IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook va mettre fin au traitement spécial réservé aux hommes politiques après l'interdiction de Trump
à l'avenir les politiciens seront traités comme tout le monde

Le , par Nancy Rey

356PARTAGES

17  0 
Facebook prévoit de mettre fin à sa politique controversée qui protège principalement les politiciens des règles de modération du contenu qui s'appliquent aux autres utilisateurs. Un revirement majeur qui pourrait avoir des ramifications mondiales sur la façon dont les élus utilisent le réseau social. Le changement annoncé intervient alors que Facebook doit annoncer sa réponse aux recommandations formulées par le conseil de surveillance indépendant de l'entreprise lorsqu'il a statué sur la suspension de l'ancien président américain Donald Trump. Le conseil de surveillance de Facebook, l'Oversight Board, a récemment confirmé la suspension de Trump par Facebook à la suite de l'émeute du 6 janvier au Capitole, mais a déclaré que le géant des médias sociaux avait eu tort de rendre la suspension indéfinie.

Ces dernières années, les plateformes technologiques ont été confrontées à la question de savoir comment contrôler les dirigeants mondiaux et les politiciens qui violent leurs directives. Facebook et Twitter estiment depuis longtemps que les hommes politiques devraient bénéficier d'une plus grande latitude dans leurs propos sur les plateformes que les utilisateurs ordinaires.

L’annonce que doit faire Facebook dès ce vendredi, intervient après que l'Oversight Board – un groupe indépendant financé par Facebook pour examiner ses décisions les plus épineuses en matière de contenu – a confirmé sa décision de suspendre l'ancien président Donald Trump mais a critiqué le traitement spécial accordé aux hommes politiques, déclarant que « les mêmes règles devraient s'appliquer à tous les utilisateurs ». Les sanctions normales de Facebook comprennent la suppression du contenu en infraction, l'imposition d'une période de suspension limitée dans le temps ou la désactivation permanente de la page et du compte. Le conseil d'administration a donné à Facebook jusqu'au 5 juin 2021 pour répondre à ses recommandations politiques.


Facebook prévoit également de faire la lumière sur le système secret des sanctions qu'il attribue aux comptes qui enfreignent ses règles de contenu, d’après deux personnes au fait de ces changements qui souhaitent garder l’anonymat. Il s'agira notamment de permettre aux utilisateurs de savoir quand ils ont reçu un avertissement pour avoir enfreint ses règles, ce qui pourrait entraîner une suspension. Facebook doit également commencer à divulguer les cas où il a recours à une exemption spéciale d'actualité pour maintenir le contenu de politiciens et d'autres personnes qui violeraient autrement ses règles.

Ces changements sont notables pour Facebook, car l'entreprise a toujours adopté une approche non interventionniste à l'égard de ce que les élus disent sur son service. Les dirigeants de l'entreprise, y compris le PDG Mark Zuckerberg, ont déclaré qu'ils ne devraient pas avoir pour mission de contrôler le discours des politiciens. Ils ont fait valoir le fait que ce discours est déjà le plus surveillé au monde et que les entreprises privées ne devraient pas censurer ce que les politiciens disent à leurs citoyens.

Depuis quelques années, Facebook tient une liste de comptes politiques qui ne sont pas soumis aux mêmes processus de vérification des faits ou de modération du contenu que ceux qui s'appliquent aux autres utilisateurs. En 2019, un groupe d'employés a demandé la dissolution de cette liste, citant des recherches internes qui montraient que les gens étaient particulièrement susceptibles de croire des faussetés si elles étaient partagées par un élu.

La même année, le vice-président des affaires mondiales de Facebook, Nick Clegg, a clarifié publiquement cette politique en déclarant que « nous traiterons les discours des politiciens comme des contenus dignes d'intérêt qui devraient, en règle générale, être vus et entendus ». Au-delà des contenus expressément illégaux tels que la pornographie enfantine, Facebook ne prendrait des mesures contre les commentaires des politiciens que s'ils pouvaient, de manière crédible, entraîner des dommages physiques ou décourager le vote.

Le contenu provenant d'autres sources que les politiciens partagent, comme les liens d'actualité ou les vidéos, a déjà été soumis à une vérification des faits, une étape qui peut réduire considérablement la diffusion des messages. Dans le cadre des nouvelles politiques de Facebook, les publications faites directement par des politiciens ne seront toujours pas soumises à l'examen du réseau de vérificateurs de faits indépendants de l'entreprise. Mais, pour la première fois, ils pourront être soumis à des règles plus strictes, comme le harcèlement, que les modérateurs de Facebook appliquent aux autres utilisateurs.

La politique de non-intervention dans les discours politiques a suscité de vives réactions lorsque Donald Trump a utilisé Facebook pour attiser la division après l'assassinat de George Floyd et a ensuite fait l'éloge de ses partisans lors de leur tentative d'insurrection violente au Capitole en janvier dernier. Et en Inde, le plus grand pays de Facebook en termes d'utilisateurs, l'entreprise a été critiquée pour ne pas avoir pris de mesures contre les commentaires violents des membres du parti au pouvoir. Dans le cadre de la nouvelle politique relative aux hommes politiques, Facebook pourra toujours utiliser l'exemption de l'obligation d'informer pour laisser en place une publication qui, autrement, serait supprimée. Mais l'entreprise s'engagera à divulguer les cas où elle le fera.

Après l'attaque du Capitole par les partisans de Trump en janvier, Facebook a bloqué indéfiniment sa capacité à publier et a soumis la décision à l'Oversight Board, un groupe d'experts en droits de l'Homme mis en place pour juger de l'application de ses politiques. Le conseil a répondu que Facebook avait eu tort de prendre des mesures spéciales à l'égard du compte de Donald Trump, car ses politiques publiques n'expliquent pas quand il peut bloquer indéfiniment la capacité d'une personne à publier des messages. Dans sa réponse écrite à Facebook le 5 mai, le conseil d'administration a demandé à l'entreprise de « dissiper la confusion générale sur la façon dont les décisions relatives aux utilisateurs influents sont prises ». Facebook disposait de 30 jours pour répondre aux recommandations du conseil d'administration et de six mois pour achever l'examen du compte de Trump.

Sources : Oversight Board, Facebook

Et vous ?

Que pensez-vous du positionnement du comité de surveillance de Facebook ?
Comment veiller à ce que ces plateformes demeurent ouvertes à la liberté d’expression tout en évitant qu’elles ne soient des vecteurs de diffusion des discours haineux ou d’incitation à la violence ?
Quelle solution au dilemme de gestion des droits de l’Homme en matière de discours politique ?

Voir aussi :

Facebook empêche à ses employés de lire un rapport interne qui examine le rôle et les manquements du réseau social ayant conduit à l'émeute du Capitole. Vous pouvez le lire ici

Le comité de surveillance de Facebook confirme la suspension des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump pour violation des normes communautaires, mais n'est pas d'accord avec sa durée indéfinie

Twitter suspend définitivement le compte de Donald Trump, le réseau social estime que les messages qu'il a publiés récemment représentent un risque d'incitation à la violence

Voici le plan de Donald Trump pour réglementer les médias sociaux : une réécriture des dispositions fondamentales de l'article 230 de la Communications Decency Act (CDA)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pcdwarf
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/06/2021 à 13:58
Qu'on aime trump ou pas, je trouve cette suspension scandaleuse.
Elle démontre que les grands acteurs du numérique ne sont pas aussi neutres qu'ils le prétendent.
3  0 
Avatar de Jules34
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 14:43
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Clearview AI est une start-up qui a mis au point Clearview, une application de reconnaissance faciale. Sur son site, l'entreprise indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les organismes judiciaires pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. « La technologie de Clearview a aidé les forces de l'ordre à traquer des centaines de criminels en général, notamment des pédophiles, des terroristes et des trafiquants sexuels ».
je me suis arrêté la. Quand on vous explique qu'il faut dix milliards de tronche pour coincer des "centaines de criminels" il faut fuir en courant. Mention spéciale pour les pédophiles et les trafiquants sexuels, qui sont pour certains tous notoirement connus. Quelle arnaque. Le truc ne va servir qu'a arrêter des écologistes et des activistes, et a des choses bien pire dans les pays moins démocratiques que les notres.

La belle affaire.

Comme l'a noté le Post, « Clearview a construit sa base de données en prenant des images à partir de réseaux sociaux et d'autres sources en ligne sans le consentement des sites Web ou des personnes photographiées. Facebook, Google, Twitter et YouTube ont exigé que l'entreprise cesse de prendre des photos de leurs sites et supprime celles qui ont été précédemment prises. Clearview a fait valoir que sa collecte de données est protégée par le premier amendement ».
C'est incroyable ce qu'il se passe dans notre dos...
3  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/06/2021 à 17:12
À l'avenir, les politiciens Libéraux qui pensent exactement comme nous seront traités mieux que tout le reste... Voila je crois que là ça se rapproche plus de la réalité 😎
3  1 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/06/2021 à 8:34
Il faudrait déja que facebook trait de manière égale tout le monde. C'est tres loin d'être le cas.
2  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 11:52
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Créer des réseaux sociaux dédiés à la politique et à la religion . Ces 2 thématiques n'ont strictement rien à faire sur un réseau social lambda censé être orienté "loisir" .
Où as-tu vu que Facebook était un réseau orienté loisir ?
Cela n'a jamais été dans l'ambition de FB, y compris lors de sa création.

Et puis, comment comptes-tu séparer la politique de la religion de la société et de la vie quotidienne ?
Quand tu as des sujets tels que la PMA, c'est autant sociétal que politique et religieux.

De même, la plupart de nos loisirs ont également une portée politique et/ou religieuse.
Quand on participe à une reconstitution d'une bataille napoléonienne, bien évidement que c'est ludique et historique mais cela a aussi une grande signification politique.
Du coup, on communique dessus sur quel réseau ?

Même chose avec la littérature où la plupart des œuvres ont une portée philosophique, politique et religieuse.
Tolkien était un fervent catholique et on retrouve pas mal de références à la religion dans le Seigneur des Anneaux.
Si on veut communiquer sur les livres, films et jeux autour de cet univers, on le fait sur quel canal ?

A vouloir mettre chaque chose dans une case, c'est le meilleurs moyen pour ne jamais parler de rien dans son ensemble et surtout pas ensemble.

Ce que tu proposes n'est ni plus ni moins que du communautarisme.
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 05/10/2021 à 11:26
mr trump confond pas mal de concepts.

Personne ne l'empêche d'avoir un débat politique PUBLIC et ouvert (lui ou tout autre conservateur, d'ailleurs), en revanche il ne leur sont pas autorisés à violer des CGU d'entreprises PRIVEES auxquelles ils ont eux-même souscrits en s'inscrivant.
Libre à lui (ou tout autre) de s'exprimer sur d'autre médias, sur d'autres plateformes...

Quand à l'argument "on défavorise la prise de parole conservatrice sur ces plateformes"...
Heu, oui, et ? c'est pareil pour toutes les plateformes, on va pas demander à fox news d'être pro-démocrates ou à france soir d'être pro-sciences ou au daily star d'être pro-journalisme (ni même neutres), chacun a ses règles, ses lignes éditoriales, ses raisons économiques, bref, ses raisons de favoriser un discours plutôt qu'un autre.
Encore une fois, libre à eux d'aller sur des médias plus proches de leurs discours, voire d'en créer eux-mêmes.

Au contraire, je trouve que les réseaux sociaux ont été extrêmement tolérants avec des gens (et je ne limite pas ici la remarque à trump ni même aux républicains) qui se torchaient avec leurs règles sous couvert de politique, jusqu'à présent.

Après (j'anticipe les remarques idiotes) j'insiste sur un point : je parle ici de s'exprimer dans un média orienté avec un discours opposé et de se chouiner parce que ça marche pas bien.
Il est évident que, dans un pays démocratique, il est fondamental que chaque opinion, quel que soit le camp et aussi stupide ou extrême soit-elle, puisse être exprimée (tant que ça ne nuit pas aux droits de chacun), ne serait-ce que pour pouvoir être analysées et critiquées par le camps adverse.
3  1 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/10/2021 à 21:50
Mais Twitter préfère les Talibans à l'ex-Président des USA :
https://www.franceinter.fr/monde/afg...core-la-parole
3  1 
Avatar de seedbarrett
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/01/2022 à 17:00
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
S'il y avait pas les réseaux sociaux on aurais pas en France :
- les antivax
- les climatosceptiques
- les gilets jaunes, avoir sur un barrage un rsa qui veux plus de rsa et un petit commerçant qui veux moins de charges donc des choses opposées, ca prouve que ce mouvement est débile, puisqu'en vrai le petits commerçant devrait voter pour un parti libéral anti impôts et anti charges, et le rsa pour un parti ultra socialiste qui paye les gens à ne rien faire, donc avec plus d'impôts et de charges.
- Les partis communistes avec Poutou et FI, car il ne font que diffuser des fakes news, tout est faux et stupide. En fait ces deux partis devraient être constitutionnellement interdits, vu que c'est basé sur le vol, le sabotage et les destructions, donc illégal.


Les antivax c'est aussi vieux que les vaccins, se sont des gens qui ne comprennent pas comment ça marche. Déjà à l'époque de pasteur on disait que c'était contre lé volonté de dieux, ou que les vrai mecs tombaient malade plutôt que de se prendre une piqure
Les climatoseptiques ça date des années 90, bien avant les réseau sociaux. J'ai particulièrement en tête les chemtrail, qui est une théorie du complot débile partagée à travers le monde depuis près de 30 ans. Sur le web certes, mais pas de facebook.
Les gilets jaunes voulaient tous la même chose : une meilleurs qualité de vie. Tu n'est pas sans savoir que les riches deviennent de plus en plus riche, creusant un écart avec la population. Ecart si grand qu'au bout d'un moment ça pète. Mais c'est un sujet compliqué, qui va être étudiés encore longtemps je pense. Parce qu'ils ont réussi a s'unir malgré des ambitions différentes.
Les parti de gauche ne font pas plus de fake news que les autres. Je te rappelle toutes les merdes que notre gouvernement adoré à pu raconter ? A droite, tu crois qu'ils ne partagent que la vérité ? Et niveau sabotage du pays, on a pas besoin de la gauche pour que l'UMP vende notre or, nos turbines nucléaires, ou même notre patrimoine. C'est pas du sabotage, destruction et vol ?
4  2 
Avatar de solstyce39
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 22:07
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
je me suis arrêté la. Quand on vous explique qu'il faut dix milliards de tronche pour coincer des "centaines de criminels" il faut fuir en courant. Mention spéciale pour les pédophiles et les trafiquants sexuels, qui sont pour certains tous notoirement connus. Quelle arnaque. Le truc ne va servir qu'a arrêter des écologistes et des activistes, et a des choses bien pire dans les pays moins démocratiques que les notres.
oui mais là en plus y a pas moyen de fuir, les gars ils construisent leur base de données à partir de tout ce qu'ils trouvent en ignorant totalement le droit à l'image, t'ira leur faire une demande de droit à l'oubli à ceux-là ...
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/02/2022 à 20:43
Les critiques réagissent tandis que Clearview envisage d'entrer dans de nouvelles industries : « Clearview AI a un schéma de tromperie*: la société a publiquement défendu sa surveillance de masse en affirmant qu'elle ne vendra qu'aux forces de l'ordre tout en proposant en privé une expansion dans la finance, la vente au détail et le divertissement », a déclaré Jack Poulson, directeur exécutif du groupe de responsabilité technologique Tech Inquiry.
Rien que de vendre des données biométrique aux forces de l'ordre s'apparente pour moi à de la surveillance de masse.
2  0