mentalité" du groupe a donc un "orientation politique".
[...]
Se servir de ce même groupe sur facebook ou twitter a des fins politiques , cela n'a pas sa place à mon sens .
[...]
Le but premier d'un réseau social est bien de permettre aux gens de rester en contact. Pas de faire de la politique .
J'ai un peu de mal à saisir ton propos
Vouloir séparer la politique de la société ou la société de la religion ne me semble pas réaliste car tout est étroitement lié.
Qu'est-ce que la politique sinon l'organisation de notre société ?
Même chose avec la religion et la philosophie où l'on ajoute des notions de morale et de spiritualité.

Pour reprendre tes exemples, quand on parle de cyclisme, le débat va forcément s'orienter vers les pistes cyclables et les sites naturels et la concrétisation de ces sujets passent forcément par de l'action politique.
Même chose avec la cuisine où le débat s'orientera vers les producteurs et le bio et là aussi, l'action politique concrétise (ou non ) ces thématiques.

Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Au contraire , en "épurant" de la politique et de la religion on peut apaiser certaines tensions . Je demande simplement qu'on arrête de tenter de "lobotomiser" la cervelle des gens, avec des contenus explicitement orientés politiquement ...
[...]
Je ne le vois pas comme du communautarisme. Plutôt de "l'aseptisation" de contenu. Tout simplement revenir à des fondamentaux.
Où est le sel ? Où est la passion ? Où est l'engagement ? Les convictions et prises de positions ?
Si on n'aseptise tout, on s'emmerde
Les joies, et les tracas des discussions de comptoirs, c'est justement quand les convictions s'affrontent
1  1 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 11/06/2021 à 10:20
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Pour éviter d'alimenter ce "bruit" et cette "pollution", mon idée est on ne peut plus simple. Dégager les groupes politiques, les personnalités politiques , les groupes d'influences religieuses de Facebook.

Une page de personnalité de politique comme Mélenchon , Le Pen, Macron, le parti LFI, le parti RN , le pape , le vatican, La Mécque, etc ... A mon sens ces contenus n'ont pas leur place sur un réseau social comme Facebook . Cela participe trop à alimenter des tensions politico-religieuses.
Si je comprends bien, tu suggères de généraliser et automatiser la censure, non ?
Pourquoi M. Mélenchon, Mme Le Pen ou M. Macron devraient avoir leur liberté d'expression bridée par rapport à Mme Tutu ou M. Toto ?

De même, pourquoi certaines associations telles que "l'UFC que choisir" devraient avoir plus de liberté à communiquer que "Le Secours Catholique" sous prétexte que l'une revendique son identité religieuse et l'autre non ?

Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Je vais vulgariser ma pensée. Quand je me connecte sur Facebook , je m'attend à discuter avec mes amis/ma famille/un groupe qui partage une passion commune.

Je ne m'attend pas à un flicage "moral/idéologique" , car j'aurais posté la photo d'une voiture et cette même voiture est jugée "polluante" par une une âme "bien-pensante". Même chose , je m'attend à avoir un "procès d'intention publique" si je partage une vidéo youtube sur la seconde guerre mondiale . Que la vue de l'armée rouge ou hitlerienne en choque plus d'un ...
Dans ce cas, tu n'as qu'à participer à des groupes privés.
A vrai dire, ton souhait de communiquer correspond plus à WhatsApp qu'à Facebook.

A partir du moment où tu exposes ton propos sur la place publique, tu autorises, de facto, le quidam à commenter et réagir.

La liberté d'expression est à double sens.
Si tu es libre de t'exprimer, les autres, tous les autres (y compris les extrémistes, les politicards, les cuculs d'Eglise et l'idiot du village) sont libre de te répondre.
Si cela ne te plait pas, mets-toi un peu à leur place en comprenant que ton propos n'a peut être pas pu leur plaire à eux non plus.

Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Si les instances politiques et religieuses veulent interagir avec leur publiques, qu'elles créent leur propre réseaux sociaux. Au moins ici elles pourront dire ce qu'elles veulent et on évictera une partie du "bruit" des réseaux sociaux de Facebook et Twitter.
C'est exactement la définition du communautarisme.
Ce que tu proposes est d'enfermer ces entités dans des entre-soi.

On reproche très souvent aux politiques d'être déconnectés de la "vraie vie" et du "peuple" !:sic
C'est sûr que si on les enferme entre eux, ça va arranger les choses

Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Ainsi on interdit pas le débat , on le "canalise" pour éviter certaines dérives. On devrait même contraindre les instances politico-religieuses à cela pour plus de transparence, à mettre en place des plates formes de débat.
Les plateformes de débat existent déjà.
J'ai beau retourner dans tous les sens ce que tu proposes, je n'y vois que censure et fin de l'anonymat sur le net.

Car si tu veux obliger une instance religieuse à une totale transparence (plus qu'elles ne l'ont déjà), tu obliges tous ses membres et sympathisants à en faire de même.
Autrement dit, il deviendrait obligatoire de déclarer sa religion
Même chose avec les partis politiques et les syndicats.

Perso, je n'ai aucune envie de me balader avec une pancarte au dessus de la tête qui indique ma religion, mes opinions politique ou mon orientation sexuelle
0  0 
Avatar de pcdwarf
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/06/2021 à 13:58
Qu'on aime trump ou pas, je trouve cette suspension scandaleuse.
Elle démontre que les grands acteurs du numérique ne sont pas aussi neutres qu'ils le prétendent.
0  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/06/2021 à 14:30
Bonjour,

Citation Envoyé par pcdwarf Voir le message
Qu'on aime trump ou pas, je trouve cette suspension scandaleuse.
Elle démontre que les grands acteurs du numérique ne sont pas aussi neutres qu'ils le prétendent.
Le problème de fond de la "neutralité" passe surtout par le présence des autorités politico-religieuses sur ces mêmes réseaux sociaux.

Je reprend mon exemple :

On ne "consomme pas" une pratique religieuse/spirituelle ou un discours politique comme on consomme une baguette ou abonnement de téléphone fixe ...

Citation Envoyé par pcdwarf Voir le message
Elle démontre que les grands acteurs du numérique ne sont pas aussi neutres qu'ils le prétendent.
Ce problème de neutralité n'a pas été suffisamment anticipé lors de la création tout simplement ... Résultat pour des questions de fric / pouvoir / politique on laisse les autorités politico-religieuses dessus .

Au départ Facebook ou encore Twitter ont été pensé comme plate forme de vente/échange de contenu qui attrait au matériel/immatériel dans le domaine du loisir. Ces plate formes n'ont pas été pensé pour "vendre" ou "échanger" du discours politique/ religieux.
0  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 10/06/2021 à 14:01
Bonjour,

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
J'ai un peu de mal à saisir ton propos
Je vais prendre 2 exemples concret pour que tu puisses comprendre la subtilité.

Exemple 1 :

Mr Toto est professeur d'histoire-géo. Amateur d'art et d'histoire (avec un grand H) (Égypte antique, moyen age , viking , WW2 ...). Mr Toto est membre d'un groupe Facebook ou il publie régulièrement des contenus à thèmes historique. Forcement la probabilité de traiter un sujet comme la religion quand on parle d'histoire est élevé.

Mr Titi est un follower du groupe de Mr Toto. Mr Titi est un fervant croyant religieux. Mr Titi n'hésite pas a régulièrement critiqué les contenus que publient le groupe de Mr Toto (texte, image, article, vidéo ... ).

Le "bruit" , la "nuisance" de "plainte publique" que génère Mr Titi , est gênante car il "pollue" une thématique en "religieusant" le sujet de départ qui "l'Histoire". La "pollution plaintive" générée par Mr Titi fait prendre une dimension religieuse à un sujet qui n'en est pas un ...

Exemple 2 :

Madame Tutu est passionné" de vélo . Madame Lulu également. Toutes les 2 membres d'un groupe twitter sur le sujet. Madame Tutu pratique le vélo a titre sportif et est également passionnée de moto. Madame Lulu est engagée politiquement dans l'écologie est tient un discours contre ce qui est a moteur.

Encore une fois le "bruit" , la "pollution" des critiques de Madame Lulu contre le " moteur " vont politiser le groupe. Madame Tutu et Madame Lulu sont pourtant toutes les 2 passionnées de vélo ... Pourtant le discours de Madame Lulu "politise" son groupe/discours .

---

Pour éviter d'alimenter ce "bruit" et cette "pollution", mon idée est on ne peut plus simple. Dégager les groupes politiques, les personnalités politiques , les groupes d'influences religieuses de Facebook.

Une page de personnalité de politique comme Mélenchon , Le Pen, Macron, le parti LFI, le parti RN , le pape , le vatican, La Mécque, etc ... A mon sens ces contenus n'ont pas leur place sur un réseau social comme Facebook . Cela participe trop à alimenter des tensions politico-religieuses.

Je vais vulgariser ma pensée. Quand je me connecte sur Facebook , je m'attend à discuter avec mes amis/ma famille/un groupe qui partage une passion commune.

Je ne m'attend pas à un flicage "moral/idéologique" , car j'aurais posté la photo d'une voiture et cette même voiture est jugée "polluante" par une une âme "bien-pensante". Même chose , je m'attend à avoir un "procès d'intention publique" si je partage une vidéo youtube sur la seconde guerre mondiale . Que la vue de l'armée rouge ou hitlerienne en choque plus d'un ...

---

Si les instances politiques et religieuses veulent interagir avec leur publiques, qu'elles créent leur propre réseaux sociaux. Au moins ici elles pourront dire ce qu'elles veulent et on évictera une partie du "bruit" des réseaux sociaux de Facebook et Twitter.

Ainsi on interdit pas le débat , on le "canalise" pour éviter certaines dérives. On devrait même contraindre les instances politico-religieuses à cela pour plus de transparence, à mettre en place des plates formes de débat.
0  1 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/06/2021 à 14:10
Bonjour,

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Si je comprends bien, tu suggères de généraliser et automatiser la censure, non ?
Non

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Pourquoi M. Mélenchon, Mme Le Pen ou M. Macron devraient avoir leur liberté d'expression bridée par rapport à Mme Tutu ou M. Toto ?
Le discours que peut avoir M. Mélenchon, Mme Le Pen ou M. Macron VS Mme Tutu ou M. Toto , sur une plate forme comme Facebook ou une plateforme type grand débat, politizr, make.org, le site de débat d'une intercommunalité (exemple : https://participer.strasbourg.eu/) , n'a pas la même "puissance" , ni le même impact.

Un débat sur Facebook peut aussi vite devenir "comptoir" de café. D'un point de vu "qualitatif" et "sérieux" , interagir sur une plate forme dédié donne aussi "plus de crédit" à un discours .

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
De même, pourquoi certaines associations telles que "l'UFC que choisir" devraient avoir plus de liberté à communiquer que "Le Secours Catholique" sous prétexte que l'une revendique son identité religieuse et l'autre non ?
UFC que choisir défend les droits des consommateurs , on parle produit/service
Le Secours Catholique est une association qui aide les pauvres . Si le discours devient "trop" religieux et commence à tenir des directives sur "pratiquer comme ci ou comme ça", c'est à ce moment que cela n'a pas sa place sur Facebook.

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Dans ce cas, tu n'as qu'à participer à des groupes privés.
Pour justement plus de transparence, j'estime que la tenu d'un débat doit être publique et non pas privé. Donc bye bye les what'sapp and co ... Ne soyons pas fou non plus , on ne va pas interdire le droit de se réunir en privé

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
A partir du moment où tu exposes ton propos sur la place publique, tu autorises, de facto, le quidam à commenter et réagir.
On est parfaitement d'accord.

La ou cela me gène , c'est qu'on se sert de Facebook pour faire passer du "discours politique" comme discours marketing. D’où mon opposition à la présence des partis politiques sur Facebook ...

LFI, RN, LREM doivent à mon sens avoir leur propre plateforme de débat et réseau sociaux et n'ont pas à se trouver sur Twitter et consort ... Les autorités politico-religieuses ne font pas parti du "domaine du consumérisme" .

On ne "consomme pas" une pratique religieuse ou un discours politique comme on achète une baguette ou abonnement de téléphone fixe ... La comparaison est volontairement absurde , pour montrer justement toute "l'absurdité" de la présence des autorités politico-religieuses sur les réseaux sociaux "grands publiques" .

Tu vois ou je veux en venir maintenant ?

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
La liberté d'expression est à double sens.
On est parfaitement d'accord.

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Ce que tu proposes est d'enfermer ces entités dans des entre-soi.
Le fait de mettre un cadre et des limites , est surtout pour évite certaines dérives.

Exemple concret. Les propos plus que scandaleux qu'a eux Trump sur Twitter et Facebook par rapport au Capitol , n'auraient clairement pas eu le même impact , si il y a 10/15 ans , les créateurs des réseaux sociaux avaient interdit des le départs les politique.

Sur une réseau social orienté politique, la teneur du discours aurait été nettement plus différent.

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
C'est exactement la définition du communautarisme.
De facade oui , dans les faits non.

Cela permet aussi de forcer les partis politiques à devoir écouter la parole adverse. Rien n'interdit un opposant de s'inscrire et de partager un contre discours ... Genre par exemple un membre de LFI sur qui s'inscrit sur le site du RN.

On est pas non plus en Chine ou toute la parole est bridée voir épiée ...

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
On reproche très souvent aux politiques d'être déconnectés de la "vraie vie" et du "peuple" !:sic
C'est sûr que si on les enferme entre eux, ça va arranger les choses.
Le but est surtout de les faire redescendre sur terre. Donc justement "affaiblir" une forme d'ora de surdimensionnés qu'ils ont.

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Les plateformes de débat existe déjà.
Cela reste "un pas".

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
J'ai beau retourner dans tous les sens ce que tu proposes, je n'y vois que censure et fin de l'anonymat sur le net.
Et bien dans ce cas l’anonymat doit perdurer aussi sur internet, même dans un débat. On l'autorise bien à la tv en floutant ...

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Car si tu veux obliger une instance religieuse à une totale transparence (plus qu'elles ne l'ont déjà), tu obliges tous ses membres et sympathisants à en faire de même.
Autrement dit, il deviendrait obligatoire de déclarer sa religion
Même chose avec les partis politiques et les syndicats.
C'est le cas en Allemagne. Tu peux déclarer aux impôts que tu pratiques tel ou tel culte. Ainsi une partie de ce que tu payes finance le dit culte ...

Citation Envoyé par Saverok Voir le message
Perso, je n'ai aucune envie de me balader avec une pancarte au dessus de la tête qui indique ma religion, mes opinions politique ou mon orientation sexuelle
Je te rassure , je suis aussi contre le fichage politique est religieux. Genre tout récemment le "procés politique" du gifleur de macron ... C'est un procès politique à mon sens
0  1